Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Marchés - 02/07/2018

Le marché automobile français toujours "sain" et dynamique en juin

Avec 252 225 immatriculations (VP), le marché automobile enregistre pour le sixième mois consécutif une croissance de ses volumes (+9,2%). Comme les mois précédents, les ventes aux particuliers et aux entreprises sont en hausse.

Pour le sixième mois consécutif (+2,5% en janvier, +4,3% en février et +2,2% en mars, +9% en avril avec un jour de plus, +0,2% en mai avec un jour de moins), le marché français VP est en hausse. En juin, la croissance a été de 9,2% avec un nombre de jours identique (21 jours) avec 252 225 unités soit 21 288 voitures de plus.
Sur le premier semestre, les immatriculations sont donc en croissance à +4,6% et plus de 52 000 voitures de plus avec un total de 1 188 127 immatriculations.
Comme les mois précédents, cette progression n’est pas artificielle. Ce ne sont pas, comme on aurait pu le craindre à l’approche de l’entrée en vigueur de la nouvelle norme d’homologation WLTP, des immatriculations de stock qui poussent le marché français. Selon les données de Dataneo, les ventes de juin sont en hausse pour les entreprises/LLD/administration (+12,5% avec 56 263 immatriculations) et les particuliers (+7,15% avec 112 271 immatriculations).
Les livraisons aux loueurs courte durée qui étaient plutôt en retrait depuis le début de l’année font un bond de 33,7% (32 193 immatriculations) ce qui est cohérent avec la période de l’année.
Par ailleurs, les immatriculations de stock des constructeurs sont en forte baisse (-47,8% avec 1 187 unités) tandis que les véhicules de démonstration des réseaux progressent moins que le marché à +5% (39 818 immatriculations).

Renault et Dacia à 30% de part de marché
Renault revient sur le mois de juin à un niveau de part de marché que la marque n’avait pas connu depuis plusieurs mois. Avec presque 60 000 immatriculations en juin, la marque progresse de 12,3% et atteint 23,6% de part de marché. Un point haut lié au système d’animation trimestriel du réseau puisque sur l’ensemble du semestre, Renault est à 19,9% de part de marché.
Renault regagne du terrain en juin sur le marché des entreprises (y compris LLD et administration) avec des volumes à +41% (21 047 immatriculations). Il y a aussi beaucoup de livraisons aux loueurs courte durée avec des volumes qui ont presque doublé (+86% avec 9 437 immatriculations). Les immatriculations de stock constructeurs sont en baisse (-65% avec 125 unités), de même que celles des véhicules de démonstration dans le réseau (-4,24%) qui restent cependant à un haut niveau (8 899 unités).
Les ventes de Renault aux particuliers sont en recul (-15% avec 16 820 immatriculations) ce qui permet à Peugeot d’être nettement en tête sur ce segment de clientèle en juin (avec 18 472 immatriculations).
Dacia continue d’occuper une place prépondérante sur le segment des particuliers. Sur le mois de juin ses immatriculations sont en hausse sur ce segment (+24,5% avec 12 522 immatriculations, soit la troisième place devant Citroën) et sur le marché total (+28% avec 16 554 immatriculations).
Au final, sur le mois de juin, Renault et Dacia représentent 30,15% de l’ensemble des immatriculations.

Peugeot à 17% de part de marché, Citroën inverse la tendance
Avec 42 883 immatriculations, Peugeot enregistre toujours une croissance de ses volumes (+4,6%) mais compte tenu de la performance de Renault, sa part de marché y est plus en retrait que les mois précédents. La marque est à 17%, soit en dessous de sa moyenne du semestre (à pratiquement 18%, exactement 17,98%). Peugeot progresse sur le segment des particuliers (+5,4%) mais pas sur celui des entreprises, alors que les véhicules de démonstration sont en hausse (+12,7%) de même que les loueurs courte durée (+22,5%).
Citroën réalise en juin une de ses meilleures performances de l’année avec une hausse de 11% de ses immatriculations (24 404 unités). Sa part de marché reste en-dessous de 10% mais repasse le seuil des 9% à 9,68%. La marque fait notamment une bonne performance sur le segment des particuliers (+23,7% avec 11 287 unités) et tire profit du renouvellement de la C3, du lancement de la C3 Aircross et de la nouvelle C4 Cactus.
Alors que le segment premium continue de souffrir (-3,9% selon le découpage PSA en juin), la marque DS grapille quelques centièmes de point de part de marché. Ses volumes progressent de 37% et ,avec 3 190 unités, représentent 1,26% de part de marché (contre 1,13% sur l’ensemble du semestre). La DS7 Crossback en représente près de la moitié (1 325 unités).
Dans le groupe PSA, la marque Opel n’a pas encore modifié l’équilibre des canaux de vente et en juin ce sont les démo-garages (+15,23% avec 1 763 immatriculations) et les loueurs courte durée (+57% avec 1 257 immatriculations) qui expliquent la croissance de la marque (+6,4%, 7 284 immatriculations).

VW en hausse, Fiat à la deuxième place du marché
Parmi les principales marques importées, la croissance de VW (+19%) se fait sur tous les segments du marché et particulièrement les démos (+32%), les loueurs courte durée (+31,3%) et les particuliers (+16,4%).
La très forte croissance de Fiat (+42,4%, avec 10 507 immatriculations) lui permet de devancer Ford et Toyota pour se situer à 4,17% de part de marché. Ce ne sont pas uniquement les livraisons aux loueurs courte durée (+75% avec 3 411 unités) et les démo-garage (+10,7% avec 1 592 unités) mais bien les ventes aux particuliers qui expliquent aussi cette performance de Fiat (+57% avec 4 484 unités).
Toyota est plutôt en dessous de son niveau habituel en juin malgré une croissance de ses ventes de 15,7% (9 403 unités) puisque sa part de marché y est de 3,73% contre 4,14% pour le premier semestre.
Ford est en recul sur tous les segments (avec une baisse globale à -21,6% et une part de marché en dessous de 3% à 2,88%). Nissan est aussi en recul partout sauf pour les démo-garage (avec une baisse globale à -15,2% et 2,62% de part de marché).
Les marques premium sont aussi en net recul avec respectivement -11,8% pour BMW, -4,5% pour Audi et -19,6% pour Mercedes, avec pour chacune des volumes similaire à plus ou moins 2,3% de part de marché.
A noter les bonnes performances de Kia (+30%), Skoda (+23%), Seat (+50%), Volvo (+22%) et Mitsubishi (+207%).
Florence Lagarde et Farida Sacha

Lire le détail des immatriculations VP neufs par marque en France en juin 2018 - Source : Dataneo (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des immatriculations VUL neufs par marque en France en juin 2018 - Source : Dataneo (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

la Roumanie et l'Italie sourient pendant que l'Allemagne pleure ,le Lion se lèche les babines apres le banquet d'Opel,France Dacialand?
alain boise, Le lundi 02 juillet 2018

Amusante "synthèse" du pêcheur breton …

Le marché automobile tricolore se porte bien … A part les khmers verts, roses ou rouges qui s'en plaindraient tant la santé de ce secteur a un retentissement sur les autres pans de l'économie …

Comme depuis plus de 6 mois, l'on peut noter les résultats de ventes du premium inférieurs à la moyenne du marché et au delà en décroissance …
Nous sommes désormais dans une tendance installée … Et ce n'est pas l'instauration de la nouvelle norme WLTP à la rentrée qui inversera ces tendance … C'est même probablement le contraire ….

Cette désaffection pour le premium (Allemand particulièrement) que traduit elle … ?
L'Effet du barême du bonus/malus 2018 ? Un changement de comportement d'achats ? Un effet du matraquage fiscal sur le budget auto des classes moyennes les plus aisées ? Une offre des généralistes mordant sur l'entrée de gamme du premium ? Autres ? Les raisons de cette désaffection sont probablement multiples et ni ethnologue ou sociologue, pas plus Herr Professor, je me garderai bien de plaquer un diagnostic sur cette situation qui devrait interpeller pourtant …
? La France sorte de Dacialand comme aime à le souligner Alain ou d'autres internautes … Au moins l'idée "d'en avoir pour son argent" fort probablement derrière cette tendance … Dit autrement
le syndrome de "il faudrait être fou pour dépenser plus" … ?

En attendant une chronique ou une interview sur ce sujet que les internautes n'hésitent pas à livrer leur ressenti sur le sujet ...
ADEAIRIX, Le lundi 02 juillet 2018

La demande en véhicules dans les pays développés et non seulement n'est pas entièrement satisfaite...et donc les ventes vont encore progresser, par contre les ventes de voitures inutiles et déjà obsolètes (des milliers de VE par exemple) même avant de sortir vont aggraver les pollutions industrielles et sans l'espoir de pouvoir les vendre dans les pays moins avancés ou le cout élevé de l'électricité les rendent peu attractifs.
Encore une fois les industriels aveugles ce sont fourré le doigt dans l'oeil jusqu'au coude!
Un pauvre par exemple, pour faire un court trajet en voiture allait chercher 5 ou 10 euros d'essence et basta...faire le plein d'électricité s'il a du mal a payer sa facture...il va vite réfléchir à quoi cela sers un VE....à faire un pot de fleurs dans son jardin...surtout s'il l'a achetè d'occasion et si la batterie pourri d'n cout et faut la remplacer par une neuve...dont un escroc malin a le monopole de la vente et du prix.

Jo Duchene, Le lundi 02 juillet 2018

Tenez encor une petite louche de quolibets qui dérange et aps que ce matin...et dans la séquence de ce que je viens d'écrire.
Sauf les imbéciles n'ont pas encore compris que les constructeurs auto marchent sur la tête et nous préparent un monde de came frelaté et piégeuse avec leurs VE.
Le monde de l'occasion sera un monde sans pitié pour les distraits et un monde de caisses presque neuves à la casse irrémédiablement.
Aucun particulier va accepter d'acheter un VE occasion si la batterie n'a pas été changée et donc une garantie conséquente par la suite. ...ou ce sera un monde on ne règne que a location sous toutes ses formes...mais surtout pas la propriété privée, sauf pour les très riches.
Le piège va se fermer sur tout le monde.

Jo Duchene, Le lundi 02 juillet 2018

Quand je parlai des internautes … C'était pas Duchene évidemment !
;0) … Y a pas besoin de l'inviter, çà fonctionne en autarcie .0)

Au surplus, Duchene, les VE c'est pour l'instant >< 1% du marché et l'ACEA si j'ai bien tout compris s'emploie à ramener Bruxelles dans la réalité concernant les perspectives 2025 ou 30 … Même si c'est loin d'être gagné …
De plus les champs d'épaves de VE à perte de vue c'est pas pour demain matin … Faut déjà les produire et les commercialiser …
Pour l'instant le dernier entrant VE c'est Jaguar … pas tout à fait le prototype d'une voiture de pauvre … (?).
ADEAIRIX, Le lundi 02 juillet 2018

C'est la chaleur, la mémoire courte pour notre ami peu-être...et les milliers déjà dans le monde de Nissan Leaf et ZOE (cocorico) ...celles là elles comptent pour du beurre...et qui voudra de milliers de Tesla d'occase avec sa batterie au prix fort...Jaguar c'est joli et même Range Rover hybride, mais quel pauvre va se risquer à les acheter avec même un an de garantie ...sans compter toutes ces allemandes bourrés d'électronique.
La BMW i8 se vend à moitié prix en occase avec peu de km mais je me suis renseigné du prix de sa batterie Lithium Ion ...tu pars sans dire au revoir, c'est plus je t'aime moi non plus.
Pour les Nissan elles sont rares chez nous...et que les autres pays se démerdent avec leurs épaves neuves ou presque...et nous on va se démerder avec nos ZOE, sans acheteur en occasion.
Si les Nissan son fiables...elles iront a la casse au bout de huit ans.
La longévité des VE ne sera quand même pas de 20 ans théoriques ou plus comme les thermiques..et là c'est une grosse régression de l'industrie auto...l'âge du très très gros gaspillage vient commencer.
Jo Duchene, Le lundi 02 juillet 2018

L'âge du très très gros gaspillage vient de commencer … ?

Venant d'un apôtre et néanmoins utilisateur d'un hybride essence depuis un bail … Cà a d'autant plus de valeur (voire de saveur ?). Calmez vous je galège
;0)

Pssst : notre ami il avait pas oublié du tout la Zoé, "y" faisait juste semblant … "Z'en" ont vendu combien déjà au dernier comptage …
ADEAIRIX, Le lundi 02 juillet 2018

"les industriels aveugles se sont fourrés le doigt dans l'oeil jusqu'au coude! "
bah, ils sont pas aveugles, ils font ce que les politiques leur impose, rappelez vous les déclarations d'un certain Carlos T

merci d'éviter de faire trop de fautes, c'est pas drôle de corriger les citations
Vincent , Le lundi 02 juillet 2018

Taper sur un Iphone avec de gros doigts, c’est fôtes assumées!
Il y a au moins 100.000 ZOE qui seront invendables et a la casse à terme... mais rien a foutre comme dit si bien Lucos.. elles ne seront pas dans ma cour!
De là a dire qu’elles seront en état d’épave alors... c’est ce foutre du monde... et notre ami Vincent escamote la question qui ne manquera pas de ce poser!
Que l’ami Vincent sache aussi que les prix prohibitifs des VE vont continuer de signer leur mauvaises réputation entre autres!
N’ayez qu’une clientèle de riches, plus de problèmes!
Jo Duchene, Le lundi 02 juillet 2018

La baisse du premium allemand est peut-être liée à la baisse des ventes de diesel. Je présume que cette motorisation est très majoritaire et qu'il n'y a pas de compensation des ventes sur les versions essence, peut-être trop gourmandes sur des voitures de 1,5 à 2 tonnes.
JL S, Le lundi 02 juillet 2018

L'ami Jo pourrait peut être éviter de répondre à côté
Vincent, Le mardi 03 juillet 2018



articles connexes

La plateforme PR des groupes PGA-Bernard tisse sa toile
Le groupe Rabot inaugure un second site Mazda à Mantes-la-Jolie



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017