Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 01/07/2019

La CGT Ford Blanquefort veut croire en une "victoire historique" au tribunal

(AFP) - La CGT Ford Blanquefort, qui mène contre le groupe américain une guérilla juridico-politique et attend cette semaine deux décisions dans des procédures distinctes, espère une "victoire historique" afin d'empêcher la fermeture de l'usine de Gironde et freiner la "machine infernale" des destructions d'emplois.

Alors que Ford vient d'annoncer 12 000 suppressions d'emplois et la fermeture de six usines d'ici à fin 2020, la CGT veut croire que la justice bordelaise a les moyens de mettre des bâtons dans les roues du constructeur automobile américain. 

Mardi, le tribunal de grande instance (TGI) annoncera s'il considère ou non que la fermeture de Blanquefort a été décidée "sans motifs économiques", comme l'affirme la CGT.
Jeudi, c'est la cour d'appel de Bordeaux qui donnera son avis sur une procédure concernant un "engagement" de Ford à maintenir 1 000 emplois pendant cinq ans.
Dans la première procédure, début juin, à l'audience, la CGT a demandé à une chambre civile du TGI de reconnaître qu'il n'existait pas de motifs économiques justifiant un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pour Blanquefort.
Ford avait fait connaître début 2018 sa décision de fermer cette usine de boîtes de vitesse implantée près de Bordeaux depuis 1972. Après de longs mois d'incertitude pour les 872 salariés et le refus par Ford de l'offre du seul repreneur en lice, Punch Powerglide, ce PSE a été validé en mars par l'administration.
Selon l'avocat du syndicat, Me Philippe Brun, il ne s'agit pas d'une cessation d'activité mais d'un "processus de délocalisation (de la production) vers les Etats-Unis d'Amérique".
La CGT a également misé sur une assignation au civil pour mener "une bataille politique", selon Philippe Poutou, représentant du syndicat et ancien candidat du Nouveau parti anticapitaliste à l'élection présidentielle.
A l'audience, l'avocate de Ford, Me Dominique Mendy, avait de son côté soulevé l'incompétence du tribunal au profit de la justice administrative.
"On espère une victoire historique qui ferait jurisprudence. Même si on sait que Ford ferait immédiatement appel, ça leur compliquerait la vie et repousserait les échéances", a affirmé cette semaine Vincent Alauze, délégué syndical CGT.
  
"Mensonge éhonté" -
Le syndicat a par ailleurs demandé au tribunal de Bordeaux de constater que le refus par Ford de l'offre de Punch était un "abus du droit de propriété" et souhaite que la justice désigne Punch comme repreneur.
Le groupe strasbourgeois a toutefois fait clairement savoir qu'il n'était plus intéressé. "La justice pourrait quand même ordonner à Ford de chercher un nouveau repreneur et cette fois pour de vrai, pas comme l'an dernier quand ils ont fait semblant", accuse M. Alauze.
La semaine judiciaire de la CGT se poursuivra jeudi avec un arrêt attendu de la cour d'appel de Bordeaux dans le cadre d'une procédure antérieure à l'annonce de la fermeture de l'usine.
Le constructeur automobile a contesté un jugement au civil de 2017 qui estimait que Ford n'avait pas respecté un "engagement unilatéral" à maintenir 1 000 emplois pendant cinq ans à Blanquefort à compter de 2013 en échange d'aides publiques.
A l'audience d'appel fin mai, l'avocate de Ford, Me Florence Dupont, avait plaidé que ce seuil n'était en fait qu'un "objectif" non contraignant. Un "mensonge éhonté" pour le conseil de la CGT, Me Olivier Meyer.
Active dans les prétoires, la CGT Ford l'est également au sein des instances internationales puisqu'elle a déposé plainte contre l'Etat devant le Conseil de l'Europe et devant l'Organisation internationale du Travail (OIT), pour des entorses supposées aux normes sociales internationales.
"On assiste à une attaque tous azimuts contre les droits sociaux alors nous, on fait pareil : on attaque tous azimuts dès qu'on a un outil (juridique) pour agir", explique Philippe Poutou.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Certains salariés de cette usine passent plus de temps à faire de la politique qu’à travailler...et cela dure depuis des années. Ils ont fini par écœurer l’actionnaire. A se demander comment les salariés non politisés n’ont pas mis dehors les syndicalistes avec un bon coup de pied dans le derrière....pendant ce temps là des confrères plus clairvoyants négociaient des deals avec Renault ou PSA et leurs usines tournent à plein régime! En résumé vive la fermeture de Ford à Blanquefort et bon débarras de ces utopistes néfastes et inutiles!!
LD, Le lundi 01 juillet 2019

Et en plus ça paralyse la justice ....et ça coûte en honoraires,tout ça pour finir comme d’hab
alain boise, Le lundi 01 juillet 2019

Soyons sérieux : Ford veut supprimer 12 000 emplois en Europe.

Les actions des syndicats ne vont avoir qu'un seul effet : celui de renforcer encore un peu l'image catastrophique de l'industrie française....et dissuader les investissements étrangers dans notre pays.
Les délocalisations étaient jusqu'à présent le faits des deux constructeurs PSA et RENAULT, dans le futur ce seront tous les constructeurs automobiles, suivis des sous traitants. Bientôt, il ne sera plus possible de fabriquer une automobile en France : TOYOTA Valencienne et SMART Hambach se posent sérieusement la question.

--- Plus de compétence en conception : tout est parti dans les pays de l'est et bientôt en Chine et Inde. Même PSA/RENAULT fait appel à eux.

--- Plus de sous-traitants installés en France : normal, ils ont déménagé près des usines de leurs clients.

--- Des salaires élevés pour la main d'oeuvre de montage final, avec des syndicats virulents :

Toutes les conditions de réussite sont réunies !

Il faut accélérer la fermeture de Blanquefort pour arrêter de détruire la réputation de notre industrie !

Smarter, Le lundi 01 juillet 2019



Derrière le Club Identicar, des hommes et des femmes
Francis Deprez successeur de Axel Miller à la direction générale de d'Ieteren



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017