Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Marchés - 04/06/2019

La part des véhicules Diesel remonte un peu en mai sur le marché français

La part des véhicules Diesel qui était descendue en avril au niveau historiquement bas de 33% est légèrement remontée au-dessus de 35% en mai.

Il est évidemment trop tôt pour dire si la chute inexorable des motorisations Diesel va marquer le pas et se stabiliser autour de 35%. Le mois de mai montre cependant une inflexion de tendance avec un niveau d'immatriculations Diesel 1 point au-dessus de la moyenne des 5 premiers mois : 35,4% du total (avec 68 723 unités) contre 34,4% au cumul (selon les données Autoways).
En conséquence, la part des véhicules essence a légèrement reculé repassant sous la barre des 60% à 57,8% (112 020 unités) soit de manière symétrique un point en-dessous de la moyenne des 5 premiers mois.

Par marque, la part des Diesel est nettement remonté pour Renault (42,5% en mai, contre 39,5% au cumul) alors qu’elle est restée au même niveau chez Peugeot (37,6% sur le mois, 38% au cumul).
La part des motorisations Diesel progresse aussi chez Citroën où elle est cependant nettement plus basse que chez ses deux concurrents (34,7% en mai, 30,9% au cumul).

Le trio des marques premium allemandes dont les taux de dieselisation sont assez différents enregistre également une progression de leurs ventes de Diesel. Chez Mercedes, la part des Diesel en mai monte à 73,3% (71,7% au cumul), elle est à 67,7% chez BMW (61,8% au cumul) et 41% chez Audi (39% au cumul).
En revanche, la part des véhicules Diesel est pour Volkswagen en mai en dessous (40,8%) de ce qu’elle est au cumul (44%).

Alors que les discussions à l’Assemblée nationale vont aborder cette semaine la nécessité d’accroître la part des véhicules électriques dans le parc, il n’y pas toujours pas de réel décollage du marché. En mai, la part des véhicules électrique est inférieure à 1,5% du total des immatriculations (1,41% exactement) en dessous du cumul des 5 premiers mois.
La Renault Zoé reste largement leader de ce segment avec 48,7% des immatriculations (1 330 unités), tandis que la nouvelle Nissan Leaf ne parvient pas à convaincre avec seulement 6,3% de ce segment en mai (10% au cumul).
La BMW i3 fait pratiquement jeu égal avec la Leaf avec 160 immatriculations sur le mois (5,9% de de PDM en mai, 6% au cumul).
La Tesla Model 3 est toujours le deuxième modèle sur ce segment (321 immatriculations) avec 11,7% de PDM.

En revanche, la stratégie produits de Toyota et sa croissance sur le marché français expliquent la progression continue des hybrides non rechargeables qui se rapprochent des 5% de part de marché (4,6% en mai, 4,3% au cumul). En mai, Toyota fait 63% de parts de marché sur ce segment et cette motorisation représente 63% de ses immatriculations (61% au cumul). Dans sa gamme, il n’y a plus que les Aygo et Yaris à être proposées avec des motorisations essence (il n’y a déjà plus de Diesel) et les Auris, CHR, Corrola et Rav4 sont uniquement en versions hybrides.
Les autres principaux acteurs de ce segment sont Audi avec (6,6% de ce segment), Lexus dont la gamme ne compte que des modèles hybrides (6,4% du segment), Suzuki (6,4%), Kia (4%), Hyundai (3,8%).

Le segment hybride rechargeable reste au même niveau à 0,7% du marché avec Volvo et Mitsubishi comme leaders.
Florence Lagarde et Farida Sacha

 

Récapitulatif des immatriculations VP neufs par énergie en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Diesel par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Essence par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Electrique par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs GNV par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs GPL par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Hybride non Rechargeable par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Hybride Rechargeable par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Hydrogène  par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Immatriculations VP neufs Superéthanol par marque en France mai 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Les hit-parades VP neufs pour chaque catégorie d'énergie mai et au cumul 4 mois 2019 sont disponibles pour les adhérents du Club Autoactu.com dans notre base de données.

Partagez cet article :

Réactions

Les clients de la campagne qui ont vu leur budget carburant passer à + 50% en essence n'ont qu'un problème aujourd'hui : qui vend encore du petit Diesel ?
;0)
Lucos, Le mardi 04 juin 2019

Du petit diesel en neuf ? ... Pas grand monde.
Compte tenu du surcout de dépollution (qui va encore grandir) et d'entretien d'un diesel, à moins de faire beaucoup (mais vraiment beaucoup) de route, le diesel ne vaut pas le coup.
Et les gros rouleurs n'achètent pas de segment A ou B.
Je ne suis pas anti diesel, bien au contraire, mais il faut reconnaitre que faire tourner une Twingo au diesel pour faire moins de 50km par jour, même si la conso est moindre, n'est pas rentable et est une hérésie (autant que d'acheter une électrique avec beaucoup de batterie pour pouvoir partir en vacance d'ailleurs).
Même si cela ne me plait pas, on va de plus en plus vers de l'usage : petite voiture électrique (voire voiturette) pour rouler en ville, hybride pour les campagnes / périurbains et encore un peu de full thermique (tant qu'on les autorisent à rouler) pour les gros rouleurs. Le problème est qu'on ne peut pas (à moins d'avoir une paye de député Européen) avoir une voiture pour chaque usage, à moins de louer le service : en ville cela marchera, au fond du Larzac, c'est moins sûr.
La seule motorisation qui pour le moment alliera la baisse du CO² avec la même facilité d'emploi que le thermique est pour l'instant l'hydrogène. Mais il va falloir attendre encore une vingtaine d'années avant d'atteindre des prix "affordable" et un vrai réseau de distribution.
Frederic, Le mardi 04 juin 2019

"Les clients de la campagne qui ont vu leur budget carburant passer..."
Mais de quels clients ou de quelle campagne parlez-vous ?
Les clients de la campagne qui cherchent un petit véhicule économe en carburant n'ont tout simplement pas les moyens d'acheter un véhicule neuf; encore moins si il s'agit d'un second véhicule.

Encore une bonne vision Parisienne de la France.
Grumly Ours, Le mardi 04 juin 2019

Le Diesel et la cigarette papier Maïs sont les deux mamelles du rural en gilet jaune.
Le marché ne ment pas et les clients savent compter,d’autant plus que les essences tombent en panne aussi.
Le Diesel meilleur ami de la planète ?
alain boise, Le mardi 04 juin 2019

Grumly,
évitez SVP les conclusions hâtives qui vous desservent, je vis à la campagne dans un lieu dit de 5 habitants, 5 chèvres, 1 cheval, 3 ânes et 3 chats, dans une commune de 99 habitants à 120 km de Paris.
Etant de la bagnole je suis sollicité comme jamais par ma famille, mes amis, voisins et connaissances locales pour savoir où il reste des Diesel dans le segment B principalement.
La vision des parisiens riches qui est achètent du neuf et des bouseux pauvres qui achètent des Vieux VO est elle effectivement une bonne vision parisienne de la France…
;0)
Lucos, Le mardi 04 juin 2019

Les petits diesel (1.5/1.6L) sont encore produits en grande quantité même si leur volumes est probablement à la moitié de leur pic historique.
Ils n'est prévu leur disparition qu'à partir de l'arrivée de la norme Euro 7 c'est à dire vers 2023.

En attendant on peut encore profiter des diesels...

Le PSA DV5R par exemple est vraiment très bon associé à une EAT8 d'Aisin ;-)

Aussi est-il raisonnable de se poser des questions sérieuses sur la durabilité des petits essences Turbo à injection directe et haute pression de combustion.... quid du phénomène bien connu de l'encrassement des soupapes d'admission ?
Chr$, Le mardi 04 juin 2019

…. Qui vend encore du petit Diesel ? Oui qui (pédia) ?

Dans le segment A … ils sont effectivement passés à la trappe peu à peu, il y a quelques années … Pas de 70 ch DCI sur la Twingo 3 ….qui existait sur Twingo 2 ...De même sur le couple C1/108 plus de 70 ch HDI sans même parler de la cousine AYGO … Les normes ou la rationalisation des gammes sont passées par là, quand çà n'est pas la volonté du grand timonier déchu ...

Résultat ...Désormais le ticket d'entrée se situe sur le segment B … Comme c'est écrit plus haut on trouve encore (pour prendre les best sellers du marché) des 90/100 ch HDI sur le couple C3/208 et des 90 ch DCI chez Renault/Dacia sur le binôme Clio/Sandero …

… J'imagine que le marché des "retours de flottes" des véhicules de ce type doit être plus que florissant en VO, notamment pour alimenter les points de vente proche des "campagnes".... Au demeurant des véhicules du segment B bien plus polyvalents que leurs homologues du segment A pour d'évidentes raisons ...
;0)
Au passage, le thème (le "ptit" véhicule Diesel de 70/75 ch) abordé régulièrement par Lucos permet de s'interroger sur "l'hérésie commerciale" que constituerait l'offre d'une Kwid restructurée pour l'Europe …
Certes elle est motorisée en essence et prochainement en élec (certes pour la Chine) … et il n'y a pas de développement de prévu avec une version DCI … Pour le Maroc et plusse … ?
;0)
ADEAIRIX , Le mardi 04 juin 2019

Incohérence française : pour le neuf, on privilégie le diesel en malus écolo car il est moins générateur de CO2 que l'essence, mais on lui retire les droits de circulation en ville avec le Critair'1 réservé aux essences récents et GPL…
Comment ne pas être déboussolé sur le type de motorisation à choisir quand on a plus de 80km à faire par jour pour se rendre à son travail ?
Un point à prendre en compte également sur le diesel, c'est la consommation d'Add Blue qui est loin d'être négligeable et qui est une nouvelle contrainte pour l'utilisateur...
clerion, Le mardi 04 juin 2019

@Lucos
Au début j'ai cru que vous étiez en Corse :p
Il y a effectivement province et province, moi je n'ai aucun membre de ma famille, qu'il soit actif ou bien à la retraite, de 25ans à plus de 70 ans qui ait aujourd'hui les moyens d'acheter un véhicule neuf.

Désolé de ma vision parisienne de provincial hein :)

Et je ne vous parle pas de ceux qui vive dans une ferme dont les véhicules sont du siècle dernier; je serai accusé de caricature ;)

donc on peut revenir sur le sujet de l'auter jour sur l'âge moyen des acheteurs de voitures mais de mon côté ce que je constate c'est que la 406 a été remplacée par une 306 elle même remplacée par une C3.

Le prix d'un VN est aujourd'hui simplement indécent, plus encore que sa décote ou que son coût d'entretien.. Rouler en VN (aute que du low cost) est déjà un luxe en soit, donc chercher un VN diesel ....
Grumly Ours, Le mercredi 05 juin 2019



articles connexes

Les gains d'émissions de CO2 en cycle de vie des véhicules électriques selon RTE
En mai, Peugeot a renforcé son avance sur le canal des particuliers



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017