Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 11/03/2019

Dorothée Bonassies, Skoda France : "nous visons 2% de rentabilité en 2021, peut-être même avant"

Le renouveau de la gamme Skoda se poursuit sur un rythme très élevé, avec l'arrivée de son troisième SUV, le Kamiq, le renouvellement de sa gamme de berlines, dotées du plug-in hybride, et le lancement de deux modèles électriques. De quoi envisager une rentabilité de 2% pour le réseau, peut-être dès 2020, estime la directrice générale de Skoda France, Dorothée Bonassies.

Skoda fait partie des marques qui montent. Depuis 2015 et le lancement de sa nouvelle Superb sur le segment D, son image de marque tchèque low cost s’efface lentement mais sûrement, grâce aux renouvellements de sa gamme et de ses points de vente. D'ailleurs, Skoda assume de plus en plus son nom, l’affichant fièrement, à l'image de Volvo, à l’arrière de ses nouveaux véhicules (Scala, Kamiq) et même sur le volant de son concept-car Vision iV, présenté à Genève.
+13% en 2017, +17% en 2018, les ventes de la marque en France progressent sur un rythme régulier, soutenue par le lancement du Kodiaq en mars 2017, puis du Karoq en janvier 2018, deux SUV qui ont aussi fait progresser le panier moyen de la marque : de 22 200 euros en 2015, il n’a cessé de grossir chaque année pour atteindre 27 000 euros en 2018, positionnant la marque juste sous Nissan et au-dessus de Peugeot.
Hausse des volumes et du panier moyen se traduisent pour le réseau de distribution par "une hausse du chiffre d’affaires VN de 16% et du CA global de 5%, assortie d’une amélioration de la rentabilité de 0,3 point, à 1,7%", se félicite Dorothée Bonassies, qui a pris les commande de la filiale française en mars 2018. "Nous visons une rentabilité de 2% en 2021, peut-être même avant", dit-elle.

37 000 prises de commande en 2019
Pour 2019, son ambition est de prendre 37 000 commandes (+9%) et de livrer "a minima" 36 000 unités (contre 31 400 en 2018) "si la production arrive à suivre. L’année dernière, nous avons ainsi pris 34 000 commandes (en hausse de 23%) mais nous n’avons pu en livrer que 31 000. Avec notre bon début d'année 2019, nous avons aujourd'hui deux mois et demi de vente en portefeuille à livrer".
Le best-seller de la marque sera cette année son SUV-B, le Kamiq, qui sera lancé en septembre et devra peser "10 000 prises d’ordre, soit l’équivalent de ce que nos deux autres SUV Kodiaq et Karoq ont réalisé l’année dernière". Avec ses 4,24 m, le Kamiq se positionne comme le plus grand des SUV-B, devant le T-Roc (4,23 m). Il ciblera à 75% la clientèle des particuliers. La Fabia, restylée en octobre dernier, devrait pour sa part peser 9 000 ventes sur le segement B.
La Scala, berline du segment C, sera lancée en juin prochain, pour remplacer avantageusement la Rapid Spaceback, un modèle qui était plutôt destiné aux pays d’Europe de l’Est.
La gamme Skoda va également s’enrichir, en septembre, d’une Superb restylée dotée d’une motorisation plug-in hybride (PHEV). Ce sera le premier modèle électrifié de Skoda qui en comptera 10 en 2022. L’Octavia, qui pèse 23% des ventes de Skoda aux entreprises, sera également dotée de cette motorisation PHEV début 2020, dans le cadre de son renouvellement. Parallèlement, la marque simplifie son offre thermique : "A compter d’avril prochain, le nombre de combinaisons moteurs et boîtes proposées par Skoda sera divisé par deux", indique la dirigeante.

Deux modèles électriques en 2020
Deux modèles électriques seront aussi lancés en 2020, la Citigo et un crossover inspiré du concept Vision iV révélé à Genève. La production de la version thermique de la petite Citigo (3,60 m) s’arrêtera cet été, avec un stock qui doit permettre de tenir jusqu’à la fin de l’année et l’arrivée de sa version électrique dotée de 300 km d’autonomie WLTP.  Ce modèle électrique sera basé sur la plateforme MEB du groupe Volkswagen, tout comme le crossover inspiré du Vision iV. Ce dernier adopte une forme et une longueur (4,66 m) qui se rapprochent d’une Jaguar I-Pace. Il est annoncé avec une autonomie de 500 km WLTP, grâce à l'emploi d'une grosse batterie de 83 kWh, et avec une forte capacité d’accélération avec ses deux moteurs électriques de 306 ch.

Plus de 100 vendeurs à recruter
La richesse du plan produits de Skoda impose un rythme de recrutement accéléré de vendeurs dans le réseau : "Nous avons déjà multiplié par 5 le nombre de nos chef de vente depuis 2014 et nous devons intégrer plus de 100 vendeurs d’ici à 2021", explique la dirigeante. Grâce à son potentiel de vente plus élevé, la marque peut aussi augmenter sa capillarité : de 150 points de vente, il doit passer à 170 en 2021. "Nous avons un plan de développement sur Paris et sa région et nous doublons notre présence sur des grandes villes comme Marseille, Lille ou Bordeaux", dit-elle.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

.. .1,7 % de rentabilité pour le réseau aujourd'hui
Bientôt 2% "çà fait envie" … (?)
Que de chemin parcouru par Skoda, le fruit d'un travail continu depuis quelques années … A tel point que VW …

27 000€ de panier moyen … Fichtre diantre !
Quel est le "coupable" ? … La ménagère de moins de 50 ans (?) ou le mâle blanc de plus de 50 ans "outrageusement dominant" ?
;0)
ADEAIRIX , Le lundi 11 mars 2019

"Ah ! Si c'est une oeuvre, alors là c'est autre chose..."
;0)
Lucos, Le lundi 11 mars 2019



MEETDEAL, transformez vos leads en business !
Le groupe Emil Frey France sera présent aux Rencontres Emploi des Femmes organisées par l’association Wave



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017