Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 08/06/2017

Avec le Koleos, Renault achève un cycle de renouvellement de sa gamme

Lancé officiellement ce week-end du 10/11juin, le Koleos vient compléter l’offre SUV/crossover de Renault. Son design reprend les codes de la Talisman qui lui donne un ancrage dans le segment D et une clarification de l'offre qui pourrait lui permettre de prétendre à des volumes supérieurs à ceux de la génération précédente.

"Nous avons fait le choix d’étoffer la gamme Renault avec l’objectif de clarifier notre offre", nous explique Xavier Cousein, directeur du marketing produit France de Renault. Le rôle du Koleos est donc de compléter une gamme de crossover/SUV (les deux appellations recouvrant une réalité similaire, selon Renault) en comblant l’écart entre le Kadjar (4,45 m) et l’Espace (4,85 m en 5 et 7 places).
Il arrive sur un segment où Renault n’a pas encore démontré sa légitimité. Le Koleos précédent qui a représenté un volume cumulé de 400 000 dans le monde s’est vendu en France à 38 225 unités au total avec deux pics au lancement en 2008 avec 6 023 unités et 6 466 en 2012 la première année pleine de la phase 2 et des années autour de 4 000 unités. Sa commercialisation a été arrêtée en 2015 (122 immatriculations en 2016).
"Le diagnostic que nous pouvons tirer pour la France est que la première génération de Koleos était positionnée entre deux segments, C et D. Ce qui aurait pu être astucieux nous a desservi avec des véhicules concurrents sur le segment C qui étaient plus accessibles en prix, avec des motorisations plus efficientes", nous a dit Xavier Cousein.  "Nous avons compris que sur ce segment il fallait arrêter d’être original et en respecter les codes." C’est donc le choix qui a été fait avec un véhicule qui se positionne résolument sur le segment D en dimension et en prix.

Un design plus valorisant
A ce handicap, s’ajoutait un design qui n’était pas particulièrement attirant, sur un type de véhicule où c’est déterminant. "Le design extérieur est le premier critère de choix pour ce segment, le deuxième c’est l’image et le statut", précise le directeur marketing. C’est donc cet aspect que corrige le nouveau Koleos et il faut reconnaître que l’effet recherché est réussi. Le véhicule reprend l’identité de la face avant cossue de la Talisman, ainsi que ses feux arrière. Il fait son effet et pour un véhicule de ce gabarit est relativement élégant.
Ce sont ces choix qui ont déterminé la décision de ne le proposer qu’en version 5 places, avec à l’époque de la définition du cahier des charges l'Audi Q5 en référence. "Une version 7 places aurait obligé un pavillon plat et une silhouette plus cubique sur l’arrière", explique Xavier Cousein ce qui aurait nuit au design qui permet dans cette configuration "une fuite de pavillon, une lunette inclinée, et un épaulement marqué".
Le portrait robot de la clientèle qu’il nous décrit n’est d’ailleurs pas "familiale" (clientèle qui dans la gamme Renault a la version 7 places du Scénic à 4,63 m). Le client type est ainsi : masculin à 80%, marié, 45 à 55 ans, plutôt cadre supérieur, profession libérale, indépendant, artisan, multi motorisé et dont le Koleos serait la plus grosse voiture du foyer. Alors que sur Talisman la clientèle est plutôt entreprise, elle serait plus orientée particulier sur Koleos.

Uniquement deux moteurs Diesel en France
Comme l’Espace, Renault vise un niveau de finition élevé et a callé les approvisionnements sur une répartition des ventes autour de 70% sur les finitions Intens et Initiale Paris (soit les deux niveaux supérieurs sur les 4).
Le constructeur a fait le choix radical de ne proposer en France que deux motorisations exclusivement Diesel, Dci 130 et Dci 175. Un choix qui à première vue paraît anachronique dans un contexte de défiance généralisée du Diesel mais cohérent avec un segment où cette énergie représente plus de 89% des volumes. A titre de comparaison, le X Trail, leader de ce segment en France (et dont le Koleos partage la plateforme) ne fait que 6% de son volume en version essence.
Les émissions de CO2 se situent à 120g ou 128g (pour les finitions Intens et Initiales) pour les moteurs DCi 130. On arrive à 140g ou 148g (en fonction de la taille des pneus) sur les versions 4x4 boite manuelle avec un malus qui commence à être significatif de respectivement 473€ et 1 153€. En 4x2, boite automatique les émissions sont légèrement inférieures avec respectivement  143g et 146g, soit 690€ et 953€ de malus.
On atteint 2 153€ de malus pour la version 4x4 boite automatique à 156g. "Le malus est devenu une réalité de marché et nous sommes dans la norme du marché", souligne Xavier Cousein qui estime que le nouvelle grille de malus 2017 ne mettra pas un coup d’arrêt à la hausse de ce segment qui a été de +50% sur 10 ans en France. "La dynamique est soutenue par un effet d’offre et ne va pas s’arrêter."

Une ambition de leader qui pourrait être à 10 000 unités/an
Sur ce segment qui a représenté 51 000 immatriculations l’an dernier, l’offre est dominée par le X Trail et essentiellement représentée par les marques premium. Le Koleos est en quelque sorte l’alternative "abordable" sur ce segment des D SUV avec des prix qui démarrent à 29 900€ jusque 43 400€ et une stratégie de véhicule très équipé.
Il représente une alternative pour les clients dont le budget les aurait contraints au modèle d’entrée de gamme des marques premium. Ainsi résume Xavier Cousein : "Notre modèle le plus cher, Koleos Initiale Paris, DCi 175, 4x4, boite automatique à 43 400 € est 5 000€ moins cher que l’entrée de gamme des premium et 15 000€ en dessous si on les compare à équipement équivalent." 
Quelles seront les hésitations du client entre les différents modèles de la gamme Renault ? "Le client qui veut un crossover ne va pas hésiter avec un Talisman. Je ne crois pas à la perméabilité entre la position de conduite basse et haute", nous a-t-il dit.
Avec le Koleos, Renault comble un "petit trou" reconnaît le directeur marketing. Compte tenu de la taille de ce segment et de la part de marché de Renault (autour de 20% en VP) son potentiel se situe autour de 10 000 unités par an.
Le constructeur affiche l’ambition de devenir leader du segment (sans donner de précision chiffrée), celle-ci étant cohérente avec ce volume de 10 000 unités, score actuel du X Trail (chiffre 2016).
Renault n’est cependant pas le seul constructeur généraliste à arriver sur ce segment du D SUV où Peugeot l’a précédé de quelques semaines avec le 5008. Les deux véhicules sont cependant très différents avec une proposition plutôt type 3008 break pour Peugeot, uniquement en 7 places en France, qui vise une clientèle plus familiale que le Koleos qui a fait le choix de privilégier l’habitabilité au rang 2. Le 5008 a cependant pour lui un tableau de bord entièrement numérique (identique à celui du 3008) à côté duquel celui du Koleos paraît être déjà d'une ancienne génération.
Fabriqué à Busan en Corée, le Koleos est un véhicule global nécessaire sur des marchés comme la Chine ou la Russie, et 75% de ses volumes devraient se faire en Asie. "C’est sûr que ce produit a été guidée par les marchés internationaux et nous sommes dans une logique d’opportunité en Europe. La voiture a été préparée pour l’Europe et nous constatons également que  où que l'on soit les attentes clients finissent par converger en terme d’image, de statut et de confort.", souligne Xavier Cousein.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Très bel outil mais a mon avis plus proche de Kadjar que Talisman,5000€ de moins que Q5 faut au moins ça pour lutter .
alain boise, Le jeudi 08 juin 2017

Comment parler de véhicule statutaire quand tous les modèles de la gamme ont globalement le même look ? Look de la Clio ou de l'Espace ? Important non ?
Cela manque à mon avis cruellement de différenciation pour créer un statut immédiatement identifiable par son voisin et additionner le Koleos, le Kadjar, le Scénic, etc..j'ai peur que cela soit un peu la même chose ?
;0)
Lucos, Le jeudi 08 juin 2017

Chers Alain et Lucos, pour une fois, il semble que j'ai une longueur d'avance sur vous, car je fais partie des privilégiés qui ont pu conduire ce nouveau gros SUV.
Je vais tout de suite vous rassurer (ou vous inquiéter) : on ne le confond pas (mais alors pas du tout !) avec le Kadjar (ou le Qashqai, du reste). Il est beaucoup plus gros, plus large, plus cossu et dégage globalement une impression de robustesse qui fait effet immédiatement. Quant à l'aménagement intérieur, il est à la fois plus haut de gamme et mieux fini que son petit frère. Mais le plus intéressant reste la conduite. Je m'attendais à retrouver les sensations un peu trop "baroudeur-secoueur" du X-trail, dont il partage la plateforme. Que neni. Ce nouveau Koléos est à la fois très confortable et très efficace (notamment en 4*4 sur les chemins difficiles). Pour ne rien vous cacher, j'ai été agréablement surpris. Il offre une alternative sérieuse au Touareg (voire au Q5, mais ça ne me semble pas être leur cible) et devrait rencontrer le succès sur cette niche des gros SUV avec des tarifs annoncés plutôt raisonnables.
A votre vous de l'essayer, maintenant ! :0)
Sniper, Le jeudi 08 juin 2017

Tout le raisonnement est bon et bien expliqué clairement par notre Rédac en Chef.
Au prix de 43400 euros et et ceux qui veulent absolument du franco-français et je ne dis pas qu'ils ont tort, au contraire, c'est à eux de gratter par tous les moyens des remises, et là le Koleos devient imbattable en prix...et PSA pend un coup dans les gencives! Avec une extension de garantie en plus je ferais bien copain avec Sniper et son avis !!
En plus le Koleos se fera une carrière international bien plus rapidement que n'importe quel véhicule de la gamme PSA à l'export. A ce prix là les cousins teutons sont aussi largués. C'est une bonne chose.
Jo Duchene, Le jeudi 08 juin 2017

"un positionnement type 3008 break"...
V'là le SUV break maintenant..
;0)
Lucos, Le jeudi 08 juin 2017

En ce qui concerne les prix et la comparaison avec Peugeot il conviendrait pour être juste d'intégrer les malus dans ceux-ci car dans ce domaine PSA fait largement mieux...
;0)
Luc os, Le jeudi 08 juin 2017

Je doute que le client de plus de 45 balais (et là t'es un croulant pour les djeunes) qu'il soit dérangé par le prix du malus...et quand on regarde le "design" Renault et Peugeot, ce n'est pas sur que le design des 3008 et 5008 plaise à tout le monde!
Moi qui suis un "croulant" avec les sous pour acheter un véhicule neuf je trouve l'arrière des 3008 et 5008 pas très excitante et je préfère le genre rondouillard de la Koleos...et il est et sera même (avec son diesel, plus 4X4 et BVA) toujours moins cher qu'une Peugeot.
PSA joue au plus fin avec les prix, et le nouveau crossover d'OPEL avec la boite auto EAT8 et moteur Pijot, est déjà annoncé moins chère que le 3008...
Les prix PSA sont surfaits et en bas de gamme c'est de l'arnaque côté équipement pauvre fourni...Ce sont des mesquins et ils perdront des ventes face aux coréens et japonais...et maintenant face à Renault.
Question: A quel prix dans un an va-t-on trouver chez les mandataires une Koleos ??
Jo Duchene, Le jeudi 08 juin 2017

" les modèles de la gamme ont globalement le même look ? Look de la Clio ou de l'Espace ?".
c'est vrai, et c'est fait exprès. l'idée c'est qu'on reconnaisse tout de suite une Renault, quelle qu'elle soit.
un peu comme on reconnait instantanément une BM ou une Mercedes, même quand on n'y connait rien.
gilles maestro, Le jeudi 08 juin 2017

Lucos pris en flagrant délit de mauvaise fois avec son histoire de design gigogne chez Renault : comme si c'était le seul constructeur à faire ça ? La nouvelle C3 qui fait grosse C1, le design Mazda qui n'est que gigogne entre les 2, 3 et 6, le cubisme à la VW qui n'évolue que par touche tous les 10 ans, la 308 qui fait petite 508, les Ford et Opel qui se ressemblent toutes, les Mercedes aussi [...] ça te rappelles quelque chose ?
Frédéric LANGLOIS, Le jeudi 08 juin 2017

De toute manière ce sera le client final qui aura le dernier mot!
Nous verrons dans deux ou trois ans qui aura raison en analysant les statistique des ventes des gros SUV Renault et PSA.
Par ailleurs on en a un peu marre de voir dans nos rues des "corbillards noirs" du genre Audi Q7 et d'autres qui viennent de l'autre coté de la frontière et on finira (un peu) avec le diktat d'un ou deux styles uniquement.
Le Koleos ne sera pas moins fiable que les PSA et les caisses teutonnes!
Je regarde toujours ce qui est produit et pour ceux qui auront le numéro du mensuel Auto-Moto qui vient de sortir (juin/juillet 2017) liront avec effarement la rubrique Conso (dossier occasion) avec le titre "Cinq SUV premium à moins de 20000 euros":
Au point de vu fiabilité l'Audi Q5, BMW X3, Volvo XC60, Mercedes GLK, et le Range Evoque donneront des sueurs froides concernant certaines années ou les PANNES ont fusée avec les grosses factures qui vont avec !!
Tous ceux qui voudront faire un choix parmi toute cette came surtout allemande, ont interêt à suivre les conseils d'Auto Moto et acheter les BONNES ANNEES !
Jo Duchene, Le jeudi 08 juin 2017

Ah ça c'est sur que Renault et PSA n'auront aucun mal à faire plus fiable que les "teutonnes". Aujourd'hui, plus on utilise d'électronique (mal maîtrisée) et des moteurs downsizés (tellement poussés qu'ils ne sont pas durables), moins c'est fiable. Les allemandes surjoeunt ces deux cartes pour montrer qu'ils savent faire, pour faire bling bling et saéduire le client lambda-mouton qui en veut plus pour le même prix, mais qui oublie que ça se paye en terme de fiabilité, responsabilité collective là. Et encore, qu'est-ce que ça va donner, ce "messie" de la voiture autonome ? Je crains le pire
Frédéric LANGLOIS, Le samedi 10 juin 2017

Le pire c'est que quand BMW par exemple sort des diesels avec quatre turbos pour faire les malins et annoncer 450CV... c'est que ce genre "d’usine à gaz" ne sers généralement qu'au seul premier acheteur riche, car en occasion l'entretien et le prix de certaines pièces devient tellement prohibitif en cas de pépin que l’occasion est abandonné et laissé de coté très vite. Le future acheteur de cette occasion piège...se ravise vite!
En plus c'est une caisse par exemple sur la série 5 qui par le design SUPER BANAL ne se distingue absolument pas (ou peu) d'un bas de gamme de la même série !!
Faites du tuning sur le bas de gamme, et l’illusion est parfaite ou presque pour pas un rond! Personne osera vous dire que c'est du fake et vous gardez vos sous !
Ainsi va la frime allemande...
Jo Duchene, Le samedi 10 juin 2017



Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Eric Girard réélu président de l’après-vente multimarques au sein du CNPA



Copyright © 997 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017