Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 02/10/2018

La vision des défis et opportunités de la mobilité avec Aschenbroich, Mallet, Kocher et Hidalgo

La table-ronde organisée ce 1er octobre dans le cadre de l'après-midi "Tomorrow in Motion", premier événement majeur de Mondial.Tech traitait des défis et opportunités de la mobilité durable. Répondant aux questions de notre consœur Ania Nussbaum (Bloomberg), les patron(ne)s d'Engie, de Valeo et de Transdev ont donné leurs visions de la mobilité et de la ville de demain. A l'exercice d'anticipation s'ajoutait le point de vue politique, avec la présence d'Anne Hidalgo, maire de Paris.

Selon Thierry Mallet, PDG de Transdev, la frontière entre transports publics et privés est devenue perméable. "Pour parler de voiture propre, il faut passer du modèle individuel à un modèle partagé", affirme-t-il. Ce à quoi Jacques Aschenbroich, son alter-ego de Valeo, oppose que le consommateur choisira in fine entre véhicules partagés et individuels, rappelant que les kilomètres parcourus en autopartage étaient aujourd'hui infinitésimaux. Et d'ajouter : "C'est à travers la mobilité digitale que l'on convaincra les usagers de passer au véhicule partagé." Il juge par ailleurs que le véhicule autonome ne sera réalité sur les routes qu'à travers un véhicule électrique et partagé, quand les économies d'échelle seront possibles.

Isabelle Kocher estime pour sa part qu'il n'y a pas de solution unique. "Nous sommes dans une société du à la demande", avance la présidente directrice générale d'Engie. Elle croit plus en l'hydrogène - qu'elle utilise pour ses déplacements -, notamment pour les trajets longs et le transport de marchandises. Voire, comme avec le projet Fébus à Pau, pour des bus qui seront alimentés en "hydrogène vert", c'est-à-dire produit par l'électrolyse de l'eau. Concernant l'électromobilité, la question pour l'énergéticien qu'est Engie sera surtout de gérer de façon coordonnée et harmonieuse les infrastructures, le réseau et les données. Bien que le smart grid soit prometteur, Isabelle Kocher avance un chiffre éloquent : si la pénétration des véhicules électriques atteignait 20 %, les limites des infrastructures telles qu'elles existent aujourd'hui seraient atteintes.

Anne Hidalgo voit d'un bon œil que les constructeurs automobile évoluent vers le rôle de fournisseurs de mobilité, dimension dans laquelle ils collaborent avec l'édile parisienne pour remplacer la place laissée vacante par Autolib (Moov'in.Paris by Renault et Free2Move de PSA, entre autres). "Il faut intégrer les constructeurs, les urbanistes et les citoyens", synthétise la maire de Paris.

Repenser la ville
Selon Thierry Mallet, les cités modernes ont été taillées pour la circulation automobile et doivent être repensées. "Il existe un véritable enjeu de régulation de l'espace urbain : à New-York, les VTC ont augmenté la saturation du trafic en s'ajoutant aux taxis", prend-il pour exemple. Isabelle Kocher lui emboîte le pas : "Il y a une formidable opportunité pour réinventer la mobilité, dont les besoins vont quadrupler à l'horizon 2030." Pour Jacques Aschenbroich, c'est la Chine dont il faut s'inspirer : "Ils ont une vision extraordinairement coordonnée sur les infrastructures (routes et IRVE*) pour développer le véhicule électrique."
Ce à quoi la maire de Paris a répondu par un inventaire des expérimentations en cours ou à venir dans la capitale, des navettes autonomes reliant le Fort de Vincennes au théâtre de la Cartoucherie aux SeaBubbles, les "voitures volant sur l'eau" chères à Alain Thébault et Anders Brigdal, qui auront peut-être un jour le rôle de taxi sur la Seine.

Quelle mobilité en 2030 ?
Ania Nussbaum a proposé à ses prestigieux interlocuteurs d'imaginer les déplacements à la fin de la prochaine décade. Simple, multimodale, accessible, respectueuse et qui (re)donnera du temps, ainsi seront la ville et la mobilité de demain pour le patron de Transdev. Du temps, il en faut pour reconstituer une ville, pointe Jacques Aschenbroich, des dizaines d'années ! En plus de la simplicité, le patron de Valeo parie sur une ville qui saura offrir à ses habitants une mobilité fluide et servicielle (le fameux concept MaaS, Mobility as a Service). "Il y a la technologie et il y a les comportements, ajoute Isabelle Kocher, prenant pour exemple les jeunes générations qui délaissent la possession pour l'usage. Citant les objectifs du C40, l'association réunissant 90 métropoles mondiales sur les questions environnementales, Anne Hidalgo donne pour objectif à la ville d'être accessible et respirable, mais aussi de permettre, sans crainte, "de lâcher la main de ses enfants". Un slogan de campagne municipale ?
Ali Hammami
* : Infrastructures de Recharge pour Véhicule Electrique

Partagez cet article :

Réactions

La présidente-directrice-générale (!) nous bourre le crâne avec des déclarations comme celle-ci "pour des bus qui seront alimentés en "hydrogène vert", c'est-à-dire produit par l'électrolyse de l'eau".
Mais non d'un chien d'où vient toute l'électricité pour cette électrolyse ?
Dieu sait si je suis un défenseur de TOUTES les énergies, y compris l'H2 évidemment, mais il ne faut pas nous bourrer le mou avec de "l'hydrogène vert". La quantité d'électricité pour "fabriquer" l'H2 est très élevée et si cette électricité était directement consommée pour faire avancer une bagnole on gagnerait en rendement énergétique pur, le fameux gramme/cheval/heure de la conso spécifique qui mesure la quantité d'énergie, quelle qu'elle soit, pour produire une puissance donnée, pendant un laps de temps donné.
Bruno HAAS, Le mardi 02 octobre 2018

By "ze" way …. Veolia pour se désendetter notamment … est en train de céder ses billes dans TRANSDEV à un groupe Allemand Rethmann qui convoite, notamment, les marchés signés par le transporteur public en Allemagne …On en parle assez peu … ?

Concernant Madame la présidente-directrice-générale ..., Outre les "turbulences" de la gouvernance d'Engie où elle doit avoir fort à faire, elle doit défendre le volet "énergie verte" dont Engie s'est fait le chantre sous l'impulsion de Gérard MESTRALLET … Il doit y avoir des arrière-pensées pour le prochain poste, aussi … Si j'osai la comparaison "une future Anne Marie Idrac" (qui manquait sur la Tribune d'ailleurs…) de "l'énergie verte" et de l'électro mobilité (?) …

Sinon une impression … Tout ce petit monde "clapote" chacun défendant son pré carré GENRE dans les milieux autorisés "on" s'autorise à penser … Faut bien tenter de faire de la prospective (comme à l"époque du "plan calcul") il est vrai !





ADEAIRIX , Le mardi 02 octobre 2018

Ah les gars je suis admiratif, vous êtes quand même les plus malins du site, car nous voyons bien que vous êtes au courant de toutes les basses politiques, combines,turpitudes, vous voyez venir tous les malins, margoulins, menteurs et affairistes...mais, mais on ne vous entends qu'une fois par an, et encore !
Il ne faut pas s’énerver tout le temps, ce n'est pas bon pour la santé.
Voyez le grand Charles grand chanteur qui vient de trépasser, il disait la veille...si j'arrête de travailler tous les jours et de surveiller mes concurrents j'ai bien peur de ne pas arriver à 100 ans...il a rigolé juste une journée sans rien faire (restos, rigolade avec les copains etc.) et il a été puni par sa carcasse qui c'est bien vengée sur lui !
Ne faites rien, laissez tous ceux dont vous parlez se bouffer le nez et crever !
Jo Duchene, Le mardi 02 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : Pour savoir "qui fait quoi ?"
Freddy Audebeau nouveau directeur financier du groupe PSA Amérique Latine



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017