Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 03/04/2019

Des radars de nouvelle génération sur les routes en 2019

(AFP) – De nouveaux radars, plus précis et plus performants, vont être installés en 2019 sur les routes de France, où de nombreux appareils ont été dégradés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué mardi la Sécurité routière.

Juchés sur des mâts de quatre mètres, ces appareils, baptisés "radars-tourelles", "voient mieux, plus loin, et peuvent différencier les véhicules soumis à des limitations différentes", notamment les poids lourds, a déclaré à l'AFP Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. D'après son constructeur, ils pourront surveiller jusqu'à huit voies de circulation, sur une distance de 200 mètres.
France Info, qui a révélé l'information, affirme que 400 modèles vont être installés sur les routes cette année. Un chiffre que n'a pas voulu confirmer M. Barbe : "Cela dépendra de notre capacité à les déployer". "Pour le moment, une dizaine environ fonctionnent", notamment à Marseille, Strasbourg et dans les Yvelines, a-t-il précisé. Tous les radars détruits ou dégradés lors du mouvement des "gilets jaunes" seront remplacés par ces nouveaux modèles, dont le déploiement a été décidé en 2015, insiste le délégué. Début janvier, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait fait état de "près de 60% des radars (...) neutralisés, attaqués, détruits".
Ils ne sanctionnent pour le moment que les excès de vitesse ou le franchissement d'un feu rouge, mais doivent à terme permettre d'identifier les conducteurs qui n'ont pas attaché leur ceinture, téléphonent au volant ou ne respectent pas les distances de sécurité.
La majorité d'entre eux seront des leurres : "En moyenne, pour six cabines, une seule sera active", explique Emmanuel Barbe. "Ce ne sera jamais les mêmes, aucun automobiliste ne pourra savoir", ajoute-t-il, soulignant que "l'objectif n'est pas de flasher plus mais de faire ralentir plus".
Après une baisse "historique" de la mortalité routière en 2018, l'année 2019 a commencé avec une hausse de 3,9% en janvier et de 17,1% en février.
Des mauvais chiffres que la Sécurité routière a imputé à "l'effet de la forte dégradation des radars fixes", qui s'est traduit par "un relâchement des comportements sur l'ensemble des réseaux" routiers.
Les contestataires entendent dénoncer un "racket" de l'Etat et le "passage en force" du gouvernement pour abaisser à 80 km/h, en juillet 2018, la vitesse maximale sur 400 000 kilomètres de routes secondaires.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Big brother?
Si radar il y a ,ils doivent être installés dans les lieux accidentogenes,sinon c’est pompe à fric !!
alain boise, Le mercredi 03 avril 2019

Voilà une brillante idée que nos dirigeants ont probablement eu à l'arrière de leur voiture conduite par leur chauffeur.
Merci de penser à nous, à notre quotidien et à la planète.
Grumly Ours, Le mercredi 03 avril 2019

Trop chers pour la société les accidents, les blessés et les morts sur la route.
38 milliards par an ! Et 48 milliards si on ajoute les dégâts des accidents sans corporel.
1 mort sur la route = 4,2 millions €
1 bléssé grave = 400 K€
Tout ceci est une affaire de gros sous et le coté social existe forcément mais est finalement secondaire.
Si mourir sur la route ne coutait rien je ne suis pas sûr que nous aurions des radars et un permis à point.
L'état se doit forcément de réagir devant un tel gâchis financier qui n'est pas socialement acceptable et se doit de continuer la répression qui est la seule solution aujourd'hui par manque d'éducation civique routière et d'endoctrinement social de long terme.
On le voit bien aujourd'hui dès que la bride est lâchée les stats remontent et ça cruise à 110 km/h sur les départementales.
Pourtant si on comparait les 3700 morts sur la route aux 48 000 morts de l'alcool et 78 000 du tabac, il conviendrait plutôt d'installer en urgence des radars à clopes et à canettes !
Mais la différence avec les conducteurs étant que ces derniers cotisent tous les jours chez Zézette ou au Balto…
Les radars ne sont pas une pompe à fric mais un programme de réduction de nos dépenses pour retrouver les 2% de PIB qu'on y lache...
;0)
Lucos, Le mercredi 03 avril 2019

Lucos la Gendarmerie embauche,salaires intéressants,logement de fonction,vêtements fournis,cantine, etc etc attention il faut de l’hygieme dans les logements...le Major veille.
Pour le Képi demandez grande taille
alain boise, Le mercredi 03 avril 2019

Commentaire qui n'a rien a faire ici.
Lucos, Le mercredi 03 avril 2019

@alain boise: Si vous voulez pas payer c'est facile, respectez le Code de la Route, et pas seulement dans les endroits accidentogènes.
Arnaud C., Le jeudi 04 avril 2019

Et oui Arnaud,
Alain nous fait ici la démonstration parfaite de ce que les Français sont des gros veaux sans éducation.
Une explication claire du sujet devient immédiatement une insulte de collaborationnisme.
Les gros bourrins de la route comme lui coûtent trop cher à notre société. A éradiquer !
;0(
Lucos, Le vendredi 05 avril 2019



Un tiers des ventes de Kia sera électrifié en 2020
Emissions polluantes : Berlin détecte une tricherie sur des camions



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017