Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Analyse - 22/10/2019

Inde : la nouvelle prime à la casse peut-elle raviver un marché en berne ?

La chronique de Matt Gasnier, spécialiste du marché chinois et créateur du site Bestsellingcarsblog.com, le site de référence globale concernant l’analyse des statistiques de ventes de voitures, couvrant plus de 200 pays.

Certes, la chute des livraisons d’usine en septembre (-22,9%) n’est pas aussi dévastatrice qu’en juillet (-30,2%) et août (-30,6%) mais elle reste très alarmante et marque le sixième mois consécutif de baisse à deux chiffres pour le marché indien. Résultat : le volume de septembre est le plus bas depuis 2014 et le cumul des neuf premiers mois (2 178 800) le plus faible depuis 2015. Les cinq constructeurs les plus populaires sont tous en chute libre : Maruti Suzuki (-27,1%), Hyundai (-14,8%), Mahindra (-29,9%), Toyota (-18,5%) et Honda (-37,4%) peinent à enrayer leur dérapage.

Ce sont finalement les marques que nous avions isolées lors de notre précédente chronique indienne qui s’en tirent le mieux. Renault (+29,7%) bondit à la 6ème place au classement général grâce au succès du nouveau Triber qui représente 56% des ventes de la marque en septembre. Kia aligne un nouveau volume record à 7 754 unités grâce à son unique modèle, le SUV Seltos qui manque de justesse son entrée dans le Top 10 des modèles les plus vendus. Enfin, le Chinois MG figure pour la première fois parmi les 10 marques les plus populaires en Inde grâce à son SUV Hector, un Baojun 530 rebadgé et produit localement.

À terme, c’est ce flux constant de nouveautés qui permettra au marché indien de reprendre des couleurs, et Maruti l’a bien compris en lançant deux nouveaux SUV coup sur coup : le grand XL6 sur base Ertiga et le tout petit S-Presso qui vise le Renault Kwid. Ce n’est pour l’instant pas suffisant pour inverser la tendance baissière de ses ventes, mais l’intention est là.

Le gouvernement indien a conscience que le marché a besoin d’un coup de pouce supplémentaire pour mettre un terme à son premier vrai passage à vide en dix ans, et a entériné des mesures de primes à la casse tout à fait novatrices sur ce marché. En effet, si les primes à la casse sont une technique de relance éprouvée sur les marchés matures d’Europe de l’Ouest, elles n’ont jamais vraiment été utilisées à grande échelle en Inde.

Dans le détail, ces mesures prévoient l’annulation des frais d’immatriculation liés à l’achat d’une voiture neuve en échange d’une mise à la casse d’un véhicule de la même catégorie âgé de plus de 15 ans. Le gouvernement s’est même lancé dans des propos dithyrambiques, annonçant que grâce à ces mesures et l’apport massif d'acier, d’aluminium et de plastique recyclé et bon marché qui en découlerait, l'Inde pourrait devenir une plaque tournante de la construction automobile et pourra, à terme, faire baisser les prix de ses voitures de 20 à 30%. Tout un programme, qui reste pour le moment au stade de… doux rêve, soyons francs, car il sous-entend le succès fulgurant de ces mesures, ce qui est loin d’être gagné.

En effet, le système proposé est finalement une manière plutôt compliquée (et pingre) d’utiliser le mécanisme de la prime à la casse qui se caractérise traditionnellement par un rachat du véhicule à éliminer, qui à son tour diminue d’autant le prix d’achat du nouveau véhicule. De plus, ces mesures n’auront qu’un effet minime sur les ventes de véhicules commerciaux car les camions âgés de plus de 15 ans sont rares en Inde. Nombre d’analystes automobiles indiens – auxquels je me joins – s’accordent ainsi sur le fait que les mesures annoncées ne sont pas suffisantes pour, à elles seules, raviver le marché automobile. 

Mais au-delà de leur envergure limitée, la nouvelle prime à la casse indienne sera difficile et très coûteuse à mettre en place car elle devra s’accompagner de la création de toute une industrie (légale) de recyclage automobile qui pour le moment est pratiquement inexistante. Tout un écosystème d’entreprises interdépendantes est à créer, une manœuvre herculéenne dans un contexte économique dépressif. Des contrôles stricts devront être mis en place pour s’assurer, notamment, que les matières et fluides dangereux soient bien évacués des véhicules avant leur recyclage.

Au final, si elles sont entérinées telles quelles, ces primes à la casse ne devraient avoir qu’un effet marginal sur les ventes et il semblerait donc que la passe très difficile dans laquelle se trouve actuellement le marché Indien se prolonge au moins jusqu’à l’an prochain.
Matt Gasnier

Partagez cet article :

Réactions

Une prime à la casse ne relancera pas les ventes en Inde.
Cette crise n'est pas une crise de l'Automobile mais une crise bancaire. Les principales banques du pays n'arrivent pas à rentabiliser les crédits automobiles et de la consommation et donc faillissent volontairement à soutenir la croissance du pays et principalement dans les zones rurales où le fossé social se creuse de plus en plus.
L'état indien vient de fusionner les banques multiples nationales et d'état pour n'en faire subsister que 4 en espérant que leur porte feuille d'affaire nettement plus important leur permettra d'avoir de l'argent moins cher et de booster le crédit. L'état indien doit normalement aussi injecter de l'argent pour relancer le business.
En attendant les constructeurs souffrent malgré une activité après-vente dont une journée correspond à un an en France…
;0)
Luc Os, Le mardi 22 octobre 2019

@Luc Os: Merci pour ces précisions.
Arnaud C., Le mardi 22 octobre 2019

Merci bien.
je pense que cette précision était nécessaire.
;0)
Luc Os, Le mardi 22 octobre 2019



Envoyer cet article à un ami
Email du destinataire*
Votre nom*
Votre prénom (laisser vide)*
Remarques
Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.
eBay veut s’associer à un réseau de montage de pneus en France
Dean Evans quitte ses fonctions chez Hyundai Motor Amérique du Nord



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017