Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 09/04/2019

80 km/h : "Je voulais sauver des vies, on m'a accusé de vouloir remplir les caisses"

(AFP) - Le Premier ministre Édouard Philippe a regretté lundi la "défiance" manifestée au moment de l'instauration de la limitation de vitesse à 80 km/h, une mesure impopulaire décidée pour "sauver des vies" et non pour "remplir les caisses" de l'Etat.

"La bonne foi, c'est celle qui m'a par exemple conduit à instaurer le 80 km/h parce que je ne pouvais pas accepter l'hécatombe quotidienne qui brise des vies, des familles, des existences", a expliqué Edouard Philippe, Premier ministre, lors de la présentation du compte rendu du grand débat national.
"Je voulais sauver des vies, on m'a accusé de vouloir remplir les caisses de l'Etat“, a-t-il regretté.
La limitation de vitesse à 80 km/h, entrée en vigueur le 1er juillet 2018 sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, a été parmi les mesures les plus contestées dans la crise des "gilets jaunes".
Au cours de son discours, le Premier ministre a estimé que les Français avaient notamment exprimé "une exigence démocratique". "Nous ne sommes pas parvenus à concilier les Français avec ceux qui les dirigent", a-t-il poursuivi, évoquant "les mots très durs, très violents" utilisés à l'égard du "gouvernement, des élus ou des fonctionnaires".
"J'ai dû moi-même apprendre à gouverner avec cette défiance", a-t-il ajouté, en allusion à sa mesure phare relative à la sécurité routière.
"Je ne me résigne pas à abandonner cette ambition en matière de sécurité routière. C'est une grande politique publique au service de nos concitoyens, elle est indispensable", a-t-il ajouté : "Mais je dois apprendre à composer avec l'incompréhension ou le rejet de certains de nos concitoyens".
En janvier, lors d'un débat dans l'Eure, le président Emmanuel Macron s'était dit pour la première fois ouvert à des aménagements locaux sur le 80 km/h, au risque de désavouer le chef du gouvernement.
"Une fois de plus, le Premier ministre préfère culpabiliser ses concitoyens en les accusant de ne pas comprendre l'intérêt de la limitation de vitesse à 80 km/h", a réagi dans un communiqué le sénateur LR Michel Raison, fer de lance au parlement de la contestation de cette mesure.
"A aucun moment, il ne remet en question son absence totale de pédagogie, qui pourtant explique en grande partie le rejet et la colère des automobilistes", a ajouté l'élu de Haute-Saône, avocat d'un 80 km/h "décentralisé" au cas par cas, à la main des départements.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Michel a Raison les 80 doivent être adaptés au profil des routes.
Sachant que de plus en plus de citoyens roulent sans permis,assurances,contrôle technique etc etc...y’a du boulot
alain boise, Le mardi 09 avril 2019

Sauver des vies?
1/ Les radars ont toujours été placés aux endroits les plus piégeux, jamais devant une école!
2/ Les forces de l'ordre ont, comme des vendeurs de bagnoles, des objectifs à réaliser. Pourquoi, sinon faire entrer de l'argent?
3/ Et là, c'est personnel, Je ne supporte pas ceux qui ont trahi leurs partis pour un poste...

Exelb, Le mardi 09 avril 2019

@Exelb: un radar devant une école pour le coup ca serait réellement une pompe à fric, rien de tel qu'un bon gros dos d'âne pour faire vraiment ralentir. Moins cher et autrement plus efficace.
Arnaud C., Le mardi 09 avril 2019

En clair il est buté et borné. Il n'a en aucun cas le désir de changer d'opinion....
Il dit clairement qu'il a à apprendre à vivre avec des gens insatisfaits mais qu'il ne doit pas changer son fusil d'épaule et les comprendre....dixit
"Je ne me résigne pas à abandonner cette ambition en matière de sécurité routière. C'est une grande politique publique au service de nos concitoyens, elle est indispensable", a-t-il ajouté : "Mais je dois apprendre à composer avec l'incompréhension ou le rejet de certains de nos concitoyens".

Avec cette vue étroite, son avenir politique risque de s'arrêter après son mandat de 1er ministre.....les cityoens ne voteront pas pour lui....
BRUNO SURGET, Le mardi 09 avril 2019

Je l'ai déjà dit ici, tout ceci est une affaire de gros sous.
Les accidents de la route coûtent en globalité 38 milliards par an à notre société qui ne veut plus de cette dépense, d'où cette répression active qui était pour l'instant malheureusement la seule effective par manque d'éducation civique routière responsable des Français.
Sauf qu'on vient d'atteindre probablement le plancher et surtout le seuil d'acceptabilité a été dépassé.
;0)
Lucos, Le mardi 09 avril 2019

Macron doit son élection à une vague histoire d’emplois fictif et d’une belle chemise.
Hollande devait la sienne à la braguette d’un autre .....ainsi va la vie politique en France....que des accidents
alain boise, Le mardi 09 avril 2019

… Tant d'obstination et d'aveuglement pourrait susciter une sorte d'admiration … ?
Cà dégouline de "bien pensance" de nature à séduire Dames PERRICHON ou COLLLARD …
Sur ce terrain là, en tous cas, beaucoup d'incompétence de la part du 1er sinistre qui ferait mieux de se chercher un autre référent que le "roi fainéant" qui a tant fait de bien pour notre vieux pays (…).
Tous les jours nous en supportons les conséquences ...

Qui peut être pour plus de morts ou d'estropiés sur les routes ?
Raisonnablement PERSONNE !
Arrêtez les discours manichéistes, c'est possible ?

il reste que développer une politique de sécurité routière coûte de l'énergie, de la créativité et au final des sous … Et apparemment l'intéressé en est démuni …
Quid de la résorption des points noirs ?
Quid de l'analyse scientifique de la sinistralité ?
Qui de la formation éducation routière (l'attention, la concentration ou le fair play notamment) ?
Etc...
Il semblerait que "l'augmentation de la recrudescence" ait pour origine une sinistralité importante des deux roues (?) … Nous sommes loin des radars à fric

Lucos ailleurs indique : "A hypocrite j'ajouterai faux-cul..."
çà s'applique bien au sentencieux et moralisateur Edouard Philippe … qui a sa part dans le bazar jaune ambiant de surcroît …
ADEAIRIX , Le mardi 09 avril 2019

La moto est malheureusement en première ligne de la sécurité routière en Europe avec 17% des morts pour 1% des km parcourus.
(17% pour 2% du trafic en France) et nous sommes à l'aube du plan de sécurité 2020-2030 qui va durcir les choses avec en projet le CT moto pour 2022, un nouveau permis intermédiaire ? et en parallèle une lutte accrue contre le bruit..
;0)
Lucos, Le mardi 09 avril 2019

Le CT des motos cher à Lucos va résoudre le problème.....c’est dire le niveau.
99% des accidents sont dus à la Femme ou l’homme,la moto Japonaise premier fournisseur d’organes.....hélas c’est vrai!
alain boise, Le mardi 09 avril 2019

Fake…
;0)
Lucos, Le mardi 09 avril 2019

Venez faire un tour à Garches et parlez avec les blessés,CT cash machine c’est tout,relisez Jo Bar y’a des images en plus,pendant le boulot ça se verra pas
alain boise, Le mardi 09 avril 2019

Bien sur qu'il faut être pour le CT moto car çava ramener beaucoup de business !
;0)
Lucos, Le mercredi 10 avril 2019



Le casse-tête de la mise en œuvre de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris
Pollution : une "zone à ultra basse émission" entre en vigueur à Londres



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017