Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 03/06/2019

Le marché automobile français en mai sur la même tendance négative qu’en avril

Avec près de 194 000 immatriculations (VP) en mai, le marché automobile affiche une faible croissance (+1,2%) malgré un jour ouvré de plus alors que les ventes aux particuliers continuent de chuter.

Le marché automobile français oscille depuis le début de l'année entre +2% et -2% (+0,4% en avril, -2,3% en mars, +2,1% en février, -1,1% en janvier) et le +1,2% de mai est de la même veine.
Si l’on tient compte de la différence de nombre de jours ouvrés (20 jours en mai 2019, contre 19 en mai 2018) alors le marché est à -4%.
Surtout, la clientèle des particuliers continue d'être plus frileuse et comme nous l’avait dit le mois dernier le directeur du commerce France de Peugeot, Guillaume Couzy, le décrochage des ventes aux particuliers n’a pas été stoppé en mai.

Le détail des canaux de clientèle montre que le recul des ventes aux particuliers s'accentue de mois en mois depuis le début de l’année. Selon le découpage d’Autoways, les immatriculations des particuliers ont représenté 40,8% des immatriculations de mai, soit 4 points en dessous du cumul des 5 premiers mois à 44,9%.

Sur l’ensemble du marché, les chiffres de mai montrent toujours la remontée de Citroën dont les volumes progressent de manière assez spectaculaire avec une croissance de 23,1% (pour 21 126 immatriculations). Sa part de marché est un peu en dessous de sa moyenne au cumul (10,9% en mai, 11,1% au cumul). La marque continue de refaire son retard grâce à une bonne performance sur le segment des particuliers (où sa part de marché est à 11,5%). Ce résultat est celui de la C3, troisième meilleure vente France, du C3 Aircross (troisième de son segment) et du C5 Aircross (deuxième de son segment).

Peugeot affiche également une croissance supérieure à celle du marché, à +5,3% (34 826 immatriculations) grâce à une bonne résistance sur le segment des particuliers où elle est la première marque en mai (14,9% de PDM) nettement devant Renault (10,8% de PDM).

Renault enregistre un recul global de 0,6% et reste la première marque tous canaux (18,57% de PDM et 36 013 immatriculations) malgré une forte baisse de ses ventes aux particuliers. Elle compense ce recul par une hausse de ses ventes aux entreprises et des immatriculations en VD. Dans l’attente du renouvellement de deux de ses modèles principaux, Clio et Captur, Renault se situe en mai à un niveau anormalement bas sur le canal des particuliers, derrière Peugeot mais aussi Dacia et Citroën.

Le recul de Dacia en mai (-1,2%, 13 011 immatriculations) s’explique largement par une base de comparaison haute et le repli des ventes aux particuliers, canal où la marque fait l’essentiel de ses volumes. La Sandero reste de très loin la voiture la plus vendue aux particuliers (7,5% de PDM) devant la Peugeot 208 (4,3% de PDM) et la Citroën C3 (3,8% de PDM).

Dans les marques importées, Volkswagen enregistre un recul assez sévère (-9,3%, 11 486 immatriculations) et sa part de marché passe sous la barre des 6% (à 5,9%) soit nettement en dessous de sa moyenne depuis le début d’année (6,55% à fin mai). L'écart se réduit avec Toyota dont les volumes progressent (+15,8% avec 8 833 immatriculations), et moins de 1,5 point séparent les deux marques en mai (contre 2,1 points au cumul).
Sur le canal des particuliers, Toyota devance Volkswagen pour la première fois avec une part de marché de presque 7% sur ce segment (5 520 Immatriculations, 6,97% de PDM) contre 6,67% pour VW (5 281 immatriculations).

La croissance de Fiat en mai (+2,9%, 7 613 immatriculations) lui permet de garder l’avantage sur Opel dont les volumes sont en baisse (-2,9%, 6 541 immatriculations). La situation est délicate pour Ford qui perd encore du terrain en mai (-15,3%, 3,37% de PDM).

Dans le trio des marques premium, après une croissance de ses volumes en avril, Mercedes est en recul en mai (-5%) en partie à cause d’une base de comparaison élevée. Sa part de marché sur le mois reste élevée à 3,2% (nettement au-dessus de son niveau au cumul à 2,9%).
BMW et Audi affichent une croissance comparable de plus de 10% (respectivement +11,5% et +10,7%) ce qui leur permet d’améliorer leur part de marché (2,87% pour BMW, 2,72% pour Audi). Sur le segment des particuliers, la hiérarchie entre ces trois marques est assez différente : Audi reste en tête (3,11% de PDM sur ce segment) devant Mercedes (2,22%) et BMW (1,76% de PDM) en mai comme au cumul.

La situation devient assez catastrophique pour Nissan dont les volumes sont pratiquement divisés par deux en mai à -42,5% (3 109 immatriculations). La marque est devancée comme le mois précédent par Kia (+5,9%, 1,98% de PDM), Hyundai (+3,9%, 1,73% de PDM) et, c’est nouveau, également par Skoda (+4,3%, 1,63% de PDM). Seat dont les volumes progressent nettement en mai (+17,5%) n’a plus que quelques unités de moins que Nissan (1,56% de PDM).
A noter, en mai, les progressions de Volvo (+5,3%), Smart (+15,2%), Lexus (+13%), Mitsubishi (+73,5%) grâce notamment à l’Outlander PHEV, Porsche (+13%) et Tesla qui comme les mois précédents enregistre un bond (+268%) avec les livraisons de la Model 3.
Florence Lagarde et Farida Sacha

Lire le détail des immatriculations VP neufs par marque mai 2019 - (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des immatriculations VUL neufs par marque mai 2019 - (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des immatriculations VP VUL neufs par marque mai 2019 - (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

Le sourire de Toyota est à mettre en face des larmes de Nissan.
Bientôt avec la fabrication de la Corolla à Valenciennes,Toto va devenir le plus gros constructeur en France
alain boise, Le lundi 03 juin 2019

… Nissan va continuer de souffrir en attendant le renouvellement du Juke et du "Cashquai" notamment …
Cependant il me semble que pour tenter de défendre ses positions, il y a un déficit significatif "d'animation commerciale" chez Nissan France (la com, les reprises, les "séries limitées") …

? Comment se passe les ventes de Micra, de la LEAF ou des utilitaires Elec … Pour les Pick up, il y a de la concurrence aussi aujourd'hui … Faut les vendre les "bousins" … !

Qu'en pensent les vendeurs hexagonaux de Nissan ?
ADEAIRIX, Le lundi 03 juin 2019

Savent plus les vendre à force de monoculture suve, et les clients de remplacement ont disparu. Tout à reconstruire.
;0)
Lucos, Le lundi 03 juin 2019



Envoyer cet article à un ami
Email du destinataire*
Votre nom*
Votre prénom (laisser vide)*
Remarques
Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.

articles connexes

Les gains d'émissions de CO2 en cycle de vie des véhicules électriques selon RTE
Renault répondra mardi à Fiat Chrysler



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017