Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 16/04/2018

Herbert Diess, Rupert Stadler, Oliver Blume et Frank Witter prennent le pouvoir chez Volkswagen

La sortie de Matthias Müller s’accompagne d’une révolution de palais qui fait émerger quatre dirigeants clés. Le nouvel organigramme concentre les pouvoirs pour accélérer la prise de décision.

L’ère Matthias Müller s’est achevée de manière aussi brutale que celle de Martin Winterkorn. L’ère Herbert Diess démarre de la même manière que l’ère Müller avec une redéfinition de l’organisation du groupe. Après la décentralisation de septembre 2015, avril 2018 s’annonce comme un retour à la concentration des pouvoirs.
La nouvelle organisation crée en effet six "business areas" transversales au sein de Volkswagen AG, la Chine étant gérée à part, qui sont rattachées à un membre du directoire. Ces six "business areas" sont : marques à volume, marques premium, marques super premium, division Truck & Bus, "achats et composants" et services financiers. L’objectif de ces "business areas" est de "générer des synergies" et "d'accélérer la prise de décision" a dit Herbert Diess lors d’une conférence de presse vendredi dernier.

Herbert Diess concentre les pouvoirs
Herbert Diess est le nouvel homme fort du groupe un peu plus de 3 ans après son arrivée (en mars 2015). Il succède à Matthias Müller au poste de président du directoire à effet immédiat le jeudi 12 avril, jour de sa nomination par le conseil de surveillance de VW AG. Ironie de l’histoire, lorsqu’il arrive début 2015 en tant que président de la marque Volkswagen, Herbert Diess occupe une partie du poste de Martin Witerkorn qui cumulait alors les fonctions de président du groupe avec celles de président de la marque. Sa nomination la semaine dernière au poste de président du directoire, remet l’organigramme du groupe dans la configuration initiale et ferme la parenthèse Müller.
Il concentrera peut-être même plus de pouvoirs que n’en avait Winterkorn puisqu’il prend également la direction de la principale "business area", celle des marques à volumes, soit Volkswagen, Skoda, Seat, VW VUL et Moia (la marque mobilité créée en décembre 2016).

Après d’insistantes rumeurs faisant état d’un possible départ, Rupert Stadler voit sa position consolidée au sein du groupe. Le président du directoire d’Audi prend en effet la responsabilité de la "business area" des marques premium, Audi, Lamborghini, Ducati. Une décision somme toute logique puisque cette division comporte les marques qui appartiennent déjà à Audi. Plus étrange est l'intégration de la filiale de distribution PHS (Porsche Holding Salzburg) à cette division.

Oliver Blume et Gunnar Kilian entrent au directoire du groupe

Oliver Blume, CEO de Porsche, prend en charge la "business area" super premium qui intègre les marques Porsche, Bentley, Bugatti. Il entre au directoire du groupe VW.
A côté de ces trois regroupements automobiles, la division camion, Volkswagen Truck & Bus dirigée par Andreas Renschler reste totalement indépendante du groupe qu’elle pourrait quitter. En même temps que cette nouvelle organisation, VW annonce la préparation d’un projet d’introduction en Bourse de l’activité camion.
On ne connait pas encore le patron de la "business area" qui va regrouper les achats et les composants puisque le directeur des achats est l’un des sortants. Francisco Javier Garcia Sanz jusque-là membre du directoire du groupe avec la responsabilité des achats "quitte la société à sa demande", a précisé le communiqué de VW et c'est "à titre provisoire" que Ralf Brandstätter le directeur des achats de la marque VW prend en charge la responsabilité des achats du groupe.
La division service financier complète ce nouveau découpage en "business areas" et elle est confié à Frank Witter, le patron de VW Financial Services.
La réorganisation rattache également d’autres fonctions clés à certains membres du directoire. Ainsi, Herbert Diess sera responsable de la R&D du groupe, il dirigera également le service Informatique des véhicules. Rupert Stadler sera responsable des ventes du groupe et Oliver Blume de la production du groupe. Par ailleurs, l’Informatique d’entreprise sera placée sous la direction de Frank Witter.
VW a également annoncé le changement de directeur des ressources humaines (sans changement de périmètre) avec le départ de Karlheinz Blessing ("d’un commun accord") qui occupait ce poste depuis début 2016. Gunnar Kilian, jusqu’à présent secrétaire général du Comité d’entreprise de Volkswagen Group entre au directoire du groupe au poste de directeur des ressources humaines.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

peut-être pas l'essentiel de cette "révolution de palais" ?
… Mais voir Lambo dans le périmètre « premium » pendant que Porsche se situe dans le « super premium» est une chose étonnante … Evidemment, il y a l’argument délivré dans l’article : « les marques qui appartiennent déjà à Audi « … Certes, il y a des éléments communs entre l’Audi R8 et certains modèles de Lambo et donc des synergies et des stratégies communes … Peut-être, aussi, une nécessité d’équilibrer des périmètres entre « chefs » au-delà de l’argument précité … Car, à part la Porsche 918, la firme de Weissach appartient plus au premium en terme de positionnement prix/produits … A moins que cette répartition du portefeuille des marques, ne dise quelque chose de l’évolution future de la marque Porsche … ?

Pourtant les produits en cours de développement, en dessous du Cayman et du Macan, disent autre chose … Donc plutôt une sorte de « Yalta » à l’intérieur du groupe, finalement …
ADEAIRIX, Le lundi 16 avril 2018

Surprenant effectivement dans le sens où le Porsche Macan est un Audi Q5 et le Bentley Bentayga est un Audi Q7
Helmut, Le lundi 16 avril 2018

ADRX a raison, parmi toutes ces nouvelles, celle du positionnement de Lamborghini est sans doute la plus intéressante. Doit-on s'attendre à des Lambo concurrentes des Classe A/B, des Série 1, des A1 ?
Ya peut-être un marché ?
Bruno HAAS, Le lundi 16 avril 2018

Quitte à faire une business area des marques en " i ", il aurait été logique d'y ajouter Bugatti et Bentley (prononcer Bentli).
Faut tout leur dire...
;0)
Luc os, Le lundi 16 avril 2018



Assouplissement des normes d’émission : l’Europe doit-elle emboiter le pas des Etats- Unis ?
Pascal Pozzoli nommé directeur général adjoint de RCI Bank and Services Italie



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017