Constructeurs - 26/07/2019

Navya va arrêter de produire ses navettes autonomes

Le marché du véhicule autonome n'est pas encore prêt, constate Navya, qui va arrêter de produire lui-même des navettes autonomes pour proposer sa technologie (logiciels et capteurs) à des partenaires constructeurs, comme le premier d'entre eux, Charlatte Manutention.

Partagez cet article     

Avec seulement 18 véhicules vendus ce semestre (contre 36 au premier semestre 2018) et un chiffre d’affaires en baisse de 32%, à 6,150 millions d’euros, le fabricant de navettes autonomes Navya a décidé de revoir son modèle économique en arrêtant la production de navettes pour se concentrer sur l’intégration de sa technologie (logiciels et capteurs) dans des véhicules tiers. "Le marché des navettes autonomes restera un marché d’expérimentation pour les 24 prochains mois avant un décollage lié au retrait de l’opérateur de sécurité", estime ainsi l’entreprise qui précise qu’elle poursuivra la production de navettes jusqu’à ce que l’intégration de ses technologies dans d’autres véhicules se fassent. Cela débutera dès le second semestre 2019, avec un test de véhicule autonome pour le transport de marchandises dans le cadre de sa collaboration avec Charlatte Manutention, l’un des tout premiers constructeurs mondiaux de véhicules de transport aéroportuaires. Puis les deux partenaires testeront une navette de voyageurs en 2020. Navya entend également fournir sa technologie à un ou deux autres partenaires en 2020.

Un financement assuré
Ce changement de modèle économique va générer des économies pour Navya, qui a perdu 18,1 millions d’euros l’an dernier, contre 11,5 millions en 2017. Après sa levée de fonds de 37,6 millions d’euros lors de son introduction en Bourse en juillet 2018, l’entreprise vient de souscrire 15 millions d’euros de financement auprès de la Banque Européenne d’Investissement (une seconde tranche de 15 millions est prévue plus tard) et va recevoir un apport de 20 millions d’euros de la part de son partenaire coréen Esmo Corporation, qui va bénéficier de l’exclusivité des produits Navya en Corée du Sud et dans certains pays d’Asie, notamment le Japon et la Chine.
Xavier Champagne

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... Joli atterrissage...sur le ventre ...
Le nouveau modèle est financé, notamment, par les Coréens qui ont une belle contrepartie pour 20 M€ ... Qu'en pensent les autres actionnaires ?
Attendons les exploits de la nouvelle équipe ...un nouveau partenariat porteur de retombées "indus" au moins....

... Quand au fondateur de Navya ...des nouvelles ?
;0)

ADEAIRIX, Le 26/07/2019 à 07:25

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 26/07/2019

Changement au comité exécutif de MAN Truck & Bus

A compter du 1er octobre prochain, le conseil de surveillance de MAN Truck & Bus a nommé deux nouveaux directeurs à son comité exécutif : Christian Schenk en qualité de directeur financier, de l'information et du juridique, et Hoger Mandel à la direction des achats.

Mouvements

En pleine débâcle, Nissan taille dans ses effectifs

(AFP) - Le constructeur d'automobiles japonais Nissan, confronté à une dégringolade de ses profits, a annoncé jeudi la suppression de 12 500 emplois dans le cadre d'une profonde restructuration de son activité de production après le limogeage de son ex-sauveur Carlos Ghosn.

Constructeurs

Le CNPA, Elisabeth Borne et la prime à la conversion

Depuis la parution surprise du décret modifiant les conditions de la prime à la conversion, les professionnels de l'auto doivent gérer sur le terrain une situation totalement imprévue avec ces nouvelles dispositions mises en place dans la précipitation. Le CNPA qui avait demandé une réunion d'urgence à Elisabeth Borne a été reçu ce jeudi.

Réseaux

Catégorie Constructeurs

PSA et les organisations syndicales s’entendent pour préparer la reprise

Ce mardi, le groupe PSA a signé avec 4 organisations syndicales un accord qui prévoit le protocole de sécurité préalable à une reprise d’activité dans les usines, l’organisation des congés d’été en fonction des commandes et les modalités du maintien de la rémunération à 100% pour ceux en chômage partiel.

08/04/2020