Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Société - 13/02/2020

Municipales 2020 : Quelles propositions pour la mobilité dans Paris ?

Pass de mobilité universel, ligne de bus express, ouverture de nouvelles voies cyclables, interdiction des scooters thermiques et même suppression du périphérique, tour d’horizon des propositions des différents candidats à la mairie de Paris en matière de mobilité.

Hier matin, les candidats à la mairie de Paris ont exprimé leurs priorités en matière de mobilité, en réponse à une invitation du CCFA et de l’URF (l’Union Routière de France). En préambule, Muriel Goffard du cabinet Kantar, a présenté une étude qui pointe les difficultés à satisfaire à la fois les Parisiens et les Franciliens. D’un côté, des Parisiens motorisés à seulement 34% (-8 points en 25 ans, soit 300 000 voitures en tout) qui se déplacent principalement en transport en commun (pour 50%) et autant à pied qu’en voiture, des Parisiens qui subissent la pollution alors que les deux tiers des véhicules circulants proviennent de l’extérieur de la capitale. De l’autre côté, des "banlieusards" de la 2e couronne, motorisés à 85% (+4 points, soit un parc qui a doublé sur la période, à 2,4 millions de véhicules), dont 49% prennent, par choix ou obligation, leur voiture pour aller travailler.

Quelles solutions préconisent les candidats pour fluidifier et aérer Paris sans empêcher les Franciliens de se rendre à leur travail dans des conditions décentes ? Voici une synthèse de leurs propositions dans leur ordre d'intervention.
Pour Gilles Mentre, représentant de Rachida Dati (LR), "on ne doit pas imposer un mode de transport par idéologie ; le vélo tout le monde est pour mais ce n’est pas adapté à tous les déplacements, Paris n’est pas Bruges. Nous souhaitons créer des axes traversants pour les voitures et les bus. Nous sommes aussi favorables à la création de gares à vélos et de voies cyclables permettant aux familles, en toute sécurité, de se rendre dans les deux grands bois de l’est et de l’ouest parisiens. Nous ne voulons pas révolutionner les transports, ni supprimer le périphérique comme certains ; nous souhaitons proposer un schéma au sein du Grand Paris qui soit concerté, soumis à une Assemblée de la Mobilité".

Gaspard Gentzer,  à la tête du mouvement "Parisiennes, Parisiens" : "Paris est sous tension, entre ceux qui y vivent et ceux qui viennent y travailler. Mais dans Paris nous sommes tous des piétons à un moment ou un autre et nous souffrons tous de la difficulté de se déplacer sur les trottoirs, encombrés et détériorés. Nous allons boucher les trous et tripler les amendes pour incivilité en nous appuyant sur la police municipale. Nous misons sur l’équilibre et la complémentarité des modes de transport et comptons favoriser l’autopartage, le vaporetto (bateau-bus) et la voiture électrique en multipliant par 5 le nombre de bornes pour atteindre 1 000 stations au total. Quant au périphérique, nous considérons que c’est une anomalie historique que nous voulons supprimer mais c’est un projet sur 20 ans, qui ne se fera qu’avec le développement d’alternatives et du Grand Paris Express, très en retard"

Delphine Bürkli, représentante de Benjamin Griveaux (LREM), a rappelé pour sa part que des investissements importants sont réalisés par Ile-de-France Mobilités pour améliorer et renforcer l’offre de transport "pour être prêt en 2024". Elle milite pour "une vision globale sans opposer les modes de transport" mais en favorisant tout de même les véhicules électriques ("avec une fiscalité incitative en complément de celle de l’Etat"), les vélos (avec "80 km de voies dédiées supplémentaires pour que le vélo monte de 5% à 20% dans les modes de transports") et en améliorant la fluidité des bus : "Nous voulons doubler leur vitesse commerciale, tombée à 6 km/h, en sanctionnant davantage les autres usagers qui les gênent, en leur donnant la priorité aux feux et en leur réservant une voie sur le périphérique", dit-elle.
Elle envisage un pass unique donnant accès à tous les transports et des prix dégressifs en dehors des heures de pointe. Elle souhaite enfin accélérer l’automatisation des métros, "à commencer par la ligne 13, la plus perturbée", et prendre une mesure radicale : "interdire les scooters thermiques et aider leur propriétaire à passer à l’électrique". (voir son programme).

Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo, rappelle que : "Au-delà de l’aspect mobilité, nous avons une responsabilité de santé publique", soulignant que "300 000 habitants vivant proche du périphérique sont gravement touchés" et que "6 000 morts par an à Paris sont attribuables à la pollution. Cette pollution ne vient pas que de l’automobile mais c’est la source principale sur laquelle nous pouvons agir en tant qu’élus locaux". Il faut donc "faire respecter des Zones à Faibles Emissions en installant des caméras qui lisent les plaques et peuvent identifier les contrevenants”.
"En matière de congestion, nous considérons que l’infrastructure routière est suffisante mais que c’est l’autosolisme qui pose problème. En développant le covoiturage, on règlerait déjà une partie du problème", dit-il. 
Il souligne que le tramway, "qui avait été critiqué avant son lancement", a rempli sa mission en étant "utilisé par 60% de non-parisiens". Il manque encore un réseau express de bus longue distance et des navettes électriques à la demande, estime-t-il.
L’objectif aujourd’hui est de "réussir le Grand Paris Express qui reliera notamment des villes de banlieue sans passer par Paris, et développer l’intermodalité, avec un pass universel, et en créant des hubs de mobilité au niveau des gares à l’échelle du réseau transilien et en développant les offres d’autopartage". (voir son programme).

Cédric Villani a pour sa part beaucoup critiqué, comme "l’arrêt du Diesel en 2024 souhaité par l’équipe en place", et fait quelques propositions concrètes : automatiser la moitié des lignes de métro en 2026 ; réduire de moitié le nombre de places de parking en voierie et les augmenter en sous-sol et hors de Paris en créant des lignes de bus express ; créer un pass universel intermodal et soutenir l’achat de deux-roues électriques avec une aide de 2 000 euros (lire son programme).

Enfin, le candidat écologiste, David Belliard, également représenté, a évoqué son projet de piétonnisation du centre de Paris, de suppression de la moitié des places de parking pour les remplacer par des arbres et des voies cyclables, de sécurisation des trajets à vélo et de développement du tramway en remplacement de certains bus (lire ses 20 propositions).
Xavier Champagne 

Partagez cet article :

Réactions

Et si on supprimait les élus qui nous polluent en 2025 ?
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

Combien a couté le passage du statut de Préfet à Maire à Paris?
Inflation de salariés,usine abouchons,la visite à Retromobile et l’odyssée pour rendre visite à des amis (3 ieme)ressemblât à un raid.
Paris se ferme .....et est toujours aussi pollué ,le populisme Vert va terrasser une industrie.
Resistanza canal piston historique
alain boise, Le jeudi 13 février 2020

Siempre !
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

Hasta siempre la Victoria ( le grand Carlos puebla)
alain boise, Le jeudi 13 février 2020

Et si on arrêtait juste d'entasser les entreprises et les gens qui vont avec autour de cette ville ?
Nous restons sur le schéma du roi soleil où tout le pouvoir était et devait être centralisé.
Je me rappelle quand Renault avait annoncé la construction du TCR, on était à la limite de dire que c'était en province... Guyancourt.
Le problème est le cercle vicieux du "si je veux trouver les bons candidats, je dois être sur Paris" côté entreprise et donc "si je veux trouver un job, je dois être sur sur Paris" côté employé... du coup on concentre encore et toujours un peu plus. Et pendant ce temps là on vide les campagnes qui sont avant tout le territoire faut-il le rappeler.
Mme & Mrs de la politique, avant d'être soi-disant écologiques, commencez par être logiques.
Frederic, Le jeudi 13 février 2020

D'où les combats pour conserver et développer tous les services à la campagne en le doublant de l'installation de la fibre pour tous comme l'a fait le département de l'Eure et Loir.
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

Ahhhh l’heure et le Loire et sa fibre optique,les flèches de sa Cathedrale.
Paris est Paris que vous le vouliez ou pas ,l’histoire de France se fait à Paris et nulle part ailleurs ......avec ou sans fibre.
Tout se décide la ,tous les trains vont à Paris et non à Rome,le futur plus grand aéroport Européen,le grand Paris.
Paris je t’aime et Brest aussi.....voire Toulon,bref j’aime la France
alain boise, Le jeudi 13 février 2020

Et oui, le moindre petit village aura la fibre d'ici fin 2021.

J'attends !!! lol

C'est sympa la Beauce mais un peu plat...
Porte Nawak, Le jeudi 13 février 2020

"Ce pays est plus ras que la plus rase table.
À peine un creux du sol, à peine un léger pli.
C’est la table du juge et le fait accompli,
Et l’arrêt sans appel et l’ordre inéluctable."
;0)
Psst comment peut-on aimer Brest ?
;0))
Lucos de Beauce el Peggy, Le jeudi 13 février 2020

Peguy…
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

La Beauce n’est qu’un grenier à grains et ses champs n’ondulent qu’à la moisson.
Le reste n’est qu’un dortoir à Parisiens chassés par les prix.
Aucune âme les yeux rivés sur le cours du blé
alain boise, Le jeudi 13 février 2020

Bon...après le cercle des poètes, si on reparlait de Annie Dingo, des autres furieux et de leur course aux propositions surréalistes juste pour attraper le vote vert qui va leur manquer à la fin ?
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

Un vert ça va .....mais huit
alain boise, Le jeudi 13 février 2020

Moi qui habite à Paris depuis cinquante ans...je ne perds pas mon temps à commenter des plus au moins de débilités, et souvent sans le moindre bon sens des réalités économiques de la ville, de la part de "clowns" politiques arrivistes ou parachutés !
Jo Duchene, Le jeudi 13 février 2020

Faut reconnaitre que cette année à Paris les municipales sont animées par une belle brochette de vedettes !
Du vert clair au vert de gris, le choix est génial !
Bon courage et prévoyez les pinces à vélo…
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le jeudi 13 février 2020

Manque une couleur ce matin…
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le vendredi 14 février 2020



270 groupes référencés dans l'Annuaire des groupes de distribution
Michelin : des volumes de vente en baisse mais un bénéfice en hausse



Copyright © 2020 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017