Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 11/06/2019

La 5e génération de Clio dans les starting-blocks

La 5e génération de Clio, le best-seller français, sera la star des journées portes ouvertes de ce weekend. Irréprochable sur la route, elle nous a aussi séduit par son style intérieur totalement renouvelé, la qualité des matériaux et le niveau élevé d'équipements proposé à son troisième niveau de finition (Intens), à partir de 20 100 euros.

Après un mois d'avril particulièrement difficile pour Renault, qui s'est fait devancer par Citroën sur le canal de vente des particuliers, la marque devrait redresser la barre au cours de ce mois de juin, avec le lancement de la nouvelle Clio à l'occasion des journées portes ouvertes du 13 au 17 juin prochain.
Cela ne se traduira peut-être pas tout de suite dans les immatriculations mais au moins dans les prises de commandes du réseau, à condition que le grand public soit au rendez-vous, ce qui reste la grande inconnue, après plusieurs mois d'activité en recul.
"Avec la nouvelle Clio, tout comme avec la nouvelle Twingo que nous avons lancée en avril, l'objectif est simple : rester leader du segment. Pour Clio, l'objectif est même de rester leader des ventes toutes catégories confondues", ambitionne Fabien Meunier, chef de gamme A et B pour la France.
La Clio opère en effet sur le plus important segment du marché, pesant 46,6% des ventes en France en ce début d'année 2019, en hausse de 3,6 points grâce à la prime à la conversion. "Sur ce segment, les berlines résistent bien en réalisant les deux tiers des ventes, face à des SUV qui en prennent un tiers en grignotant surtout les breaks et les monospaces, souligne notre interlocuteur. Renault a depuis longtemps arrêté la Modus tandis que son break (Estate), qui faisait de la résistance, est abandonné pour cette 5 génération, laissant toute la place à Clio, en attendant le renouvellement de Captur (probablement avant la fin de l’année).

En quasi-totalité en essence pour les particuliers
Sa cible est à 60% composée de particuliers et à 40% de professionnels (dont les professions libérales), avec des choix de motorisations opposés : "en quasi-totalité en essence pour les particuliers et en grande majorité en Diesel pour les professionnels", détaille Fabien Meunier, en l’occurrence pour ces derniers, Clio est proposée avec un 1,5 l. de 85 ch pour les flottes de proximité ou de 115 ch pour les gros rouleurs (à 95 g de CO2 pour une consommation de 3,6 l/100 km en cycle NEDC corrélé).
Toutefois, signe des temps, à l’occasion des présentations dynamiques de la nouvelle Clio à la presse, seules les motorisations essence étaient proposées à l’essai : Tout d'abord,  le cœur de gamme, l’économique mais néanmoins performant 1,0 l turbo de 100 ch. Il est affiché à 20 100 euros en finition Intens, le 3e niveau nécessaire pour avoir un équipement intérieur digne de ce nom, avec des plastiques moussés sur toutes les surfaces, la navigation et le compte-tours digital notamment. Une offre à 202 euros /mois sur 50 mois et sous condition de reprise sera proposé pour ce coeur de gamme pendant les "Renault Days".
Pour ceux qui recherchent plus de puissance, Renault propose aussi un dynamique 1,3 l de 130 ch doté de la très agréable boîte automatique EDC à double embrayage (à 22 800 euros, en finition Intens également), ne consommant que 5,2 l/100 km pour 119 g de CO2.

Freinage d’urgence et maintien dans la voie, dès le premier niveau de finition
On est loin du prix d’entrée de gamme, à 14 100 euros, avec un tout petit moteur 1.0 trois cylindres de 65 ch (non disponible au lancement) qui offre déjà un équipement de sécurité au top - freinage d’urgence, maintien dans la voie, reconnaissance des panneaux, régulateur de vitesse - nécessaire pour obtenir les 5 étoiles Euro NCAP. Ajouté à cela, les feux full led et l’allumage automatique des phares mais ne comptez pas sur la climatisation ou sur l’écran 7’’.
Si 14 100 euros est encore trop cher, il sera toujours possible d’acquérir une ancienne Clio IV, commercialement appelée "Clio Génération", à un tarif très accrocheur : 10 990 euros en Tce 75 ch et 11 990 euros en Tce 90 ch. Pour ceux qui aiment le style extérieur de la Clio (qui a peu évolué sur cette 5e génération même si elle gagne 3 g de CO2 en aérodynamisme) mais se satisfont d’un intérieur vieillissant (il a fait un bond énorme sur cette 5e génération), "c’est une offre intéressante qui se positionne au-dessus de la Dacia Sandero, à 7 990 euros, et que nous proposerons au moins jusqu’en 2020", indique notre interlocuteur.

Le style et la qualité des matériaux est au rendez-vous
Quand on est monté dans la nouvelle Clio, il est tout même difficile de ne pas être séduit. Le style et la qualité des matériaux à bord est au rendez-vous (en finition Intens). Renault a particulièrement soigné les sièges, très bien dessinés et très confortables pour ce segment de marché. Le confort acoustique a été amélioré, la tenue de route en virages serrés est impressionnante et est à mettre à l’actif de la nouvelle plateforme CMF-B que Clio inaugure.
Le moteur 1,0 l de 100 ch manque un peu de jus pour réaliser des dépassements rapides mais en condition normale de roulage, il est bien suffisant et surtout brille par son économie, seulement 4,4 l./100 km pour 100 g de CO2 (NEDC corrélé).
Il faudra attendre début 2020 pour avoir le moteur idéal, offrant 130 ch de puissance tout en consommant 40% de moins en ville que le moteur essence 130 ch. C’est le moteur hybride e-tech développé par Renault, sur la base d’un moteur 1,6 l Nissan accouplé à deux moteurs électriques, dont le premier entraîne les roues et l'autre joue le rôle d'embrayage et de synchroniseur. "Il fonctionne en électrique sur les trois premières vitesses et jusqu’à 60-70 km/h, donnant l’impression de conduire un véhicule électrique même quand on accélère fort", explique Philippe Brunet, directeur des moteurs de l’Alliance. La batterie de 1,2 kWh est rechargée au freinage et par le second moteur électrique, pour pouvoir rouler jusqu’à 80 % du temps en électrique en ville, affirme le constructeur. En revanche, à la différence de la Captur, la Clio ne recevra pas la version rechargeable de ce moteur hybride, pour des raisons d’encombrement lié à la batterie.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Vite!!
alain boise, Le mardi 11 juin 2019

Ce n'est pas seulement un best-seller français, c'est aussi un best-seller européen ! Non vraiment,c eux qui condamnent la Clio 5 face à la 208 II la sous estime peut être un peu trop.
Frédéric LANGLOIS, Le mardi 11 juin 2019

… Cette stratégie de "ni tout à fait la même ni tout à fait une autre" a largement profité à la Golf ….
Pourquoi ne réussirait elle pas à cette nouvelle Clio, largement optimisée à différents égard par rapport à la version précédente, par ailleurs … En tous cas c'est tout le "mal" qu'il faut lui souhaiter même si elle est fabriquée sous d'autres cieux que Flins ...

Après l'on peut s'interroger sur la "pertinence" d'une mini hybridation … La réponse arrive vite … il fallait respecter le territoire de la Zoé qui de surcroît devait être actualisée très prochainement …

Un remplacement sur un best seller c'est toujours délicat … !
A fortiori, pour Renault en ce moment (…). il faut que cette Clio V rencontre le succès et confirme la réussite de la IV… C'est apparemment bien parti pour … Et cà n'est pas trop maladroit (même si la pratique n'est pas nouvelle) de maintenir au catalogue une version "cup" pardon "génération" de la version précédente à un prix d'accès ...Les "pricers" auraient pu faire mieux mais il est toujours délicat de déprécier trop un produit, qui de surcroît, évoque et pour cause le modèle "up to date" …Et entre la Sandero et la Twingo, la "marge" était étroite aussi …

Enfin … il faudra patienter encore un peu pour voir les premiers comparatifs de la presse grand public et pourtant spécialisée pour déterminer qui de la Clio V ou de la 208 constitue la meilleure offre du segment B sur le marché européen … Le match promet d'être ^"chaud" tant les concepteurs de cette opus V ont mis la barre haute !
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 11 juin 2019

Bonne chance à cette nouvelle Clio V ! Ce sera un succès mérité....Sauf qu'elle ne sera pas produite en France, ni même en Europe.

Le principal lieu de production sera la Turquie, suivi de la Slovénie pour certains modèles. Le site de Flins était également envisagé mais il souffre de coûts de fabrication et de composants trop élevés pour un véhicule de grande diffusion.

L'industrie automobile française est bien morte : le bas de gamme est délocalisé et le haut de gamme n'existe plus. C'est une situation très solide qui est irréversible : les fournisseurs ont également déserté notre pays.

Seul PSA résiste encore un peu mais Renault a définitivement tourné la page.
Et les véhicules électriques ne vont rien arranger: lorsque les quantités de ZOE seront à l'échelle des thermiques, les délocalisations suivront.
Dataceodeux, Le mardi 11 juin 2019

Je trouves que c'est un presque faux débat, l'histoire de la Clio 5 plus fabriquée en France. Pourquoi ? Parce que c'est seulement l'assemblage qui ne se fait plus en France. Pour ce qui est des composants qui constituent la voiture (châssis, moteurs, trains roulant, panneaux de carrosserie ...) ils proviennent quasiment tous d'usines situés en France. Seuls les équipements technologiques proviennent d'équipementiers européens.
Au final, je me demande quelle auto est la plus "made in France" entre une voiture française assemblée à l'étranger avec des composants fabriqués en France, ou une voiture étrangère assemblée en France mais avec des composants venant de d'Europe ou d'Asie ?
Quant à dire que "seul PSA résiste encore un peu mais Renault a définitivement tourné la page" (du made in France ... ndlr), c'est un peu plus complexe que ça, car n'oublions pas qu'en cinq ans, la part de la production d'automobile en France a augmenté de 25 %, après des années noires marquées notamment par la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, avec un inversement des délocalisations (Renault commençant à relocalsier en France tandis que PSA lui, commence à délocaliser) et que cela soit PSA Peugeot Citroën ou Renault, une grande partie de leurs véhicules sont construits en France : Peugeot 208, Peugeot 308, DS 7 Crossback, mais aussi Renault Scénic, Renault Zoe. Voici la liste de la production française :

1/ Renault :
- Usine Georges-Besse de Douai (Nord) : Renault Scenic IV, Renault Talisman, Renault Espace V
- Usine Renault de Flins (Yvelines) : Renault Clio IV, Renault ZOE
- Usine Alpine-Renault de Dieppe (Seine-Maritime) : Alpine A110, Renault Clio RS
- Usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) : Renault Trafic III
- Usine Renault de Maubeuge (Nord) : Renault Kangoo II
- Usine Sovab-Renault de Batilly (Meurthe-et-Moselle) : Renault Master III

2/ PSA Peugeot-Citroën :
- Usine PSA de Sochaux (Doubs) : Peugeot 3008 II, Peugeot 308 II, DS 5
- Usine PSA de Poissy (Yvelines) : Peugeot 208, DS 3
- Usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) : Peugeot 2008, DS 7 Crossback, Peugeot 508 II, DS 4
- Usine PSA de Rennes-La Janais (Ille-et-Vilaine) : Peugeot 5008 II, Peugeot 508 I, Citroën E-Mehari
- Usine SEVEL Nord à Lieu-Saint-Amand (Nord) : Peugeot Expert III & Traveller, Citroën Jumpy III & SpaceTourer

Liste datant de mai 2018
Frédéric LANGLOIS, Le mardi 11 juin 2019

Alors si cela est vrai comment expliquer la réussite de Toyota Valenciennes qui fait vivre 4000 personnes.....même la Carina se tire pour venir en France.
Toyota apporte la preuve,que les autres reviennent ....et vite
alain boise, Le mardi 11 juin 2019

Si la Clio est bien "simplement" assemblée en Turquie, c'est bien la preuve que le carburant des cargos est insuffisamment taxé.
Quant aux voitures assemblées en France, vous remarquerez qu'il n'y a plus une Citroën, si l'on excepte la C5 aircross (qui n'est pas dans la liste puisque pas commercialisée il y a un an).
JL S, Le mardi 11 juin 2019

Oui le sujet ce sont beaucoup plus les délocalisations que de compter les points des deux constructeurs … Une fois de plus !

Ainsi si la nouvelle Clio V est ^produite principalement en Turquie (merci les gars pour La Marseillaise) et secondairement en Slovénie (résiduellement à Flins en cas de très gros "carton) …
La prochaine génération de 208 dont les commandes sont ouvertes sur internet (.. ?) est ou sera produite en Slovaquie …
ADEAIRIX , Le mardi 11 juin 2019

C'est quoi le rapport avec la Carina ? D'autant qu'en plus c'est la new Corolla qui est assemblée en France, pas la Carina
Frédéric LANGLOIS, Le mardi 11 juin 2019

Il me semble que le propos d'Alain BOISE est pourtant limpide …
Là où Toyota "internalise" la production de ses véhicules dans le chnord en ajoutant un deuxième type de véhicule (effet du Brexit aussi ?)… Nos constructeurs externalisent … Clio et 208 c'était déjà massiquement le cas mais pour le prochain 2008 c'est nouveau
Arnold ROUX, Le mardi 11 juin 2019

Sauf que vous pouvez rappeler pourquoi Toyota a choisit Onnaing pour l'implantation de son nouveau site en Europe ? Et pourquoi Toyota a choisit le site de Onnaing pour la production de sa nouvelle Corolla (et pas Carina) ... please ?
PS : Toyota est loin d'internaliser avec Onnaing, au contraire, elle externalise. Mais bon, là, comme c'est Toyoya, faut pas être méchant. Le french bashing de la part des français est devenu la Loi, les français ne bashent pas la concurrence étrangère, ils préfèrent l'aduler
Frédéric LANGLOIS, Le samedi 15 juin 2019



Vous devez être identifié pour déposer une réaction.
Identification
E-Mail*
Mot de passe*

articles connexes

Les gains d'émissions de CO2 en cycle de vie des véhicules électriques selon RTE
Renault et Nissan à couteaux tirés, l'Etat français tente de rassurer



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017