Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Services - 12/06/2019

Ucar2share organise l’autopartage dans le réseau Ucar

Testée depuis plusieurs mois, l’offre Ucar2share lancée officiellement depuis ce week-end permet à l’acheteur d’un véhicule neuf ou récent de générer des revenus en confiant sa voiture "en pension" dans le réseau Ucar. Objectif : permettre à tous les propriétaires de véhicules anciens qui seront bientôt interdits dans les grandes métropoles d’accéder au véhicule neuf.

Annoncée en décembre dernier, l’offre Ucar2share a été testée depuis plusieurs mois et vient d’être lancée ce week-end. 
L’enjeu est d’organiser une offre d’autopartage de proximité dans laquelle les agences de location Ucar font office de tiers de confiance. "Il n’y a pas de revenu possible pour le partage s’il n’est pas sécurisé", explique Jean-Claude Puerto, PDG d’Ucar. C’est la raison pour laquelle, les offres d’autopartage entre particuliers ne fonctionnement toujours pas dans l’automobile, alors que dans l’immobilier Airbnb a révolutionné le marché.
"La voiture c’est accidentogène. Il y a des véhicules qui au-delà d’un certain kilométrage et d’un certain âge ne peuvent plus être prêtés. Et on ne peut pas partager sa voiture avec n’importe qui", souligne Jean-Claude Puerto.
"Les locataires, cela fait très longtemps qu’on a appris à les sélectionner", explique Jean-Claude Puerto qui segmente les utilisateurs en trois catégories : 5% de malhonnêtes qu’il ne faut pas accepter, 15% qui se disent "pas vu pas pris" et qu’il faut faire rentrer dans le rang (ce qui est possible s’ils voient que le système est ferme) et 80% de gens bien.

Pour le reste, le dirigeant d'Ucar estime que toutes les conditions du partage sont réunies : la grande disponibilité des véhicules qui ne sont utilisés en moyenne que 5% du temps, le changement des mentalités avec dans les derniers sondages 55% des Français qui se disent prêts à partager leur voiture, la technologie disponible pour gérer la mise en œuvre du partage. Et bien-sûr, les interdictions de circuler dans les grandes villes pour les véhicules anciens avec déjà Paris (les Crit’Air 5 et non classés déjà interdits et les Crit’Air 4 à partir du 1er juillet prochain) et bientôt le Grand Paris (les Crit’Air 5 et non classés interdits dans une partie des 76 communes au sein de l’A86). Ce sont 1 million de véhicules qui seront concernés sur Paris le 1er juillet prochain, annonce Ucar.
Avec ces interdictions, il y a une sorte de "télescopage entre le social et l’environnement". "On est sommé de choisir son camp. C’est comme si dans un divorce, il fallait choisir entre papa ou maman", résume Jean-Claude Puerto qui estime que l’autopartage est le moyen de concilier les deux.

"L’interdiction je la comprends. On a un problème de vieillissement du parc automobile qui absorbe les bénéfices environnementaux des 2 millions de véhicules qui rentrent. Les véhicules neufs sont performants, mais les vieux ne sortent jamais. Il y a une confiscation de la modernité automobile par l’âge du parc", explique-t-il.
En même temps, la voiture est un sujet sensible et le mouvement récent des "gilets jaune" parti de la limitation à 80 km/h et de la hausse du carburant est venu le rappeler. Le vieillissement du parc, c’est avant tout un problème de pouvoir d’achat : "Si on n’a pas une voiture récente ou une voiture neuve c’est que l’on n’a pas les moyens de se la payer. C’est la responsabilité des professionnels de l’automobile d’apporter des solutions et je crois que le partage est une solution qui va apporter des revenus qui vont rajeunir le parc", explique Jean-Claude Puerto.

Les véhicules mis en pension dans le système Ucar2share auront deux origines : des propriétaires dont les véhicules seront acceptés en fonction de leur état et de leur âge (moins de 5 ans) et des acheteurs qui souscriront à une des offres spécifiques lancées pour l’occasion. 
Les offres de financement Ucar2share permettent d’offrir un véhicule neuf pour un coût identique à celui d’une vieille grâce aux revenus générés par leur location dans les agences Ucar. Cette mécanique peut permettre de ramener à 49€ TTC le coût mensuel d’une Panda, à 98€ TTC celui d’une Peugeot 208, à 100€ TTC celui d’une Renault Clio IV. 
Les revenus de la mise en pension sont de 12€/jour de location pour une catégorie urbaine, 16€/jour pour une citadine et jusque 33€/jour pour une grande routière ou 38€/jour pour un grand monospace et minibus.
Pour mettre au point cette offre, Ucar a dû "débloquer des freins partout". "C’est une vraie révolution. Financer une voiture de 15 000 euros à quelqu’un qui avait une vieille voiture de 2 000 euros, ce n’est pas trivial. Merci à CGI et Cetelem, merci à nos assureurs Axa et Covéa", a dit Jean-Claude Puerto. "Nous pensons que nous sommes en amont d’un mouvement. Il y a des gens qui y croient et qui nous ont beaucoup aidé."
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Quand l'intelligence et le savoir-faire répondent aux anathèmes et aux diktats, on obtient une synthèse originale, avancée dans sa mise en oeuvre et extrêmement pragmatique. Du grand Puerto. Bravo
Claude Dumas-Pilhou, Le mercredi 12 juin 2019

12€/jour pour le propriétaire et combien pour ucar ?
C'est pas cher payé.
Peut- on gagner de l'argent avec le système en louant 10 jours par mois ?
Doit on laisser la voiture dans une agence Ucar lorsqu'elle va être louée ?
JL S, Le mercredi 12 juin 2019

Du grand Puerto...
Comment faire gagner de l'argent à des particuliers en faisant une légitimité dans l'autopartage alors qu'il reste 40 agences franchisées dans toute la France!! Les franchisés ont tous mis la clé sous la porte avec le plus grand mépris de 'l'emblématique fondateur"
Une seule agence à Paris, aucune à Lyon par exemple.
Les coûts de détention sont les mêmes que ceux pratiqués dans les concessions sans obligation de location donc cette offre ne sert à rien. Fiat propose sa Panda à 1€ /mois si prime à la conversion...




jl, Le mercredi 12 juin 2019



Envoyer cet article à un ami
Email du destinataire*
Votre nom*
Votre prénom (laisser vide)*
Remarques
Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.
Les gains d'émissions de CO2 en cycle de vie des véhicules électriques selon RTE
L'Assemblée vote l'objectif de la fin de la vente des véhicules à carburants fossiles en 2040



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017