Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 13/11/2018

Après le vote de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris, les difficultés commencent

Les élus n’étaient pas tous d’accord sur le rythme de création de la "Zone à faibles émissions" qui concerne les 79 communes de la Métropole du Grand Paris à l’intérieur de l’A86. Malgré l’opposition de certains élus (de droite comme de gauche), les premières interdictions démarrent dès juillet 2019.

"Je mesure tout à fait les réactions des maires et l’inquiétude qui doit être la vôtre", a dit Patrick Ollier, le président de la Métropole du Grand Paris à l’ouverture des débats sur la création de la plus importante "Zone à faibles émissions" en France.
La ZFE- a-t-il dit, "c’est le sens de l’histoire" rappelant qu’il avait signé avec l’Etat début octobre (en même temps que quatorze autres territoires) un engagement de déploiement d’une ZFE.  
Lors des débats, à peu près tous les élus ont convenu que l’enjeu sanitaire nécessitait des décisions évoquant des chiffres de morts prématurés sur la zone concernée (plus de 5 millions d’habitants) qui seraient selon leurs sources entre 5 000 et 6 600 personnes par an (48 000 en France). "On vous reprochera un jour d’avoir été silencieux", a dit Patrick Ollier, demandant aux élus de "faire preuve d’un courage collectif". "Nous ne pouvons pas donner l’impression que nous ne tenons pas compte de ce problème de santé publique", a dit Patrick Ollier.

Un vote uniquement sur la première étape en juillet 2019
 "La décision d’aujourd’hui ne concerne que le Crit’Air 5", a dit Patrick Ollier, précisant cependant que le calendrier prévoit ensuite de "rattraper Paris en 2022 au Crit’Air 3" pour être "100% propre en 2030". Le projet de calendrier annoncé mi-octobre (*) donne le rythme d’interdiction avec dès 2024 l’interdiction des véhicules Crit’Air 2 et donc de tous les véhicules Diesel, et en 2030 la disparition des moteurs thermiques (hybrides compris) avec l’interdiction des Crit’Air 1. 
Alors que le vote en commission en juillet dernier avait été unanime sur la mise en place de l’interdiction des vignettes Crti’Air 5, cette fois le texte est passé avec 12 votes contre et 19 abstentions.
Le sujet divise entre ceux qui veulent aller plus loin et ceux qui trouvent que juillet 2019 c’est beaucoup trop tôt. Le Crit’Air 5, en juillet 2019 serait donc le compromis "pragmatique, progressif et réaliste", a dit Patrick Ollier. "A l’assemblée des maires le 22 octobre, il y avait même une majorité pour une interdiction des Crit’Air 4 et 5, dès 2019. Je m'y suis opposé pour ne retenir que le Crit'Air 5", a dit Patrick Ollier.

Selon les chiffres donnés lors de ce débat, l’interdiction des véhicules Crti’Air 5 ferait baisser les NOx de 3% et de 5% les particules fines. Ce sont 118 000 voitures particulières, 95 000 véhicules professionnels et 4 000 véhicules de transport en commun qui sont concernées. Les 2Roues qui sont Crit’Air 4 ne sont pas concernés par l’interdiction de 2019, a souligné Daniel Guiraud.

Un calendrier trop brutal pour de nombreux élus
"La pédagogie est un enjeu majeur, la concertation doit prendre le pas sur la brutalité", a dit Robin Reda, maire LR de Juvisy-sur-Orge. 
Bertrand Kern (PS), maire de Pantin a déposé deux amendements dont l’un "pour la création d’un fonds d’aides pour aider les ménages modestes des zones concernées".
Patrice Leclerc, maire Front de Gauche de Gennevilliers, s’inquiète des conséquences sur les milieux populaires et les 3 040 véhicules Crit’Air 5 dans sa commune. "Il y a une dépendance quotidienne pour aller travailler en voiture dans une banlieue. Qui a essayé d’aller travailler de nuit en transport en commun ?", a-t-il dit, plaidant pour un planning concomitant entre les interdictions de la ZFE et les mesures alternatives. "Entre 2019 et 2025, il y a une date à trouver, mais pas 2019", a-t-il dit.

Philippe Juvin, maire LR de La Garenne-Colombes, s’est montré particulièrement critique. A la fois sur l’efficacité de la mesure ("il n’y a pas de preuve que la ZFE est efficace", a-t-il dit) et ses conséquences. "Imposer d’ici juillet aux ménages les plus modestes de changer de voiture et à 48% des artisans et commerçants de changer leur utilitaire : on est dans une précipitation qui fait que la mesure ne sera pas acceptée", a dit Philippe Juvin.

"J’ai peur qu’avec ce calendrier on aille à l’échec", a dit Laurent Russier, élu Front de Gauche de Saint-Denis : "On pourrait se donner un calendrier plus large : utilisons 2019 pour travailler avec la Région, l’Etat et la Métropole du Grand Paris." Parmi les questions que pose cette décision, l’élu a cité : "Comment fait-on des aides plus fortes pour les plus modestes et moins pour les autres pour rester à budget constant ? Comment développe-t-on la pratique du vélo ? quid des parking relais ? comment contrôle-t-on tout ça ?"
Stéphanie Daumin, maire PCF de Chevilly-Larue, estime elle aussi qu’à peine plus de 6 mois, c’est trop court : "Crit’Air 5, c’est 12% du parc roulant de ma commune, 2 462 propriétaires qui doivent acheter un nouveau véhicule. Il faut créer les conditions de renouvellement du parc pour 12/18 mois mais pas dans 6 mois. C’est le meilleur moyen de fabriquer des adversaires à l’écologie", a-t-elle dit.

Il y en a aussi qui trouvent que ce n'est pas assez
La plupart des élus qui étaient favorables à la ZFE ne se sont pas exprimés, mais certains considèrent que cela ne va pas assez loin. 
Coté écologiste, le groupe qui était partisan d’une interdiction directement sur la base du Crit’Air 4, "soutient le Crit’Air 5 pour avancer", a dit Daniel Breuiller, élu EELV d’Arcueil. Il y a aussi eu une critique sur le périmètre qui n’inclut pas toutes les communes du Grand Paris. "La pollution ne connaît pas de frontières. Il ne peut y avoir d’un côté du périphérique ceux qui ont une protection et pas les autres", a dit Florence Berthout, élu LR de Paris.

Ce sont les maires qui auront le dernier mot
Manuel Aeschliman, maire LR d’Asnières a été le seul à évoquer clairement le refus de faire appliquer cette décision puisque même si la ZFE est créée ce sont les maires qui ont le pouvoir de la mettre en œuvre sur le terrain par la prise d’arrêtés municipaux. "L’Impact sur Asnières c’est 3 000 personnes. Il faut que nous ayons des garanties sinon certains maires dont je suis ne signeront pas l’arrêté. Il est important d’être clair là-dessus", a-t-il dit.

Les élus se sont tous entendus sur la nécessité d’aider les foyers les plus modestes concernés par ces interdictions à remplacer leur véhicule. D’ailleurs une aide de la Métropole existe aujourd’hui (**) et peut aller jusqu’à 5 000 euros (25% du prix d’achat, plafonné), elle s'ajoute au bonus de 6 000 euros et à la prime de conversion de 2 500 euros pour l'achat d'un véhicule électrique. "Le renouvellement du parc existant qu’il faut encourager sera un sujet majeur de notre Métropole", a dit Daniel Guiraud, maire PS des Lilas et vice-président de la Métropole du Grand Paris.
Patrick Ollier a promis d’obtenir d’ici juillet 2019 des "mesures d’accompagnement" auprès le l’Etat et de la Région (dans le but notamment de voir "si on peut aller plus loin que 13 500 euros"), sinon "ce que l’on a voté on pourra l’annuler", a-t-il dit.
Cette décision a également été votée sous la pression des procédures en cours avec un risque de plusieurs centaines de millions d’euros d’amendes dans la cadre de la procédure intentée contre la France par la Commission européenne (l’Etat pouvant refacturer cette amende aux collectivités territoriales), une mise en demeure du Conseil d’Etat du 12 juillet 2018, et une procédure collective engagé le mois dernier par 77 associations pour dénoncer l’inertie du gouvernement (avec une demande de 100 000 euros d’astreinte par jour pour non-respect des normes).
Florence Lagarde

(*) En juillet 2019 interdiction des poids lourds, bus et autocars immatriculés avant 2001 (ils sont interdits depuis septembre 2015 à Paris) et de la vignette Crit’Air 5 soit les Diesel norme Euro 2 d’avant 2001 (ils sont interdits à Paris depuis le 1er juillet 2017).
En 2021, interdiction des Crit'Air 4, soit les Diesel norme Euro 3 immatriculés avant janvier 2006 (cette interdiction est prévue à Paris en juillet 2019).
En 2022, interdiction des vignettes Crit’Air 3, soit les Diesel Euro 4 immatriculés avant 2011 et les essence norme Euro 2 et Euro 3 soit immatriculés avant 2006. Cette interdiction sera simultanée à Paris et dans la Métropole du Grand Paris.
En 2024, ce sera au tour des Crit'Air 2, soit les Diesel Euro 5 et Euro 6 immatriculés depuis janvier 2011.
En 2030, interdiction des Crit'Air 1, essence Euro 5 et Euro 6 immatriculés depuis janvier 2011.

(**) La Métropole donne une aide pour la destruction d’un véhicule immatriculé jusqu’au 31 décembre 1996 et détenu depuis au moins un an, et son remplacement par un véhicule électrique, hydrogène, hybride essence ou GNV, classé A par l’Ademe (http://carlabelling.ademe.fr). Ce véhicule peut être neuf ou d’occasion de moins de 5 ans. Il peut être l’objet d’une acquisition ou d’un contrat de location longue durée ou location avec option d’achat.

Partagez cet article :

Réactions

Cela devient hystérique,après la taxation a outrance voilà la Saint Barthélémy, pourquoi accélèrer ,les contrôles techniques sont devenus des abattoirs,malheur aux pauvres surtout devant la faiblesse des transports en commun.
alain boise, Le mardi 13 novembre 2018

Et pendant ce temps là.....l’Allemagne et la Pologne nous pollué joyeusement....roulez petits bolides
alain boise, Le mardi 13 novembre 2018

Oui, et on ne parle même pas des pays plus lointains comme les Etats Unis qui n'ont même pas ratifiés les accords de Paris.
Franck Isho, Le mardi 13 novembre 2018

Ah. Les ouin ouin gilets jaunes sont déjà réveillés.
François, Le mardi 13 novembre 2018

Le vice et la vertu …

Certains élus se rendent bien compte (un peu tardivement) que la posture vertueuse n'assurera pas forcément leur ré élection. Vicieux !

Ils sont tombés dans le piège tendu par l'Etat : "je règlemente, je légifère mais tu te colles la mise en œuvre et l'application et pourquoi pas le financement … C'est le sens du ZFE lancé par les ministres de tutelle (Transports et "Ecologie").
Tout çà sur fond de "mesure de précaution", de risque sanitaire majeure et de réchauffement climatique …

Etre un peu plus souple sur le calendrier de déploiement de la mesure serait juste une mesure raisonnable, puisque le vin est tiré …
Car on imagine la possible pétaudière avec des maires qui pourraient ne pas appliquer la mesure dans leur commune à l'intérieur de la petite couronne …

;0)
ADEAIRIX, Le mardi 13 novembre 2018

Ca va trop loin !!
Chris, Le mardi 13 novembre 2018

Ca va trop loin ? … C’est un peu court … ?
;0)
Qui, pourquoi, quand, comment, combien et où … une bonne base ...
ADEAIRIX, Le mardi 13 novembre 2018

On en a gros !!!!!



:)
Porte Nawak, Le mardi 13 novembre 2018

C'est une action très égoïste des élus de la métropole du Grand Paris ; Ils veulent réduire l'impact de la pollution de LEURS communes sur la santé de LEURS habitants mais en fait le problème ne sera que déplacé ; suivez mon raisonnement :
ceux qui auront la possibilité de remplacer leurs "vieux" véhicules qui polluent ne seront "vendables" qu'en dehors de cette zone donc des véhicules polluant qui vont se retrouver dans les zones périphériques à ce Grand (?) Paris.
Sauf que le nuage de pollution ne s'arrêtera pas à l'A86 comme avait fait le nuage de Thernobyl qui s'était arrêté à la frontière !
RENAUD CHAMPAGNE, Le mardi 13 novembre 2018

Cela va être le bordel...et il est évident que rien ne sera appliqué...sauf le pauvre à la caisse déglinguée sale et cabossée qui tombe dans le filet du gendarme et en plus si sa tronche au volant est de travers et plus avec une casquette. Pourtant c'était pratique la casquette, elle évitait que le cerveau s'échappe.
Délit de faciès à gogo. Le pauvre doit ce lever tôt, ne pas bouger entre 8/20 heures, et circuler tard.
Allez les marchands véreux, achetez les adresses des cartes grises concernant les guimbardes vieilles et faites des propositions alléchantes aux pauvres. Il y a bon business.
Jo Duchene, Le mardi 13 novembre 2018

Zavez pas encore compris ou/et bien lu l'article ?
Si la France ne fait rien, grosse amende de l'Europe !
Votre santé, s'en foutent complètement en fait, c'est secondaire.
L'A86 ouest a bien sur été conçue pour arrêter la pollution de la banlieue ouest portée par les vents dominants...
C'est donc Tchernodébile comme d'habitude.
;0)
Lucos, Le mardi 13 novembre 2018

Je ne lis bien que les trucs qui ont un peu d'humour ...et je n'en voudrai jamais a ceux qui en ont...même s'il est noir...et enfume !!
Jo Duchene, Le mardi 13 novembre 2018

… Difficile de dire que l'humour est ce qui caractérise singulièrement la publication des articles d'Autoactu …
… Même si de temps en temps un propos malicieux peut s'y glisser !
Reste plus qu'à changer de "lecture" … Duchene
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 13 novembre 2018

Ah je ne risque pas de lire des propos malicieux et avec de l’humour de la de celui-là... çà c’est sur et je lis plein de trucs pas qu’Autoactu... tiens je viens de lire le CV de la nouvelle égérie et qui sera toute puissante dans six mois chez Tesla.
Tremblez les mecs... elle vient de chez Toyota!
C’est de l’humour de ma part.
Jo Duchene, Le mardi 13 novembre 2018

Je ne sais pas combien de lecteurs pour « Le Parisien » mais les marchands qui ont du stock vont avoir les pauvres rentrer chez eux en pleurant au vu de la pleine page de ce quotidien du matin !!
« Grand Paris » les vieux diesels interdits...
Pan dans le pif du pauvre.
Pas la peine de nous sortir la vieille rengaine ici, le diesel n’est pas mort, c’est juste les funérailles !
Jo Duchene, Le mardi 13 novembre 2018

Duchene, de l’humour de votre part ? Où cà … ?

Du CV de Robyn Denholm, diffusé il y a quelques jours, vous avez retenu essentiellement Toyota … Très prévisible …
Ne pas négligez les autres références que sont Sun Microsystems, Juniper Networks ou ABB …
Malgré de nombreuses lectures et une "immense Kulture économique", Duchene, … Comment dire … ? un peu trop Auto centré ?
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 13 novembre 2018

J’ai mieux chez moi... (notez-le car vous allez me le ressortir plus tard) ma femme est économiste. Je suis allé chez Asea BB et pas la peine d’en parler car tous les ignares qui croyaient que Tesla allait disparaître en sont pour leurs frais et pour leur bêtise profonde.
Tesla c’est cher comme une caisse teutonne, mais finalement n’est pas produite par des gens malhonnêtes et pas respectueux de leurs clients.
Finalement ce n’est pas difficile de trouver des rois qui sont nus chez nos cousins. Ce qui est drôle c’est qu’ils ne changent pas.
Jo Duchene, Le mardi 13 novembre 2018

Jo, on en reparlera lorsque l'entreprise TESLA aura résolu son ENOOOORME problème de gestion de l'Après-Vente. Mais bon, c'est sans doute une question de temps, pour des gens si "honnêtes", j'imagine ? :0)
Sniper, Le mercredi 14 novembre 2018

Il faudrait peut-être lire tous les forums de pas mal de pays et voir que la cata n’est pas si grande que çà !
Même ma « marque » chéri comme disent certains, Toyota est classée en troisième position des rappels pour défauts... c’est la honte donc...
Jo Duchene, Le mercredi 14 novembre 2018

ZFE, faible émission et on passe à l'interdiction dans 5 ans! un peu de souplesse que diable, autorisez les petite véhicules à faible émission pour les particuliers, les hybrides et électriques pour les entreprises.
Si les élus n'intègrent pas de souplesse, le petit peuple prendra sa revanche dans les urnes et la France deviendra l'Italie!
Les aides proposées sont intéressantes, mais les gouvernants ont oublié une chose; les CSP faibles n'ont pas les moyens de financer le solde du prix d'une voiture ou d'une chaudière. Avoir conscience du niveau de vie d'une famille à 1500 euros/mois...
Et pendant ce temps, la taxe carbone ne s'applique pas là ou elle devrait, les avions, les bateaux de croisières, les portes container..., aux frontières de l'Europe, écologique et social par le retour de certaine de nos usines.
bonne journée à tous
thierry barbolo, Le lundi 19 novembre 2018



Organigrammes des constructeurs : Pour savoir "qui fait quoi ?"
PSA Retail invente la réception atelier sans contact



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017