Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 12/09/2016

Affaire Volkswagen : un ingénieur du constructeur plaide coupable aux Etats-Unis

La justice américaine a inculpé un ingénieur de Volkswagen, James Liang, dans l'affaire du logiciel invalidant les tests d'émissions de polluants. Celui-ci a accepté de plaider coupable et de coopérer avec la justice pour remonter la chaîne des responsabilités.

Le ministère de la justice américain a annoncé vendredi que James Liang, ingénieur chez Volkswagen depuis 1983, a été inculpé dans l'affaire du logiciel truqueur. Selon ce communiqué, James Liang a décidé de plaider coupable pour son implication dans le développement de ce logiciel et de coopérer avec les autorités. 
James Liang travaillait au siège du constructeur à Wolfsburg au département en charge du développement des moteurs Diesel jusqu'en 2008. Il a ensuite été muté aux Etats-Unis au sein de l'équipe en charge de lancer les motorisations Diesel sur le marché américain.
"Liang et ses conspirateurs travaillant sur le moteur se sont vite rendu compte qu'il ne pourrait pas répondre aux normes américaines sur les émissions de NOx qui sont entrées en vigueur en 2007", explique le ministère citant l'acte d'accusation de M. Liang. L'ingénieur et son équipe ont donc installé ce logiciel afin de "tricher aux tests d'émissions ".
"Je sais que Volkswagen n'a pas révélé l'existence de ce dispositif aux régulateurs américains pour vendre des voitures aux Etats-Unis ", a déclaré M. Liang au juge. "Voilà ce qui me rend coupable ", a-t-il dit.
L'acte d'accusation contient également des extraits d'emails échangés entre M.Liang et d'autres employés de Volkswagen à propos des tests menés par le CARB (l'organisme de test des émissions) en 2015, quelques mois avant la révélation de la triche du constructeur.
En avril 2015, après un rappel pour mettre à jour le moteur Diesel parce qu'il ne répondait pas pleinement aux tests, M.Liang a été mis en copie d'un email envoyé par un autre employé du constructeur disant en allemand "nous avons seulement besoin d'une explication plausible pour expliquer pourquoi les émissions sont encore élevées ".
En juin, dans un autre email ayant pour objet "CARB Status" un employé Volkswagen a écrit, toujours en allemand, "nous devons être sûrs d'empêcher l'autorité le contrôle de la Gen1," se référant au moteur diesel EA 189. Le courriel a continué "Si la Gen 1 va sur le rouleau au CARB, alors nous n'allons pas rire !! ".
En plaidant coupable devant un juge d'un tribunal de Détroit, James Liang peut éviter un procès en échange de sa coopération avec les autorités américaines qui mènent une enquête pénale contre le constructeur. Il risque toutefois une peine de prison de 5 ans et une amende pouvant aller jusqu'à 250 000 dollars.
Emilie Binois

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017