Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Réseaux - 20/12/2018

Arnaud Duffort, président du groupement Jaguar Land Rover : "La rentabilité du réseau sera proche de zéro cette année"

Avec des 4X4 durement impactés par la hausse du malus en 2018, le réseau Land Rover a vu ses ventes nettement chuter alors que parallèlement il devait investir dans la mise aux normes des points de vente. Résultat : sa rentabilité sera proche de zéro cette année, nous explique Arnaud Duffort, président du groupement des distributeurs Jaguar Land Rover.

Le réseau Land Rover a sévèrement jugé son constructeur lors de l’enquête annuelle du CNPA, "La cote d’amour des constructeurs", ne lui accordant qu’une note de 3,8/10, soit la dernière place du classement. "En fonction des performances commerciales du moment, les réactions peuvent être un peu vives. Or, cette année, le malus nous a durement touché", explique Arnaud Duffort, président du groupement des distributeurs Jaguar Land Rover.
Le réseau a reproché à Land Rover le faible niveau de qualité des VN (3,5/10) et le manque de disponibilité des PR (2,8/10). "Nous n’avons pas eu de problèmes de qualité en tant que telle mais nos nouveaux modèles électriques et hybrides nécessitent de la part du réseau une mise à jour des systèmes embarqués assez longue et comme les véhicules sont arrivés en masse, cela a fortement rallongé les procédures de livraison. En ce qui concerne les pièces de rechange, nous avons changé notre plateforme logistique en Europe, avec une nouvelle informatique et de nouveaux transporteurs. Cela a causé d’importants retards en France qui ont pesé sur notre rentabilité en raison de l’immobilisation plus longue des véhicules en atelier".
Depuis le mois de septembre, le marché du luxe ralentit et l’incertitude sur les malus en 2019 et la situation économique poussent les entreprises à l’attentisme, constate-t-il. Les délais liés aux homologations WLTP, qui ont repoussé à la mi-octobre la disponibilité des véhicules, n’ont pas arrangé les choses : les ventes (VP et VUL) de Land Rover affichent un retard de 19% à fin novembre (après un recul de 14% en 2017). Heureusement, la marque Jaguar se porte mieux (+40% à fin novembre) même si elle ne compense pas le recul de Land Rover : "Pour être rentable, il nous faut du volume et là on n'y est pas. Avec les investissements de mises aux normes que le réseau a consentis (60% des travaux réalisés, 40% en cours), la rentabilité moyenne du réseau sera proche de zéro cette année. Nous avons besoin d’une plus grande visibilité sur notre avenir et d’une stratégie marketing plus orientée client, plus personnalisée, et enfin, de moyens commerciaux pour nous aider à faire face à la hausse des taxes sur le CO2. Le nouvel Evoque doit nous aider à mieux faire en 2019 mais ce sont surtout les années 2020-2021 qui vont être déterminantes pour nous, avec l’ensemble de notre gamme disponible en électrique ou hybride".
Dans le top 3 des distributeurs Jaguar-Land Rover de France (733 Land Rover et 294 Jaguar en 2017), Arnaud Duffort a lui aussi investi dans la marque avec un budget de 3 millions d’euros (dont le terrain) consacrés à la reconstruction de ses sites Jaguar Land Rover et Volvo des Ulis (91). Il y agrandit son atelier (avec 14 ponts contre 8 auparavant) et crée un espace dédié à la préparation VO. "Les activités après-vente et VO restent cruciales en termes de rentabilité", dit-il, lui qui commercialisera cette année 1 200 VOP très haut de gamme et 1 600 VN.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Encore un constructeur qui va vendre moins de véhicules à cause du malus.

J'ai fait 400km sur les routes Suisse hier: La marque JLR va encore mieux se développer dans ce pays l'an prochain. Aucun souci pour elle.

En France nous nous satisferons des petites urbaines type clio/208 pour faire Paris-Marseille ou rouler à 80 km/h dans la campagne. Pauvre France mais quel beau pays.
Joran Namet, Le jeudi 20 décembre 2018

Vendre du premium pour parvenir à ce piètre résultat ...
Eh ben dis donc ... !

@ Joran ... Il suffit de lire certains commentaires dans Autoactu pour concevoir que circuler en JLR (ou autre premium) en France réclame, comment dire, un "certain courage" ... ?
A vrai dire Le sujet semblait être les "insuffisances" de l'importateur ... ?
Au fait quel était le résultat net de JLR France en 2017 et que sera-t-il en 2018 ...
ADEAIRIX , Le jeudi 20 décembre 2018

Selon Societe.com > RN de JLR pour 2017 > 0,76% ... Bof bof
Attention il y a la "magie" des prix de transferts qui peuvent altérer ce résultat (médiocre ?). Donc prudence !

ADEAIRIX, Le jeudi 20 décembre 2018

Quand Saab France a été lancée (1982), nous accordions 17% de marge brute sur les Saab 900 GLi et 18% sur les 900 Turbo avec +3% à 5% sur les VD. Jusqu'à 21% sur les Saab 9000 SP.
Croyez-moi, il n'y avait pas besoin de "volume" pour vivre très correctement.
La quasi totalité des Constructeurs et Importateurs Premium accordaient ce type de marge. On jouait plus autour de 13 / 14% chez les généralistes.
Et puis les constructeurs/importateurs ont "mis du qualitatif" dans les marges. Trente ans plus tard, les concessionnaires ne gagnent plus 1 centime en vendant du VN, qu'ils soient Premium, a fortiori Généralistes. Ils sont censés "se rattraper" sur l'Après-vente ; quelle farce, quelle erreur ! Ils portent une énorme responsabilité dans cette affaire. En plus, en donnant des objectifs de volume ridicules qui déclenchent les primes de résultats vitales, c'est la course aux remises qui détruisent le peu de taux de marge brute accordée. Lamentable.
Le cœur du métier - core business pour Alain - c'est bien de vendre des bagnoles. Il y a belle lurette (burette) que c'est terminé.
0% de rentabilité pour vendre des Jaguar, merde ! des Jag. Ca me fait encore plus mal.
Bruno HAAS, Le jeudi 20 décembre 2018

Bruno merci pour ce rappel historisé et illustré (SAAB de profundis...)
Sur le fond, on parvient au même diagnostic ...
0% de marge nette pour vendre des JLR ...
Sans mésestimer d'autres détresses sociales pôvres "entrepreneurs"
ADEAIRIX, Le jeudi 20 décembre 2018

Attendez l’electrique, la çà va saigner ça sera du moins dix%
alain boisel, Le jeudi 20 décembre 2018



La moto gagne 9% en 2018 !
Pascale Bonnard nouvelle directrice générale d’OPnGo



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017