Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 13/09/2019

Pourquoi la fée électricité occupe autant l’espace médiatique automobile ?

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché et auteur du livre "La désincarnation des grandes organisations". Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Détroit.

Le marché automobile mondial se contracte et incite l’industrie à réduire ses dépenses en attendant que l’orage passe. Plus qu’un simple exercice de rigueur budgétaire, le contexte actuel semble plutôt décrire une transition. Après une crise majeure en 2008, le marché a connu une forte hausse des volumes.

Pendant que certains ont cédé à l’euphorie au point de confondre un effet de rattrapage avec une croissance durable des trois principaux marchés mondiaux, l’automobile a accéléré sa transformation technologique. Un à un, les constructeurs se sont lancés dans les services connectés, la conduite autonome, les services de mobilité et l’électrification. Après 10 ans de start-up, d’annonces et d’investissements, l’électrification occupe l’essentiel de l’espace médiatique automobile depuis plusieurs mois. Certes, il s’agit du seul des 4 domaines technologiques à être directement contraint par des normes mais les autres technologies passent au second plan dans l’actualité également parce qu’elles ont besoin de se consolider.

Les nouvelles technologies remettent les pieds sur terre
1. La Connectivité et les services connectés
Mary Barra avait marqué tous les esprits en déclarant en 2012 que "l’automobile va traverser plus de transformations dans les 5 prochaines années qu’elle n’a connu durant les 50 dernières". Force est de constater que si les changements sont perceptibles, nous sommes loin de la révolution promise au lendemain de la crise. Les services connectés sont des échecs cuisants si bien que les constructeurs proposent des périodes gratuites de plus en plus longues. Les IHM sont parfaitement insupportables pour les utilisateurs et totalement supplantées par la projection d’écran (Apple CarPlay et Android Auto). Les constructeurs ont englouti des milliards en espérant pouvoir créer une distinction et assurer la fidélité des clients à travers des expériences utilisateurs mais le métier du digital n’est pas celui de l’automobile. L’identité de marque est attachée au véhicule, pas aux services connectés. La gageure était double car d’une part, le constructeur est resté à bonne distance du consommateur depuis toujours puisque tout passe par le filtre du réseau ou des agences de communication et, d’autre part, les services connectés viennent de l’univers des technologies de l’information et des environnements de la téléphonie mobile à savoir Apple, Android et Baidu (en Chine).

Pour reprendre l’exemple de GM, le constructeur vient de signer un accord avec Google pour le développement de ses prochaines IHM. Après l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Volvo et prochainement FCA, General Motors confie le développement de ses systèmes à Google. Le système OnStar développé en interne offrait des solutions peu convaincantes en matière d’expérience client. GM persévère en conservant les services OnStar mais l’accord avec Google s’inscrit dans une démarche de réduction des dépenses et des solutions déjà entamée avec les services de mobilité regroupés sous la marque Maven. GM ne cesse de se reconcentrer, avec une gamme qui perd du terrain en Amérique du Nord et une marche forcée vers l’électrification à l’heure où le marché reste faible et les contours des futures normes Américaines ont du mal à être discernés.

2. La conduite autonome
GM conserve son avance en matière de conduite autonome avec GM Cruise, mais le changement de braquet devient de plus en plus évident à l’échelle du marché. Premièrement, la réalité a pris le dessus sur la rhétorique complaisante à l’égard de Wall Street et des investisseurs consistant à se déclarer prêt pour des systèmes SAE de niveau 3 ou 4 d’ici à 2024. Ces systèmes vont prendre beaucoup de temps à se mettre en place pour des raisons de technologies, d’infrastructures et d’incompatibilité du parc roulant. Par ailleurs, les constructeurs comme Google ne souhaitent pas se lancer dans un marché où les responsabilités en cas d’accident restent du côté des concepteurs. Deuxièmement, le marché de la conduite autonome s’est réorienté en s’éloignant des voitures traditionnelles, qui se concentrent sur les ADAS, pour se focaliser sur les robotaxis. Troisièmement, le législateur n’a pas encore encadré la conduite autonome, les tests et les conditions d’utilisation des différents systèmes. La SAE vient très récemment de publier le texte J3018 qui offre les éléments clés au congrès Américain pour qu’il puisse légiférer sur les conditions de tests sur route ouverte.

3. Les services de mobilité
La course au déploiement semble toucher à sa fin. Les constructeurs offrent des solutions, timidement. GM a réduit Maven, Cadillac a retiré son offre d’abonnement (Book by Cadillac), Koolicar a abandonné le marché des particuliers, les trottinettes font face à de nouvelles réglementations, Uber perd sa flexibilité et licencie. Les nouvelles mobilités ont du mal à convaincre et à prouver leur rentabilité. La multiplication des services n’a pas encore prouvé un quelconque bénéfice environnemental et les plans intégrés visant à réorganiser les villes ne voient pas le jour faute de courage politique et d’investissements suffisants.

L’électrification sous haute tension
Il nous reste donc l’électrification. Les constructeurs se lancent sous la pression des normes. Il convient également de souligner que les dirigeants mesurent la difficulté de rentabiliser à court ou moyen terme les investissements vis-à-vis des services connectés, de la conduite autonome et des services de mobilité. L’électrification est donc l’offre technologique la plus rationnelle à rentabiliser et les pouvoirs publics sont mobilisés. Certes, les annonces grandiloquentes sur l’interdiction des moteurs thermiques dans 20 ans ont pu inquiéter mais la réalité a rattrapé les dogmes dans les ministères et l’Europe a donné la clé à tous les politiciens pour qu’ils puissent revenir sur leur parole sans perdre la face. Les texte européens ne permettent pas aux gouvernements d’interdire les véhicules thermiques selon la commissaire Européenne Elzbieta Bienkowska.

L’automobile électrique n’est pas la solution universelle et la technologie a besoin d’évoluer fortement pour devenir l’outil environnemental de mobilité tant vanté par ses partisans. La route est longue et il faut que les véhicules électriques percent pour que la technologie avance et devienne réellement bénéfique à l’échelle de la planète et pas seulement dans quelques centre villes de pays développés. C’est ainsi que l’automobile électrique peut s’offrir les premières loges à l’IAA de Francfort et faire parler d’elle dans la presse généraliste, spécialisée et financière à travers le récent lancement de la Porsche Taycan, l’exemption de taxes dont Tesla bénéficie en Chine, ou bien l’investissement de COX Mobility Group dans Rivian.

La révolution aura-t-elle lieu ?
Les mégatrends automobiles (électrification, connectivité, conduite autonome, services de mobilité) transforment plus l’industrie que les voitures elles-mêmes. Si les propriétés techniques évoluent sans cesse, nous avons plutôt à faire à une nouvelle segmentation du marché qu’à une révolution au niveau des modèles. Les robotaxis font de plus en plus parler d’eux avec des nouveaux entrants comme Navya ou May Mobility et des équipementiers (ZF, Bosch, Continental). L’automobile évolue comme elle a su le faire au fil des décennies. La pollution à partir des années 1960, la sécurité à partir des années 1970, les performances à partir des années 1980, le confort dans les années 1990 et l’allègement depuis une quinzaine d’années. Les accélérations dues à la crise de 2008 sont bien perceptibles avec l’intégration de nouvelles technologies digitales ou ADAS. Le marché se consolide avec des rachats en nombre et quelques disparitions. Après un faux départ au début des années 1900 et une nouvelle tentative vers la fin des années 1990, l’automobile électrique revient avec de meilleurs arguments et requiert le soutien des pouvoirs publics pour amorcer un marché qui se cherche. La route est encore longue pour que les VE percent franchement et durablement, d’autant que d’autres technologies thermiques ou hydrauliques sont à l’étude pour concurrencer l’électrique avec une mobilité abordable, fiable et propre.
Bertrand Rakoto

Partagez cet article :

Réactions

... Me semble-t-il ... Un état des lieux des "mega trends" qui agitent le monde de l"automobile assez réaliste, rationnel ou objectif ... Plus de raison que de passion.
Cela fait du "bien" ...
Probablement, ne fera-t-il pas "plaisir" aux partisans inconditionnels de la voiture électrique ?
Tant pis !
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 13 septembre 2019

Je pense très sérieusement que tout le monde s'égare sur ce sujet en confondant les désirs des clients (s'ils le sont !) et la technologie et l'innovation galopante qui font vendre à condition que quelqu'un en ait besoin !
Le mégatrend depuis une vingtaine d'année est que la Bagnole est devenue un pur utilitaire familial et qu'en conséquence elle devenue une contrainte sociale et financière pour ceux qui ne peuvent pas s'en passer et non plus un plaisir de conduite, de possession, de bling bling, un symbole de réussite sociale, etc... Le boom des trottinettes est l'air de rien très significatif et une conséquence directe de ce changement comportemental général.
C'est de sociologues dont nous avons besoin et pas d'ingénieurs en ce moment…
;0)
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

Qui est derrière ce Blitzkrieg? Ça part de partout ,tous les jours Greenpeace et les écolos occupent ces colonnes,un véritable pilonnage.
Les écolos mesurent la pollution dans la rue de Tolbiac,la Lycéenne traverse l’océan,des militants attaquent des centrales ou fermes.
On rebaptise un hangar avec des panneaux solaires une ferme,on oblige les constructeurs dans une course chimique qui sera peut être mortelle.
On dépense des fortunes dans le soutien de pseudos produits miracle....tout ça pourquoi .
Oui qui est derrière tout cela ?quelle force obscure agite les chiffons?La Chine?
Que cherchent les 21 Comissaires Européens.....de mettre leurs industries au tapis et laisser un champ de ruines derrière eux?
Comment peut on pousser à consommer de l’électricité sans avoir le courage de dire comment fabrique t’on ses électrons.
Le gouvernement a décider de fermer 25 réacteurs Français oui j’ai bien dit 25 ! Est ce que quelqu’un ici a une idée du désastre ? Tout ça pourquoi ? Par la peur de perdre des élections emporté par une marée verte,tout simplement.
Il règne un climat de violence chez les verts et vegans qui sont cousins!
Résistons on va nulle part en VE et c’est du consommable ,seul véhicule au Monde qui au bout de six ans ne vous donne plus que 70% de ses capacités,que ceux qui doutent regardent leurs autonomies de PC et téléphones dans ces mêmes périodes.
Une batterie vaut entre 9/et 40000€ pour les extrêmes ,qui fera cette dépense lors de la perte d’autonomie?personne et cela finira à la déchèterie..
Les scénarios à la Mad Max sont plausibles
alain boise, Le vendredi 13 septembre 2019

@Alain pourquoi prenez vous toujours cette posture de l'homme du passé?
L'équation actuelle est que nous allons dans le mur, pas besoin d'être écologiste pour le comprendre.
Que proposez-vous ?
Quand à privilégier le maux électron au maux ICEles gouvernements veulent aussi asseoir leur souveraineté et ne plus être dépendant de pays tiers avec lesquels l'entente n'est pas vraiment cordiale.

encore une fois, au lieu de dire c'était mieux avant ou c'est moins pire qu'avant que proposez vous comme solution pour que ce soit vraiment différent?
Grumly Ours, Le vendredi 13 septembre 2019

Eh oui Grumly, c'est son PB de vivre encore dans les 30 glorieuses, le Concorde, Le France et de refuser totalement tout progrès par peur du futur.
Son combat : détruire le VE.
So Graal : le Diesel.
Sa Marotte : le Nuke
C'est lassant, je ne lis plus je survole…
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

Qualifier "l'autre" d'homme du passé voilà qui est singulièrement simplificateur et "manichéen" ...? ...A fortiori quand il est nullement démontré que le "progrès" constitue une évolution positive pour la "multitude" ...
Aussi une recommandation...
Evitez donc les jugements de valeur (à l'emporte pièce...) et restez sur le seul cadre du sujet de la chronique et cet espace de dialogue y trouvera mieux son compte ...
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 13 septembre 2019

ADRX,
positive par sûr, mais assurément inévitable !
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

Mais où dis-je c’etait Mieux avant?je vis ma vie de bagnolard et m’inquiete De cette tournure,moi l’homme du passé......certainement un des rares ici à rouler électrique!!!
S’en prendre à l’homme est lache alors que je développe des idées et convictions et vous êtes enfermés dans vos insultes perpétuelles pour me dégoûter d’écrire .....c’est cela aussi le Blitz.
Écrire ici est extrêmement chronophage et coûteux en Wh .
Oui on va nulle part en VE ....j’en ai une!!
alain boise, Le vendredi 13 septembre 2019

"Écrire ici est extrêmement chronophage et coûteux en Wh"
Oh oui faites des économies SVP !
Merci
;0)
Alain,
si vous venez ici pour discuter, débattre, il faut que vous acceptiez la contradiction et arrêter de nous insulter dès nous ne sommes pas d'accord avec vous et vous opposons des arguments contraires.
Luc os, Le vendredi 13 septembre 2019

@Alain @Druide
j'ai parlé de posture...merci de lire tous les mots!

@Alain
justement vous roulez en Prius Pugin,
donc vous avez probablement vous même profité d'une prime écologique que vous critiquez, vous vivez au quotidien les avantage/contraintes du VE, de l'E85...

Mais vous continuez à clamer :
qu'il faut conserver le diesel (que vous n'utilisez plus),
que notre industrie se meurt (mais l'emploi automobile en France se porte bien)
que la production d'électricité pollue (mais celle des énergies fossiles aussi)
etc...pour les pesticides et l'agriculture etc...
En cela vous prenez une posture qui relève de la caricature.
La bonne idée n'est pas encore universelle et sûrement pas l'apanage d'un camp ou d'un autre.
Mais ce qui est sûr c'est que l'avenir ne peut rester dans la continuité du passé sinon nous n'aurons pas d'avenir, nous humain, que l'on soit carnivore ou vegan, pro diesel ou pro VE...
Moi je crois plus dans l'échange et l'écoute.
Grumly Ours, Le vendredi 13 septembre 2019

Pour en revenir à la question du titre, j'avoue que perso je sature sur les VE et consorts en ce moment qui occultent, à la BFM, beaucoup trop les autres sujets.
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

Je vous mets au défi de trouver une insulte sur mon clavier et mes écrits.
Non je ne bénéfice d’aucune aide .....c’est un VO et c’est mon métier.
Vous êtes à la recherche d’un web conflit journalier allant dans la provocation si je n’écris Rien ,c’est une pathologie très particulière.
Le Zodiacal a Nicolas et ses 2x 200 cv m’attend ...désolé et Kenavo.
De l’électricité OK mais comment la fabrique t’on? Et le Diesel moderne est l’ami de la planète !
alain boise, Le vendredi 13 septembre 2019

Pour revenir au sujet, et par ce que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.

Le VE maintenant j'y crois. Ce mode de propulsion a fait la preuve de sa capacité à devenir le seul et unique véhicule du foyer par la TM3.
Pour la première fois vous pouvez traverser l'Europe à quasiment la même moyenne qu'en véhicule ICE (pause de 15mn toutes les 2 à 3h).
Cela signe la mort du PHEV mais aussi la démonstration que la technologie évolue (enfin).
Il me semble que le virage technologique est en train d'être pris et le développement des offres le prouve mais surtout le développement de performances.
Exit le côté Zen/écolo prôné par la Prius et la zoe avec leurs pétales...
Les constructeurs vendent de la performance, du 0-100km/h et cela fonctionne ! Ouch sale temps pour les "khmers verts" Alain ;)

J'en reviens donc à l'article,, c'est là toute la différence avec les technologies qui ont fait flop'...aucune ne faisait rêver le client...le vrai, celui qui achète.
Là avec le VE perfo (Long range+charge rapide) cela fait mouche !

PS: pour les incitations fiscales; le diesel en son temps a largement profité des ces incitations au travers la TIPP la TVS ou les le malus eco.
Grumly Ours, Le vendredi 13 septembre 2019

L'ami de la planète seront plutôt vos chaussures. votre vélo, le bus et le train...
;)
Jean MAURICE, Le vendredi 13 septembre 2019

Encore mieux que Jean MAURICE, restez chez vous, n'allumez pas d'appareils électriques, douche froide, chiottes sèches, pas d'enfants mais surtout, beaucoup de fun !
Ca va pas être facile, mais avec un peu de volonté.
Centre de Gravité, Le vendredi 13 septembre 2019

Ceux qui aiment la bagnole apprécieront le roucoulement d'un flat-twin, le feulement d'un L6, les borborygmes d'un V8, le râle d'un flat 6 etc... mais sûrement pas un 2-3-4-5008, et autres capture/duster et c-cross bétaillère machin utilisé à tout va pour toutes les actions quotidiennes.
Jean MAURICE, Le vendredi 13 septembre 2019

On aime pas la bagnole ici, on aime les vendre…
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

@Centre de gravité (bas)
Claude PEIPLU disait "l'automobile révèle ce qu'il ya de pire chez l'individu ""
Jean MAURICE, Le vendredi 13 septembre 2019

@Jean Maurice, ce pauvre Piéplu n'ayant plus de pieds (évidemment) devait sans doute détester marcher et aurait dû adorer les voitures.
Centre de Gravité, Le vendredi 13 septembre 2019

L'automobile a anéanti en 50 ans ce qui avait mis des milliers d'années à se mettre en place: la ville le village le bourg des structures humaines où tout était organisé autour de la marche à pied: Travail, commerce , loisirs éducation services en tout genre. L'auto est devenue un prolongement de l'individu, à la manière du fauteuil d'un hémiplégique.
Le plaisir de mon grand-père qui mettrait la DS en route religieusement le dimanche a quant à lui disparuw.
Jean MAURICE, Le vendredi 13 septembre 2019

Parmi toutes les bêtises qui sont écrites ici à chaud (moi y compris), presque tous disent aussi des choses de bon sens.
C'est Bruno qui a raison, nous trouverons encore pour dix ans tout type de véhicules avec tout type de carburant et moteurs sur les routes de la planète.
Lucos pareil, le VE le gave, car tout initié et pro sait que la charge c'est la galère et tous les constructeurs nous laissent dans la merde une fois qu'on a payé et sorti de la concession, sans compter la garantie merdique pour la batterie de 160000 km ou quelques années. Premier terme échu.Sauf Tesla, chez eux c'est km illimité.
Je viens de faire sur sept semaines sur les autoroutes européennes plus de 7000 km pour rejoindre des capitales entre France et Suisse, France et Allemagne et France-Espagne-Portugal.
Alain Boise a raison avec un VE nous allons nul part sauf si on est riche...nuance!
Dans le centre de Lisbonne (grosse disparité de revenus au Portugal) je n'ai jamais autant de Tesla circuler et Nissan Leaf, plus quelques ZOE.
Ceci donne tort à Grumly car à Lisbonne que des riches à leur volant.
Après enquête tout est loué ou payé comptant. Pas de crédit là bas ou alors à 17% TEG. Un truc de pauvres.
Tesla a ouvert un showroom dans le centre commercial de Lisbonne le plus riche du pays...et les Tesla se vendent comme des petits pains.
C'est l'arbre qui cache la forêt...mais au même temps un pays ou chaque frontière au nord-sud-est-ouest est à moins de 350 km...il ne faut pas prendre les riches portugais pour des idiots !!
Tout petit pays riche (Luxembourg, Suisse, etc.) va voir beaucoup de riches qui vont rouler VE ! Pour le reste ils prennent l'avion.
Le groupe VW peut avoir tort ou raison, peut être qu'ils vont placer leur 20 millions de VE à terme...mais avoir (pour une entreprise mondial comme VW) seulement 20000 précommandes de son ID3 est à mon avis très INQUIETANT. Quelqu'un doit payer la note.
A la grande époque du passé Tesla a eu en pré commande beaucoup plus plus de 500000 véhicules sur une gamme de deux ou trois VE.
Donc encore Grumly a tort car si les millions de VE ne vont pas se vendre c'est que Grumly est un fan de VE mais ne sors pas, il reste dans ce qu'on appelle "sa zone de confort" comme Alain Boise !
Je revient sur l'immense BORDEL que sont les bornes de recharge en France ...et les déconvenues de tous ceux qui s'y sont frottés à court de jus et ont SUBIT et continuent de SUBIR, tant qu'il y n'y aura pas un coup de gueule sérieux dans la presse grand public...ou que les constructeurs se trouvent en ventes presque nulles de VE....mais par contre c'est la fête chez les RICHES en Tesla tous les jours.
Chez eux pas de galère pour charger et moi cet été invité par un copain riche j'ai eu en Espagne de bons restaurants et de bons hôtels avec des super chargeurs Tesla à dispo.à chaque étape et aucun en panne.
Cher Grumly vous n'êtes pas riche, quel dommage.
Par contre il est hors de question pour moi de mettre un centime dans un VE, car MA SOLUTION pour les deux ans à venir est le PHEV, surtout si c'est chez Toyota. Mes Toyota hybrides ne dépensait pas beaucoup d'essence et avec une hybride PHEV, j’irai encore moins à la pompe à essence, surtout en ville.
Eh Grumly "nothing personal" de ma part.
Bon WE à tous.
Jo Duchene, Le vendredi 13 septembre 2019

Pré commandes Jo ,pré c’est pas commande,déjà 800 VD pour les concessions,allez le gros Marcel retrousse tes manches
alain boise, Le vendredi 13 septembre 2019

Jo,
ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit SVP.
Le VE ne me gave pas du tout, ce sont les articles incessant sur ce sujet qui deviennent lassants et surtout occultent tout le reste dont des sujets importants.
Merci
;0)
Lucos, Le vendredi 13 septembre 2019

Et pour finir ,de l’elec pourquoi pas mais avec quoi la fabriquet’on?vous finirez par admettre que ma solution est la plus propre.....à moins de vivre dans le mensonge ..comme certains
alain boise, Le vendredi 13 septembre 2019

Nul besoin et c'est inutile de lire des propos réducteurs du genre" un tel et un tel est POUR ou CONTRE le VE", car il suffit de lire (et on trouve de tout) sur des sites web (même uniquement dédiés aux VE) et certains ont la dent dure contre Monsieur Tavares, président de la ACEA:
Monsieur Tavares dégaine publiquement et s'expose à des critiques du genre ci-dessous, de la part de lecteurs de ces mêmes sites:

"M Tavares, vous avez la responsabilité d’avoir trainé des pieds le plus longtemps possible pour rester dans le carbone. Vous êtes responsable de la non formation de votre réseau de vente et de la politique du discours commercial « mais bien sûr que nous avons des VE… Mais si je peux me permettre, nous avons aussi les derniers modèles essence… » Vous avez aussi la responsabilité d’un énorme retard dans la proposition de VE à batteries, longtemps, trop longtemps, vous avez agité l’étendard de l’hydrogène en sachant que les technologies sont plus chères pas prêtes et que le réseau de distribution n’existe pas.
VW semble moteur aujourd’hui sur les VE, c’est parce qu’ils ont pris une cartouche avec le dieselgate. Et ce n’est pas fini. Mais tous les constructeurs sont aussi coupables et responsables de ces triches. Si Tesla n’était pas là, on entendrait toujours les mêmes rengaines, « Le VE ça ne marchera jamais ! Mais quelle est la longueur de la rallonge ? Les batteries c’est nul et ça pollue comme 400 Twingo… »
Il est grand temps que politiques et constructeurs se mettent très sérieusement au boulot ! Problème, tous les constructeurs généralistes n’aurons pas les capacités de pleine production des batteries avant 2 ou 3 ans.
Pour que le transport devienne propre, il est impératif de déployer les énergies renouvelables et le stockage qui va avec"

Je ne vais pas commenter, pprouver ou désapprouver ce qui est dit par cet internaute.
Je constate par contre que Tesla mène des recherches et qui ne reste pas les pieds dans le même sabot,et la présentation récemment par ses labos d'un accumulateur qui "serait capable de supporter plusieurs milliers de charges, même en température élevé" ne ressemble pas à une bague !
C'est d'une tristesse infini de voir une certaine presse automobile, qui passe sa vie à se gausser que chaque fois un constructeur allemand sors un VE hors du commun (hyper cher de surcroit) c'est pour une énième FOIS déglinguer Tesla de son piédestal.
Porsche combien de divisons (ou d'exemplaires) seront vendus, mon général ???
Ils sont dans la course, mais toujours dérrière comme ses copains génies de la technologie allemande !
Simplement le savoir technologique, mon coco, est aujourd'hui hors des frontières et ne parle pas forcément allemand !
Traitez-moi d'anti allemand, je prends encore une bière allemande bien sur !!
.
Jo Duchene, Le samedi 14 septembre 2019



Michael Lohscheller, DG Opel-Vauxhall : "Nos fondations reposent désormais sur de la pierre, plus sur du sable"
L’emploi a cessé de chuter chez les équipementiers en France



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017