Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 11/01/2019

En pleine forme, les prestigieuses Rolls-Royce s'inquiètent du Brexit

(AFP) - La prestigieuse marque britannique de voitures de luxe Rolls-Royce a réalisé des ventes record en 2018 mais se prépare à des perturbations liées au Brexit.

Le constructeur est contraint, comme les autres acteurs du secteur, d'être prêt à toute éventualité sur la sortie de l'UE prévue fin mars, y compris une absence d'accord qui perturberait grandement les échanges avec le continent.
Dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche publié jeudi, le directeur général de Rolls-Royce, Torsten Müller-Ötvös, annonce que son usine de Goodwood dans le sud de l'Angleterre va fermer deux semaines début avril pour éviter tout problème dans la chaîne d'approvisionnement.
"Nous avons décidé d'avancer notre pause annuelle dans la production et fermer l'usine pour deux semaines à partir du 30 mars", déclare le dirigeant allemand, concédant un impact inévitable sur l'activité.
C'est ce qu'avait déjà décidé une autre enseigne britannique, Mini, qui appartient, comme Rolls-Royce, au géant allemand BMW.
De son côté, le constructeur japonais Honda a annoncé jeudi une pause de six jours dans sa production en avril dans l'usine de Swindon (sud-ouest de l'Angleterre) "pour limiter le risque de perturbation de nos opérations" en cas d'absence d'accord, selon un porte-parole du géant nippon.
Le patron de Rolls-Royce rappelle quant à lui avoir "plus de 600 fournisseurs à travers le monde". "Si seulement il nous manquait une fraction des quelque 32.000 pièces qui arrivent chaque jour, la production s'arrêterait dans notre usine de Goodwood" employant désormais plus de 2.000 personnes, explique-t-il.
  
Approvisionnement par les airs ? 
Le dirigeant reconnaît travailler sur des solutions alternatives qui pourraient réduire sa dépendance au transport routier, prévoyant par exemple de faire venir des pièces détachées par les airs. Cette solution a d'ailleurs déjà été évoquée par le constructeur britannique de voitures de sport Aston Martin.
Rolls-Royce a par ailleurs constitué davantage de stocks de pièces détachées, agrandit ses espaces de stockage et investit dans les services informatiques.
Le patron a toutefois exclu auprès de la presse britannique tout départ du Royaume-Uni de la marque, véritable institution dans le pays. "Nous sommes ancrés au Royaume-Uni. Rolls-Royce fait partie de ce que j'appellerais les joyaux de la couronne industrielle britannique", selon M. Müller-Ötvös.
Il n'a pas exclu néanmoins des conséquences sur ses ventes au Royaume-Uni, qui représentent 10% du total, en cas de Brexit "dur" en raison de l'impact sur le comportement des potentiels acheteurs.
Mais pour l'heure, la marque, à l'image du secteur du luxe, défie un marché automobile sous pression, en particulier en Europe avec la désaffection dont souffre le Diesel ainsi que les incertitudes du Brexit.
  
115 ans d'existence
Rolls-Royce a annoncé dans un communiqué jeudi un bond de 22% de ses ventes lors de l'année écoulée, les plus élevées de ses 115 années d'existence.
La marque a vendu exactement 4 107 voitures dans plus de 50 pays lors de l'année écoulée, avec une activité en hausse dans toutes les régions du monde, le continent américain restant son principal marché avec 30% des ventes. En 2017, la société en avait seulement écoulé 3 362 unités.
Le constructeur prisé de la haute société britannique souligne que sa croissance est due en grande partie au succès, en particulier au Royaume-Uni, du Phantom, dont le nouveau modèle a commencé à être livré début 2018. Le modèle Ghost reste de son côté le plus vendu de la marque.
Ses modèles sont parmi les plus chers du monde puisqu'il faut compter 250 000 euros pour un Ghost et autour de 450 000 euros pour un Phantom. Il propose également des voitures sur mesure et un SUV, le Cullinan.
Fondé au début du XXe siècle, Rolls-Royce a été racheté en 1998 par l'allemand BMW. Le constructeur britannique faisait autrefois partie du même groupe que le conglomérat industriel du même nom, spécialiste des moteurs d'avions, mais les deux entités ont été séparées au début des années 1970 et constituent désormais des entreprises complètement indépendantes.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

On commence à mesurer les problèmes de ce choix!
Good Luck old Lady
alain boise, Le vendredi 11 janvier 2019

Effectivement, un article intéressant dont les partisans du frexit feraient bien de prendre connaissance. Car les décisions politiques peuvent être lourdes de conséquences d'un point de vue économique...
clerion, Le vendredi 11 janvier 2019

Presque tout le monde crie aïe avant d'avoir eu mal.
On mesurera les effets du Brexit APRES le Brexit. Il se pourrait même qu'il y ait des effets positifs, et pour les Brit's et pour les "étrangers".
La City n'a pas encore déménagé. Je ne suis pas certain qu'elle le fasse.
Bruno HAAS, Le vendredi 11 janvier 2019

"Rolls-Royce a réalisé des ventes record en 2018 mais se prépare à des perturbations liées au Brexit."
Pour le moment on mesure une année record pour RR alors que les oiseaux de mauvaise augure - ici dans les colonnes d'Autoactu ; ils se reconnaîtront peut-être - avait déjà annoncé une cata pour l'économie britannique qui anticipait le Brexit.
On re-mesurera en janvier 2020 les résultats "perturbés" de 2019.
Bruno HAAS, Le vendredi 11 janvier 2019

J'y vois personnellement un avantage touristique car le taux de change ne cesse de devenir favorable à l'Euro depuis l'annonce et le vote du Brexit.
Ca fera une tournée de plus au Fox and Frogs à Sunderland...
;0)
Lucos, Le vendredi 11 janvier 2019

Waouh ... l'optimisme en béton de Bruno me sidère...et qui veut acheter des trucs à une moitié d'un pays de perdants d'avance ?
Il est déjà assez difficile de faire du business (et avoir envie) avec des gens souriants, mais alors avec des gens qui risquent de nous faire la gueule...c'est trop pénible pour moi...et en plus ils circulent à l'envers et le centimètre ils ne connaissent pas...et naviguer entre des castes...c'est bon pour des indiens et des pakistanais !
Quand je vois des zozos riches acheter une caisse parce qu'elle a un parapluie encastré dans la portière...c'est le truc le plus ridicule de cette Terre...et en plus RR est allemande maintenant...
Un jour j'ai eu l’occasion de parler à un mécano de chez RR...et je luis disait naif que j'étais jeune... alors les riches sont contents...et il me disait, oui c'est seulement leurs chauffeurs qui tombent en panne !
Bruno n’hésitez pas à nous parler des super "bargains" anglaises à venir mais très lentement en sortant des douanes !
Putaing, Bruno, l'avenir tout tracé des "revenants" transitaires en douane!
Vite sortons les retraités de la profession...ils vont nous raconter de belles histoires !
Jo Duchene, Le vendredi 11 janvier 2019

Hey Jo, je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je me refuse d'annoncer à l'avance l'apocalypse pour les Britanniques ; l'expression importante dans cette phrase est "à l'avance".
Sur les 193 pays existant sur cette planète, seulement 27 font adoptent - ou plutôt font semblant d'adopter - des règles commerciales communes. Mais comment diable les 166 autres font-ils pour commercer, pour échanger, pour voyager ?

En France :
- Y avait-il moins de chômeurs du temps des transitaires en douane ? Non.
- Y avait-il moins de SDF du temps des transitaires en douane ? Non.
- Notre dette "souveraine" était-elle plus élevée du temps des transitaires en douane ? Non, beaucoup plus faible.
- Notre déficit commercial (import-export, justement) était-il plus élevé du temps des transitaires en douane ? Non, plus faible, voire positif.
- La pression fiscale était-elle plus élevée du temps des transitaires en douane ? Non, très nettement moindre.
- Etc.

En résumé, vivaient-on moins bien du temps des transitaires en douane ?
A vous lire Jo.
Bruno HAAS, Le vendredi 11 janvier 2019

Car le taux de change n’arrete Pas de devenir favorable.......le Sterling est toujours la monnaie la plus chère au Monde et ça ne bouge pas......pour l’instant,ne pas prendre ses rêves pour des réalités
alain boise, Le vendredi 11 janvier 2019

Alain, si le Brexit est si apocalyptique,
- pourquoi "le taux de change n'arrête pas de devenir favorable (pour reprendre votre expression) ?
- pourquoi le Sterling est toujours la monnaie la plus chère du monde ?
- pourquoi ça ne bouge pas ?
- le ....... "pour l'instant" sous entend que "ça va bouger". Dans quel sens ?
Que veut dire "ne pas prendre ses rêves pour des réalités" ?
Que connaissez-vous de mes rêves, je ne les connais pas moi-même !
Je me fiche comme de ma première chemise de la santé financière des Britanniques -moins de celle des Français- mais je trouve stupide de les accabler parce qu'ils ont voté - oui, voté - le Brexit.
Nous, quand on a voté NON au traité de mai 2005 sur la constitution européenne (Rome II, autrement dit NON à l'Europe de Maastricht), le gouvernement a exigé du Parlement l'adoption de ce traité. Quel exemple remarquable de démocratie !
Le peuple vote mal, changez le Peuple !
En Grande Bretagne, le peuple vote mal (soi-disant) mais son vote est respecté ; et dans une Monarchie qui plus est !
Bruno HAAS, Le vendredi 11 janvier 2019

Bon, voilà Bruno je me rends...c'est incroyable comme la génération des soixante huit dans le tard ...a été riche et privilégiée!
Nos enfants ce sont cassés aux States (les malins qui ont appris des choses à l'école) car ce sera de là qu'on verra des milliards de pauvres crever avant qu'ils soient dans les affres à leur tour !
Bruno... les sujets de la Reine me déçoivent beaucoup (alors que la Reine est contre le Brexit) ils ont l'air d'avoir une sacrée couche pour la moitié d'entre eux et d'entrainer dans une merde noire l'autre moitié et de s’être fait berner par des diseurs de bonne aventure!
Combien cela coute un passeport Irlandais ?
Remarquez que les Japonais me déçoivent beaucoup après Fukushima... ils ont eu vachement tort de ne pas avoir appris l'anglais suffisamment pour lire le mode d'emploi de leur centrale américaine, et surtout de ne pas lire le chapitre qui ne parlais pas des tsunamis contre une centrale.
Il faut lire en vacances le passionnant livre du dernier directeur de la centrale qui n'a pas exécuté les directives de Tepco, sinon Tokyo aurait été évacué !
Que des sagas sur Autoactu...
Jo Duchene, Le vendredi 11 janvier 2019



Envoyer cet article à un ami
Email du destinataire*
Votre nom*
Remarques
Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.
Ford va réduire ses effectifs en Europe et cesser de produire le C-Max
Laminé en Bourse, Ford tente de se réinventer



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017