Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 23/07/2018

Elisabeth Borne et Nicolas Hulot annoncent une trajectoire de durcissement du malus en 2019 et après

Elisabeth Borne, ministre des Transports et Nicolas Hulot, ministre de l'environnement ont annoncé dans le cadre de la présentation à la presse de la "loi d'orientation des mobilités" que la grille de malus serait abaissée de 3g. La ministre a refusé de dire si la mesure des émissions de CO2 prise en compte serait l'équivalent NEDC ou la valeur en WLTP.

Vendredi dernier, Elisabeth Borne et Nicolas Hulot présentaient les grands axes de la "Loi mobilité" dont l'ambition est de décourager l'utilisation de la voiture. L'enjeu est de "sortir du mode de vie centré autour de la voiture individuelle", a dit Nicolas Hulot et "éviter la dépendance à la voiture particulière", a dit Elisabeth Borne. "Nous allons développer les mobilités partagées pour diviser par deux la part des trajets faits seul en voiture", a-t-elle dit.

Une question de santé publique

"Ces mesures, ce n'est pas simplement pour le plaisir de compliquer la vie des français, c'est une question de santé publique", a dit Nicolas Hulot.
La qualité de l'air est "une revendication profonde de la société", a-t-il ajouté. "Nous avons tous des chiffres de décès et de situation de gène. Bien entendu nous ne pouvons plus nous en accommoder et nous y résigner."
Autant dire que la baisse des ventes de véhicules, ce n'est pas la préoccupation du ministre de l’environnement. Au contraire même. Si l'alourdissement du malus a pour conséquence la baisse des ventes de véhicules, c'est aussi un des effets recherchés. "Sur ces sujets il ne faut pas avoir la main légère", a dit Nicolas Hulot.
Ainsi, il a dit que le pilotage de la trajectoire du malus servait à décourager ceux qui "avaient encore la tentation d’acheter les véhicules les plus polluants".

Les arbitrages n'ont pas encore été rendus
Le plan prévoit donc l'alourdissement du malus, mais tous les arbitrages n'ont pas encore été rendus et l'affaire reste floue. Ce qui semble avoir été décidé est l'abaissement du seuil de déclenchement du malus de 3g, en 2019 (cela figure dans le dossier de presse qui a été remis aux journalistes). Il semblerait aussi que la décision a été prise d’abaisser ce seuil de 3g chaque année d’ici 2022 (mais cela ne figure pas clairement dans le dossier de presse).
Nous avons demandé aux ministres des précisions sur la valeur CO2 qui serait prise en compte pour le calcul du malus compte tenu du passage du protocole NEDC à WLTP. "Sur le malus est-ce que des décisions ont été prises compte tenu de la nouvelle règlementation qui va faire monter beaucoup les valeurs d'émission de CO2. Est-ce que l'on prendra les valeurs WLTP où est-ce qu'il y aura un abaissement pour tenir compte du changement de mesure ?", leur avons-nous demandé.
"Cette trajectoire de malus on en a discuté avec les représentants de la filière automobile. Les constructeurs sont demandeurs de lisibilité. Effectivement, la prochaine étape avant changement de norme c'est -3g. Le sens de la trajectoire sera le même pour tenir compte du changement de norme au-delà de 2019", nous a répondu Elisabeth Borne.
On peut voir dans cette réponse vague, le signe que les arbitrages n’ont pas été rendu sur cette question qui par ailleurs n’est pas le point central de l’ensemble du projet de loi mobilité.

Des annonces prématurées
Le CNPA a vivement réagi en dénonçant "un risque de déstabiliser le marché et d'avoir un impact négatif sur l'accès à la mobilité" estimant que "les annonces sur le dispositif bonus/malus semblent prématurées". "Le CNPA rappelle que la rentrée va être marquée par l'entrée en vigueur d'une nouvelle norme d'homologation, qui pourrait soumettre au malus, davantage de véhicules. Ajouter à cette perturbation, une évolution aussi conséquente du malus aura des effets néfastes sur le marché, qu'il est aujourd'hui impossible d'anticiper", souligne dans un communiqué l’organisation professionnelle.
De son côté, le président de la PFA, Luc Chatel, a rappelé dans un communiqué le sens du malus : "nous resterons très vigilant à ce que les malus restent dimensionnés au plus juste pour couvrir les bonus, sans en faire un nouvel impôt qui freinerait le renouvellement du parc de véhicules par un renchérissement du coût des voitures neuves, bien moins polluantes que les anciennes !"

Fin des véhicules thermiques en 2040
Ce plan rappelle que l’objectif est la "fin de la voiture thermique en 2040", qualifiée par Elisabeth Borne de "trajectoire réaliste et ambitieuse". Il intègre donc l’ambition de multiplier par 5 les ventes de véhicules électriques d’ici 2022 (soit 150 000 en 2022). Rien n’a été dit sur le montant du bonus véhicule électrique, ni s’il serait étendu aux hybrides rechargeables comme le demande la PFA.
Les engagements les plus clairs concernent la prise en charge financière par l’Etat du coût de raccordement des bornes de recharge qui monte à 70% au lieu de 40% ("un effort exceptionnel", a dit la ministre), la simplification du "droit à la prise" dans les copropriétés. Elisabeth Borne s’est félicitée du rythme actuel de déploiement des bornes de recharges avec "700 nouveaux points par mois". "Plus de 10 000 bornes sont ouvertes au public, à mettre en relation avec les 11 000 stations services", a-t-elle dit.
Il y aura également des mesures destinées à supprimer des freins au développement du véhicule électrique ("Quand un employeur fournit une recharge gratuite ce ne sera plus considéré comme un avantage en nature", a dit Elisabeth Borne) ou la participation des employeurs aux frais de covoiturage sur le même principe que la prise en charge des frais de transports en commun qui serait "un forfait mobilité durable". 
Enfin, Nicolas Hulot a tenu à mettre en avant l’accompagnement des ménages les plus modestes pour renouveler leur véhicules grâce à la prime de conversion. "Nous allons maintenir l’effort sur la prime à la conversion qui rencontre une forte adhésion. Si nous restons sur le rythme actuel nous allons atteindre 200 000 primes soit deux fois l’objectif." Cette prime à la conversion qui permet de sortir un véhicule vignette crit’air 4 ou 5 pour une vignette 1 ou 2 (y compris en occasion) a concerné 95 000 ménages au premier semestre de cette année."'Cela permet aux plus modestes d’acheter un véhicule pour accéder aux zones à faibles émissions et c’est très important pour l’acceptabilité", a dit le ministre.
Ces différentes mesures seront intégrées à la fois dans la loi mobilité qui sera présentée à la rentrée et dans le projet de loi de finance 2019 (pour le malus notamment).
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Ahhh l'écologie et les impots,la suppression des autos thermiques,la fermeture des centrales nucléaires en 2040 etc etc et pendant ce temps là la pollution réaugmente ,bravo le bilan ,faut bien exister et justifier ses émoluments .
Quelle équipe....on a déjà eu du mal a passer le pic de conso du 27 février alors avec 1 Milion de VE......de toute façon il vont la reduire la consommation .....tous chomistes,il est oû le ministre de l'industrie?
alain boise, Le lundi 23 juillet 2018

DEMISSION !!!!
alain boise, Le lundi 23 juillet 2018

Un tel article ne peut que renforcer les craintes de l'avenir de la filiere automobile. Je remercie le ciel d'etre en fin de carriere, mais quid de l'avenir de nos jeunes qui se sont investis......
Nous allons tous nous retrouver en Smart......
Les provinciaux seront les grands perdants de cette politique......
Les ecolos eux ne connaissent que la restriction et la taxe.......
Chris, Le lundi 23 juillet 2018

Nos deux constructeurs nationaux vont être très satisfaits de ces mesures....Cela va favoriser leur position à l'export !

L'écologie dans notre pays est devenue une idéologie et tous les délires sont justifiés en son nom. Les taux élevés de particules dans les grandes villes françaises ne proviennent absolument pas des véhicules récents mais des nombreux vieux véhicules mal réglés et mal entretenus que leur propriétaires gardent car ils n'ont plus les moyens de les renouveler.

Dans notre beau pays nous marchons sur la tête. Pour cela je demande la démission de Mr Hulot. Il avait pourtant toute ma sympathie dans le passé mais il n'a plus sa place au milieu des projets de règles annoncées.

Dernier point : Supprimons le malus qui est une stupidité.
CR-expert, Le lundi 23 juillet 2018

Bonjour à tous. Pour ma part, je me pose une question, une seule : que décident nos partenaires européens ? L'écologie est un sujet qui ne connaît pas de frontières -souvenons nous du fameux nuage de Tchernobyl !- Alors, pourquoi des mesures nationales ? Quelque chose me dit qu'à l'heure où nos constructeurs nationaux essaient de pointer le bout du nez dans le monde du Premium (DS 7, nouvelle 508, Alpine...) ce coup de massue annoncé -s'il se confirme-va tuer dans l'oeuf toute vélléité de montée en gamme ... A propos, quelle politique menée en Allemagne ? Serrons les coudes mes amis. Mr Chatel, nous comptons sur vous ... Cordialement et bonnes vacances
FRANCIS PEGUES, Le lundi 23 juillet 2018

... Pour l'instant la ministre des transports est beaucoup moins loquace sur les décisions à prendre suite au rapport qui vient de lui être remis sur l'état de déliquescence des routes du réseau (National et secondaire)...
La sécurité routière (la vraie) passe pourtant par le curage des nids de poule et la suppression des "points noirs, notamment.

Pour le reste... on a effectivement une grande tradition bien installée chez les pouvoirs publics à " saborder"l'industrie automobile tricolore, à fortiori, quand ça n'est pas trop le moment...
Au delà on manque de données sur le coût economique sur toutes ces belles annonces . .succès de la prime à la conversion exceptée


ADEAIRIX, Le lundi 23 juillet 2018

La première stupidité est de se baser sur le CO². Le gaz carbonique n'est pas un polluant (sans lui pas de vie sur terre) mais un GES (Gaz à Effet de Serre) et là oui point trop n'en faut.
La seconde est de favoriser le VE ou le VHR. Certes on ne pollue pas là où on roule (à savoir en ville) mais là où est produite l'électricité à savoir en campagne.
Alors oui pour la France du fait de son mix énergétique, le bilan est plutôt intéressant, mais on est bien l'un des rares pays avec les pays scandinaves où ce bilan est positif. En Allemagne c'est catastrophique et en Chine... euh... c'est pire.
En résumé, pour que les bobos-écolos des grandes villes puissent respirer en roulant, on gaze les campagnes qui du coup, elles, ne peuvent plus se déplacer car l'autonomie et surtout le temps de recharge sont rédhibitoires.
Le tout nucléaire est une aussi grande bêtise que le tout VE. Le bon sens paysan vous dirait de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier, mais aller expliquer ce bon sens aux Enarques qui eux sont tous issus du même sérail...
Le meilleur système bonus / malus est le prix du carburant : c'est la consommation qui fait décider un achat raisonnable pour la plupart des gens qui cherche un moyen de locomotion pour aller au travail.
Frederic, Le lundi 23 juillet 2018

Faudra t-il que nous allions déloger ces khmers verts de leurs ministères à coup de fourches et de piques ?
Monsieur Hulot a bâti sa fortune et sa notoriété en polluant inutilement la planète avec ses hélicos, il est mal placé pour nous donner des leçons.
Radars privés, 80 km/h, malus, taxes carbone diverses, péages, stationnements racket, On en a assez !
jean-marie méchin, Le lundi 23 juillet 2018

Il faut s’ADAPTER ou MOURIR !!!
C’est simple essayer de penser avec vos pieds à la place de votre cerveau... et vous verrez vite le résultat !
Malheureusement si dans l’avenir vous êtes dans la merde ce sera de plus en plus votre problème !
Faites toujours le contraire en privé de ce que vous vendez et conseillez en public...en dehors de votre famille...
Quand vous êtes riche dites que vous êtes pauvre... le fourbe total, quand il y aura une guerre soyez le premier à vous casser de là et ceci largement à temps!
Ayez toujours une longueur d’avance!
Jo Duchene, Le lundi 23 juillet 2018

Dans la devise de la France, il y a le mot "liberté"....oui pour les nantis !
Ils veulent nous asservir à des services de transports en commun...qui nous prennent en ôtage avec leurs "putains" de grèves...... Ils veulent que les ruraux attendent un bus ....dont la fréquence sera dans les meilleures régions à tout casser toutes les heures....comment vont-ils pouvoir travailler et assurer le développement normal de leurs familles ?......et eux ils rouleront en voiture personnel avec chauffeur !
Ils n'ont vraiment plus les pieds sur terre.... M. Hulot...retournez faire de la télévision....la politique et l'avenir de la France ce n'est pas un show !
SB, Le lundi 23 juillet 2018

On s'est tant aimé...

M. Hulot vous m'avez fait rêver et avez su passer en moi une vraie fibre écologique que je cultive encore aujourd'hui au quotidien.
Ceci étant la démagogie doit s'arrêter au moment où elle frise la bêtise.

Alors on commence par quoi?
Par vous demander pourquoi en 2000 vous achetez une 2CV véhicule au combien polluant si il en est...juste après le moteur 2T sur l'échelle de la pollution?
Par vous demander comment avec un capital roulant de 83k€ de véhicules vous pouvez nous expliquer que nous devons acheter des pétrolettes à GPF de 0,9L et 3 cylindres pour rouler à 80km/h sur des départementales minées ou payer des autoroutes toujours plus chères?

Non ne faisons pas de cas personnel; on a tous nos pêchés mignons et moi le premier avec tout ce qui a un moteur.

Alors regardons le fond.
On ne s'attaque pas au vrai problèmes.
La pollution au CO2 n'est pas dû aux véhicules particuliers à moteur.
Si vous voulez faire de l'écologie il faut faire un taxe sur le poids des véhicules. Et ainsi arrêter de financer des panzers qui détruisent les routes, encombrent les villes et objectivement ne servent à rien pour 90% des clients.

Comme l'a indiqué Frédéric, le seul vrai bon système bonus/malus c'est le prix des carburants.
Il suffit de voir comme en 2 ans le marché s'est détourné du diesel.

Construisons plus de pistes cyclables en zone rurale et urbaine et favorisons les transports en commun et la pollution baissera naturellement.
Grumly Ours, Le lundi 23 juillet 2018

Nn mais en plus en vélo, manquait plus que ça l'ourson....déjà que je m'emmerde à brancher débrancher 8 fois par jour, maintenant il faut que je prenne le vélo delà grand mère pour sauver vos potes sur la banquise !!
alain boise, Le lundi 23 juillet 2018

Ils sont tous marrants mais il faut qu’ils sachent qu’il n’y a plus moyens de mettre la tête d’un roi au bout d’une pique!
Donc rennoncez car les industriels vont s’adapter et faire payer aux automobilistes le prix de leurs adaptations, c’est a dire à vous... et il faut écouter aussi ce que dit Bruno...
voitures toujours plus chères et taxes toujours plus chères.
Achetez de l’occasion neuves et un couillon paiera avant vous... c’est une exemple de démmerde personnel ... pour les petits patrons ils ont leurs propres combines, avocats, comptables etc,etc!!!
Jo Duchene, Le lundi 23 juillet 2018

@alain
En quoi ai-je imposer de rouler en vélo ?
A voter différence visiblement je ne cherche pas à imposer mon mode de transport aux autres.
Ma demande est juste d'avoir une offre suffisamment représentative pour que le consommateur puisse de lui même choisir.
Sans piste cyclable point de vélo c'est tout.
Grumly Ours, Le mardi 24 juillet 2018



Le casse tête de l’équilibre du système bonus-malus dans les quatre années à venir
Sergio Marchionne quitte ses fonctions chez FCA, Ferrari et CNH Industrial pour raisons de santé



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017