Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 21/04/2017

Constructeurs et équipementiers collaborent sur l'impression 3D

Dans le cadre de la Plateforme de la Filière Automobile (PFA), l'impression 3D a été définie comme l'un des programmes d'innovation clés pour l'après 2030. Constructeurs et équipementiers investissent 2 millions d'euros sur 5 ans pour l'intégrer dans une production de série. 

Dans le cadre de la PFA, constructeurs et équipementiers définissent ensemble des axes de recherche collaborative dont les bénéfices doivent profiter à tous. Dans cet esprit est né notamment le projet Force visant au développement d'une filière française de fibre de carbone. Après avoir évalué la viabilité du projet, un consortium d'une quinzaine d'entreprises des secteurs automobile et aéronautique a investi dans une ligne de production pilote d'une fibre de carbone à 8 euros/kg contre 16euros/kg actuellement. 
La PFA et ses membres souhaitent maintenant reproduire cette démarche sur l'impression 3D, identifiée comme l'une des 20 axes de recherches prioritaires pour l'après 2030. "Nous avons en effet identifié 20 tendances majeures et nous en avons retenu 5 pour cette année dont l'impression 3D. L'objectif est de voir comment cette technologie peut être utilisée dans le cadre d'une production de série", explique Eric Poyeton, directeur général de la PFA.
Ce projet de recherche collaborative, coordonné par Fabrice Gautier, Advanced Manufacturing & Supply Chain Manager de Faurecia, réunit des constructeurs, des équipementiers mais également deux acteurs de l'aéronautique, Safran et Thales. "Compte tenu de ses volumes de transport, l'aéronautique tombe dans le même champ de contraintes que l'automobile et travaille donc de plus en plus souvent avec nous", souligne M. Poyeton. Au total, les différents participants à ce projet vont investir 2 millions d'euros sur 5 ans pour conduire des tests communs sur une "impression 3D massive".
S'ils sont concluants et qu'ils concourent à l'objectif de la filière de gagner en compétitivité, cela pourrait déboucher, comme pour Force, à la création d'une filière française de l'impression 3D de pièces industrielles.

Recherche sur les combustibles solides
Les quatre autres projets du plan post-2030 retenus cette année sont la qualité de l'air, les matériaux bio-inspirés, le Li-Fi (connexion par la lumière) et les combustibles solides. Le constructeur PSA est l'un des premiers à avoir travaillé sur cette notion de combustible solide. Ses recherches menées avec le laboratoire Prisme d'Orléans portaient sur l'énergie résultant de la combustion de l'aluminium, du fer et du magnésium. Le métal oxydé, déjà utilisé comme combustible dans les fusées, offre une densité énergétique très élevée et présente une alternative à fort potentiel aux énergies fossiles. 
Emilie Binois

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017