Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Services - 18/05/2018

SGS France investit 2,5 millions d’euros dans de nouveaux équipements de test

SGS France a inauguré 2 000 m2 de nouveaux laboratoires dotés de 16 enceintes climatiques destinés à tester les équipements électroniques embarqués, à la faveur d’un investissement de 2,5 millions d’euros réalisés sur son site bordelais.

SGS France, filiale du groupe SGS (*), spécialisée dans la validation des pièces et équipements automobiles, a acquis de tout nouveaux matériels de tests pour répondre à la demande des constructeurs et équipementiers portant notamment sur les systèmes électroniques embarqués. Il s’est doté de 16 nouvelles enceintes climatiques (allant de -70° à +80°) pour tester ces équipements pendant des phases qui peuvent durer jusqu’à trois mois en continu.
"L’une de nos forces, explique Eric Sarfati, président de SGS France, est notre capacité à développer nos propres machines de tests afin de répondre aux exigences les plus diverses des constructeurs". Pour vieillir une pièce de façon accélérée, SGS a ainsi créé une "machine à chocs thermiques" qui soumet la pièce à des variations des températures allant de -40° à +180° en quelques secondes pendant plusieurs jours.
Autre équipement développé en interne, la machine "Splach water". Elle simule les conditions de vie subies par un bloc optique, par exemple : Il est monté en température à 140° avant d’être aspergé d’eau glacée enrichie d’un mélange de sel et de sable (de "poussière d’Arizona" exactement) pendant une centaine d’heures. Le test est tellement sévère que la machine tombe régulièrement en panne, attaqué de l’intérieur par le mélange abrasif. C’est le test ultime pour valider un bloc optique, après un test thermique, un test vibratoire et de choc et un test pour définir son indice IP de protection aux intrusions solides et liquides.

2,5 millions d’euros récemment investis
SGS France a acquis son savoir-faire en faisant l’acquisition de la société familiale Sercovam en 2012. Elle l’a dotée de davantage de moyens et compte désormais 140 collaborateurs, dont 110 à Cestas, près de Bordeaux, et 30 à Etupes, près de Montbéliard. Elle enrichit régulièrement son parc de matériels avec, par exemple, un nouveau vibrateur, d’une puissance de 120 kilonewtons, capable de tester la résistance aux vibrations de pièces volumineuses comme une planche de bord ou un siège. A lui seul cet équipement a coûté 400 000 euros sur les 2,5 millions d’euros récemment investis par SGS France en nouveaux matériels et dans un nouveau bâtiment de 2 000 m2 qui vient d’être inauguré.

Le plan de validation d’une pièce de A à Z
SGS est capable de réaliser le plan de validation d’une pièce de A à Z, une succession de tests qui durera environ un mois et coûtera de 70 000 à 150 000 euros.
Pour ce faire, sa palette de tests est presque exhaustive : tests de choc (jusqu’à 500 G) pour simuler les nids de poule ou les fermetures de portières ; tests de rigidité électrique et d’isolation ; tests de dissipation de charge électromagnétique pour mesurer la "résistance à l’empoussièrement" ; tests de frottement sous haute température pour les gaines électriques en contact avec des pièces moteurs ; tests d’irradiation aux UV pour mesurer la tenue des couleurs…
SGS est réputé pour sa forte expertise sur les tests de corrosion. Il possède 45 enceintes hermétiques, dont la plus grande d’Europe capable d’accueillir une Twizy, dans lesquels il plonge les pièces à tester dans des environnements plus ou moins chauds, humides et salés, selon les demandes de chaque client. Il est également capable de reproduire l’environnement pollué du périphérique parisien ou du bassin de la Ruhr, riche en soufre.
Enfin, SGS emploie une équipe de "nez", des experts de l’odorat qui ne créent pas des parfums mais caractérisent les odeurs des pièces qui seront installées dans l’habitacle. Leur expertise humaine complète l’analyse chromatographique des composés organiques volatils (COV) émis par les pièces mises en température.
"Nous sommes en train de développer une expertise nouvelle, à travers des partenariats, pour pouvoir aider les constructeurs et équipementiers à comprendre pourquoi une pièce ne passe pas les tests et les orienter vers les solutions à mettre en place pour y parvenir", explique le dirigeant.
Xavier Champagne

(*) SGS est le spécialiste mondial de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification. L’entreprise emploie 95 000 collaborateurs et exploite un réseau de plus de 2 400 bureaux et laboratoires à travers le monde. En France, elle compte aujourd’hui 2 900 salariés répartis dans plus de 120 bureaux et centres de contrôles, et 34 laboratoires. Par ailleurs, SGS est aussi le leader en France du contrôle technique automobile, avec près de 2 000 centres sous enseigne Sécuritest et Auto Sécurité.

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 5196 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017