Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 12/06/2018

Le Grand Paris lance une consultation sur l’avenir de ses autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides

L’appel à candidature vise à sélectionner quatre équipes pluridisciplinaires qui travailleront pendant plusieurs mois sur le devenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides ou structurantes du Grand Paris, à moyen et long termes avec pour échéances 2024, 2030 et 2050.

Alors que les villes sont devenues ces dernières années des régulateurs influents en prenant des décisions rapides et en imposant notamment des restrictions de circulation à certains types de véhicules, une nouvelle étape se profile avec la redéfinition des grands axes de circulations. 

Le Grand-Paris a lancé vendredi dernier de une "consultation internationale sur le devenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides ou structurantes du Grand Paris".  Sont concernés les 35 km du boulevard périphérique, 660 km de l’A86, la Francilienne, les autoroutes et voies rapides nationales jusqu'à la Francilienne et 250 km de voies structurantes jusqu'à la Francilienne.
"Depuis plus d’un an, dans un contexte de mutation important des modes de déplacements, bouleversé par l’arrivée du numérique et de nouveaux acteurs économiques, les élus ont souhaité travailler à nouveau sur la question de l’évolution des mobilités et de ses conséquences sur celle des territoires", précise l’appel à candidature en préambule.
Porté par le syndicat mixte d’études Forum métropolitain du Grand Paris ce projet fédère l’ensemble des institutions concernées : État, Ville de Paris, Région, Métropole du Grand Paris, Association des Maires d’Île-de-France, des départements, des intercommunalités, sous le pilotage du Forum métropolitain du Grand Paris. Il rassemble aujourd’hui 164 collectivités de l’agglomération parisienne.
"Ces équipes devront proposer des solutions pour améliorer le fonctionnement des réseaux, réduire les nuisances liées à la circulation autoroutière ou encore mieux insérer les autoroutes urbaines dans l’environnement", est-il précisé.
Deux aspects particuliers préoccupent les élus : l’intégration du véhicule autonome et "un contexte sanitaire préoccupant, lié à la pollution de l’air".
Cet appel à candidature vise à sélectionner quatre équipes réunissant différentes compétences et notamment des architectes, urbanistes, paysagistes, économistes, experts de la mobilité et des transports (notamment des études de trafic), et des experts en environnement.
Parce qu’elle implique "des élus de tous bords politiques et de toutes strates territoriales" cette démarche se veut "scientifique et innovante" et sans position dogmatique.

Optimiser les flux et réduire massivement la pollution
"Les quatre équipes élaboreront des visions à moyen et long terme, et des pistes concrètes quant à une évolution progressive de ces grandes infrastructures routières en Ile-de-France. Ces scénarios d’évolution comprendront une réflexion sur la transformation de leurs fonctions, des usages qui leurs sont liés, et de leur intégration urbaine. Il s’agira également de mesurer les conséquences économiques et en termes de circulation et de transport", précise le document.
Les quatre équipes sélectionnées devront rendre une vision de transformation d’ici 2030 et 2050 et également proposer des "idées créatives" pour la période d’accueil des Jeux Olympiques et paralympiques en 2024.
"Il ne s’agit pas de décrire une vision utopique mais bien de proposer une évolution crédible du positionnement des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides ou structurantes du Grand Paris dans l’offre globale de transports sur ce territoire", est-il précisé. "Les quatre équipes retenues proposeront des scenarios réalistes et opérationnels susceptibles d’être concrétisés par des travaux d’aménagement."
Les équipes sélectionnées devront dans leur étude proposer des sénarios qui permettent :

- d’améliorer le fonctionnement du réseau (optimisation des flux et réduction de la saturation);

- de "réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l’air et la pollution sonore";

- de "réduire massivement l’accidentalité routière";

- de mieux intégrer ces axes routiers aux territoires;

- et trouver des solutions financières pour un "modèle soutenable économiquement" en termes d’investissement comme de fonctionnement.


Les équipes candidates ont jusqu’au 3 août 2018 pour déposer leur dossier, le marché sera attribué en septembre, trois séminaires de coordinations auront lieu en octobre 2018, janvier 2019 et avril 2019. Les projets seront exposés au public de mai à octobre 2019.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Banlieusards ,préparez vos portefeuilles le 21 iem siecle arrive
alain boise, Le mardi 12 juin 2018

A Pierre Dieuze
Nous avons l'habitude de vous laisser une grande liberté dans vos réactions et nous censurons rarement les commentaires. Cependant nous ne pouvons accepter les insultes et nous vous rappelons que cet espace de discussion doit rester de bon niveau, sans attaque personnelle ni vulgarité avec des avis argumenté. Nous avons supprimé votre commentaire qui ne respectait pas ces règles.
Florence LAGARDE, Le mardi 12 juin 2018

Au vu de l'ambiance actuelle et des Bobos en charge des affaires de la ville de Paris et de la Région, on peut s'attendre au pire. L'enfer est pavé de bonnes intentions, mais quand les intentions sont malveillantes, imaginez le résultat ! L'avenir, pour eux, c'est la Chine de Mao : tout le monde à pied ou à vélo. C'est rien de dire que ça promet.
Sniper, Le mardi 12 juin 2018

Pourquoi toujours être systématiquement négatifs comme cela ?
Cela évite de réfléchir assurément ?
Il faut bien s'occuper du futur et attention à ne pas confondre la ville de Paris avec la région SVP.
;0)
Lucos, Le mardi 12 juin 2018

Cher Lucos il faudrait vous mettre dans la tête une bonne fois pour toutes que ce n'est pas etre négatif que de lutter contre les ennemis de la bagnole.
C'est mon gagne pain et ma passion et d Milions de Francais ,c'est un combat de tous les instants et M Tavares a bien résumé la situation.
En effet il y a une différence de vue entre M me Hidalgo et Mme Pecresse surtout dans la négociation ,l'une veut éradiquer alors que l'autre veut chercher des solutions.
Ma grand mère avait arrêté le velo a 70 ans a cause d jambes flagellantes et le Métro est irrespirable.
Une petite pour la route,quelle est la différence entre ùn rouquin et ùn Requin?
alain boise, Le mardi 12 juin 2018

Le rouquin à les cheveux du Père et le Requin les dents .....de la Mere
alain boise, Le mardi 12 juin 2018

Que le Grand Paris se lance
dans une consultation sur l’avenir de ses autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides … Soit
De la réflexion ... pourquoi pas comme le souligne Lucos …
De la prospective … C'est assurément nécessaire ….

Cependant, lorsque l'on voit les compétences réunies : architectes, urbanistes, paysagistes, économistes, experts de la mobilité et des transports (notamment des études de trafic), et des experts en environnement … J'ai peu d'avoir déjà un peu une idée de la tonalité des réponses …

Optimiser les flux et réduire massivement la pollution ce sont de louables intentions … Cependant tant que l'Ile de France demeurera le nœud gordien du trafic de l'Europe du nord vers le sud (et lycée de Versailles), notamment au regard du transport routier "on" restera un pas dans l'incantation et les vœux pieux (nan pas les vieux pneus...) côté pollution et manque de fluidité "circulatoire"...

La crainte que l'on peut avoir c'est que le fruit du travail de ces équipes augure d'un peu plus d'argent public gaspillé …
Notamment "on" peut craindre ce genre de catalogue de solutions :
Réappropriation de l'espace urbain, pacification des voies publiques avec des modes de transport soft, aménagement du périphérique avec baraque à frites et coulée verte …
J'en passe et des meilleurs !
Que du clafoutis et de la "novlangue" pour haut fonctionnaires ou politiques "connectés" … Avec l'alibi confortable du type :
c'est pas moi qui voit les choses "comme çà" mais les meilleurs de nos experts … C'est pour vot bien qu'on vous dit …

Allons y donc pour ce nouvel appel d'offres de la puissance publique qui prétend ne pas verser dans "l'utopique" mais au contraire dans des évolutions crédibles … "On a hâte" après les francs succès de l'écotaxe et de notre dame des landes …
Rendu des offres le 3 septembre …
Attribution de marchés en septembre …
Nous saurons vite si tout cela n'était que du "mauvais esprit"

Cela dit, il est vrai aussi que "gérer c'est prévoir"... !
;0)
ADEAIRIX , Le mardi 12 juin 2018

Cher Lucos, ne jouez pas les ravis de la Crèche : vous êtes meilleur que cela d'ordinaire. Je parierai bien ma Ferrari contre votre 2 CV que ça ne finira pas bien pour les automobilistes du "Grand Paris" (quel ridicule expression, d'ailleurs), mais voilà : je n'ai pas de Ferrari (et vous peut-être même pas de 2 CV, mais plus sûrement un vélo, électrique, comme il se doit !) :0)
Sniper, Le mardi 12 juin 2018



La question des valeurs résiduelles des véhicules Diesel : que nous apprend le cas anglais ?
Javier Novo Garcia devient directeur des opérations de l’usine d’Avila de Nissan en Espagne



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017