Equipementiers - 24/02/2020

Airbus des batteries : l'indispensable graphite bientôt fabriqué en Europe ?

(AFP) Partie à la reconquête du marché des batteries automobiles, l'Europe va devoir sécuriser ses approvisionnements pour cinq matériaux clefs : nickel, lithium, manganèse, cobalt et graphite. Seul le dernier peut être fabriqué. Mais là, petit problème : toute sa production est aujourd'hui concentrée en Asie.

Partagez cet article     

Le Français Carbone Savoie et l'Allemand SGL Carbon, les deux seules entreprises européennes jugées en mesure de se lancer sur ce marché, ont été conviées à rejoindre le grand projet lancé par Bruxelles pour retrouver sa souveraineté sur le marché clef de l'électromobilité.
"Merci de nous avoir fait monter à bord de l'Airbus des batteries alors que, pour être honnêtes, nous n'étions pas sur la liste d'embarquement", a lancé Bruno Gastinne, président du conseil de surveillance de Carbone Savoie, à la secrétaire d'Etat à l'Économie Agnès Pannier-Runacher, venue jeudi dernier inaugurer les dernières installations de l'entreprise à Vénissieux (banlieue de Lyon).
Acteur historique des métiers du carbone et du graphite, fondé il 120 ans, Carbone Savoie ne produit pas à ce jour les qualités de graphite nécessaires aux véhicules électriques.
"Pour rattraper le retard sur les Chinois, il faut mettre le paquet et investir beaucoup", a souligné devant la ministre le responsable de la R&D, Régis Paulus.
L'enjeu est de taille : "un véhicule de type Tesla embarque 70 kilogrammes de poudre de graphite", souligne le président de l'entreprise Sébastien Gauthier, interrogé par l'AFP.
Carbone Savoie a mis au point dans ses laboratoires un nouveau procédé qui consommerait, affirme la société, 50% d'énergie en moins que ceux existants et produirait deux fois moins de déchets.
"On sera moins cher et plus efficace que les produits chinois avec une moindre consommation d'énergie. La difficulté, c'est qu'il nous faut aller vite", relève M. Paulus.
D'où la recherche de fonds engagée par l'entreprise : "On ne peut pas le financer seul ; on va avoir besoin d'aide", souligne M. Gastinne, en chiffrant l'investissement nécessaire "à plusieurs dizaines de millions d'euros".
Car si aujourd'hui l'entreprise va bien et dégage des bénéfices, elle n'est pas passée loin de la disparition.
Il y a cinq ans, Carbone Savoie était condamnée à la fermeture par son actionnaire Rio Tinto qui l'avait trouvé dans la corbeille de mariage lors de sa reprise du fabricant d'aluminium Péchiney.
 
Cathédrale souterraine
Le métier traditionnel de Carbone Savoie est en effet la fabrication des anodes - de carbone ou de graphite - utilisées pour la production d'aluminium par électrolyse.
Devant les assauts de la concurrence, son chiffre d'affaires était tombé il y a cinq ans à 60 millions d'euros, avec des pertes annuelles se chiffrant en dizaines de millions.
Repris par le fonds de retournement Alandia Industries, la société a beaucoup investi - plus de 40 millions d'euros depuis 2016 - a amélioré sa compétitivité - avec une production en hausse de 60% à effectifs constants - et engagé une politique de diversification pour réduire sa dépendance au marché cyclique de l'aluminium.
Les graphites de spécialité sont ainsi passés de 0 à 15% des ventes depuis le changement d'actionnaire.
Aujourd'hui, Carbone Savoie emploie 400 salariés sur ses deux sites de Vénissieux et de Notre-Dame de Briançon (Savoie). L'entreprise a dégagé l'an dernier un bénéfice net de 17 millions d'euros sur un chiffre d'affaires de 127 millions d'euros.
Carbone Savoie a notamment investi 10 millions d'euros pour réduire de 98% les émissions de son usine de Vénissieux, située en plein coeur de l'agglomération lyonnaise.
Le nouvel investissement salué par Mme Pannier-Runacher est un four de cuisson à gaz - une dépense de 11 millions d'euros qui a permis à la société de doubler ses capacités. Cette "cathédrale de briques", installée cinq mètres sous la surface du sol, devrait permettre à l'entreprise d'abaisser de 10% ses coûts de revient.
Le carbone qui y est produit à partir de coke de pétrole est ensuite transféré à Notre-Dame de Briançon où il devient du graphite en étant soumis à un courant électrique intense, fourni par les barrages hydroélectriques voisins.
AFP

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Vive les ingénieurs !

Bruno Haas, Le 24/02/2020 à 10:16

Je dis la même chose....mais souvent des incompétents disent aux ingénieurs de faire des choses qui manquent de bon sens...ou juste à la moitié !

Jo Duchene, Le 24/02/2020 à 15:34

Nous n'allons pas refaire l'histoire....mais si les concurents de Tesla sachant qu'ils n'auraient jamais eu les moyens d'investir dans un réseau de bornes de recharge mondiale, et ceux-ci n'existant pas en Europe surtout, et c’étaient contenté de passer à l'hybride rechargeable en transition...ils n'auraient pas commis la terrible faute d'investir des milliards sur une filière pas prête....et là nous voyons le chiffre minuscule des ventes !
La course en avant de cette erreur dans laquelle on persiste est pire...car les administrations des pays européens de manière totalement PERVERSE n'ont rie fait pour développer les infrastructures de charge.
Au vu de la puissance des coréens (et ne parlons que d'eux) dans le domaine (Kia:/Hyundai) des hybrides et rechargeables sinon VE, nous laisse aucune chance de faire un chiffre d'affaires correct dans cette nouvelle filière !
Le coq à les pieds dans la merde jusqu'au bec !!

Jo Duchene, Le 24/02/2020 à 15:51

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 24/02/2020

Nouvel organigramme dans les structures de Daimler

A compter du 1 er avril 2020, Daimler annonce une nouvelle organisation avec la création de nouvelles fonctions au sein de sa structure Mercedes-Benz Cars. Wolf-Dieter Kurz est nommé stratégie produit et pilotage de Mercedes-Benz Cars. Markus Schäfer prend la nouvelle direction des opérations de Daimler AG et contrôlera également les processus de création de valeur de Mercedes-Benz Cars. Harald Wilhelm devient directeur financier de Mercedes-Benz AG.

Mouvements

Le duo Delbos-Senard face aux agences de notation

Comme on pouvait le prévoir les grandes agences de notation ont dégradé cette semaine la note de la dette Renault et affiché des objectifs de cours en baisse. Les dirigeants de Renault préfèrent d'évidence jouer le discours de vérité qui mobilisera les équipes plutôt que de raconter aux marchés et analystes ce qu'ils aimeraient entendre. Par Bernard Jullien

Analyse

Catégorie Equipementiers

Plastic Omnium dit pouvoir tenir sans activité au moins jusqu’à fin juin

Alors que l’équipementier redémarre son activité en Chine, il met ses usines européennes et américaines à l’arrêt, faute de demande de la part de ses donneurs d’ordre. Il dispose d’une trésorerie suffisante pour faire face à un arrêt total de production "au moins jusqu’à la fin du premier semestre", dit-il.

25/03/2020

Coronavirus : Bosch va fortement réduire son activité en Allemagne

(AFP) - Le premier équipementier automobile mondial Bosch a annoncé vendredi qu'il allait "fortement réduire" ses activités en Allemagne et fermer des usines pour réagir à la chute de la demande mondiale dans l'automobile provoquée par la pandémie de coronavirus.

23/03/2020

La Fiev crée un fonds pour soutenir les nouvelles mobilités

La Fiev a créé le fonds Keyros, présidé par Bernard Streit et doté de près de 33 millions d'euros, destiné à soutenir et promouvoir les nouvelles mobilités en France. Le syndicat des équipementiers s'est aussi doté d'une nouvelle organisation pour confier à ses adhérents la direction et le management de ses services.

11/03/2020

A Strasbourg, des chercheurs en quête des plastiques de demain

(AFP) - De pansements "intelligents" à base de carapaces de crevettes à des matériaux d'isolation issus de micro-algues, des chercheurs planchent sur les bioplastiques de demain dans des laboratoires de Strasbourg, la "Mecque des polymères" aujourd'hui en pointe sur ces matériaux qui ont le vent en poupe.

09/03/2020

Valeo mise sur l'électrification pour poursuivre sa croissance

"Avec Valeo Siemens eAutomotive, nous avons créé un leader de la chaine de traction électrique dont le chiffre d’affaires va progresser dans les années à venir", affirme Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo. En perte, la co-entreprise sera à l'équilibre en 2022, prévoit-il.

24/02/2020

Plastic Omnium : activité en hausse mais rentabilité dégradée en 2019

Plastic Omnium a vu son activité progresser de 1,1%, à périmètre et change constants, l'année dernière. Sa rentabilité opérationnelle s'est dégradée en raison de l'intégration de HBPO, de la hausse significative de ses amortissements et des pertes de son usine de Caroline du Sud.

20/02/2020

Faurecia atteint ses objectifs de 2019 et confirme ses ambitions à moyen terme

Faurecia résiste face à la crise, avec une rentabilité encore solide en 2019, à 7,2% de marge opérationnelle, et un cash flow de 587 millions d’euros, en hausse de 11%. Il ambitionne de rester au dessus des 7% de marge en 2020 et a confirmé ses objectifs à horizon 2022, notamment une marge de 8% sur un chiffre d’affaires de plus de 20,5 milliards d’euros (contre 17,768 milliards en 2019).

18/02/2020

Michelin : des volumes de vente en baisse mais un bénéfice en hausse

(AFP) - Michelin a dévoilé lundi un bénéfice net en hausse de 4,2%, à 1,73 milliard d'euros en 2019. Le manufacturier français de pneumatiques a résisté à la baisse du marché automobile mondial grâce à une part plus élevée de pneus haut de gamme dans ses ventes.

13/02/2020