Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 30/11/2018

Free2Move Paris, l’autopartage électrique de PSA, débutera ce lundi dans la capitale

Certains ont peut-être aperçu quelques Peugeot iOn et Citroën C-Zéro floquées du logo Free2Move ces derniers jours à Paris. Le service Free2Move Paris débutera officiellement le 3 décembre 2018. 550 petites citadines de PSA seront déployées à partir de cette date et pourront être louées dans les 20 arrondissements parisiens à partir de 39 centimes d’euros sans durée minimum, ou avec un abonnement mensuel de 9,90 et 32 centimes par minute.

Anne Hidalgo et Brigitte Courtehoux ont donné ensemble une conférence de presse. L’édile parisienne a tenu à rappeler que ce deuxième service d’autopartage électrique de l’ère post-Autolib‘  s’inscrivait dans sa vision d’une métropole "sans voiture thermique, sans voiture personnelle et sans Diesel". Convenant que dans les régions dépourvues de transports en commun efficaces l’autopartage public à grande échelle n’était pas adapté, Mme Hidalgo a tenu a rappelé que 37% des foyers parisiens étaient propriétaires de leur voiture. Elle a surtout insisté sur l’évolution des usages de mobilité et de la technologie, qui permet aujourd’hui de la location en libre-service, le fameux free floating, qui aura scellé le sort d’Autolib’.
Brigitte Courtehoux a pour sa part rappelé l’héritage de Groupe PSA, "fournisseur de mobilité à travers l’innovation depuis 200 ans". La directrice de la Business Unit Services Connectés et Mobilité de PSA a dans ce cadre évoqué les changements sociétaux, les terminaux mobiles qui demandent désormais à une application "d’avoir une voiture presqu’en une pensée, une voiture que je ne possède pas et qui sera intelligente, là où j’en ai besoin". Mme Courtehoux s’est également félicitée de la rapidité du développement de Free2Move Paris, rendu possible grâce au travail "main dans la main" avec la Mairie de Paris et à l’investissement de tous les personnels de Free2Move, l’entité "nouvelles mobilités" de PSA.


Séance photo et démo

Après cette conférence, une séance photo et un point presse étaient organisés dans la cour de l’Hôtel de Ville. Les journalistes étaient par la suite invités à observer une démonstration de location avec l’une des voitures Free2Move Paris stationnées rue Lobeau. Simplicité et rapidité sont les mots d’ordre, avec un plus sur la carte qui localise les véhicules : les ex-stations Autolib’ sont aussi repérées, pour faciliter le stationnement en fin de location. A la différence de Moov’in.Paris by Renault, il n’y a pas de caution bancaire virtuellement bloquée pendant 5 jours, mais une franchise d’un montant équivalent de 500 euros. Brigitte Courtehoux précisait en aparté qu’il était possible de se passer de cette franchise, pour un euro supplémentaire lors de chaque location.

Dans les coulisses de Free2Move Paris
Il n’y eut aucun échange d’informations avec l’ancien opérateur du service Autolib’, nous a précisé en entretien Christian Séré-Annichini, directeur Nouvelles Mobilités de Free2Move. Seuls les retours d’expérience des précédents déploiements, notamment Madrid et Lisbonne ont servi de support à la conception de Free2Move Paris. Il a par ailleurs concédé que des efforts ont été consentis pour que le service voit le jour en si peu de temps : financer les 550 premiers véhicules (une flotte constituée d’iOn et de C-Zéro achetées aux réseaux Peugeot et Citroën), développer une application dédiée et son back-office pour la gestion de la flotte, discuter avec l’autorité municipale du stationnement (gratuit sur tous les emplacements de parking public et sur les anciennes stations Autolib’)…

Christian Séré-Annichini s’est dit convaincu que le millier de bornes de l’ancien réseau Autolib’ qui sera réactivé le 3 décembre, les succursales parisiennes des marques du groupe et les stations de recharge Belib’ suffiront à gérer l’alimentation électrique de la flotte Free2Move Paris. Ce dispositif est différent de son alter-ego madrilène, où les recharges sont effectuées dans trois hubs, la capitale espagnole étant dépourvue de réseau public de recharge pour véhicules électriques. "Cette nouvelle manière de mettre de l’autopartage dans une ville offre une forte liberté d’adaptation à l’évolution de l’environnement", a estimé M. Séré-Annichini, ajoutant que "c’est un point majeur pour qu’un nouveau dispositif trouve son équilibre économique". L’expérience Autolib’ a servi de marqueur dans la conception de Free2Move Paris. "Il faut que ce dispositif puisse se soutenir et que le client trouve un service dans la durée, l’arrêt d’Autolib’ a pénalisé un grand nombre de Parisiens", a jugé Christian Séré-Annichini. Notons que des discussions sont en cours avec des communes limitrophes de Paris, ainsi qu’avec certaines zones franciliennes structurées en communauté de communes, à l’image de Versailles Granc Parc.
Car2Go, annoncé pour janvier 2019 et Moov’in.Paris by Renault, lancé le 10 octobre dernier avec Ada, pourraient rejoindre le panel offert par l’agrégateur de solutions de mobilité Free2Move. Des tractations auraient lieu en ce sens… En attendant de retrouver sur l’application MaaS* de PSA, le positionnement à 32 centimes la minute de la formule abonnement mensuel pourrait paraître agressif, sur le plan marketing. Mauvaise interprétation, à entendre Christian Séré-Annichini : "C’est pour répondre à la demande client, nous pensons que beaucoup opteront pour cette formule." L’avenir et les usages le diront.
Ali Hammami
* : Mobility as a Service

Partagez cet article :

Réactions

Les bornes Autolib étant désactivées,où cette flotte va se recharger et le locataire sera t’il tenu de brancher? ,faudrait que je relise cela tranquillement.
Les bornes Beliv sont souvent en pannes,il aurait fallu commencer par le développement des bornes on a mis la charrue avant les bœufs .
Que deviennent les bornes dans les parkings Vinci et comment sort on du parking si l’on a pas le ticket d’entree?
alain boise, Le vendredi 30 novembre 2018



Stéphane Antiglio, président de Parts Holding Europe : "Notre lot est d’être le complément des constructeurs"
Hyundai et Kia annoncent des changements à la tête des directions opérationnelles



Copyright © 191 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017