Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 12/03/2019

Carlos Tavares et Karima Delli : clarifications sur notre chronique d’hier

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire "Distribution & Services Automobiles" du Groupe Essca.

Je n’ai pas pris l’habitude de répondre aux éloges ou, plus souvent, aux reproches que l’on peut déverser sur mes propos et sur moi-même. Néanmoins, puisqu’il y a méprise sur le sens de ce que j’ai écrit, je me sens obligé cette fois d’apporter quelques clarifications aux propos que j’ai tenus hier dans ces colonnes.

Mon propos n’était ni de donner raison à Carlos Tavares ni de donner raison à Karima Delli sur le fond. Il s’agissait plutôt de livrer une analyse politique et d’indiquer que le rapport des forces en Europe s’est modifié depuis quatre ans en la défaveur de l’industrie et en la faveur des ONG, des écologistes et des maires des grandes villes. Le discours de ceux que certains d’entre les commentateurs des articles de Autoactu se plaisent à appeler les "khmers verts" qui pouvait apparaître comme très excessif il y a quelques années est de plus en plus majoritaire. Il est d’ailleurs repris assez systématiquement par les personnels politiques non étiquetés écologistes, à droite et à gauche. Ces derniers, parfois parlementaires de longue date, ne manquent pas de se souvenir que, dans le passé, sur tel ou tel dossier, ils n’ont pas eu le sentiment que notre industrie préférée était, avec eux, d’une parfaite transparence.

Parce que je connais un peu ce monde et qu’il m’est arrivé de croiser en diverses occasions des politiques en charge de ces dossiers, j’ai pu mesurer cette évolution et me rendre compte que ni les constructeurs, ni les organisations syndicales, ni les élus locaux qui partagent – comme c’est mon cas d’ailleurs – une large part des inquiétudes exprimées par Carlos Tavares ne sont aujourd’hui à même de se faire entendre sans prendre acte de ce fait politique. Je cite Karima Delli pour indiquer comment ces acteurs, aujourd’hui dominants, interprètent la situation. Je ne lui donne ni raison ni tort mais indique comment elle - qui est du côté des vainqueurs – interprète les propos tenus par C. Tavares.

C’est précisément parce que je suis convaincu que le saut que l’on demande à l’industrie d’entreprendre est extrêmement périlleux et requerra une mobilisation et une intelligence collective très fortes que je m’inquiète de la stratégie politique la plus appropriée. J’ai simplement voulu indiquer que si l’on intègre la réalité politique de 2019, ladite stratégie doit donner acte aux politiques de ce que leurs desideratas sont légitimes même si on pense le contraire. Je ne m’en réjouis pas. Je le constate et suggère simplement qu’il est plus judicieux de jouer le coup ainsi que d’espérer revenir à une configuration antérieure dont je constate qu’elle n’est plus. C’est ce que l’on pourrait appeler de la realpolitik : en prenant acte de ce dont les institutions européennes, a priori démocratiques, ont décidé et en feignant éventuellement de trouver le défi passionnant, la profession sera mieux à mêmes d’obtenir les soutiens et aménagements dont elle a besoin qu’en s’entêtant à regretter qu’elles n’aient pas été plus "bagnolardes".  

A choisir cette dernière attitude, on court le risque de maintenir les débats dans une espèce d’hystérie radicale où chacun veut la victoire totale. Puisque de ce jeu le camp d’en face semble sortir gagnant, il est temps, c’est ma conviction, de changer de ton voire de terrain pour que les arguments raisonnables associés aux réalités technologiques, économiques, industrielles et sociales retrouvent quelques chances d’être entendus.
Bernard Julien

Partagez cet article :

Réactions

J'avais bien compris hier.
Les écolos des boutons à certains ici..
;0)
Lucos, Le mardi 12 mars 2019

mdr la tentative de "damage control" ...

Mais elle est ratée, crime non avoué, crime non pardonné.

quelques remarques :
1) vous parlez de vous à la troisième personne ? "clarifications sur notre chronique d’hier"

2) vous dites avoir livré une analyse politique, soit :
en quoi le titre "Carlos Tavares nostalgique d'une époque révolue" est une analyse ? Pouvez vous me citer ses déclarations dans lesquelles il regrette le passé ?

3) M. Tavarès fait des critiques, vous avez totalement le droit de ne pas être d'accord mais il semble vraiment que vous avez fait un article à charge. Rien que votre titre "putaclic" en est, pour moi, la preuve.

4) vous dites que faire du SUV obère sa crédibilité ??
Alors PSA comme presque tous les constructeurs font du SUV. Pourquoi ? Parce que c'est ce que veut le client en ce moment. Et que PSA est une société qui doit gagner de l'argent, comme les autres...
Cela s'appelle le capitalisme.
Si cela ne plait pas il faut interdire les SUV et autres solutions sur consommatrices (quelque soit le domaine industriel).

bref j'arrête là, ca va être trop long sinon.

En résumé, je vous trouve très orienté monsieur, je suis allé voir votre CV, peut être une piste...

Salutations néanmoins.
Porte Nawak, Le mardi 12 mars 2019

Putaclic ?
L'ai-je bien compris ??
;0)
Psst, nous = 1ère personne du pluriel
Lucos, Le mardi 12 mars 2019

La lettre AUTOACTU est une lettre d'information de professionnel de l'automobile.
Mr Tavares a bien sûr toute sa place.
Par contre, j'ai fait un tour sur la page WIKIPEDIA de Mme Delli : C'est une activiste écologique qui a, entre autres faits, participé à plusieurs manifestations contre le contournement de Strasbourg. Je ne supporte pas ce genre d'écologiste car ce sont des rétrogrades qui refusent les mesures en faveur de cette même écologie.

NON, Mme Delli n'a pas sa place dans ces lignes destinées aux professionnels de l'automobile. Je respecte l'écologie quand elle tend à faire progresser notre qualité de vie, pas à la détruire.
dataceodeux, Le mardi 12 mars 2019

Un second article de Mr Julien pour corriger les exès du premier....

Je n'ai pas du tout apprécié le ton partisan de celui de hier. C'est une piètre excuse que celui de ce jour.

Titrer : "Carlos Tavares nostalgique d'une époque révolue" est particulièrement mal venu pour qualifier un des rares dirigeants qui a le courage de dire les vérités industrielles et de présenter les impasses que nous proposent les incompétents de tous bords: les écologistes idéologues, les politiques en recherche de voix.

Mon avis est bien solide ( je travaille dans ce domaine...) : la propulsion des véhicules électriques par accumulateur est un leurre qui va s'éteindre dans quelques mois, au pire quelques années. Sauf pour des usages exclusivement urbains et de courte distance.

C'est comme le chauffage sans isolation des bâtiments par "grilles pains" préconisé par EDF en 1980....Nous en voyons aujourd'hui les désastres.
Joran Namet, Le mardi 12 mars 2019

Pour ma part, j'ai toujours trouvé que les articles de B. Jullien sont intéressants parce qu'iconoclastes. Je ne partage pas son avis quant à Carlos Tavares, que je trouve bien plus mesuré dans ses propos, responsable et transparent que ses prédécesseurs (au sens large des représentants de l'industrie) dans le débat qui nous intéresse aujourd'hui. Mais j'ai trouvé l'argumentation intéressante et stimulante intellectuellement.

A l'arrivée, chacun monde devra manger son chapeau à la suite des réalités qu'il n'aura pas su ou voulu voir, parce qu'il n'aura confronté son point de vue qu'avec des gens vivant et pensant comme lui. Ca a déjà commencé avec :
1 - la chute du Diesel largement alimentée par le scandale des logiciles truqués (ici, c'est l'industrie automobile qui mange son chapeau);
2 - la remontée automatique des émissions de CO2 à la suite de la chute du Diesel et la nécessité de gérer la transition de la filière économique "Diesel"(ici, ce sont les politiques qui mangent leur chapeau, voir l'article "Bercy cherche une voie de sortie à la crise du Diesel").

Et ce n'est pas fini.

Croyez vous vraiment que l'industrie va payer les amendes liées au surcroit de consommation des SUV ? certainement pas, ce sera refacturé d'une façon ou d'une autre au client.

Croyez vous vraiment que, en dehors de la Norvège qui est un cas géographique à part, l'électrique atteindra ce que les politiques demandent ? certainement pas, et ils devront d'une façon ou d'une autre expliquer aux électeurs pourquoi ils n'y sont pas arrivés

Et, au cas où l'électrique atteindrait ses objectifs, croyez vous vraiment que l'industrie des batteries et la fourniture d'électricité suivraient ? et plus encore, que l'imapct CO2 serait plus faible ? Là aussi, les politiques devront gérer !

Et la liste ne s'arrête pas là. Bernard Jullien en est parfaitement concient, très clairement !

Louis-Jean Hollebecq, Le mardi 12 mars 2019

… Lucos … Bon garçon avec son commentaire !…
l'aura mérité son "bon point" ... !
;0)

Sinon lapidairement je citerai la phrase mémorable du chantre des 35 H00 (on reste entre soi Bernard … ?) citant sa vénérable grand-mère : « Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup.» …

Et Quand une chronique nécessite autant de clarifications, c'est que le message n'était pas bien « lumineux » initialement …
Pour la clarification non dénuée de sens politique sur le mode : « mais non jl’ai pas écrit » … « C’est vous qui ne m’avez pas compris » … « En tous cas voilà ce que j’ai voulu écrire » … !
Habile, très … pour un praticien de la novlangue la moindre des choses … le propre d’une chronique c’est quand même que son message soit lisible dès la première lecture … ?

… Sur les déclarations de Carlos TAVARES … Beaucoup de temps a été perdu par le prédécesseur de Tavares sur le thème « collaborationniste OU accommodant » pour des raisons très évidentes raisons … Dézinguer le VE était intenable pour quelqu’un qui s’en était fait le promoteur … Et d’ailleurs Monsieur TAVARES ne dézingue pas le VE …
C’est le « tout VE » qu’il critique ce qui est très différent et diablement fondé …
Au reste, c’est la seule voix un « tantinet audible » qui pose les questions qui fâchent et qui n’ont à ce jour obtenu de réponse étayée ou bien convaincante depuis septembre 2017 ….
Je les rappelle ci-après :
"Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ?
Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?
Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?
Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ?
Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ?
Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point
de vue sociétale pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres?"

Je ne sais si il est bien dans son rôle en tant que président de l’ACEA lorsqu’il pose toutes ces questions… En tous cas, il n’a pas été désavoué par ses confrères ( …) … Modestement en tant que citoyen, je lui en suis reconnaissant …. Nous avons dépassé depuis quelques temps tous les records en matière de fiscalité en France (prélèvement obligatoire, droits sur les successions …) … Et rien n’indique à cet instant que ce mouvement ne va pas continuer alors qu’il faudrait financer la transition énergétique et que nous sommes à 2,3 Mds de dette publique …. Jolie équation !

Pour revenir à Carlos TAVARES … Monsieur JULLIEN en axant votre chronique sur l’éventuel côté nostalgique vous vous avez fait « fausse route »… La meilleure démonstration de l’ agilité (ou adaptabilité, ou proactivité) du précité se trouve dans le pilotage de l’objectif 2021 (et suivant) du CO2 dont Autoactu se fait l’écho ces derniers jours et encore aujourd’hui (Le "comité CO2" de PSA présidé par Tavares)
L’on peut s’adapter (et chez PSA on se dote d’outils pour l’atteindre cet objectif) et simultanément continuer de poser aux politiques et aux « chantres du tout VE » les questions qui fâchent ou les interpeller sur leurs responsabilités … à Ingrandes ou à Rodez ces questions ont des implications immédiates …

Arrêtons le manichéisme du « t’es contre sauver la planète » …Poser ces questions, cà n’est pas être anti écolo, c’est tout simplement être responsable …. Depuis 18 semaine nous avons un petit avant-goût de ce que peut générer une « certaine forme de négligence politique » dans son sens premier … Pas la peine de faire un dessin …

Pour ceux qui sont encore là …. C’est fini … Vous pouvez reprendre …. ;0)



ADEAIRIX, Le mardi 12 mars 2019

HYPOCRISIE ! Quand vous condamnez Tavares à l’état méprisant de « nostalgique », ne prenez vous pas parti, contrairement à ce que vous écrivez pour vous justifier. Oui, le rapport de force a basculé artificiellement en faveur de l’écologie mais le bon peuple européen, celui qui achète, lui tourne de plus en plus le dos, à preuve le développement des SUV ou son refus d’être davantage taxé sur le carbone. Dichotomie classique entre attitude et comportement ! Mais comment va-t-on sortir de cette très dangereuse impasse sans l’affronter, sans que les « experts » ne prennent parti, justement, pour combattre l’idéologie ? Le politique à Bruxelles est en train de condamner le lambda européen à subir les contraintes de son véhicule électrique alors que le lambda américain continue à se faire plaisir au volant de son gros pick-up V8 de plus en plus énorme et de plus en plus puissant….Dans 15 ans, qui aura le plus gagné entre Peugeot et Ford ?? Et la planète sera toujours là, à peine plus amochée !!

Jacques CHEINISSE, Le mardi 12 mars 2019

Plutôt des mauvais points ADRX pour les commentateurs qui n'ont lu que le titre de l'article d'hier et pas l'article ou alors en diagonale rapide.
J'ai la drôle d'impression que c'est un peu pareil aujourd'hui, et pourquoi tant d'excitation encore sur cette question ?
;0)
Lucos, Le mardi 12 mars 2019

A Joran Namet.

Comment peut on tenir de tels propos sur les véhicules électriques ?

Comparer un thermique et un VE du puit à la roue en prenant en compte l'extraction, le transport, le raffinage, les marées noires, la production du thermique...
Oui fabriquer une batterie pollue mais certainement pas autant que le thermique.

Et vous oubliez l'essentiel : vous vous focalisez sur le CO2 tête baissée.
LE VE c 'est également les NOX et compagnie qui disparaissent, c'est la pollution sonore, les mauvaises odeurs.. etc.

Sans parler des batteries de nouvelles générations à venir (graphène ou solide). la conso, les tailles de batterie diminueront et bonne nouvelle le graphene est facile à extraire !

Je ne comprends pas pourquoi l'évidence est elle aussi dure à accepter pour une partie importante de la population.
C'est une vraie question.
Peur de l'inconnu et du changement quand tu nous rattrapes...

Respirez cela va bien se passer !

Bonne journée,

PS: avez vous déjà rouler en VE ?
BOISONS UN PEU, Le mardi 12 mars 2019

…. Détrompez vous Lucos … J'ai tout bien lu y compris vos commentaires "prêchi précha" … Pour les mauvais points, oubliez !
;0)
Un qui lit pas les commentaires … C'est "Boisons un pneu"
Lisez donc avant de nous servir "vot' cam" coutumière totalement "manichéiste" …
Mais puisque l'on vous dit que cà n'est pas le VE qui est en cause … Mais le "tout VE" ce qui est très différent ... Et non pour ma part, je ne me focalise pas sur le CO2 …
Les nuances semblent vous échapper … Quant à votre ton vaguement paternaliste et un rien condescendant … Tentez d'en changer mais çà a l'air d'être dur ... !
ADEAIRIX, Le mardi 12 mars 2019

Relax (bis), je ne vois pas pourquoi tout le monde s'énerve comme cela ?
Après tout, ce n'est pas un crime, tout juste un Delli...
;0)
Lucos, Le mardi 12 mars 2019

Adearix,

Vous nous servez toujours la même soupe et les mêmes critiques.

Vous posez des questions mais n'apportez aucune réponse.
Que savez-vous sur le recyclage de la batterie ??
Vous colportez de fausses informations, c'est cela le plus dangereux. La batterie de traction a une 2ème vie de stockage et est ensuite recyclable à 95% (Lithium, cobalt...etc).

Comme donneur de leçon on pas fait mieux sur ce site.

Bien sur que c'est un Ecosystème qui ne touche pas que la mobilité en soi (emploi, gestion des ressources,...etc).

On en reparle dans 1 an ou 2 quand vous aurez comme bcp de monde sur ce site retourner votre veste "non mais tu comprend, le VE patati patata..."

boisoNS UN PEU, Le mardi 12 mars 2019

@A. Boise
Chers lecteurs,
Nous mettons à votre disposition un espace de commentaires sous nos articles pour vous permettre d'y ajouter des éclairages et des perspectives. Malheureusement, les commentaires ne sont pas toujours de bons niveaux et n'apportent pas de valeur ajoutée. Certains d'entre vous nous écrivent pour nous dire le désagrément que représentent pour eux cette partie commentaires.
Nous avons donc pris la décision de modérer cette rubrique de manière beaucoup plus sélective. Lorsque nous jugerons qu'un commentaire n'apporte rien au débat, il sera supprimé.
Bien cordialement,
F. Sacha
Farida SACHA, Le mardi 12 mars 2019

Désolé chère Farida des interpellations m'appellent …

Cela se confirme « Boisons un peu » vous lisez très mal les commentaires … En fait, vous préjugez surtout …
Vous m’interpellez concernant le questionnement du recyclage des batteries … Mais vous n’avez pas compris ou feignez de ne pas comprendre qu’il s’agissait de questions posées par Carlos TAVARES dont autoactu s’est fait l’écho en septembre 2017 …
Pas grand monde n’a repris ces thèmes depuis lors et côté gestion de la transition, au niveau « public » çà sent selon les jours le grand enfumage ou la grande improvisation … 2,361 Milliards d’euros de dette publique … Pas grave …

Au fait, vous-même, que savez-vous vous-même du recyclage des batteries …. A part votre sempiternelle argument « demain tout ira mieux grâce aux batteries au graphène … blablabla … Sans doute, comme tout le monde ce que l’on peut lire sur les sites « Automobile propre » ou « moteur nature » …
Le fait d’être un utilisateur de TESLA et Nissan LEAF ne vous pare pas de toutes les vertus … Et le contraire est vrai aussi, me direz-vous ( ?)

A propos de prétendu « donneur de leçons » , je le répète il ne s’agit pas d’être pour ou contre le VE… Comme dirait Bernard JULLIEN, nous n’en sommes plus là (rapport à la nostalgie) ! … Il s’agit juste de dire que le VE est une des solutions pour les déplacements automobiles … et que le « tout VE » est une hérésie … Tout comme le 'tout Diesel" le fût naguère … C’est assez voire très différent !

Quant à me donner RDV dans 2 ans avec ce discours «non mais tu comprendS, le VE patati patata..." … J’ignorai que nous partagions une telle proximité, cher ami …
Dans 2 ans, comme vous dites si il se vend +- 15 % de véhicules « électrifiés » et la moitié de VE sur l’ensemble des VN, ce serait déjà pas si mal (sauf accident majeur auparavant bien sûr ) …
« Boisons un peu » redescendez donc de votre TESLA, votre « bonheur » semble vous aveugler sur les réalités sociales qui nous entourent et relativisez vos propos …
Et merci par avance de nous éviter ce genre de cuistrerie : « pourquoi l'évidence est elle aussi dure à accepter pour une partie importante de la population ». Du « Marie Edmonde pur sucre » !
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 12 mars 2019

@Farida Sacha
Vous avez jugé bon de supprimer mes commentaires concernant le problème que pose le mouvement écologiste ,mouvement qui paraît avoir vos faveurs avec diverses invitations dans vos colonnes.
En effet Autoactu comme vous avez pu le remarquer après l’article d’hier de M Julllien est un site de gens qui vivent d3 la bagnole,constructeurs,distributeurs,techniciens et ingénieurs et négociant..
La violence des réactions devrait vous interpeller,vous avez choisi la censure....celle ci ne résout rien et la mise au point de ce matin ne dissipe rien.
Bien à vous Mesdames et vive la bagnole et Motos
alain boise, Le mardi 12 mars 2019

Respectez les règles et il n'y aura pas de PB.
;0)
Lucos, Le mardi 12 mars 2019

Quel culot Lucos combien de messages supprimés par la rédaction pour insultes ?vous ne manquez pas d’air
alain boise, Le mardi 12 mars 2019

Les écologistes dirigent le monde. Et ben, elle est bien bonne celle là !
Tavares avait fait la même alerte sur le VE avant d'être à la tête de l'ACEA.
Je ne lis jamais d'articles de dirigeants de Toyota (au hasard) mettant en avant leur marge opérationnelle, leur ratio salaires sur chiffres d'affaires et autres paramètres financiers. Et bizarrement, ils sont déjà dans les clous ou presque des objectifs de 2021.Alors qu'avec le rachat d'opel, PSA va avoir bien du mal.
Et puisqu'un petit boîtier électronique suffit, pourquoi les constructeurs dans leur ensemble ne proposent pas de E85 dans leur gamme ? Je suis certain qu'il y aurait des clients intéressés.

JL S, Le mercredi 13 mars 2019



MEETDEAL, transformez vos leads en business !
Bercy cherche une voie de sortie à la crise du Diesel



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017