Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 13/03/2018

Comment Dacia monte en gamme tout en contenant ses coûts

Entre la première Logan de 2004 et le Duster d'aujourd'hui, le style, les équipements et les contraintes de sécurité ont largement évolué. Comment la marque parvient-elle à garder son positionnement low cost tout en offrant davantage à ses clients ? La réponse de Marc Suss, directeur du programme Global Access du groupe Renault.

Depuis mai 2015, Marc Suss est directeur du programme Global Access du groupe Renault, qui réunit l’ensemble de l’offre low cost du constructeur sous les marques Renault et Dacia, à savoir Logan, Sandero, Stepway, Lodgy, Duster, Kwid et Kaptur (le Xray de Lada utilise la même plateforme que la Sandero mais n’est pas qualifié de "Global Access" comme aucun autre modèle de Lada).
Les volumes de vente de Global Access ont atteint 1,52 million de VP et VUL en 2017, en hausse de 13%, soit plus de 40% des ventes totales du groupe Renault. Dacia pèse 43% des ventes de Global Access. Pour la seule marque Renault, le Global Access a pesé 36,5% des ventes VP.

Autoactu.com : Depuis le lancement de la Logan, en 2004, les contraintes en termes de sécurité et les attentes des clients en termes d’équipements et de style ont grandement évolué. Comment parvenez-vous à conserver un niveau de prix attractif ?

Marc Suss : En effet, même dans les pays émergents, comme en Inde, les clients veulent des équipements modernes. En Chine, même si ce marché ne peut plus vraiment être qualifié d’émergent, il est inconcevable de vouloir vendre un véhicule sans la connectivité. En matière de style, il n’est plus envisageable de proposer des vitres plates comme sur la première Logan. Et, bien sûr, en termes de sécurité, on ne peut plus proposer uniquement l’airbag conducteur comme nous le faisions pour la première Logan.
Cela génère forcément des surcoûts : de l’ordre de 500 à 600 euros pour les 6 airbags qui équipent désormais la gamme et je ne parle pas des ceintures pyrotechniques à l’avant et à l’arrière. De même, nous ne faisons aucun compromis sur la structure de caisse pour assurer une sécurité passive optimale. Pour autant, le nouveau Duster doit se contenter de 3 étoiles EuroNCAP parce que nous refusons de suivre l’inflation d’équipements de sécurité active demandés par l’organisme.  Nous ne voulons pas imposer ces technologies souvent intrusives à nos clients qui n’aiment pas la complexité et qui sont déjà gênés, pour certain, par le stop & start. 

Autoactu.com : Certains équipements recommandés par EuroNCAP vont finir par devenir obligatoires. Comment allez-vous faire ?

Marc Suss : Oui, notamment le freinage automatique d’urgence pourrait être imposé en Europe dans les prochaines années. Nous nous adapterons en cherchant le meilleur ratio coût/valeur, comme nous l’avons déjà fait avec des équipements comme la vision 360° : nous proposons 4 caméras pour voir partout mais sans la "bird view" et le logiciel qui réunit les images. Cela nous permet de diviser le coût par deux.
Nous proposons aussi la carte mains libres parce que c’est une technologie éprouvée et que nous avons trouvé quelques astuces pour la rendre accessible, à 200 euros, soit 2 fois moins cher que sur la gamme classique de Renault.
Autre exemple de choix technique malin : plutôt que d’utiliser une peinture chromée en surface, nous avons teinté dans la masse le ski avant du nouveau Duster. C’est moins brillant mais c’est moins cher et plus robuste.

Autoactu.com : Cela pourrait être un slogan pour le global Access...Vous proposez tout de même une option cuir à 600 euros, cela paraît contradictoire avec l’idée que l’on se fait de la clientèle low cost ?

 

Marc Suss : Une partie de notre clientèle a les moyens de se payer une voiture bien plus luxueuse qu’une Dacia. C’est un choix de sa part de ne pas s’afficher dans une voiture ostentatoire  mais dans une voiture qui affirme son goût pour la simplicité et l’achat malin. Compte tenu du prix très accessible de nos modèles, nos clients peuvent se faire plaisir en s’offrant des options qu’ils n’auraient pas envisagées sur un autre modèle.

Autoactu.com : La presse automobile a évoqué un futur SUV plus grand que le Duster pour remplacer le Lodgy, votre monospace 7 places d’ici 2020. Qu’en est-il ?

Marc Suss : Il n’est pas prévu de Duster 7 places malgré ce qu'on a pu lire dans la presse. Ce qui est prévu c’est un crossover Renault du segment C qui sera commercialisé en Russie en 2019 et qui utilisera la plateforme Duster, comme le Kaptur, pour enrichir la gamme Global Access. A vocation mondiale, ce modèle pourra aussi utiliser une autre plateforme, comme en Chine, et sortir de la gamme Global Access.
Il n’est pas dans notre intention d’élargir la gamme au-delà du segment C et encore moins d’entrer sur des marchés de niche. Nous voulons continuer à massifier les volumes sur un nombre restreint de modèles pour garder des prix bas, entre 8 et 20 000 euros.
Massifier les volumes, cela veut dire aussi concentrer la production de Dacia sur deux usines, avec 185 000 Duster à Pitesti (Roumanie) et 270 000 Sandero à Pitesti et au Maroc, soit  près de 70% des volumes totaux de Dacia.
Même si le niveau de vie a augmenté dans ces pays depuis 2004, les coûts salariaux restent encore très avantageux et nous aident à maintenir des prix bas. 
Autre élément clé pour maintenir des coûts bas, la durée de vie de nos modèles : 7 ans pour Duster, 8 ans pour Logan, contre 5 à 6 ans chez nos concurrents. En amortissant nos investissements sur deux ans de plus que la moyenne, on y gagne forcément mais cela n’est possible que parce que nos modèles ne jouent pas sur la mode et ont ainsi un cycle de vie plus long.

Propos recueillis par Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Ah Dacia et Lâ sécurité.....je rappelle à M Suss que les autos sont vendues sans remises meme a 20000€.
100€ ùn airbag de plus,soit les 5 pour 600.....
A Geneve le stand Dacia avait une meilleure fréquentation que celui de Maman,incroyable engouement des Suisses pour la marque ,qui l'eut cru?
Qui est le désigner du Lodgy?quel coup de crayon!!!!
alain boise, Le mardi 13 mars 2018

…. Une très belle réussite du secteur auto (Merci Messieurs SCHWEITZER et HURTIGER)….
Bien au-delà des pays émergeants, le succès qui ne se dément pas en Europe de l’Ouest sous l’effet conjugué d’un pouvoir d’achats qui, au mieux, patine et un désir « d’essentialité » au moins chez une partie des consommateurs. Pour exemple, la Sandero en France souvent meilleure vente VP ...
« Une partie de notre clientèle a les moyens de se payer une voiture bien plus luxueuse qu’une Dacia mais souhaite s’afficher dans une voiture qui affirme son goût pour la simplicité et l’achat malin » comme le dit Marc SUSS.
Du coup, en creux (ou en plein ?) de cette réussite qui se prolonge (et qui n’a toujours pas d’offre véritablement concurrente chez les autres constructeurs) la nécessité pour Renault de réfléchir (vite) au recalibrage du positionnement de la marque sous peine d’être englouti … Cela a déjà été écrit ici …

Pourquoi payer plus cher quand l’essentiel (et même un peu plus) est déjà là, à fortiori, lorsque la fiabilité (éventuellement meilleure) est au RDV…?
ADEAIRIX, Le mardi 13 mars 2018

Le low cost n'en étant plus un, si jamais il l'a été, c'est pour cela que je suggérais de les définir comme véhicules essentiels par opposition aux véhicules statutaires ou Premium.
;0)
Lucos, Le mardi 13 mars 2018

C’est assez amusant de constater comme le discours évolue, en 2004 les dirigeants de Renault justifiaient la laideur relative de la Logan par des coûts de production contenus.
En gros ce qui était « Low-cost » ne pouvait pas faire autrement qu’être insipide voire moche, à croire qu’il n’y avait à l’époque aucun « Designer » et que c’étaient les comptables qui s’étaient mis à la planche à dessin.

La deuxième génération a démontré qu’une plastique plus consensuelle et des coûts de construction contenus, n’étaient pas complètement incompatibles …, il suffisait de réaffecter les comptables dans leurs domaines de compétences.
Et je comprends aisément que certains clients ne souhaitent pas s’afficher dans des véhicules ostentatoires tels que Renault Clio, Peugeot 2008 voire dans une Golf … Il est dans certaines situations, de bon goût d’afficher un détachement extrême par rapport à la chose automobile.
Si en plus l’acheteur moyen est en capacité de gober naïvement et de restituer intégralement le discours lénifiant des oracles du marketing, c’est le « Jackpot » pour le compte de résultats.

Pourvu que l’on puisse continuer à faire croire à quelques gogos qu’un circuit imprimé vaut réellement 200,00 €, qu’un intérieur en peau de vache souffreteuse à force de paître à proximité de sites industriels vaut 1.600 €, et enfin que le piège dans la vitrine du concessionnaire vaut 20.000 €.
Tant que l’imposture durera, ce sera le pactole.
Aubert, Le mardi 13 mars 2018

Dacia est une belle réussite, et c'est assez surprenant qu'aucun autre grand constructeur n'ai encore proposé une offre concurrente.
En tout cas, le nouveau Duster montre une petite montée en gamme progressive avec des équipements plus modernes et une qualité perçue en hausse.
Emmanuel S., Le mardi 13 mars 2018

Merci aussi à Gérard Detourbet !
Didier RECORD, Le mardi 13 mars 2018

Oui effectivement j'avais "oublié" Gérard DETOURBET ...

Il y a du vrai dans les ricanements d'Aubert ... En même temps, Imité jamais égalé à ce jour ... Mais moi jveux bien faire comptable comme Louis Schweitzer ...

La 1ère Logan était une vraie low cost et oui le "vitrage plat" était dans la fiche technique de la Panda (hein Luc os...) dessiné par l'excellent Giorgetto Giugiaro (ou son orchestre ...)
ADEAIRIX, Le mardi 13 mars 2018

Quel pourcentage de marge Dacia? Plus que Porsche?
alain boise, Le mardi 13 mars 2018

Oui vitrage plat comme aussi la Fiat Palio et en leur temps la Renault 4, la 2CV et consœurs..
PS ; finalement le plus important dans le low cost c'est quand même qu'il y ait bien la Compagnie Créole aux Dacia days...
;0)
Lucos, Le mardi 13 mars 2018

Tiens, Luc os nous fait du Auto moto rétro ce matin ...
La deuche ... 4 roues sous un parapluie et une suspension permettant de traverser un champ labouré avec un panier d’œufs sans en casser un seul
Sinon C sûr que la Compagnie Créole lors des réunions des club Porsche de France et de Navarre ... Pfff, y z' y ont même pas droit (quoique ?) ...
ADEAIRIX, Le mardi 13 mars 2018

Pourquoi tant de sarcasme, Alain, Aubert ? ça vous défrise dons tant que cela que Renault ait réussi là où (jusqu'à présent) la plupart des autres ont échoué ? Au début de Dacia, ils ont su trouver l'équilibre entre qualité, durabilité et prix. Puis ils y ont ajouté des USP et le design qui ont retenu l'attention. enfin, ils ont su gérer la montée en gamme en améliorant constamment leurs produits. Alors bien sûr, ça fait pâlir les concurrents, qui continuent de se gratter la tête pour savoir comment ils ont fait et tenter de reproduire le modèle (sans succès à ce jour).
Quant au Lodgy, que vous citer pour essayer de discréditer Dacia, il a son utilité et se vend très bien dans certains pays où l'on a besoin de 7 places avec un coffre (il n'y a pas que l'Europe, rappelez-vous en).
Soyez beau joueur et reconnaissez, comme moi, que c'est une belle réussite. A moins que le sectarisme ait obscurci à ce point votre jugement que vous ne puissiez voir ce qui crève les yeux : avec le nouveau Duster, par exemple, objectivement, que reste-t-il aux autres ? :0)
Sniper, Le mardi 13 mars 2018

Eh Sniper...pousse pas trop à la roue sur la question qualité et durabilité !! On est pas encore à la fiabilité et consommation d'une Prius (et autrement plus compliqué a fabriquer qu'une Dacia) quand même, il faut encore se lever de bonheur chez Dacia, car le soleil levant du consommateur est du coté du Japon!
Je vais finir par sortir mon mouchoir...mais tout en séchant mes larmes...je ne peux que conseiller très fortement les distraits à ne jamais sortir leurs sous chez Dacia que s'ils n'ont pas pris une extension de garantie maximum et pour les riches rajouter un contrat d'entretien !
Je me suis toujours légèrement bidonner à voir exercer des multiples fois mon droit de contractant face a des pannes qui font s'activer les chefs d'atelier...et ils me disaient: Ah vous avez un contrat d'entretien...alors vous n'avez rien à payer....sous entendant celui là on ne peu pas lui gratiner sa facture! Merci pour le petit café gratuit !
Toto Plus nous dit que Ferrari fait des contrats d'entretien de sept ans kilométrage illimité...ceux là ils vont bouffer la baraque !
Les petits margoulins allemands de l'auto ils ont encore beaucoup de choses a apprendre...leur pain blanc commence à manquer !
A moins qu'ils pensent que le monde des gogos est inépuisable chez nous et chez eux !
Un tableau de bord bien ajusté, vaut bien une messe super payante !
Jo Duchene, Le mardi 13 mars 2018

Cher Jo, je ne pousse pas tant que ça ! En effet, si je ne mesure pas la durabilité des Dacia, JD Power (donc les clients) l'a fait pour nous et le résultat est bluffant : régulièrement parmi les meilleurs (derrière vos amis de Lexus et Honda, toutefois... qui ne vendent pas leurs autos équivalentes au même prix, néanmoins).
Quant à votre argumentation sur l'extension de garantie et le contrat d'entretien, j'ai du mal à la comprendre. Les Dacia sont garanties 3 ans, si j'en crois la publicité qu'ils en font. Passer à 5 ans n'est pas onéreux (quelques dizaines d'euros) : pourquoi s'en priver ? Pour l'entretien, les particuliers ont peu recours à un contrat (peu arrivent à budgéter leur usage automobile et préfèrent le "coup par coup"). Ils sont donc peu concernés. Quant aux entreprises, si elles ont recours à un LLD (ce qui est très fréquent), l'entretien est presque toujours prévu... pour toutes les marques.
Pour avoir quelques heureux propriétaires de Dacia autour de moi, ont peu de dépenses d'entretien et s'en portent fort bien.
Alors, que demande le peuple ? :0)
Sniper, Le mardi 13 mars 2018

... Euh, Que Ferrari bouffe la "baraque" avé les contrats d'entretien de sept ans kilométrage illimité ?
Mouais, ben déjà, sauf exception, massiquement les "Ferraristes" ne sont pas des gros rouleurs, pour d'évidentes raisons ...
Ensuite on peut faire confiance (?) à la maison Ferrari pour avoir intégrer les coûts de garantie et d'entretien dans le prix de leurs modèles ... Le syndrôme du contrôleur de gestion ...?
Vu les prix pratiqués, çà devrait passer et c'est plutôt avisé ... !
Solution clé en mains :"Tu t'occupes de rien ..." Roule "petit" bolide"
ADEAIRIX , Le mardi 13 mars 2018

Dacia ? Réussite incontestable. Ceux qui disent le contraire sont des jaloux.
Sniper a raison, cette marque se positionne très bien dans le classement fiabilité même si, comme toute les marques, ses voitures ont des pépins voire des pannes graves. Aucune marque n'est épargnée, même Lexus, même Toyota (la courroie de distribution non remplacée à temps du vieux RAV4 de ma fille a pété, moteur dans le sac..., mais on ne peut pas parler de panne à ce sujet), même les plus fiables.

Pour revenir au succès de Dacia, plusieurs écueils vont être de plus en plus difficiles à surmonter.
Le premier, c'est justement cette montée en gamme, très astucieuse, mais qui a ses limites. En effet, la tentation sera grande de proposer une Dacia super low cost qui se privera de cette montée en gamme pour proposer l'essentiel de l'essentiel. Cette Dacia super low cost finira par monter en gamme et il faudra proposer une hyper low cost, etc.
Le deuxième, c'est l'inflation des règlements anti pollution (zéro émission), anti accident (zéro mort), anti tout (zéro bagnole !) qui enchérissent considérablement les coûts de fabrication des voitures. Alors sur du premium à 80 000 € la bête, ces surcoûts sont indolores ou presque, mais sur une Dacia, ça pique. On a vu les malus appliqués au Lada Niva qui ont terrassé cette marque, low cost avant l'heure.
Le vrai low cost a peut-être vécu ?
Bruno HAAS, Le mardi 13 mars 2018

Non je ne croit pas que le low cost ai vécu...et cela va être les voitures justement PAS low cost qui vont inéluctablement baisser de prix et se rapprocher du low cost.
Le nombre de petites citadines qui ne dépassent pas 9.000 euros il y en a de plus en plus !
La société (de la mobilité et son industrie) va provoquer inéluctablement la déchéance du mythe automobile et fabriquer de produits comme des frigos et lave-vaisselle.
Le chemin que prends le prémium en occident (technologie et électronique chère et a obsolescence programmé) courre à sa perte, et en plus cette technologie ne nous PROUVE pas qu'elle est plus sûr pour les automobilistes, et en plus a des prix que beaucoup aujourd'hui dénoncent et trouve totalement ridicules!
Personne peut demander aux classes moyennes (et ils décident) d'épuiser leurs ressources sur des produits ou leur mobilité sera dans l'avenir DE PLUS EN PLUS LENTE avec ces produits.
La voiture autonome et communicante (ou des zozos industriels mettent des milliards) est une CARICATURE de modernité...mais c'est la tendance, et la sécurité intéressante et VALABLE se trouve est sur des systèmes comme des suspensions intelligentes, anti-endormissement sur la route, et basses consommations, plus durabilité!
Le véhicule autonome valable existe et doit être cantonné aux véhicules professionnels et de transport des passagers en nombre, ainsi que les carburants type hydrogène sur des flottes captives.
Des trains sans conducteur existent depuis longtemps.
Lancer sur les routes des véhicules sans conducteur c'est voir leur détérioration et même attaques en total malveillance, dont ruineux!
Pour le véhicule privé c'est de la bêtise de dépenser autant de milliards!
La preuve chez Audi la 8 est valable en autonome en dessous de 60 km/h de leur propre aveu.
So far so good Bruno !
Jo Duchene, Le mardi 13 mars 2018

Concernant l'argument de Adeairix...voilà qu'il donne la bonne réponse en ce qui sera l'avenir de l'auto, à savoir, "tu t'occupes de rien"...eh bien les constructeurs vont être obligés de gérer leurs "merdes" et pas rester dans la facilité malhonnête de reporter les ruineuses défaillances de leurs produits (vendu une fortune) sur leurs clients...qui dans leur majorité roulent de manière "bourgeoise" , c'est a dire lentement !
Que les pauvres ne fassent pas l'entretien minimum, les nouveaux contrôles techniques vont s'occuper d'eux et les empêcher de rouler!
Voilà, l'évolution des réglementations va coincer de plus en plus les constructeurs auto et les appeler à la responsabilité...que cela déplaise à beaucoup ici...le futur s'en fou !
Jo Duchene, Le mardi 13 mars 2018

Merci Duchene pour l'adoubement ...
Cà fait drôlement du bien, si vous saviez !!!
Bon le concept, "tu t"occupes de rien' çà fait un peu plus d'une vingtaine d'années que je l'utilise .... Alors y a même pas de mérite ...

Côté solution clés en mains 'tu t'occupes de rien" y en a certains ici qui pourraient parler de la Venturi Gentleman Trophy" crée par un certain Stéphane RATEL en 91 (?) pour quelques happy few(s)...
Le voudraient ils, c'est une autre histoire ...
A vous les studios ...
ADEAIRIX, Le mardi 13 mars 2018



Martin Goetzeler nommé PDG de dSpace
Les actions de rappel mettent les véhicules parmi les produits les plus dangereux en Europe



Copyright © 8605 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017