Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Autour de l'auto - 10/09/2019

En Allemagne, quand l'automobile tousse, l'économie s'enrhume

(AFP) - Pilier de l'industrie allemande depuis des décennies, le secteur automobile fait désormais figure de talon d'Archille, vulnérable aux conflits commerciaux et mal préparé pour l'avenir, au risque d'un lourd bilan social.

La santé du secteur "automobile évolue moins bien que prévu", note Marc Förstermann, expert du cabinet EY, à l'entame du salon automobile de Francfort. "Les défis technologiques et structurels sont énormes".
Sur les huit premiers mois de l'année, la production automobile a reculé de 11% sur un an, selon les chiffres de la fédération des constructeurs allemands, VDA.
En cause : guerre commerciale, ralentissement conjoncturel et incertitudes autour du Brexit, à un moment où les constructeurs doivent massivement investir dans l'électrique.
"L'effet sur les fournisseurs est très grand, on commence a voir des surcapacités", explique à l'AFP Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive Management.
Exemple récent, l'entreprise familiale Eisenmann, fondée en 1951 et spécialisée dans les machines de laquage de voitures, a annoncé fin juillet son insolvabilité, menaçant quelque 3 000 emplois.
Au deuxième trimestre, le bénéfice opérationnel des trois constructeurs allemands a reculé de 38%, bien plus que la moyenne mondiale du secteur (-18%), selon EY.
Le secteur auto représente un cinquième de l'industrie, près de 5% du PIB et directement plus de 800 000 emplois.

Mittelstand menacé
Mais indirectement, de la chimie aux machines-outils, plusieurs branches accusent aussi l'automobile de plomber leurs résultats trimestriels, nourrissant les inquiétudes sur une possible récession de la première économie européenne.
Au total, "les commandes industrielles ont, en moyenne, reculé de 1% chaque mois depuis le début de l'année", calcule Carsten Brzeski, économiste chez ING.
Parmi les plus touchés : le "Mittelstand", ce réseau dense de petites et moyennes entreprises très exportatrices, "champions cachés" considérés depuis une dizaine d'années comme la clé du succès allemand.
Le baromètre de confiance des entrepreneurs du Mittelstand est passé en août en terrain négatif pour la première fois depuis plus de quatre ans, selon un sondage de la banque KfW et de l'institut Ifo ; et plusieurs de ces entreprises ont récemment annoncé des suppressions d'emplois ou des fermetures d'usines.
Mais leur inquiétude est loin de se limiter au ralentissement conjoncturel.
Bien avant les menaces protectionnistes de Washington, Volkswagen a infligé en 2015 un premier coup dur au secteur, en avouant avoir équipé 11 millions de voitures diesel de logiciels capables de truquer les niveaux d'émissions.
Depuis, le diesel perd en popularité là où il a été inventé : menacé par des interdictions de circulation dans plusieurs villes, il est remplacé par l'essence et, de plus en plus, l'électrique -- un moteur bien plus simple à construire.

Extrême droite
Au total, l'électrification pourrait coûter en Allemagne 75 000 emplois, selon une étude de l'institut Frauenhofer publiée l'été dernier.
Le géant Bosch justifie ainsi 600 suppressions d'emplois par le déclin du diesel et en a annoncé davantage. "L'entreprise n'est pas menacée car elle a plusieurs activités", note S. Bratzel, mais à l'inverse, "le Mittelstand manque souvent d'argent pour s'adapter".
"C'est une inquiétude pour beaucoup de petites et moyennes entreprises qui étaient fortes dans les anciens secteurs, comme les moteurs à combustion", relève l'expert.
Fin juin à Berlin, des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé, à l'appel du syndicat IG Metall, une transformation numérique et écologique "équitable" pour les travailleurs.
L'avenir du diesel est un sujet si délicat, pour les salariés comme pour les automobilistes, que la quasi-totalité de la classe politique s'est efforcée d'empêcher les interdictions de circulation imposées par la justice.
Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), en particulier, a fait de la défense de cette motorisation l'un de ses chevaux de bataille, et cette mouvance politique a fait une percée remarquée dans les comités d'entreprise de l'automobile.
Mais c'est aussi dans un des bastions de l'AfD, à Zwickau dans l'Etat-région de Saxe, que Volkswagen lance son virage électrique : la production du premier modèle "zéro-émission" du constructeur y débutera en novembre.
Moyennant 1,2 milliard d'euros d'investissements, Zwickau deviendra "la plus grande usine de voitures électriques d'Europe", selon Volkswagen, donc le plus grand pari sur le succès de cette motorisation.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Il est évident que le secteur automobile est en phase de révolution technologique.

Vu de notre pays, il ne faut pas se réjouir des péripéties actuelles du secteur automobile allemand: Ce secteur a vécu de nombreuses années basé sur des technologies trop traditionnelles et cependant il a tiré le développement de toute l'activité industrielle allemande.
C'est grâce à l'automobile que les sociétés de la machine outil, de la chimie, de l'électronique et des services se sont enrichis et que l'ensemble de l'industrie en a profité. A leur tour, les technologies disponibles récemment améliorent encore les performances dans tous les domaines de l'industrie.



C'est bien l'inverse en France où les pouvoirs publics n'ont jamais voulu maintenir l'activité et l'attractivité du secteur automobile. Son image est devenue très différente des deux côtés du Rhin dans l'ensemble de la population.
Smarter, Le mercredi 11 septembre 2019

Et pourtant Toyota nous prouve chaque jour que c’est possible de fabriquer en France.
La Comission Européenne et ses commissaires peuvent être fiers du désastre ....qui va oser dire NON,STOP
alain boise, Le mercredi 11 septembre 2019

Personne à part vous…
;0)
Lucos, Le mercredi 11 septembre 2019

Je cite l'AFP
"En cause : guerre commerciale, ralentissement conjoncturel et incertitudes autour du Brexit"...

1) Guerre commerciale : elle existe depuis la nuit des temps. Toute ma carrière a baigné dans ce monde concurrentiel qui est celui de l'automobile - et c'est très bien ainsi - alors il ne faut pas croire que la guerre commerciale soit responsable du déclin de l'automobile allemande. Guerre commerciale entre les constructeurs, mais surtout guerre commerciale entre les concessionnaires d'un même constructeur à cause des objectifs de volume qui ont assassiné le business.

2) Ralentissement conjoncturel : "de mon temps", il se vendait grosso modo 15 à 17 millions de bagnoles en Amérique du Nord, 15 à 17 millions en Europe et 15 à 17 millions dans le reste du monde, dont une grosse partie en Asie, en particulier au Japon, soit environ 45 millions de bagnoles.
Aujourd'hui on flirte avec les 100 millions, en hausse quasi permanente.
Il est où le ralentissement ?

3) Le Brexit : ça c'est le plus gros !
Les Rosbifs continueront à acheter des bagnoles, qu'elles soient allemandes ou pas d'ailleurs.
Le Brexit me fait penser à la fin du monde programmée le 31 décembre 1999 où les avions devaient s'arrêter en plein vol et les banques collapser comme des ampoules usées.
Le passage de l'An 2000 s'est plutôt bien passé non ? En tout cas pour moi ça a été parfait, même avec la méga tempête qui a traversé la France, sans faire un seul mort ; miracle.

Non, l'explication de ce début de mal de tête dans l'Automobile, c'est cette foutue transition du thermique à "autre chose" qui ressemble quand même furieusement à un grand saut dans l'inconnu.

Amen
Bruno HAAS, Le mercredi 11 septembre 2019

Frère Bruno parle avec sagesse…
;0))
Lucos, Le mercredi 11 septembre 2019

Fayot!
alain boise, Le mercredi 11 septembre 2019

Non, nous fûmes de la même congrégation malheureusement disparue aujourd'hui…
;0)
Lucos, Le mercredi 11 septembre 2019

Ce que je retiens,c’est la poussée de l’extreme Droite et pas qu; peu,Italie migrants,France gilets jaunes,et l’allemagne N’e; peut plus avec le pouvoir des verts ,un échec quasi total
alain boise, Le mercredi 11 septembre 2019

Pétard, sortez pas tous les mots en même temps..
;0)
Lucos, Le mercredi 11 septembre 2019

C’est le petit clavier et dans la ruche c’est pas facile .....ça fume et ça bourdonne
alain boise, Le mercredi 11 septembre 2019



Le marché moto progresse de 12,2% sur les 8 premiers mois de l’année
Volkswagen dévoile la version finale de l’ID.3



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017