Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 29/05/2013

Ghosn et Montebourg réaffirment à Flins leur soutien au véhicule électrique

Le véhicule électrique reste un projet de long terme, a affirmé Carlos Ghosn, PDG de Renault en présence du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg en visite dans l’usine de Flins qui assemble actuellement 80 Zoé par jour.

Alors que l’Alliance Renault Nissan a pris l’engagement d’investir 4 milliards d’euros jusqu’en 2016 (dont une bonne partie a été fait) dans le développement d’une gamme de véhicules électriques et que la Zoé, véhicule entièrement conçu autour de cette motorisation, vient tout juste d’être lancée, on comprend qu’un démarrage des ventes plus lents que prévu ne soit pas de nature à remettre en question cette stratégie.
L’analyse des dirigeants de Renault se fonde sur la nécessité à long terme de réduire les émissions de CO2 et l’impossibilité d’envisager la poursuite du développement automobile sur les bases actuelles en termes de consommation énergétique. De ce point de vue, pas de changement a rappelé Carlos Ghosn, lors d’un point presse avec Arnaud Montebourg dans l’usine de Flins : "Il n’y a qu’à regarder les projections qui sont données en matière de réchauffement climatique, en matière d’émission de CO2 ; on n’échappera pas à un transport électrique."
"Nous sommes fondamentalement convaincu que l’électrification des voitures c’est l’avenir. On n’a pas changé d’avis, au contraire. On en est de plus en plus convaincu compte tenu de l’évolution qui se fait dans le monde. Nous avons annoncé cela en 2006 et plus les choses avancent plus nous sommes convaincus d'être sur la bonne voie"
, a dit Carlos Ghosn.
Alors que l’usine de Flins fabrique la Zoé depuis octobre 2012 avec une montée en cadence depuis janvier 2013 (60/j en janvier ; 80/j depuis avril), le président de Renault a rappelé que le constructeur avait tenu le pari technique de faire un véhicule électrique comparable aux standards actuels de l'industrie automobile. "En 2007, tout le monde avait des doutes sur le fait que le véhicule électrique soit un véritable véhicule. Les gens le voyaient plus comme une voiture de golf. Le pari technique est tenu", a dit Ghosn.
Même satisfecit sur la sécurité des batteries : "Nous avons plus de 50 000 voitures électriques dans le monde qui utilisent nos batteries. On n’a pas vu un problème qui soit lié à la voiture."
Pour en faire un succès commercial, il faut cependant lever un certain nombre de barrières et Renault devra faire preuve de patience. "Il est normal que quand vous faites une innovation comme cela il y ait beaucoup de scepticisme. Et beaucoup de gens qui disent cela ne va pas marcher. Nous continuons parce que nous y croyons fermement", a dit Carlos Ghosn.
L’ambition de Carlos Ghosn est que Renault se soit "fait un nom" dans le domaine du véhicule électrique quand le marché décollera, tout comme Toyota pour les hybrides. D’ailleurs, le patron de Renault estime que la courbe de croissance du véhicule électrique sur les premiers mois est bien meilleure qu’elle ne l’était lors de la sortie des premiers véhicules hybrides à la fin des années 90.
Le développement des ventes nécessitera cependant un déploiement d’infrastructures de recharge encore nettement insuffisantes au regard de l’enjeu.
Ainsi, malgré la volonté du gouvernement, la mise en œuvre des fonds publics (50 millions d’euros) dans le cadre d’un AMI (appel à manifestation d’intérêt) reste longue (les villes ont jusqu’au 31 décembre 2014 pour déposer leur dossiers), complexe (liée à la procédure de dépôts des dossiers) et couteuse (les villes doivent financer l’investissement à hauteur de 50%). Cette procédure a été défendue par le Ministre. "Nous faisons confiance aux collectivités locales qui connaissent leur territoire", a dit Montebourg pour qui cela garantit que les prises soient à des "emplacements pertinents". L’objectif de déploiement reste donc modeste avec 8 000 prises fin 2013 pour 6 000 actuellement ; un chiffrage intégrant les installations de Bolloré pour Autolib (plus de 4 000). C’est finalement sur l’investissement privé que le gouvernement compte et Arnaud Montebourg a dit faire pression sur les acteurs privés (grandes surfaces, stations-services, parkings) pour l’installation à leurs frais de bornes de recharge. "Nous les stimulons politiquement", a-t-il dit.
En France, il s’est vendu sur les 4 premiers mois de l’année pratiquement 5 000 voitures électriques (4 968 immatriculations à fin avril, dont 2347 Zoé, 1 487 Kangoo ZE, 5 Fluence) auxquels s’ajoutent 891 Twizy. Un niveau de vente encore insuffisant pour justifier la construction d'une usine de batterie en France par LG Chemical, fournisseur pour la Zoé et le Twizy, qui avait été annoncée en juillet 2012. "Le projet d'usine de batteries est toujours là. Il est vrai que pour l'instant il est gelé compte tenu de la situation du marché", a dit Carlos Ghosn.
Le site de Flins annonce un rythme de production de 80 Zoé par jour depuis avril (60/j au premier trimestre), soit une moyenne de 1 600 véhicules par mois. La Zoé est fabriquée sur la même ligne que les Clio 4 (440/j) et Clio 3 (100/j) dans une usine dont la capacité actuelle est de 150 000 véhicules en deux équipes.
L’usine de Flins a produit 116 000 véhicules l’an dernier (bien loin des volumes d’avant crise puisque le site faisait 340 000 voitures en 2006). Il bénéficiera à partir de fin 2016, de l’affectation de la Nissan Micra européenne, pour une production annuelle de 82 000 unités, Renault s’étant par ailleurs engagé à garantir une production de 110 000 voitures sur ce site.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

L'électrique, c'est évidemment bon pour les centres villes, et en France ou nous produisons notre électricité à base de nucléaire. Ailleurs dans le monde, l'électricité est issue de la combustion de Charbon, de Fioul lourd, de gaz : quel bilan CO2 pour la planette....?
THOMAS , Le mercredi 29 mai 2013

L'Espagne a des pics de production d'électricité à 60% origine renouvelable et une moyenne à 30%...
Le bilan aujoud'hui n'est peut-être pas positif mais il le sera tôt ou tard!
Fabien, Le mercredi 29 mai 2013

Fabien, un pic de production ne veut rien dire : la production totale d'énergie électrique renouvelable est de seulement 11% en Espagne, le compte n'y est pas encore...ou bien alors il va falloir sérieusement revoir ses habitudes de consomation
jean-marie méchin, Le mercredi 29 mai 2013

Rassurez vous tout s'arrêtera lorsque les subventions cesseront,aussi bien pour les hybrides que pour l'élec ,les éoliennes c'est pareil ,que Renault continue à fabriquer des voitures pour son concurrent et après il siphonnera les bénéfices des Japonais ,l'Europe n'a jamais tant pollué et le pétrole ne vaudra pas grand chose dans qq temps,les premiers ours polaires arrivent sur nos cotes,dormons!!!!
alain boise, Le mercredi 29 mai 2013

L'anagramme de "Renault" faisant "Naturel"...
tout s'explique de l'orientation écolo-élecrtrico de la marque, c'est écrit dans ses gènes..
;0)
Lucos, Le mercredi 29 mai 2013



Chiffres clés des 160 premiers groupes de distribution en France dans l’édition 2013 de notre Annuaire
Pas d’aide au secteur privé pour l’installation de bornes de recharge, selon Arnaud Montebourg



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017