Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 30/01/2019

L'Alliance Renault-Nissan se réunit jeudi et vendredi à Amsterdam

(AFP) - Le directoire de Renault-Nissan BV (RNBV), société qui coordonne les activités de l'alliance automobile franco-japonaise, se réunit jeudi et vendredi au siège de la société à Amsterdam, une semaine après la démission du PDG Carlos Ghosn, a-t-on appris lundi de source proche des constructeurs.

Cette source évoque une "réunion opérationnelle", comme il y en a régulièrement entre les deux partenaires Renault et Nissan, pour prendre des décisions sur des projets communs. La réunion était prévue de longue date, selon la même source, qui n'était pas en mesure de dire si la nomination d'un nouveau président de l'Alliance s'inviterait à l'ordre du jour.
Interrogés par l'AFP, Renault et Nissan n'ont pas souhaité faire de commentaire.
Le constructeur français s'est doté jeudi dernier d'une nouvelle direction, avec le patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, comme président du conseil d'administration, et Thierry Bolloré comme directeur général.
Carlos Ghosn avait quelques heures auparavant décidé de démissionner de ses fonctions de PDG de Renault, étant incarcéré au Japon depuis le 19 novembre et empêché de fait de diriger le constructeur français. Mis en examen pour abus de confiance et autres malversations financières, il ne devrait pas sortir de prison avant son procès prévu dans plusieurs mois.
L'homme d'affaires franco-libano-brésilien avait déjà été déchu de ses mandats de président des conseils d'administration de Nissan et Mitsubishi.
N'ayant plus de mandat chez Renault, M. Ghosn n'est de fait plus le président de RNBV.
La société, basée à Amsterdam, est détenue à parts égales par Renault et Nissan depuis 2002. Selon le document de référence de Renault, elle "coordonne les activités communes à l'échelle mondiale et contribue à l'élaboration de la stratégie et de la planification à moyen et long terme de l'Alliance", construite par Carlos Ghosn depuis le début des années 2000 et propulsée au rang de premier ensemble automobile mondial avec 10,6 millions de véhicules vendus en 2017.
L'affaire a provoqué des tensions entre Renault et Nissan, mais chacun des partenaires a toujours affirmé sa volonté de poursuivre leur coopération jugée cruciale.
L'accord cadre de l'Alliance, appelé "Restated Alliance Master Agreement (RAMA)", prévoit que le directeur général de Renault devienne président de l'Alliance.
Ce principe n'est pas remis en cause par Nissan, selon une source proche du dossier. Il n'est cependant pas clair à ce stade quel candidat Renault va proposer, a-t-elle précisé.
Statutairement, M. Bolloré peut prétendre au poste mais le conseil d'administration de Renault a donné pour mission à M. Senard de piloter l'Alliance avec Nissan et Mitsubishi Motors.
L'Etat français, premier actionnaire du groupe Renault, avec 22% des droits de vote, souhaite en tout cas conserver le pouvoir du constructeur français au sein de la structure, même si "en pratique, les décisions et recommandations émanant de RNBV sont toujours prises par consensus entre les deux actionnaires", selon l'entreprise.
Le directoire est composé de dix membres, cinq désignés par Renault et cinq désignés par Nissan. Le vice-président du directoire est lui choisi par Nissan, il dispose comme le président de quatre voix, les autres membres possédant une voix chacun, et "en cas de partage des voix, le Président a voix prépondérante".
AFP

Partagez cet article :

Réactions

A tous,
Les commentaires sous cet article n'étant pour la plupart pas conformes à nos règles de fonctionnement, ils ont tous été supprimés.
Florence LAGARDE, Le mercredi 30 janvier 2019

Chère Florence,
A mes yeux, rien de pire que la censure. C'est exactement ce que fait la rédaction d'Autoactu.
[la PLUPART des commentaires] se transforme en [ils ont TOUS été supprimés].
C'est inadmissible.
Ne vous étonnez pas à la rédaction que certains commentateurs ne veuillent plus commenter. L'intérêt de ce site en sera sérieusement affecté.
Signé : LIBERTE d'expression !
Bruno HAAS, Le mercredi 30 janvier 2019

Cher Bruno,
Je pense que nous avons démontré notre grande tolérance et notre attachement à la liberté d'expression. Ces derniers temps j'ai fait plusieurs alertes… qui n'ont pas vraiment été prises au sérieux.
Florence LAGARDE, Le mercredi 30 janvier 2019

Chère Florence,
Dont acte, j'en prends note et ne commenterai plus au risque de choquer les âmes sensibles.
Bye for now.
Bruno HAAS, Le mercredi 30 janvier 2019

Cher Monsieur Bruno, en matière automobile nous avons tous trop vécu là dedans...je crois aux "Au revoir " et pas aux "Adieux" !!
La preuve le contenu de l'article ci-dessus est beaucoup plus dramatique et avec de grosses implications que toutes les "réactions" ici pour plus débordantes quelles soient. Désormais je m'adresserait à tout le monde dans mes réactions avec le titre Madame ou Monsieur.
Jo Duchene, Le mercredi 30 janvier 2019

Chiche
alain boise, Le mercredi 30 janvier 2019

Vous pouvez le dire monsieur Alain ...j'avais déjà commencé avant !

Jo Duchene, Le mercredi 30 janvier 2019

Fallait juste en enlever 2...
;0)
Lucos, Le jeudi 31 janvier 2019



Le suédois Koenigsegg rejoint le pôle électrique constitué par le chinois Evergrande
Prime à la conversion : un versement de 137 millions d’euros !



Copyright © 6107 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017