Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 13/07/2018

Les résultats commerciaux de Peugeot portés par l’Iran en 2017, plombés par l’Iran en 2018

Peugeot a vendu au premier semestre un peu plus de un million de véhicules, en baisse de 1,9%. L’an dernier la marque affichait sur le premier semestre des résultats en très forte croissance portés par le redémarrage de son activité en Iran dont l'arrêt depuis mai produit l’effet inverse. L’Europe en revanche affiche une solide croissance. 

L’an dernier, à la même période, nous écrivions que les résultats commerciaux de Peugeot devaient se lire hors Iran et c’est encore ce que l’on devrait faire sur ce premier semestre. Déjà, comme l’a reconnu le groupe PSA, l’impact de ces volumes est marginal sur le chiffre d’affaires (moins de 1% du total) puisque jusqu’à présent il ne s’agissait encore que d’une activité sous licence pour des véhicules anciens. En plus, Peugeot compte les véhicules quand ses relations sont officielles (depuis le 21 juin 2016 et jusqu’au 30 avril 2018) alors même que son partenaire Iran Khodro fabriquait des Peugeot anciennes générations avant juin 2016. On ne les compte plus depuis le 1er mai alors même que son partenaire les fabrique toujours. A cause de Donald Trump, Peugeot aura bénéficié de la reprise de cette activité moins de 2 ans.

Dans les chiffres de ce premier semestre de Peugeot, il y a donc un recul de 25% des ventes dans la région Moyen-Orient Afrique (DMOA dans le jargon PSA). Elle représente 185 691 ventes au premier semestre 2018 (contre 248 398 l'année précédente), soit 62 700 voitures de moins. Le recul vient entièrement de l’Iran où la perte de volume en mai et juin représente 72 000 unités (41 000 en mai 2017 et 31 000 en juin 2017).

Après s’être félicité des volumes importants réalisés par la marque en Iran, Jean-Philippe Imparato, le directeur général de Peugeot, fait le service après-vente du retrait du groupe dans le pays. "Nous sommes légaliste et respectueux des règlementations qui nous sont imposées. Nous faisons les choses proprement pour ne pas partir en courant le 5 août", nous a-t-il dit. "Nous ne voulons pas le même profil que celui que nous avons connu", ajoute-t-il, en référence au départ précipité du groupe en 2012 à l’arrivée de GM dans son capital.

Sur les autres pays de la région DMOA, Peugeot affiche des volumes modestes (44 691 ventes) mais en croissance de 10,6% (4 293 voitures de plus). Ces pays ce sont la Turquie, les pays du Maghreb et les DOM. Sur chacune de ces zones, la marque déploie ses projets de développement sous la houlette de Jean-Christophe Quémard. "En Turquie, pays très chahuté par les taux de change, nous avons calé les volumes par rapport à la rentabilité que l’on veut faire. 3008 et 5008 s’installent à des prix très corrects. Sur cette région nous ne faisons pas de pression sur les volumes", nous a dit Jean-Philippe Imparato.

Au Maghreb, la marque prépare un site industriel au Maroc à Kénitra ; en Tunisie, les premiers pick-up sont sortis de l’usine d’assemblage que la marque partage avec son partenaire local ; en Ethiopie, Namibie et Afrique du Sud, la marque y étudie des projets : "En 1962, Peugeot était à peu près partout sur cette zone. Dès que nous pouvons faire des opérations à petites cadences qui peuvent se mettre en place en moins de 9 mois et avec un retour sur investissement en 2 ans, je le fais", explique le dirigeant.

L’Europe à près de 65% des ventes de Peugeot
Le succès de la marque Peugeot en France dont nous nous faisons l’écho chaque mois se retrouve sur l’ensemble de la région Europe avec des volumes en hausse de 8,4%. Au total, Peugeot a vendu 650 104 voitures en Europe, soit 47 369 de plus. Cette performance a fait monter la région Europe à presque 65% des volumes de la marque (64,6% soit 6 points de plus qu’au premier semestre précédent).
Des résultats dont se félicite Jean-Philippe Imparato : "Nous faisons la plus forte hausse en part de marché du top 10 en Europe et la première place sur le segment des SUV. Le plus important est la poursuite de la croissance du mix des versions GT, GTi et GT Line qui représentent 21% de nos ventes VP, soit une hausse de 2 points. La hausse du mix des boîtes auto se poursuit également, elles représentent 34% de nos ventes, soit 4 points de plus, et même 50% sur certains segments", nous a-t-il dit.

Comment évolue le prix de vente moyen ? "Les résultats que nous présenteront en juillet [PSA présente les résultats financiers du 1er semestre le 24, NDLR] devraient confirmer que la montée en gamme sert le prix de vente moyen de nos voitures", nous a dit Jean-Philippe Imparato.
Au sein de l’Europe, la France joue un rôle particulièrement important, souligne le dirigeant, à  la fois pour la croissance de la part de marché et pour l’image de la marque. "La note d'image de Peugeot en France augmente dans des proportions que je n’imaginais pas. Nous avons la meilleure note d’image de tout le marché, devant nos concurrents allemands, mesuré par un organisme extérieur", nous a dit Jean-Philippe Imparato. Le dirigeant se félicite de la croissance des volumes sur "les canaux où il faut bosser, que l’on appelle chez nous "la France en bleu"", nous a-t-il dit.

Cette performance en Europe est emmenée par le 3008 qui "sert de halo au reste du line-up". "En Europe, avec 3008 et 5008 nous sommes devant VW avec le Tiguan court et long et devant Qashqai", souligne-t-il.

La Chine reste une difficulté qui n’est pas résolue. Si les SUV progressent, les berlines reculent et donc l’ensemble des volumes. Sur la région Chine et Asie du Sud Est, Peugeot est à 91 077 unités sur le semestre, soit 12 000 voitures de moins. La situation pour le groupe dans cette région reste "extrêmement fragile", admet Jean-Philippe Imparato. "Nous avons nettement moins de stock mais nous avons toujours un sujet de notoriété et nous devons continuer de travailler l’efficacité ventes et marketing dans ce pays".
En Amérique Latine, les ventes progressent de 3,1% avec 64 386 unités (1 944 de plus).

Si l’on résume, les chiffres officiels donnent donc au premier semestre un volume tout juste supérieur à 1 million d’unités (1 005 676) et en baisse (-1,9%).
En revanche, sans l’Iran, les ventes sont nettement en hausse (+5,8%) avec presque 865 000 unités (864 676 exactement, en hausse de 47 369 unités).
Sur les 6 régions de PSA, Peugeot est en hausse sur quatre d'entre elles (Europe, Amérique Latin, Eurasie et Inde Pacifique) et en baisse sur les deux autres (Moyen-Orient Afrique, Chine Asie du Sud Est).
Deux régions s'annulent globalement : l'Europe qui progresse de 50 000 unités, le Moyen-Orient Afrique qui en perd 63 000. Pour le chiffre d'affaires, il vaut mieux que les choses aillent dans ce sens.
Florence Lagarde

Lire le détail des ventes mondiales du groupe PSA par marque et par région 6 mois 2018 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des ventes mondiales du groupe PSA par marque et par modèle 6 mois 2018 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des ventes mondiales du groupe PSA par énergie 6 mois 2018 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

"A cause de Donald Trump" oû à cause des Mohllas qui ne rêvent que de destruction d'Israel,Madame?
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

Une illustration involontaire de ce que peut être le risk management de toute entreprise, notamment lorsqu’elle déploie ses activités sur différentes régions de la planète …

Sinon que le mix des versions des 3008/5008 les plus complètes ou flatteuses marchent bien, on s’en doutait un peu … Qu’ils mordent sur les audiences des « petit camarades » généralistes, aussi …
On aurait aimé des données un peu plus étayées par des statistiques sur l’Europe afin de mesurer mieux l’ampleur du succès commercial du duo ; l’article s’appuie sur des échanges avec deux dirigeants de PSA … Il ne s’agit pas d’une stricte analyse de marché, il est vrai …

Pour l'Iran, nous verrons bien comment la situation évolue …
Pour l'Afrique de l'ouest et le Maghreb, PSA est en train de semer, sauf accident, il devrait finir par récolter … Pour la Chine c'est plus compliqué ...
ADEAIRIX, Le vendredi 13 juillet 2018

Ne pas oublier l'Afrique de l'est où Peugeot rencontra quelques succès naguère …

Sinon que devient le dossier "ambassador" ?
ADEAIRIX, Le vendredi 13 juillet 2018

C'est ça Alain, la bagnole c'est "politique" et géopolitique.
Ne parlons pas de l'Europe, les mauvaises nouvelles vont arriver de là avec le Brexit...et tout le monde va écoper.Rajoutons à la soupe a la grimace les recettes de M.Trump.
A propos de Brexit encore...il reste pour certains l'opinion que Londres deviendra une espèce de Singapour...qui attirera les investisseurs et surtout spéculateurs avec des impôts plancher.
Les gros en Europe vont s'enrhumer, surtout l’Allemagne, et les petits maigrir avec ceinture serrée proche du zéro. Verre à moitié vide.
Hors sujet: le patron de Tesla signe avec les chinois pour une usine à Shanghai et une société ou il est tout seul là bas...et est le seul a avoir obtenu cette faveur...pour produire 500.000 Tesla 3 par an.
Les grosses Tesla augmentent de prix, mais c'est le cadet des soucis des riches. Génial.


Jo Duchene, Le vendredi 13 juillet 2018

Faudra t'il inscrire le Royaume Uni sur la liste noire des paradis fiscaux apres le Brexit?......
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

La Suisse inventa le concept de paradis fiscal avec le secret bancaire, mais le Royaume uni le perfectionna.
La quasi totalité des paradis fiscaux à ce jour sont ou ont été membres du Commonwealth.
Donc comme le souligne Alain, il est fort à parier que UK ne se gênera pas.
Pour revenir au sujet de l'article sur le succès de PSA et notamment du 3008/5008, il faut aussi voir les problèmes que cela posent. Evidemment les lignes de production chez les équipementier et sous-traitants ne sont pas dimensionnés pour et cela pose d'énormes problèmes de logistique. Le jeu actuellement est de savoir qui va planter en premier... Et nous serrons tous les fesses pour ne pas être le premier.
Frederic, Le vendredi 13 juillet 2018

Rentrez vite Fred,si les mohllas ferment Ormuz,va pleuvoir du plomb,et le CDG est en carénage
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

@ Alain Boise pour son commentaire de simpliste ou de simplet ignorant: "A cause de Donald Trump" oû à cause des Mohllas qui ne rêvent que de destruction d'Israel,Madame?

Dc les coupables sont tjs les Mohllas n est ce pas? Les gentils sont ceux qui soutiennent la colonisation et les intrusions sur les territoires voisins au nom de ....quoi en fait? on sait meme pas comment justifier le massacres que commentent cette si gentille et adulée communauté.
Pour votre information les "mechants" Mohllas on tjs respecté leur accord avec les occidentaux mais les occidentaux ne l ont pas fait... Quelle honte de ne pas respecter un accord international signé en grande pompe et qui devait rapporté des milliards aux occidentaux, la France en tete, airbus total, psa, renault, les equipementiers....

Donc OUI a cause de TRUMP qui n a pas su obtenir d accords commerciaux aussi juteux que les europeens et qui a suivi a lettre les ordres de son maitre d affaiblir l Iran pour les interets d un autre pays, enfin a cause de ces europeens sur qui les US crachent et marchent dessus et n ont aucune volonté de resister.

Faut arreter TF1 allez vous renseigné sur d autres moyens d informations pour sortir de votre ignorance... peut volontaire, c est plus facile et on dort mieux qd on est ignorant n est ce pas?
Ju Cas, Le vendredi 13 juillet 2018

Vous seul détenez la vérité..... Boycott Israël? Lorsque vous inscrivez dans votre "constitution" la destruction d'un pays voisin......les accords nucléaires sont fragiles dans cette poudrière .
Inculte pourquoi pas ,mais j'ai pas la Télé. ...
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

Les "gars" restez dans le sujet … çà nous évitera ce genre d’échanges un peu "frontal" … Euh, qui a parlé de Suisse, au fait … ?

Entre un gros malin pas Breton du tout qui fait son petit galop d’essai hors sujet pour tester le self control de la Rédaction, mine de rien …
et Ju das qui y va de ses petits « compliments » … de simpliste ou de simplet ignorant … Et encore c’est policé à côté de ... !

Ok à partir du moment où l’on parle de commerce international, « on » est très vite dans le géopolitique je sais, je sais ..
mais bon ici cà n’est ni « c dans l’air », pas plus « on refait le monde » (quoique) ou une succursale de courrier international …C’est juste un échantillon, hein … Vous emballez pas !
Si l’article ne vous inspire, pas passez votre tour … « on » ne vous en voudra pas … !

Misère … Y a que Frédéric qui était vraiment dans le fil de l’article avec un écho intéressant ; d’autres auraient pu émerger sans doute …
Mais 30°, le 13 avant le 14, l’insoutenable suspens... tout çà …
Allez bon WE et gardez vos "pétards" pour le 14 …
ADEAIRIX, Le vendredi 13 juillet 2018

Oh oh cher Druide les Américains ont élu leur président, arrêtez de le prendre pour une tête de Turc,il nous contrarie certes mais faut faire avec.
Pour les nostalgiques d'Obama oubliez le c'est fini et nini.
C'est bien la rédaction qui cite" une décision de Donald Trump"acroirequil n'est pas le Président des USA.
Moi non plus je n'ai pas voté Macron et pourtant c'est mon Président, je fait avec.....
Je suis dans l'article car il s'agit de marchés importants pour nos entreprises,d'ailleurs pourquoi ce revirement,vous êtes vous posés la question,mais en tant que benzt et analphabète je ne peux rien comprendre,vousm'expliquerez Judas.
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

Où çà je prends Trump pour une tête de Turc ?
Le 14/05/2018 à propos de l'article "PSA et Renault menacés par la remise en cause américaine de l’accord avec l’Iran"

J'avais écrit ceci … : "Cependant, de sa part, beaucoup de décisions prises résultent de la déclinaison de son programme (retour de la production sur le sol US, protectionnisme douanier, diplomatie « virile »…) . On a vu plus « fou » que çà … !
Un « fou » qui joue un coup à deux ou trois bandes d’un seul coup d’un seul … Ou quand la dénucléarisation de l'Iran signifie surtout guerre commerciale …
Que nos commentateurs bien pensants continuent à crier au fou …
La suite … Le retrait de la protection américaine vis-à-vis de l’Europe d’un point de vue militaire …
De fait, c’est presque un enchaînement inéluctable vu la décision Trumpienne … Quand on commence à dénoncer les traités et les accords …"

Je n'ai pas beaucoup varié depuis … Vous devez confondre cher pêcheur breton … Kenavo

ADEAIRIX, Le vendredi 13 juillet 2018

J'ai l’impression d'avoir écrit un truc à l'attention de Alain, mais je ne le trouve plus ici...pas grave au vu du fouillis...qui part dans tous les sens.
Jo Duchene, Le vendredi 13 juillet 2018

Desolé Druide mais CA dezingue de partout et j'ai deja pris qq cartouches et insultes,alors je me mets le dos au mur,c'est chaud des que l'on parle du PR Américain et du régime des Mhollas,mais faut bien parler avec tout le Monde,merci
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

Attention le modérateur...il faut faire honneur à l'intelligence humaine qui est encore largement supérieur (quoique pense Bruno) a celle de la nouvelle IA et autres robots associés!
Est-ce que je parle du Donald président des États Unis ou du Donald clown de chez McDo ???
Jo Duchene, Le samedi 14 juillet 2018

A Jo,
Comme nous l'avons rappelé cette semaine, il est nécessaire que les échanges restent d’un bon niveau, sans attaques personnelles, ni vulgarité, ni insulte et avec des avis argumentés. Nous avons donc du supprimer votre avant dernier commentaire.
Florence LAGARDE, Le dimanche 15 juillet 2018



Alcopa cède à PGA les 40% qu’il détient dans le groupe Bernard
Jürgen Rittersberger succède à Thomas Sedran à la tête de la stratégie de Volkswagen Group



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017