Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 11/06/2018

La question des valeurs résiduelles des véhicules Diesel : que nous apprend le cas anglais ?

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca.

Face à une évolution assez défavorable de leur marché du véhicule neuf qui est en repli de 6,8 points sur les 5 premiers mois de 2018, une des hypothèses évoquées est que les difficultés que rencontrent les propriétaires de véhicules à revendre leur automobile les inciteraient à les garder.

Dans la mesure où les offres de loyers sur les véhicules neufs seraient moins alléchantes en raison des craintes que nourriraient les captives et organismes de financement sur les valeurs résiduelles, le phénomène s’amplifierait (1).
Développant un point de vue un peu différent, certains soulignent que le niveau très élevé des immatriculations au Royaume-Uni ces dernières années a été alimenté par le recours massif aux fameux PCPs (pour "personal contract plans" ou "personal contract purchases" (2)) qui permettaient d’accéder à un véhicule neuf pour des mensualités plus faibles que celles qu’aurait représenté un crédit sur un véhicule d’occasion.
On aurait ainsi vu gonfler une "bulle" constituée en large partie de véhicules Diesel qui peinent à trouver preneur sur le marché de l’occasion depuis deux ans et obligent les organismes financiers à se montrer prudents (3).

On aurait ainsi affaire à des clients qui souhaiteraient continuer à se voir proposer des PCPs pour ne pas endosser le risque sur les valeurs résiduelles mais auraient du mal à en trouver de satisfaisants :
1) parce que la valeur du véhicule qu’ils ramènent en concession valent moins que ce qui était prévu et les privent du montant qui leur aurait permis de baisser leur mensualité et/ou de grimper en gamme ;
2) parce que les organismes de financement seraient très prudents dans l’estimation des valeurs résiduelles et seraient conduits pour cette raison à majorer les mensualités qu’ils proposent.
Cette attitude se retrouverait dans les entreprises et gestionnaires de flottes qui réviseraient leurs manières de constituer leurs parcs pour se prémunir contre un risque sur les valeurs résiduelles considéré comme croissant sur le Diesel en particulier (4). Il en résulterait un déclin accéléré du Diesel.

Même si on peut, en approfondissant ses recherches, trouver un certain nombre d’indices, on est obligé d’utiliser le conditionnel car ces conjectures ou raisonnements au demeurant fort logiques peinent à s’adosser à des chiffres incontestables.
Ceux-ci ne peuvent venir que des professionnels et tous savent que leurs déclarations dans un sens ou un autre risquent d’influencer le marché. En 1948, le sociologue américain Robert King Merton qualifiait ce genre de configuration en parlant des "prophéties auto-réalisatrices". Il qualifie le phénomène ainsi : "C’est, au début, une définition fausse de la situation qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie." (5).
En l’espèce, si tout le monde pense que les valeurs résiduelles des véhicules Diesel baissent autant que la part des ventes de Diesel dans les immatriculations alors – même si la baisse n’était pas jusqu’alors avérée - les valeurs vont baisser parce que les détenteurs de ces véhicules vont s’empresser de les vendre avant que la poursuite de la baisse n’ait annihilé la valeur de leur actif et que les acheteurs potentiels de ces véhicules seront persuadés qu’il vaut mieux attendre que la baisse se poursuive.
Pour ces raisons, même si ils la constatent ou la craignent, les professionnels vont contester la réalité de cette baisse et crier le plus fort possible que la dite baisse n’existe pas pour qu’elle n’ait pas lieu.

Ainsi, dans le cas anglais, on peut se référer au magazine Motortrader (6). On y trouve le 21 mai un article intitulé : "Aucune espèce de crash sur la valeur des berlines Diesel du segment C". On y concède que les véhicules essence sont à la hausse et les véhicules Diesel à la baisse mais l’on s’empresse d’indiquer que la baisse sur les secondes n’est pas vérifiée pour tous les modèles et reste modérée.
Pourtant, au Royaume-Uni, les véhicules essence étaient déjà plutôt plus demandés sur le marché de l’occasion que les véhicules Diesel car les acheteurs sur le marché des véhicules de 3 ans 90 000 kms examinés sont des particuliers roulant peu alors que les vendeurs sont des flottes dont les véhicules font 30 000 kms par an.
Dès lors que, à la pompe, le Diesel vaut plus cher que l’essence, les écarts de préférence entre les deux types de clientèle impliquait une forte valorisation des véhicules essence que l’on ne constatait ni en Allemagne ni – a fortiori – en France : selon Autovista, les valeurs résiduelles des Diesel au Royaume-Uni étaient en pleine « folie Diesel » (en janvier 2015) à peine 2% plus élevées que celles des essence (7).
La correction a été rapide et se poursuit. Par exemple, dans le cas de la Golf : les modèles essence conservent à 3 ans 50,6% de leur valeur neuve et les Diesel 42,6% ; la valeur résiduelle des essence a progressé en 2 ans de 3,9 points et celle des Diesel a baissé de 1,8 point. L’écart croît fortement et cela ne peut qu’inciter les entreprises, les loueurs et les gestionnaires de flotte à amplifier la dédiésélisation.

Alors, Motortrader allume des contrefeux. On trouve ainsi quelques jours plus tard un article sur les modèles Diesel qui restent le moins longtemps en stock pour indiquer combien la demande est encore dynamique (8), un autre qui indique que les ventes aux enchères de véhicules Diesel se tiennent bien  (9) et un troisième qui indique que les vieux Diesel anglais se vendent bien en Irlande (10). Il y a là, dans la politique éditoriale de cette émanation des professionnels de l’aval, un peu de méthode Coué.
On peut le comprendre et le défendre puisqu’il s’agit de contrer une désaffection pour le Diesel sur le marché de l’occasion qui aurait quelque chose d’irrationnel.

Il n’en reste pas moins que le phénomène existe bien, au Royaume-Uni comme ailleurs en Europe mais au Royaume-Uni plus qu’ailleurs en Europe  et ce pour au moins deux raisons :
- la diésélisation a été au Royaume-Uni un phénomène récent qui a été tiré par les entreprises et les PCPs et qui génère dès lors une abondance de véhicules à vendre qui sont d’autant moins facile à écouler que les alternatives en essence qui n’existent pas en France sont présentes ;
- les anglais conduisent « du mauvais côté » et leur faculté à se débarrasser des véhicules Diesel surnuméraires à l’exportation est limitée.

Ce sont là des conditions singulières que nous ne retrouvons pas en France ou en Allemagne mais quatre points ont une valeur plus générale :
 1/ les PCPs anglais comme nos LLD et LOA ont tiré les marchés européens vers le haut quantitativement et qualitativement vers le haut et les doutes sur les VR rendent la pérennité de cette tendance incertaine ;
 2/ les marchés de l’occasion ont à gérer le passage de primo-détenteurs qui sont souvent des professionnels à des acheteurs de seconde main qui sont des ménages et l’ampleur du décalage entre les préférences des uns et des autres peut poser d’importants problèmes que le cas anglais révèle et qui peuvent exister sous d’autres formes sur d’autres marchés ;
 3/ les informations à ces sujet sont rares et sensibles et/ou rares parce que sensibles au phénomène des prophéties auto-réalisatrices ;
 4/ les flux internationaux en Europe continentale peuvent limiter ce phénomène pour les pays qui comme l’Allemagne sont les plus exposés à la désaffection pour le Diesel ; ils risquent en retour de les accentuer en France, en Italie ou en Espagne.

La conférence Autoactu de mercredi sera l’occasion de tenter d’y voir plus clair.
Bernard Jullien

(1) https://www.independent.co.uk/money/spend-save/new-car-buy-consumers-finance-on-credit-diesel-registrations-drop-income-a8246106.html
(2) https://www.thecarexpert.co.uk/pcp-car-finance-media-confusion/
(3) https://www.ft.com/content/8bd9da60-0a5d-11e7-ac5a-903b21361b43
(4) https://www.fleetnews.co.uk/fleet-management/about-funding/40/almost-one-in-four-fleets-intend-to-change-vehicle-funding-methods
(5) http://www.viversum.fr/online-magazine/prophetie-autorealisatrice
(6) https://www.motortrader.com/blogs/guest-blog/medium-diesel-values-will-not-suffer-kind-crash-21-05-2018
(7) https://www.autovistagroup.com/news-and-insights/insight-eroding-residual-value-advantage-diesel-cars-eu5
(8) https://www.motortrader.com/motor-trader-news/automotive-news/diesel-tops-list-uks-fastest-selling-used-vehicle-fuel-type-25-05-2018
(9) https://www.motortrader.com/motor-trader-news/automotive-news/diesel-cars-performing-wholesale-market-24-05-2018
(10) https://www.motortrader.com/motor-trader-news/automotive-news/uk-older-diesel-cars-find-ready-market-ireland-02-05-2018
(11) https://www.autovistagroup.com/news-and-insights/insight-eroding-residual-value-advantage-diesel-cars-eu5

Partagez cet article :

Réactions

Conclusion qui n'est valable que pour mon cas personne et pour vingt millions d'autres dans le monde....qu'est-ce que je suis content d'avoir raison depuis vingt ans et de choisir seulement les hybrides...de Toyota...car peu de consommation, pas de pannes, pas de frais pour vices de fabrication, pléthore d'équipements, et revente facile dans la semaine, et même avec 100000 km au compteur...
Comme beaucoup de pays et même au Canada que des Prius+ partout en taxi dans toutes les villes...et j'ai toujours su que les anglais se font niquer plus que nous, ne serait-ce que le volant á droite!
Bravo Professeur pour l'excellence du raisonnement et la démonstration, comme toujours.
Jo Duchene, Le lundi 11 juin 2018

Je suis plutot TRES d accord avec JO.......il va y avoir des depots de bilan retantissants dans les annees a venir avec des parcs vehicules d occasions bien pourris a vendre!

je plains les chefs de vente VO qui vont encore morfler....Dura lex sed lex!
pierre dieuze, Le lundi 11 juin 2018

Je vois que le "mimille autosatisfait" est de retour …
Cà se passe de commentaire !

Une petite précision quand même suite à une interpellation du précité, restée sans réponse de ma part parce qu'un moment :
"y faut savoir s'arrêter"

Je n'ai évidemment RIEN contre les C-hr ou les TESLA (x y ou z) …Mais vraiment RIEN … Chaque choix à sa logique et je reconnais sans peine que le choix d'un C-hr (même si cà n'est pas une citadine) pour un usage urbain se justifie au même titre que la plupart des véhicules hybrides rechargeables ou pas …
Surtout lorsque l'on veut éviter la "multimotorisation" pour différentes raisons car pour la ville, il y a la Yaris tout de même …
Pour la boîte à bretelles c'est différent mais il n'y a pas pléthore sur le marché des hybrides de moyenne gamme, aujourd'hui pour être totalement exhaustif …

Quant à la TESLA S ou X (en LLD ou pas) inutile de revenir sur l'intérêt de ce modèle … Après comme le souligne le "mimille" quand elle dépasse les ventes de classe S on sent bien (même pas confusément) que çà n'est pas à la portée de tous les "budgets" …
(je me souviens de la démonstration sur le loyer mensuel, inutile d'y revenir là aussi…) !

En revanche, nous "fader" les mêmes "coupelets autosatisfaits" toujours de même provenance quel que soit le sujet de l'article,
c'est plus "embarrassant"... !
Elle est où la hauteur de vue, l'agilité "intellectuelle" et la compréhension du Monnnnde là dedans … ?
il est vrai que c'est surtout le conducteur de C-achères qui nous gratifie de ces carnets de route "caradisiaques" …

Quant à l'exercice qui le conduit à interpeller dans ces colonnes le top management des constructeurs automobiles tricolores sur des choix qui n'ont pas été faits il y a une vingtaine d'années, le cas échéant, "on" mesure toute la vacuité et la faiblesse d'une telle entreprise … Les pôvres c'est qu'ils doivent avoir "bobo" à force … !

Au demeurant, "raconter après" c'est toujours plus simple surtout quand "on" oublie ou feint d'oublier les tempêtes traversées par au moins l'un de nos constructeurs et le manque de cash chronique …
"On" oublie également, qu'il y eût les "hybrides Diesel" et le concept était loin d'être aussi sot que le mimille l'affirme avec une belle tenacité …Nonobstant les coûts de production qui se retrouvent forcément dans le prix de vente peu ou prou …

Donc, je le répète rien contre le C-achères ou la Tesla (bien au contraire).

En lien avec l'article… J'ai cru comprendre que s'agissant des flottes automobiles dans notre vieux pays , la dé Dieselisation avait effectivement commencée mais était loin d'équivaloir celle constatée chez la clientèle des particuliers pour de multiples raisons …
A suivre avec l'avènement de la "WLTP".

Sinon Peugeot présentait la semaine dernière la version SW de la 508 ii … C'était bien aussi

ADEAIRIX, Le lundi 11 juin 2018

Les véhicules hybrides ont quelques usages où ils sont effectivement justifiés...mais au prix d'un moteur asthmatique ( cycle ATKINSON ) et une boite CVT qui fait fuir la plupart des conducteurs sachant conduire et qui ont une petite sensibilité musicale.

Pour le reste, attendons le retour en force des moteurs Diesel. La polémique actuelle n'est justifiée que par la présence de vieux moteurs de plus de dix ans car les actuels ne polluent plus. N'en déplaise aux écolos de tous poils.

Par contre attention aux moteurs essence de moins de 1.5 litre, ce sont eux qui vont inonder le marché dans deux ans. plus personne ne voudra des 3 cylindres au bruit très bourdonnant, usés par la charge d'un turbo et les sollicitations nécessaires en usage régulier.

Mon Diesel est au ralenti sur autoroute à 130 km/h.....Et je ne fais que très rarement des trajets urbains.
CR-Expert, Le lundi 11 juin 2018

pourquoi un 3 cyl au bruit de Ferrari s'userait-il plus vite qu'un 4 cylindre ??
;0)
Lucos, Le lundi 11 juin 2018

De manière prétentieuse je vais faire madame Soleil et un message de troisième degré pour mimile Adeairix...pour qu'il le sache ce que va être l'avenir.... Car l'avenir des futures voitures est incompatible avec le manque de fiabilité des voitures européennes actuelles... Et le continent américain et canadien à horreur et l'automobiliste client aussi d'être en panne!
Ceci empêche le business.... Et tant que l'Europe fabriquera de la merde "positivly"...cette Europe n'á aucune chance et jouera toujours dans la cour des petits...
Ce n'est pas la peine que le sieur Adeairix fasse manœuvre de diversion en parlant d'autre chose... et je l'ai déjá dit de multiples fois... Seul le gros diesel á une chance et les finlandais ont le bon carburant diesel!
Lucos fait le malin mais il connais la réponse....et c'est vrai qu'on peut usiner un bloc au micron près... Mais les allemands ont abandonné les injecteurs pompes, "pain in the ass"pour le client et mauvaise image de marque exactement comme Mercedes qui a arrêté la folie de l'électronique à tout va!
Il peut toujours essayer de me donner des leçons de gestion de production le malin Ade.
L'Europe de l'auto est pleine de prétentieux ignares qui se la pétent...mais n'apprennent rien et ne changent pas de méthode et toujours le mépris de client final.
Jo Duchene, Le lundi 11 juin 2018

Finalement que CR-Expert le sachevqu’il y il a beaucoup plus de boites CVT chez les constructeurs qu’il croit...et même chez les allemands!
Jo Duchene, Le lundi 11 juin 2018

Pour celui qui traverse la vie sans regarder autour de lui et ne cherche pas à savoir pourquoi les gens agissent et ont des comprtements différents du notre et ceci sur d’autres continents ne serait-ce que pas mourir idiot...
Qu’ils sachent que j’ai regretté de ne pas avoir eu une Tesla dans les grandes plaines de la province d’Alberta ou il y a des centaines de km de ligne droite ou presque et tous roulent entre 60/80/100 km maximum et cela n’épuise pas vite les batteries d’une Tesla...et au vu des milliers de bornes aux US et Canada...aucun souci...parole de conducteurs de Tesla sur mon chemin qui utilisent tous l’Autopilot dans ces conditions...et j’ai des doutes sur la voiture autonome, mais bien utilisée cela peut être une aide utile.
Recevoir des leçons cela défrise beaucoup d’entre vous...tant pis!!
Jo Duchene, Le lundi 11 juin 2018

Pour ceux qui aiment les histoires de cow boys et indiens, l’indien c’est toi sur la route et le shérif est est toujours en hauteur dur l’entrée de la ville et gare à l’indien qui ne ralenti pas à 50km/h (c’est en km au Canada) car l’ammende peu être très salée et pas moins de 500 dollars.
Le parking est offert pour 2 heures dans les parcs à glaciers mais tout resquillieur pay 200 dollars d’amende pour tout dépassement. Amende de 3000 dollars pour poubelles jetées par la fenêtre du char sur l’autoroute et il y a des balances pour te dénoncer illico!!! Foutre le feu à la forêt peu aller jusqu’à un million de dollars d’amende (par distraction ou malveillance) ou alors 25 ans de prison au choix!
Nous sommes des sauvages en Europe qu’on ne puni pas comme il faut...
Jo Duchene, Le lundi 11 juin 2018



Carlos Ghosn et Carlos Tavares unis pour "la survie" de la filière automobile en France
Aftermarket : "Access to data is access to business"



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017