Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Autour de l'auto - 08/03/2019

Le conflit familial sur la "Joconde des Ferrari" se solde par une relaxe

(AFP) - Un homme poursuivi par son frère et sa soeur pour avoir vendu une des Ferrari de collection de leur défunt père, au prix mirobolant de 38 millions d'euros, a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Guéret (Creuse).

Poursuivi pour abus de confiance, Patrick Bardinon avait cédé en 2014 à un riche Taïwanais une 250 GTO de 1964, baptisée la "Joconde des Ferrari" et qui était alors devenue le véhicule le plus cher au monde.
Cette vente a déclenché une querelle dans la fratrie. Jean-François et Anne Bardinon réclamaient devant la justice la réintégration du montant dans la succession et accusaient leur frère de s'être frauduleusement approprié cette voiture au décès de leur père Pierre, riche industriel et l'un des plus grands collectionneurs de Ferrari au monde.
"Mon frère et ma soeur n'ont jamais admis qu'il (son père) puisse me donner cette voiture", s'était défendu Patrick Bardinon, 61 ans, durant son procès en décembre.
Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende à l'encontre de Patrick Bardinon.
"Cette décision d'innocentement n'est pas une surprise", ont annoncé dans un communiqué les avocats de Patrick Bardinon, Maîtres Vincent Jamoteau et Pascal Rouiller.
"Une foule de témoins était venue crier l'absolue bonne foi de Patrick Bardinon, ses liens privilégiés à sa mère et à son père, et le cadeau qu'il s'était vu accorder par ce dernier", ont-ils expliqué. "Seules l'explosion des prix des véhicules de collection et la jalousie de son frère et de sa soeur (...) expliquent les poursuites dont il a injustement fait l'objet".
Me Philippe Lefaure, avocat de Jean-François Bardinon, a annoncé qu'il faisait appel.
Outre leur demande de réintégration dans la succession de 42 millions d'euros, soit le prix de la vente de la voiture plus des intérêts, le tribunal a également débouté les parties civiles de leur demande de 200 000 euros pour préjudice moral.
Dans les années 70, l'industriel Pierre Bardinon possédait une soixantaine de Ferrari, achetées à l'état d'épaves. La GTO 250, produite à seulement trois exemplaires en 1964 (sur 39 au total) et joyau de son musée privé en Creuse, avait été acquise en 1978.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

… Euh Monsieur AFP (…) Des Ferrari achetées à l'état d'épaves (?)
Disons des "autos de course d'occasion dont pas grand monde ne voulait" me semble plus proche de la réalité … Mais bon !


Pour mémoire … A Enzo Ferrari auquel un journaliste demandait pour quelle raison il n'avait pas pris soin de réunir une collection de ses modèles de course les plus emblématiques … Il répondit quelque chose dans le genre : "pas la peine, il y a un français qui s'en charge déjà dans la Creuse …" faisant référence à la mythique collection de Pierre BARDINON …
Au fait il me semble qu'il n'y a jamais d'ouvrage consacré à cette collection … Et pourtant il me semble (je peux me tromper) qu'il y a un "référentiel photos" assez riche sur ces modèles et le circuit du mas du clos … La famille (?).

Dans les années 80 ... il y eût un ouvrage (et un film) sur la collection "Setton" qui était elle aussi un "monument" avant sa dispersion ...

ADEAIRIX , Le vendredi 08 mars 2019

La Joconde des Ferrari = Monza Lisa...?
;0)
Lucos, Le vendredi 08 mars 2019

Normal que les prix montent avec GTO !
;-)
clerion, Le vendredi 08 mars 2019

Pierre Bardinon était un grand collectionneur de Bugatti avant de devenir un très grand collectionneur de Ferrari grâce à la vente de ses Bugatti ...
Didier RECORD, Le vendredi 08 mars 2019

...Oui effectivement et même une type E lightwheight dont j'ai déjà dû decrire les conditions d'utilisation très optimisées sur route ouverte entre Linas et le Puids ...
ADEAIRIX, Le vendredi 08 mars 2019



MEETDEAL, transformez vos leads en business !
A Genève, une foule de start-up rêvent d'imiter Tesla



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017