Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 02/09/2019

L’inquiétante évolution de l’emploi dans l’industrie automobile

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire "Distribution & Services Automobiles" du Groupe Essca.

Toyota a annoncé le 28 août qu’elle allait recruter 500 personnes sur son site d’Onnaing. Ces nouvelles recrues viendront porter les effectifs à 4 500 employés et correspondent à l’investissement de 300 millions d’euros annoncé début 2018 pour porter les capacités de production du site à 300 000 véhicules par an. La direction indique que les effectifs sont passés de 2 938 CDI en janvier 2018 à 3 150 aujourd’hui, avec un objectif à 3 600 d’ici fin 2020.
On en déduit que le nombre de CDD et d’intérimaires est de 850 et sera fin 2020 de 900 personnes. A l’inverse sur le site de Mulhouse chez PSA on avait appris en avril la suppression d’environ un millier d’emplois, essentiellement des postes d’intérimaires, d’ici à la fin de l’année 2019, en raison de l’arrêt de la production de la 2008 sur le site qui provoquera mi-octobre l’arrêt de l’équipe de nuit employant 960 personnes.
L’usine PSA de Mulhouse employant 5300 personnes en CDI et 1300 intérimaires. La baisse des effectifs ne devait entraîner aucun licenciement. Même si la baisse d’activité et d’effectifs doit être transitoire puisque, pour Mulhouse aussi, un investissement d’un peu plus de 300 millions est prévu, le recentrage de l’usine sur les "Berline EMP2" moyen-haut de gamme - Sochaux et Rennes s’occupant des "SUV EMP2" - pourrait se traduire à terme par des volumes produits en deçà de ceux réalisés avec la 2008.
En terme d’effectifs, comme l’indiquait L. Bodin dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, "le site comptait en 2012, 8 500 salariés PSA et 12 000 personnes en ajoutant les intérimaires, prestataires". Son effectif fin 2017 n’était plus que de 7138 personnes (dont 5700 CDI, 78 intérimaires en CDI, 10 CDD et 1 350 intérimaires) et avait baissé en 2018 de 400, s’affichant alors à 6700 personnes, dont 1 353 intérimaires. Début 2020, on sera nettement en dessous des 6000.

A Flins, de manière un peu homologue, la Clio 5 s’en va et ne viendra plus – comme la Clio 4 – "charger" le site qui n’assemble plus que la Micra qui se vend très mal et la Zoé qui se vend de mieux en mieux mais n’a représenté que 40 000 unités en 2018 et devrait voir ses ventes tripler pour compenser la perte des Clio et le différentiel entre les ventes européennes espérées de Micra (100 à 130 000 par an) et les ventes réelles (72 600 en 2018, 50 000 environ cette année). Les 4500 salariés sont donc inquiets et ce sont là encore les intérimaires, nombreux, qui vont assurer l’ajustement.

Douai qui assemble les Talisman, Espace et Scenic qui s’étaient vendus à plus de 150 000 exemplaires en 2018 sera passé en fin d’année en dessous des 100 000 étant donnée la mévente des trois modèles. L’intérim ajuste mais la dynamique de l’emploi est clairement à la baisse.

De fait, même si l’on ne dispose pas de statistiques détaillées qui permettent de saisir ce qui se passe exactement dans l’automobile, les données mensuelles de la Dares sur l’emploi intérimaire dans les branches fabriquant des "matériels de transport" indiquent bien cette dynamique : la reprise de l’activité avait depuis le début 2015 amené à des effectifs d’intérimaire passés de 33 000 fin 2014 à 50 000 fin 2017 ; on n’en comptait plus que 45 000 au milieu de cette année et tout laisse accroire que le déclin des effectifs va s’accélérer et venir confirmer une dynamique de long terme hélas bien connue.

En effet, comme le rappelait Les Echos le 26 août, le "cœur" de l’industrie automobile constitué de l’activité des constructeurs et équipementiers correspond aujourd’hui à 210 000 personnes (186 000 hors intérim) contre 330 000 en 2004.
PSA en emploie 47 000 et Renault 31 000. L’industrie équipementière en revendiquait fin 2017 un peu plus de 70 000 (contre 114 000 en 2007). Entre 2004 et 2013, la baisse des effectifs a essentiellement correspondu à la baisse de la production. Depuis 2013, la production est repartie à la hausse puisque, selon le CCFA, la production de VL en France qui n’avait été que de 1,736 million de véhicules a été de 2,226 millions  en 2017. Néanmoins, la productivité s’est améliorée considérablement : les constructeurs n’avaient, malgré leurs plans sociaux, pas ajusté leurs effectifs à la baisse de la production, et la production par personne employée était tombée en 2013 à 13,3 véhicules ; en 2017, elle atteignait 19,9. Les 500 000 voitures produites en plus ont correspondu à une baisse des effectifs de la construction automobile de 18 000 personnes compensée partiellement par l’intérim.

De la même manière, la reprise de la production a assez peu bénéficié à l’emploi dans l’équipement automobile puisque, entre 2013 et 2017, les effectifs ont encore baissé de 6000 personnes alors que le chiffre d’affaire passait de 20 à 26 milliards d’euros : la valeur ajoutée par personne est alors passée de 60 000 à 80 000 euros.
Dès cette année et, a fortiori, dans les années à venir, cette dynamique négative pour l’emploi va être doublement accentuée.

D’abord, comme indiqué la semaine passée, la production va baisser parce que la demande européenne va être moindre d’abord et parce que PSA et Renault ont confirmé leurs choix – inverses de celui de Toyota – de priver les sites français des véhicules du segment B. Le "moyen haut de gamme" ne compensera pas plus cette perte qu’il ne l’a fait ces dernières années et le fait que l’assemblage des véhicules électriques ou hybrides soit majoritairement français peinera à offrir à l’industrie une alternative.

Ensuite, comme tente de l’anticiper la filière à travers la PFA et l’observatoire de la métallurgie, le contenu technologique et- donc – le contenu en emplois et en compétences des véhicules assemblés est en train de changer quantitativement et qualitativement. Quantitativement, tout laisse accroire que comme on le perçoit déjà à travers les conséquences de la dé-diésélisation, le contenu en travail direct et- surtout – indirect des véhicules est plutôt appelé à baisser avec l’électrification. Qualitativement, autonomisation et électrification appellent des compétences dont on peut craindre que, à l’instar de ce qui est en train de se produire pour les batteries Li-ion, elles soient plus présentes hors de France.

On peut aussi espérer que les choix technologiques des constructeurs et la mobilisation de la filière s’organisent enfin autour d’objectifs clairs de ré-industrialisation et de maîtrise nationale des technologies promues.
Bernard Jullien

Partagez cet article :

Réactions

Bien.
Bon ils font quoi les constructeurs si les clients n’en veulent pas du VE,?et la Comission elle fait quoi?comme à Hongkong ?.
Champ de ruines politique....mais c’est pour notre bien...ah bon!
A quoi vont ils s’attaquer après? L’industrie Aeronotique puisque c’est sale de prendre l’avion.
L’industrie de l’armement?puisque ça tue un fusil.
L’industrie Nucléaire ?l’industrie Navale,ça pollue aussi un bateau.
Stop!!!
M Borloo a apporté la preuve qu’avec de la volonté ont peut re dynamiser une région comme dans le Valenciennois avec Toyota et ce qui va autour.
Debout!
alain boise, Le lundi 02 septembre 2019

Aéronautique....ça vole mieux
alain boise, Le lundi 02 septembre 2019

Ouais...mais pas très haut !
;0)
Lucos, Le lundi 02 septembre 2019

… La dernière phrase de la chronique fondé sur l'espoir (ou l'inverse ?) est ASSEZ savoureuse venant de la part d'un honorable universitaire qui n'a pas économisé son encre concernant les plaidoyers en faveur de la dé Diéselisation et à l'instar de l'électrification (du moins c'est ce qu'i me semble) ces dernières années… (?)
Une nouvelle version de "Quand les allumeurs d'incendie s'étonnent de leur "œuvre"" en somme .. . Pôvres !
;0)
ADEAIRIX, Le lundi 02 septembre 2019

"Douai qui assemble les Talisman, Espace et Scenic qui s’étaient vendus à plus de 150 000 exemplaires en 2018 sera passé en fin d’année en dessous des 100 000 étant donnée la mévente des trois modèles. L’intérim ajuste mais la dynamique de l’emploi est clairement à la baisse."

Et dire que dans les années 90, Renault et Matra produisaient de l'ordre de 1000 Scenic/J (à Douai); 350 Espace par jour (à Romo by Matra) et plus de 1000 Laguna par jour (à Sandou) ...
Soit environ 500 000 véh/an au total.

Le marché a évolué vers les SUV, mais Renault s'est entêté à renouveler ses Monospaces et Berlines au lieu d'investir massivement dans les modèles voulus par les clients.
Quel gâchis !

Idem sur Zoé qui était depuis des années leader de son marché en EU, mais qui dés l'arrivée de la TMS3 se fait balayer en 2019 avec autant de Tesla vendues que de Zoé+Leaf en Europe en YTD 2019....

Je vous laisser juger du management et de la gouvernance chez ce constructeur.
Chr$, Le lundi 02 septembre 2019

Pourquoi l'emploi industriel lié à l'automobile a t'il baisé en France ?
Baisse en volume des voitures produites
Externalisation dans les pays à bas coûts des plus forts volumes dans les gammes de véhicule
Productivité car l'emploi coûte cher en France d'où la nécessité de faire des produits plus complexes avec moins de personnes.
Même tendance chez les équipementiers…
Transfert vers les pays à bas coûts (Europe de l'Est, Mahgreb , mais aussi Chine et Inde), augmentation de la productivité.
Et le pire est peut-être à venir avec l'électrifications des véhicules…
;-(
clerion, Le lundi 02 septembre 2019

...baissé en France (mille excuses).
clerion, Le lundi 02 septembre 2019

Mais comment fait Toy ?c’est des Masos,le pays le plus taxé,les rendements minables,des syndicats virulents,des gilets jaunes.....et pourtant qu’il est beau mon pays,ils étaient tous là cet été et les yeux brillants en partant.
Nous avons une Usine Américaine à Brest qui fabrique les meilleurs groupes électrogènes,demandez aux Ricains ce qu’ils pensent de nous?
Debout
alain boise, Le lundi 02 septembre 2019

Mr Julien, une question: Je vous cite

"Quantitativement, tout laisse ACCROIRE que comme on le perçoit déjà à travers les conséquences de la dé-diésélisation, le contenu en travail direct et- surtout – indirect des véhicules est plutôt appelé à baisser avec l’électrification"

J'avoue avoir de nouveau verifier ce que voulais dire le verbe accroire :

definition Larousse :
Faire accroire,
faire croire ce qu'on sait ne pas être vrai, abuser de la crédulité de quelqu'un.
S'en faire, s'en laisser accroire,
se laisser abuser, tromper

Vous croyez donc que les chiffres nous trompent => l'électrique ne donne donnerai pas moins de travail, les chiffres nous abusant....

pouvez vous confirmer ce que vous voulez dire Mr Julien?



G, Le lundi 02 septembre 2019



La cour d’appel de Paris valide à nouveau la résiliation ordinaire d’un concessionnaire Hyundai
L'avocat de Carlos Ghosn s'en prend frontalement au parquet de Tokyo



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017