Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 24/10/2019

Le poids, voilà l’ennemi !

La chronique de Jean-Philippe Thery, consultant, fort d’une expérience automobile aussi bien dans le domaine du produit que de l’Intelligence de marché, avec des expériences chez Renault, Nissan et PSA. Installé depuis 2008 au Brésil, Jean-Philippe Thery est spécialiste des marchés automobiles en Amérique Latine.

On l’a échappé belle. Dans son article du 8 octobre, Florence Lagarde évoquait l’initiative de plusieurs parlementaires - dont je tairai les noms - ayant déposé trois amendements au Projet de loi de Finances 2020 visant à établir un malus supplémentaire pour les véhicules légers les plus lourds (sic), s’ajoutant à celui déjà appliqué sur les émissions de CO2. Inspiré du système existant en Norvège, où on ne fait apparemment pas d’omelette écologique sans briser les œufs du contribuable, le dispositif prévoyait que les coupables… pardon, acheteurs d’une voiture neuve s’acquittent d’une taxe de 15 euros par kilo supplémentaire au-delà de 1 300 kg pour les modèles à moteur thermique, ce seuil étant porté à 1 700 kg pour les modèles électriques. Deux aménagements permettaient également d’une part de plafonner le coût de la punition à 10 000 euros, d’autre part de ne pas trop pénaliser les familles nombreuses, grâce à un "crédit" de 300 kg supplémentaires non taxés par enfant, à partir du troisième. On ne saura néanmoins pas si cette mesure aurait contribué à une hausse de la natalité ou des demandes d’adoption de la part des acquéreurs de Renault Espace, puisque celle-ci a - pour l’instant du moins - été abandonnée.

Les auteurs du projet ne s’en sont pas cachés : c’est la catégorie des SUV qui est particulièrement visée. Ces véhicules détestables sont en effet accusés de filiation directe avec les "Quatre-quatre" tant il leur paraît évident à leurs détracteurs qu’un Renault Captur et un Range-Rover partagent le même ADN. Relégués au rang d’aberration génétique, ils sont en effet considérés comme coupables de tous les maux, qu’il s’agisse de siroter le jus de dinosaure à un rythme effréné, ou d’émettre des quantités de CO2 très supérieures à celles des berlines dont ils partagent pourtant la plateforme. Ce raisonnement semble cependant ignorer que les acheteurs de voiture neuve n’affectionnent généralement pas les modèles gourmands en carburant, et qu’ils choisiraient probablement une berline ou même un break du segment supérieur à leur modèle actuel s’il se voyait interdire l’accès à ce dernier. A titre d’exemple, on imagine qu’un acheteur de Renault Captur se dirigera plutôt vers une Mégane qu’une Clio, et que celui d’un Volkswagen Tiguan préféra sans doute une Passat à une Golf, en admettant que ceux-ci doivent renoncer à leur chère voiture haute.

Et si la mesure avait été appliquée ? Eh bien dans la série "tout ça pour ça", nos chers édiles se seraient probablement rendu compte qu’ils auraient peut-être dû demander à leurs assistants de passer un peu plus de temps sur Excel. Ils se seraient alors aperçus que plus de 60% des SUV commercialisés en France, loin de constituer les monstres assoiffés d’hydrocarbures qu’on nous décrit volontiers, ne dépassent pas la fameuse limite de 1 300 kg, et que leurs propriétaires n’auraient donc pas eu à s’acquitter de la taxe en question. Peut-être auraient-ils également revu leur copie s’agissant des véhicules hybrides, encouragés d’un côté par le malus écologique puisque particulièrement vertueux s’agissant des émissions de CO2, mais pénalisés en poids en raison de leur double motorisation et des batteries qu’ils doivent emmener. Avec ses 1 500 kg, une Toyota Prius jusqu’ici épargnée pas les taxes écolos, se verrait par exemple frappée par un surplus de 3 000 euros. Et que dire des véhicules électriques dont certains modèles - les Tesla S et X pour ne pas les citer - en prendraient pour le maximum de 10 000 euros ? Cohérence, quand tu nous tiens…

Comme on le constate, le "fat shaming" est donc sorti des couvertures de magazines féminins pré-estivales pour envahir l’univers de l’automobile. Les députés à l’origine de la taxe visant la surcharge pondérale véhiculaire pourraient d’ailleurs faire la devise d’Emile Mathis, selon laquelle "le poids, voilà l’ennemi". Pour ceux qui n’en auraient pas entendu parler, Monsieur Mathis fonda en 1912 une marque automobile éponyme, qui bien qu’oubliée de nos jours, n’en occupa pas moins la 4e place des constructeurs durant l’entre-deux guerres, derrière le triumvirat habituel constitué par Citroën, Renault et Peugeot. Connues pour leur légèreté, les automobiles Mathis étaient donc naturellement économes en carburant, et inspirèrent Ettore Bugatti qui collabora pendant deux ans avec le constructeur strasbourgeois. Ce dernier appliqua d’ailleurs si bien le principe du "less is more" à la conception de ses belles automobiles, qu’on lui attribue souvent - bien que de façon erronée - la paternité du fameux slogan.

De fait, et malgré les critiques qu’on peut légitimement adresser à la taxe "à la pesée", il faut bien reconnaître les vertus de la légèreté en matière d’automobile. Parce que réduire le poids s’inscrit dans un cercle vertueux qui permet de … réduire le poids, des kilos en moins autorisent un redimensionnement à la baisse d’un certain nombre d’organes. Une voiture plus légère s’accommodera ainsi d’un moteur plus petit et moins puissant, avec par exemple un circuit de refroidissement de moindre capacité. La même logique affecte également des freins et des suspensions moins sollicités, et ainsi de suite.

Prenez par exemple Lotus, et sa svelte Elise première du nom, qui affichait à peine 673 kg lorsqu’elle apparut en 1996. Malgré les modestes 120 chevaux de son 4 cylindres 1.8 emprunté à Rover, celle-ci bénéficiait d’un rapport poids puissance pas très éloigné de celui d’une Porsche 911 de l’époque. Ceux qui l’ont conduite - j’en fais partie - attesteront de son dynamisme, autant en ce qui concerne les performances que s’agissant des liaisons au sol. A son volant, la légèreté de l’ensemble se ressent donc aussi bien lorsque l’on enfonce l’accélérateur, que dans les courbes prises à vive allure. Je ne cite pas Lotus par hasard, puisque la marque britannique est sans doute celle qui incarne le mieux aujourd’hui l’esprit de Mathis et de Bugatti. Même la future Evija pour l’instant présentée sous forme de prototype, se targue d’un poids contenu de 1 600 kg malgré sa motorisation électrique de 2 000 chevaux (oui, deux-mille chevaux !). Et sous l’impulsion du Groupe Chinois Geely qui est en devenu le propriétaire depuis peu, le constructeur prépare, devinez quoi… un SUV. Compte-tenu de sa réputation, Lotus devra évidemment s’assurer qu’il soit le plus léger de la catégorie.

Alors, complètement à la masse nos députés ? Pas si sûr. Il est indéniable que les voitures ont toutes suivi l’exemple de l’être humain élevé à la junk food sur la voie de l’embonpoint. A sa sortie en 1974, la première génération de la Volkswagen Golf pesait à peine 750 kg, alors que le modèle actuel, 7e du nom, avoue jusqu’à 1,374 kg pour les versions les plus grassouillettes. Idem pour la Porsche 911, autour de la tonne en 1963, et pesant jusqu’à 1,680 kg aujourd’hui. Et que dire de la Mini qui ne rend guère justice à son nom de baptême avec ses 1,130 kg, bien loin des 620 kg du modèle original. Pour justifier que nos voitures soient devenues grosses, les constructeurs invoquent les normes de sécurité, indéniablement sans commune mesure avec celles des années 60 ou 70, et la multiplication des équipements auxquels nous sommes devenus addicts. Si ces arguments sont certes recevables, une cure d’amaigrissement n’en ferait pas moins le plus grand bien à nos compagnes motorisées.

Dans ces conditions, un système de taxe calculé sur le poids des véhicules ne serait pas dénué de sens, si conçu intelligemment. D’abord, il lui faudrait être adopté par l’ensemble des pays de la communauté européenne - voire plus -, si l’on souhaite qu’il incite véritablement les constructeurs à rechercher des solutions d’allègement. Ensuite, il ne peut évidemment s’ajouter à un système existant, qu’il devrait alors remplacer, sous peine d’éreinter un contribuable au bord de la crise de nerfs et prêt à s’habiller en jaune dès qu’on lui parle de taxe additionnelle. En clair, il convient de choisir une cible entre kg et CO2, même si ces critères sont bien évidemment dans une grande mesure dépendants l’un de l’autre. Mais surtout, il s’agit d’adopter un principe de calcul le plus simple possible, tenant compte de la vocation des véhicules. On ne peut de fait raisonnablement appliquer le même barème pour une stricte deux places sportive que pour une familiale à trois rangées de sièges. Alors ?

Alors, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) peut sans doute nous aider. Et puisque nous en sommes aux acronymes, rappelez-vous donc de l’IMC (Indice de Masse Corporelle), que certains d’entre nous fuient comme la peste, particulièrement durant les fêtes de fin d’année. Pour mémoire, il est obtenu en divisant le poids (en kg) par le carré de la taille (en cm). Si le résultat se situe entre 18,5 et 25, vous pouvez continuer à manger des frites. Au-dessus, les légumes cuits à la vapeur s’imposent. En dessous, doublez la ration de frites, et trempez les dans la mayonnaise. Quel rapport avec nos voitures, me direz-vous ? Eh bien il me semble que s’ils voulaient bien s’y mettre, les esprits brillants qui nous gouvernent seraient capables de définir la formule d’un indice constituant l’équivalent de l’IMC pour l’automobile, et sur la base duquel seraient calculées les taxes appliquées à chaque modèle. Il pourrait ainsi tenir compte de la capacité en nombre de passagers, de la transmission, du type de carburant, de l’âge du capitaine et je ne sais quoi encore. Bien conçu, il inciterait d’avantage les constructeurs à travailler sur la réduction du poids, et par conséquent, des émissions de CO2. Et bien sûr, il serait particulièrement sympa avec les Lotus.

Je suis sûr qu’Emile Mathis approuverait. Parce que le poids, voilà l’ennemi !
Jean-Philippe Thery

Partagez cet article :

Réactions

Une marque automobile "homonyme" et non "eponyme" car c'est lui qui a donné son nom aux voitures, et non l'inverse...
;0)
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

J’aime beaucoup votre style et vos chroniques m’enchantent mais j’ai le sentiment que des fossés se creusent entre des générations ne vivant pas les mêmes expériences et n'étant pas confrontées aux mêmes défis aux mêmes périodes de la vie
Prenons un exemple, si nous vivions dans un monde où les ressources étaient contraintes (voire en voie de disparition) où les événements climatiques nous sembleraient de plus en plus en lien avec notre activité et où si nous voulions continuer durablement à échanger, voyager, découvrir il fallait changer nos habitudes et envisager la voix à d’autres solutions comme un véhicule certes un peu moins lourd, moins spacieux, allez osons le : moins plaisant quel serait notre choix?
La réponse, je pense, dépend de notre âge, de notre capacité de renoncement, de notre vision du futur, et de tant d’autres paramètres
Mais ce qui a changé par rapport à il y a 20 ans c’est qu’aujourd’hui la question se pose
Hervé, Le jeudi 24 octobre 2019

Monsieur Jean-Philippe Thery, j'ai adoré.
Je partage totalement vos avis. A un point tel qu'au fur et à mesure que j'avançais dans le texte, il m'est arrivé d'anticiper le développement de vos idées... Je ne l'aurais pas écrit autrement.
N'en déplaise aux âmes "bien pensantes", la réalité vraie, celle pleine de bon sens, est là... Et ces théories et autres bilans chiffrés par des pseudo-écolos et des politiciens dont, plus que jamais, l'orgueil prime sur le devoir pour séduire est affligeant.
Merci pour ce résumé empreint de bon sens...

Dommage que ce texte ne puisse être partagé sur Facebook...
Marc LACROIX, Le jeudi 24 octobre 2019

Seul Alpine garde le cap 50 ans après la première la nouvelle ne pèse que 10% de plus avec toute la sécurité réglementaire.
Que dire des VE avec leurs batteries d’une demi tonne et des poids dépassant certains 4x4 pourtant décriés.
Vive la bagnole légère .....du vingtième siècle
alain boise, Le jeudi 24 octobre 2019

Il y a aussi la Mazda MX5 qui garde un poids qui évolue peu
Franck Isho, Le jeudi 24 octobre 2019

Ah si seulement tout le monde pouvait rouler en Lotus Elise et manger des frites !... Ah mince "on" me dit que je n'ai rien compris ! Dommage ...
Ah si seulement vous pouviez inspirer les "esprits brillants qui nous gouvernent..
Hein ? Çà marche pas non plus ...
En tous cas merci pour ces chroniques au ton si rafraîchissant en cette saison et quelque part vertueux quanf même ..
La maison brûle et les bagnolards résistent ? ...C'est un peu " çà "
Là je sens bien que je dépasse les "bornes"... La fin du Mooonde qu'on vous dit ...m"enfin !
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 24 octobre 2019

Pour les passionnés, la villa Mathis, construite par Mr Mathis est aujourd'hui un lieu de séminaire à 50 kms de Strasbourg à 900 mètres d'altitude, de quoi tester l'agilité de sa monture en s'y rendant...car pas encore de radar. Quant à son usine c'est maintenant une concession Citroën, route de Colmar à Strasbourg.
Cesar THEODORE, Le jeudi 24 octobre 2019

J'ai bien connu Mr Emile Mathis, son usine était située en face de mon lycée....Mais cela est un raisonnement très ancien, du début de la construction automobile.
Il y a eu depuis de nombreuses contraintes, règles et lois qui encadrent la résistance des véhicules. Les analyses après crash-tests sont à l'origine des réductions de décès malgré l'augmentation de la circulation.Les progrès de sécurité des véhicules et des infrastructures routières sont bien plus efficaces que toutes les limitations de vitesse, n'en déplaise à Mr Barbe.
Nous ne pouvons pas comparer une Mathis ou Bugatti avec une voiture de 2020, en terme de sécurité. Le poids des équipements de sécurité est en grande partie à l'origine de l'alourdissement de nos voitures.


Pour ce qui est de la critique systématique des SUV, leur succès est lié au choix des usagers. Je ne comprends pas cette haine vis à vis d'un type particulier de véhicule, c'est son usager qui doit décider.
La comparaison entre Clio, Megane et Captur est intéressante: un usager de Captur choisira en effet plutôt une Mégane car la clio est trop petite pour lui. Je parle bien de l'espace intérieur car la surface au sol d'une Clio et d'un Captur est comparable.
Le succès des SUV se justifie car la position plus verticale des passager permet de réduire la longueur de l'habitacle, avec le même sentiment de confort.


;
Smarter, Le jeudi 24 octobre 2019

Aujourd'hui si l'on parle de thermiques, les ennemis sont le poids, le nombre de cylindre et le Maire de Paris…
;0)
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

Nos députés à la masse, tout est dit ! Et malheureusement, ils ne sont pas les seuls.

Je viens de passer le CT de mon Alfa Giulia TI de 1964 : 1120 kg avec le contrôleur à l'intérieur, le plein d'essence et des bricoles dans le coffre, soit à peine une tonne à vide.
Certes il n'y a ni airbags ni clim, ni....mais elle roule très bien et se montre très alerte avec ses 92 CV.
jean-marie méchin, Le jeudi 24 octobre 2019

Ouais ... faut " ptet pas" prendre un " importun imprudent" de face ou en latéral avec (?) non plus ...Ce serait dommage aussi !
Je dis çà et j'aime bien la Guilia TI et j'ai un à priori favorable pour leur conducteur ;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 24 octobre 2019

Très bon article.

Je souscris à l'IMC automobile !

A faire lire à ceux qui nous gouvernent et qui ne connaissent pas leur sujet !
boisons UN PEU, Le jeudi 24 octobre 2019

Pour avoir discuté avec l'un d'entre-eux, je peux affirmer qu'ils connaissent très bien le sujet et qu'ils ne vont volontairement qu'à l'objectif de la réduction des émissions. Si on considère le business et l'emploi il ne se passera rien donc les sociétés privées qui font des bagnoles n'ont qu'à s'adapter à l'évolution du monde...
Ce qui n'est pas pareil.
;0)
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

@Luc Os, comment "adaptez-vous" une entreprise (usine) qui fabrique des injecteurs pour moteurs Diesel depuis des décennies ?
Trop facile de dire adaptez-vous à l'évolution du monde.
Il va y avoir de la casse, de la grosse casse comme dirait le batteur de Led Zeppelin.
Surtout que l'Industrie (avec un I majuscule) fiche le camp en Asie à cause du coût du travail en France (merci les 35h, merci la retraite à 60 ans), ce qui n'arrange rien.

Je n'ignore pas que les allumeurs de bec de gaz ont dû changer de métier mais quand toute une industrie déménage, ça fait mal.

Si vous avez le temps, allez lire la lettre que j'ai envoyée au député de ma circonscription que j'ai copiée-collée à la suite de l'article d'Autoactu ci-après sur l'équipementier Mahle-Behr qui va supprimer 236 emplois.
Bruno HAAS, Le jeudi 24 octobre 2019

Voilà un article "Comme j'aime"...
;-)
clerion, Le jeudi 24 octobre 2019

Pour faire rouler une voiture 100% électrique, il faut de l'énergie stockée dans une batterie.
Pour avoir suffisamment d'autonomie, il faut beaucoup de batterie, donc beaucoup de poids.
Plus on a de poids, plus il faut de la puissance moteur pour faire avancer le véhicule.
Mais plus il y a de puissance moteur, plus il faut de batterie pour avoir une autonomie suffisante.
D'où l'aberration technique du moteur 100% électrique…
clerion, Le jeudi 24 octobre 2019

Bruno,
Nous sommes bien d'accord et c'est ce que j'ai dit à cet élu.
Mais ce que je voulais dire, c'est qu'ils savent bien ce qu'ils font.
Clérion,
nous sommes ici dans l'erreur majeure au sujet des VE.
Pourquoi voulez-vous tant d'autonomie sur un VE alors que vous ferez le "plein" 2 fois par jour pour faire 35 km/jour à moins de 15 km de chez soi en moyenne France.
;0)
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

Je me suis bien amusé à vos lire...continuez dans la nostalgie et marrons nous !
Je vais hérisser le poil d'un "spécialiste" (il va se reconnaitre) en disant que je regarde sur YouTube un reportage des "spécialistes" de Caradisiac !
Du calme...vous pouvez zapper !
Le dit reportage de Caradisiac (sur YouTub) a mobilisé cinq rédacteurs au volant de cinq VE, et ils ont décidé de faire un WE à Bruxelles...
Je vous dit que certains ont eu du mérite...ils ce sont fait chier avec trois VE complètement obsolètes à sortir des grandes villes et totalement à proscrire d'un achat et à paumer entre 30 et 40000 euros !
Un gars a fait 6 km pour aller acheter un sandwich dans les gravats de la borne de EDF ou elle était installée dans la campagne...heureux qu'il faisait super beau !
Le VE c'est du caca super cher, mais à l'usage de tous les jours, et pas dans la théorie comme nous dit Clerion (même s'il n'a pas totalement tort) !!
Celui qui a gagné les doigts dans le nez c'est bien sur la Tesla 3....qui a bien attendu les autres à Bruxelles, et le conducteur à bien bouffé...mais ce n’était pas nécessaire de s'arrêter en venant de Paris.
Allez dire au grand public qu'ils ont 90% de chances de se gourer dans le choix de leur VE (prix, prises, batterie et puissance, charge, alternatif, continu, prix de la charge arnaque selon les bornes, accès aléatoire, panne de jus assuré des fois, engueulade avec les passagers si ont calcule mal sont parcours...et ont leur fait perdre du temps connement, et attendez les saisons froides !!!).
Cela va être rigolo de demander du stop et rouler diesel....salvateur !
Alain va avoir de beaux jours devant lui !
Qu'il ne manque pas de boire un coup avec les gars de l'EDF qui installent des bornes et des éoliennes pourquoi pas !!!
Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

Jo,

au début des "thermiques" il n'y avait aucune pompe, donc idem VE et c'est un non-problème.
;0)
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

Mais alors pas d’accord, absolument pas d’accord... cela va comme cela de nous prendre pour des gogos à fric ces constructeurs de VE de caca pour seulement la ville... et au fait ils sont où ne serait-ce qu’à Paris ces fameuses bornes... cela dépasse les bornes... et le pognon il faut le sortir!
Si vous me dites que les constructeurs gagnent plein de fric en ne les vendant pas... Bingo !
Vous trouvez votre pognon sous les sabot d’un cheval, tant mieux... mais je suis totalement convaincu que cela chier et même pour certains constructeurs et leur personnel d’abord!
C’est donc un non problème... mais Tesla commence à gagner du pognon... tout en faisant leur boulot concernant les bornes raison de l’existence d’un VE !
Est-ce que les autres concurrents ont fait leur boulot?
Le public dans la plus grande partie du monde va voir en rigolant, le train passer en allant droit dans le mur!
Et putaing que c’est mérité !
Nous pouvons parier... car les VE qu’il faut absolument pas acheter ils sont déjà là et le pire, en train d’être produit en ce moment... Mazda annoncé un VE gros comme un SUV pour les villes qui roule à peine 200 km sans charger!
Vendez tout de suite les actions Mazda!
Nissan est mal barrée, et cela fait peur de voir même des japonais merder autant!
Ils croient qu’il y a assez de cons riches pour les acheter et puis les balancer... Achetez des actions japonaises!
Ce sera un sacré feu d’artifice!
Finalement on croyait que Nissan et Renault allaient ramasser la mise car il sont précurseurs... vendez vos papiers pourris de bourse!
Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

… Toujours pareil, aucune idée en "propre" que de la "relecture" …
Après le discours du "ptit gars" bien content de légitimer la "clairvoyance' de son choix hybride … Cà va on a compris pas la peine d'en faire des pages … Le sujet c'était le poids c'est l'ennemi !

duchene … Retournez donc sur Caradisiac (on est au moins deux à vous y inviter, il m'a bien semblé ...)
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 24 octobre 2019

Si vous pouviez à cette occasion emmener avec vous Trollito et sa Trollota ça nous obligerait.
Merci.
;0))
Luc Os, Le jeudi 24 octobre 2019

@smarter; Lycée Couffignal je suppose.
Cesar THEODORE, Le jeudi 24 octobre 2019

Voilà également deux autres trolls d'une autre espèce qui ne ce rendent pas compte que leur prose infantile agressive ne portera jamais sur moi !
Vous deux là, si vous voulez jouer au jeux des insultes ou mépris (vous êtes à cour d'arguments) vous allez être servis.
Je me suis borné à dire que je ne suis pas d'accord avec vous...point final.
Donc vous êtes lamentables... et votre petit fiel minable sera jugée par ceux qui nous lisent.
Ne perdez pas votre temps, vous perdez votre crédibilité...
Ce site Autoactu n'a pas besoin de chiens de garde...
Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

Pas d'accord ? Mais à propos de quoi au juste ...(?) ...
En tous cas de "notre" côté beaucoup beaucoup moins d' agressivite que celle contenue dans votre commentaire..Mais c'est sans doute irrépressible chez vous
Comme vous l'indiquez "ceux qui nous lisent apprecieront"...
Bonne soirée.... sur Caradisiac ou ailleurs.
ADEAIRIX, Le jeudi 24 octobre 2019

@Cesar Theodore :
Bingo, en section "E", là où on apprend à faire des copeaux. Certains ( bons ) profs. de techno. avaient construit des locomotives à vapeur chez GRAFFENSTADEN au début des années 50....
Smarter, Le jeudi 24 octobre 2019

La suffisance de gens qui ne regardent jamais autour d'eux et ne lisent rien est bien connu, et comme cela ils ont toujours des idées "en propre" et sont toujours originaux.
Quel dommage qu'ils ne soient pas aux manettes d'un grand constructeur automobile.
Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

... bla bla bla hein !
Les manettes d'un grand constructeur vous projetez ou transférez l'ami ...
Quant à ne rien lire ... déjà pour pratiquer un français a peu près convenable c'est un peu nécessaire ...quoique même avec toutes vos lectures ...
Epargnez nous le côté "revue de presse" de vos commentaires ...
Donnez juste votre avis (voire livrez votre réflexion...) sur le sujet comme tout le monde et pis c tout !
Une référence de temps en temps, pourquoi pas, comme tout le monde ...
En gros les pratiques d'un réseau social "pro" ...en tous cas pas trop "mimille" ..
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 24 octobre 2019

J'écris ce que je veux, je dis ce que je veux ici ...et je vous enquiquine !
Vous pouvez zapper...spécialiste de la bienséance...et ce que vous écrivez c'est du bla, bla bla hein .. utile à personne !
Bonne nuit cousin troll !
....

Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

“ Le poids, voilà l'ennemi”
Les constructeurs sont confrontés régulièrement à des choix
stratégiques de coûts de production en fonction de l’évolution des technologies. Un exemple: la BMW i3 commercialisée
en novembre 2011 et préparée depuis 2007.
Pour gagner du poids BMW recourt à un nouveau matériau léger le PFRC ( Plastique Renforcé avec des Fibres de Carbone). très coûteux. Quelques années plus tard l’amélioration de la performance des batteries permettant une plus grande autonomie remet sur la table cette option.
Pour le VE, l’ennemi c’est d’abord l’autonomie pour convertir
les adeptes du thermique.

Jean-Michel CAVRET, Le vendredi 25 octobre 2019

Rien n’est simple au sujet de la masse. Pendant des années comme fournisseur j’ai cherché à proposer des produits innovants pour alléger la masse des véhicules. En face on annonçait s’autoriser à payer plus cher ces solutions permettant l’allégement, un surcoût appelé le « prix du poids ». Autrement dit, le concepteur acceptait de payer une pièce plus chère par kg économisé. Cela remonte à loin, on parlait déjà de 10 F/kg: c’est dire! Eh bien quand le produit était au point, au stade prototypes, prêt à être industrialisé, le décideur finissait toujours par choisir la solution la moins chère du périmètre des coûts de nomenclature. Et on vous disait en aparté: si vous voulez que votre solution allégée ait des chances de passer, il faut non seulement qu’en valeur absolue le prix de référence, à la baisse car retiré d’études mondiales où ce sont les pays à bas coûts qui sont devenus LA référence pour des solutions éprouvées et déjà de longue date « dans la rue », mais vous devez être moins chers pour que les surcoûts de développement de la nouvelle solution soient amortis sur un an par le bénéficiaire constructeur. Après on s’étonne que la masse des véhicules soit en hausse depuis fin des années 90! Ce qui a dicté c’est une augmentation de la marge opérationnelle des Constructeurs pour que la rémunération servie aux actionnaires ne soit pas décalée par rapport à celle d’autres secteurs de l’économie! Tout le reste a pu en réalité rester bien en retrait, un point c’est tout!
Gérard Martin, Le vendredi 25 octobre 2019



Vous devez être identifié pour déposer une réaction.
Identification
E-Mail*
Mot de passe*
Le marché moto en hausse de 5,2% en septembre
Volvo Car France s'associe au Garac pour la formation de ses futurs techniciens



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017