Equipementiers - 20/02/2020

Plastic Omnium : activité en hausse mais rentabilité dégradée en 2019

Plastic Omnium a vu son activité progresser de 1,1%, à périmètre et change constants, l'année dernière. Sa rentabilité opérationnelle s'est dégradée en raison de l'intégration de HBPO, de la hausse significative de ses amortissements et des pertes de son usine de Caroline du Sud.

Partagez cet article     

Plastic Omnium a fait état d’un chiffre d’affaires économique (*) en forte progression (+11%) en 2019, à 9,183 milliards d’euros, grâce à une croissance organique de son activité de 1,1% (soit 6,9 points de mieux que la croissance de la production automobile mondiale), grâce à l’intégration sur l'ensemble de l'année de HBPO (spécialiste des modules avant) qui apporte 712 millions d’euros de CA supplémentaire et grâce à un effet de change positif de 119 millions d’euros.
A périmètre constant, son activité est en baisse de 1% en Europe (marché qui pèse 53% de son activité) malgré une forte croissance en France (+11,5%) et en Europe de l’Est (+10,8%). Son activité en Amérique du Nord (pesant 28,6%) a progressé de 6%, malgré les difficultés opérationnelles rencontrées en Caroline du Sud (**) et grâce à la montée en cadence d’usines récemment mises en service et à sa forte présence sur le marché des light trucks (80% de son activité aux Etats-Unis). 
Plastic Omnium progresse également (+3,4% alors que la production automobile a baissé de 8,9%) en Chine, un marché qui a pesé 9% de son activité l’année dernière.

Une marge opérationnelle dégradée
En revanche, sa marge opérationnelle s’est dégradée, passant de 8,4% en 2018 à 6% en 2019. Plusieurs raisons à cela : la forte augmentation de l’activité d’assemblage de modules (+60,5%) avec HBPO, activité qui est nettement moins rentable (2,4% de marge) que les activités de production du groupe (7,2% de marge) ; la hausse significative de ses amortissements et les pertes de son usine de Caroline du Sud. En revanche, le plan de réduction de coûts mis en place a permis d’économiser 100 millions d’euros, souligne le groupe.
Le résultat net a presque été divisé par deux, à 276 millions d’euros, uniquement en raison d’un effet de base défavorable (***).
En 2019, Plastic Omnium a investi 512 millions d’euros, soit 6% de son chiffre d’affaires, et maintenu son niveau d’endettement à 32% de ses capitaux propres.

Un carnet de commandes sécurisé à 95% jusqu’en 2022
Pour les trois prochaines années, l’équipementier table toujours sur une progression annuelle de son chiffre d’affaires de 5 points supérieurs à la production automobile mondiale (attendue en baisse de 2% en 2020, hors effet du coronavirus, et stable en 2021 et 2022). Cette projection est basée sur un carnet de commandes qui est déjà sécurisé à 95% jusqu’en 2022, dont 44% dans les SUV, 12% dans les véhicules électriques et 11% sur le marché chinois, affirme le groupe.
Pour 2020, il table sur un résultat opérationnel en progression et un cash-flow libre supérieur à 200 millions d’euros (après un niveau record de 347 millions d’euros en 2019 liée à la vente d’actifs immobiliers pour 128,5 millions d’euros).
L’équipementier se décrit comme le premier fournisseur mondial de pare-chocs (26 millions par an), avec 15% de parts de marché ; de réservoirs (21 millions par an), avec 22% de parts de marché ; mais aussi de modules avant (6 millions par an) à travers sa filiale HBPO, qui détient 18% du marché.
Xavier Champagne

(*) Chiffre d’affaires consolidé enrichi de la quote-part du chiffre d’affaires des coentreprises du groupe.

(**) L’équipementier a rencontré des difficultés dans la montée en cadence de son usine américaine de Greer, qui produit des modules avant pour les BMW X5, X7 et X6.  Cela l’a contraint à abaisser ses objectifs de performance de 2019. "La profitabilité est impactée, à court terme, par les difficultés opérationnelles dans la montée en cadence mais un plan d’action a été mis en place pour réduire les pertes de 45 millions d’euros en 2020 avant de revenir à l’équilibre opérationnel en 2021, a indiqué le groupe. Aujourd’hui la performance industrielle de l'usine est stabilisée et permet de livrer le client avec le niveau de qualité requis", a-t-il souligné.

(***) 255 millions d’euros dus à la revalorisation de la participation historique de 33,33% dans HBPO dans le cadre de sa prise de contrôle en juillet 201
8.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 20/02/2020

Cette chronique est inutile

Ou comment l’interdiction des rallyes automobiles pourrait entrainer celle d’une pratique sportive nordique ancienne et la disparition de cette chronique. Ou pas...Par Jean-Philippe Thery

Analyse

Peugeot dévoile son pick-up à vocation internationale

Peugeot révèle le Landtreck, un pick-up développé en partenariat avec le chinois Changan qui a déjà débuté sa commercialisation en Chine sous la marque Kaicene F70. Peugeot attaquera pour sa part l'Amérique latine et l'Afrique subsaharienne à la fin de l'année, mais ne prévoit pas de le vendre en Europe.

Constructeurs

Catégorie Equipementiers

Plastic Omnium dit pouvoir tenir sans activité au moins jusqu’à fin juin

Alors que l’équipementier redémarre son activité en Chine, il met ses usines européennes et américaines à l’arrêt, faute de demande de la part de ses donneurs d’ordre. Il dispose d’une trésorerie suffisante pour faire face à un arrêt total de production "au moins jusqu’à la fin du premier semestre", dit-il.

25/03/2020

Coronavirus : Bosch va fortement réduire son activité en Allemagne

(AFP) - Le premier équipementier automobile mondial Bosch a annoncé vendredi qu'il allait "fortement réduire" ses activités en Allemagne et fermer des usines pour réagir à la chute de la demande mondiale dans l'automobile provoquée par la pandémie de coronavirus.

23/03/2020

La Fiev crée un fonds pour soutenir les nouvelles mobilités

La Fiev a créé le fonds Keyros, présidé par Bernard Streit et doté de près de 33 millions d'euros, destiné à soutenir et promouvoir les nouvelles mobilités en France. Le syndicat des équipementiers s'est aussi doté d'une nouvelle organisation pour confier à ses adhérents la direction et le management de ses services.

11/03/2020

A Strasbourg, des chercheurs en quête des plastiques de demain

(AFP) - De pansements "intelligents" à base de carapaces de crevettes à des matériaux d'isolation issus de micro-algues, des chercheurs planchent sur les bioplastiques de demain dans des laboratoires de Strasbourg, la "Mecque des polymères" aujourd'hui en pointe sur ces matériaux qui ont le vent en poupe.

09/03/2020

Airbus des batteries : l'indispensable graphite bientôt fabriqué en Europe ?

(AFP) Partie à la reconquête du marché des batteries automobiles, l'Europe va devoir sécuriser ses approvisionnements pour cinq matériaux clefs : nickel, lithium, manganèse, cobalt et graphite. Seul le dernier peut être fabriqué. Mais là, petit problème : toute sa production est aujourd'hui concentrée en Asie.

24/02/2020

Valeo mise sur l'électrification pour poursuivre sa croissance

"Avec Valeo Siemens eAutomotive, nous avons créé un leader de la chaine de traction électrique dont le chiffre d’affaires va progresser dans les années à venir", affirme Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo. En perte, la co-entreprise sera à l'équilibre en 2022, prévoit-il.

24/02/2020