Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 03/05/2018

Le succès de Peugeot pourrait durer encore longtemps

La disponibilité des 3008, 5008 et des motorisations essence, le haut niveau des commandes et une bonne anticipation de l’étape norme Euro 6.c du 1er septembre laissent penser que la croissance de Peugeot pourrait continuer.

Depuis le début de l’année, Peugeot a été première marque en France en VP trois mois (janvier, février, avril) sur quatre. Sa part de marché VP sur le mois d’avril (18,45%) comme au cumul (17,97%) est très supérieure à sa performance 2017 (17,38%). Elle est aussi supérieure à son objectif (17,5%). "Nous sommes plutôt en avance sur le plan de marche", nous a confirmé Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot.
Est-ce que la marque peut tenir une part de marché à ce niveau sur les mois qui viennent ? Le dirigeant reste prudent et souligne qu’il ne connaît pas les performances de commandes de la concurrence. Pour autant, les performances qu'il annonce restent bien orientées avec "depuis le début de l’année une tendance moyenne sur 4 mois de croissance de +8% des commandes sur le segment des particuliers, de +2% à +3% sur le segment BtoB et de +8% sur le VUL." Cette performance n’est pas très éloignée de celle du marché global puisque selon le baromètre du CCFA les commandes VP (tous canaux) progressent de 9% sur les 4 premiers mois (avec 846 000 commandes à fin avril) et de 3,4% en VUL.

3008 et 5008, la concurrence est loin derrière

La performance de Peugeot sur le marché VP repose depuis 2 ans sur l’extraordinaire succès du 3008 rejoint depuis par celui du 5008. Après avoir eu des problèmes de disponibilité, PSA a adapté les capacités de production et "depuis fin 2017 et début 2018, l’outil de production est stabilisé au niveau des volumes de commandes", nous a dit Guillaume Couzy. Et le succès ne faiblit pas. Ainsi en 4 mois, Peugeot a immatriculé pour 30 011 unités de 3008 (soit 4% de part de marché) et pour 10 072 unités de 5008 (soit 1,35% de part de marché).

La concurrence est loin derrière et sur la même période les concurrents du 3008 sont relégués à plus ou moins 9 000 unités avec Kadjar à 9 303 unités (1,25% de part de marché), Tiguan à 8 712 (1,17% de part de marché) et Qashqai à 8 498 unités (1,14% de part de marché). L’écart entre le 5008 et ses concurrents est encore plus important avec un Koleos à 2 879 unités (0,39% de part de marché), X-Trail à 1 927 unités (0,26% de part de marché) et Kodiaq à 1 020 unités (0,14% de part de marché) sur les 4 premiers mois.
De plus, malgré une hausse importante de ses immatriculations VP (+11,95% en avril ; +10,41% à fin avril), Peugeot conserve un portefeuille de commandes supérieur à ce qu'il était fin 2017, nous a dit Guillaume Couzy : "Nous n’avons pas livré plus de voitures que nous avons pris de commandes", nous a-t-il dit.

Le succès de Peugeot explique d'ailleurs très certainement une partie de la bonne tenue du marché automobile français qui progresse pour la 5e année consécutive : compte du positionnement premium des 3008 et 5008 la marque est allée chercher une clientèle sensible à la nouveauté produit et qui peut anticiper ou reculer le renouvellement de son véhicule. La marque fait aussi la démonstration que le développement des offres de LOA permet aussi d’accélérer le renouvellement. Ainsi sur les 4 premiers mois de l’année, la croissance totale du marché automobile (VP) et de 31 200 unités et Peugeot en représente pas loin de la moitié (12 980 unités).

Une répartition essence/Diesel à 56/44

Côté moteur, le groupe PSA a également anticipé les changements de la demande et règlementaires qui affectent les offres de motorisations. Ainsi, les immatriculations de Peugeot suivent le rythme du marché en termes d’évolution de la demande de moteurs avec une hausse de ses immatriculations essence de 17,5% à fin avril (soit exactement comme le marché à +17,95%), tandis que ses immatriculations Diesel sont aussi en hausse (+2,6%, alors que le marché est à -11,28%). Sur les 4 premiers mois les immatriculations de la marque sont à 56% en essence (le marché est à 53,66%) et à 43,66% en Diesel (le marché est à 40,43%). Alors que la baisse du Diesel ne profite actuellement pas aux motorisations alternatives, Peugeot qui n’en a pas actuellement à sa gamme et n'en aura pas avant 2019 n’est pas pénalisé.

Le passage à la norme Euro 6.c au 1er septembre prochain ne sera pas un problème non plus, nous a dit Guillaume Couzy : "La situation est très hétérogène selon les constructeurs. Si pour certains il y aura des interruptions de production ce ne sera pas notre cas, sauf sur des situations marginales du type un moteur sur une silhouette pendant 1 mois. Nous n’avons aucune inquiétude sur les 10% de véhicules que nous pourrons immatriculer pendant un an après le 1er septembre."
Ainsi, la gamme 308 est en Euro 6.c depuis le début de l’année et il prévoit que les stocks d’Euro 6.b seront écoulés d’ici le 1er septembre. Pour la 208, les dernières productions norme Euro 6.b s’arrêtent en juillet/août, tandis qu’une partie des gammes 2008, 3008 et 5008 sont déjà en Euro 6.c.
"Nous sommes très sereins concernant le passage de la norme Euro 6.b à Euro 6.c et nous sommes même convaincus que ce sera un avantage compétitif", nous a dit Guillaume Couzy.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Et tout cela sans VE et hybride .....que và dire Jo
alain boise, Le jeudi 03 mai 2018

Oui comme ils disent Le vE et Hybride arriveront l'année prochaine.
Succès à court terme qui se transformera en long terme si ils savent faire évoluer leur motorisations vers l'hybride et le VE ds les 3 à 5 ans.

J'ai confiance en Carlos, lui que j'ai croisé à Séville en 2011 pour ZE Génération chez Renault.
boisons un petit peu..., Le jeudi 03 mai 2018

Pour iconoclaste que soit la remarque d'Alain … elle n'en ai pas moins vrai … !
Bon pour tempérer un peu, l'article traite du seul marché français …!
Gaffe (!) quand même comme dirait le boursicoteur local ….
" même les arbres ne montent pas au ciel"...
Au delà de la sérénité affichée concernant le passage à l'Euro 6.c, il faut souhaiter que l'arrivée des véhicules électrifiés sur 2019 et 2020 sera à la hauteur de l'attente et permettront d'assurer un deuxième souffle aux best seller actuels ... en attendant un renouvellement aussi réussi (?) …
C'est tout le mal qu'il faut souhaiter à Peugeot qui a longtemps conservé un meilleur ratio de production sur l'hexagone (au risque de ) que l'autre acteur tricolore … Un succès nécessaire pour un bon niveau d'emploi dans les régions des différents sites.
La maison France en a bien besoin ...

ADEAIRIX , Le jeudi 03 mai 2018

L'hybride électrique pourrait arriver en 2020 avec le restyling 3008/5008. Parfait pour le second souffle...
;-)
clerion, Le jeudi 03 mai 2018

Contrairement à ce que puissent penser les mauvaises langues, personnellement je ne peux que souhaiter le meilleur pour l'avenir du groupe PSA et de ses collaborateurs et à long terme !
Pour moi, le succès des essences et diesels pour PSA et l'Alliance est normal, et seuls les distraits ou les aveugles ne voient que les consommateurs automobilistes n'ont pas d'autre choix que ces deux motorisations s'ils veulent une voiture neuve ou d'occasion...et bien sûr en face il est inimaginable pour l'automobiliste lambda dans l'état actuel de l'offre de passer au VE (et pour le choix d'une hybride, il faut être intelligent (je provoque) et instruit sinon elles sont chères à l'achat mais pas chères si ont ne les garde très longtemps mais par contre de très belles garanties sont donnés et en plus revente facile.
Nos cadors de constructeurs qui eux ne sont pas intelligents (je le pense) et regardent ailleurs, tout en n'ayant pas de ces produits hybrides aujourd'hui à vendre, se trouvent le pantalon à la main.
Des PDG à la stratégie industrielle nulle et minable plus l’appât du gain facile et immédiat tout en sachant mettre en œuvre la technologie hybride mais usant systématiquement de perversité...et pire mettent en péril l'avenir de leurs collaborateurs.
La preuve en plus de la persistance de garanties minables de deux ans et grosse paresse à corriger les vices de fabrication.
Voyez le cas de BMW aux US ou il faut qu'il rappelle 1.7 millions de voitures.
Ah si PSA avait la valorisation boursière de BMW.
Notre ami Carlos Tavares n'est pas bien malin et pour refuser de produire des VE il avait l'excuse qu'il est extrême dangereux de produire une VE si les infrastructure de charge ne sont pas suffisamment développées par les administrations.
Carlos Tavares aurait dû être extrêmement CLIVANT et taper sur la table
en faisant le maximum de bruit contre les administrations et le ministère qui exigent des véhicules électriques tout en ne faisant rien pour le développement de la filière.
L’État et les différents gouvernements son COUPABLES du déclin de l'industrie automobile nationale.
PSA doit absolument se hâter LENTEMENT dans le domaine des VE et mettre le paquet sur les hybrides (mais pas des fausses hybrides à batterie 48V qui sont une escroquerie allemande) et dans le but de baisser drastiquement la consommation des ses gammes en ville et sur route, dans le but de rendre aussi le petit diesel obsolète, dont la seule excuse est la basse consommation de gasoil qui nous coute cher à importer, et comme tout le monde sait nous produisons plus d'essence que gasoil.
Carlos Tavares je l'approuve quand il fout dans la gueule des japonais et des allemands qu'il pourra même faire une voiture à PAC...mais juste pour occuper sa R&D. C'est malin et futé.
La seule chose qui est dommage c'est que PSA ne dispose pas comme l'Alliance d'une marque japonaise pour le faire rentrer aux US, et je vois très mal barré le marché de la Chine tant que ce pays reste autocratique et dicte ses lois aux grands groupes industriels.
Mais quel pays veut-il se laisser COLONISER par les grands groupes?
Attention à ceux qui croient que les connaissances et les industries qui innovent sont le seul apanage de l'occident...grave erreur de le croire !
Pour parler comme un de mes vieux patrons qui disait pour motiver ses troupes: Il faut qu'on oublie d'être cons et de croire que le con est en face.
Jo Duchene, Le jeudi 03 mai 2018



Plus de 250 groupes référencés dans l'édition 2018 de l'Annuaire des groupes de distribution automobile
Les dernières évolutions dans les réseaux de vente et d'après-vente



Copyright © 5138 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017