Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Equipementiers - 07/10/2019

Les salariés de Michelin inquiets pour leur usine débraient à La Roche-sur-Yon

(AFP) - Les salariés de l'usine Michelin de La Roche-sur-Yon en Vendée ont débrayé vendredi matin pendant un peu moins de quatre heures, stoppant la production du site de pneus poids lourd, menacé depuis plusieurs semaines, a-t-on appris auprès des syndicats.

La production a été arrêtée à partir de 09H30, indiquent les syndicats. La direction, quant à elle, affirme qu'il y a eu "une production" dans l'usine pendant le débrayage.
Les salariés demandent "des réponses" sur l'avenir de l'usine vendéenne. La direction du site, affirment-ils, est incapable de leur en donner.
Ils réclament désormais la venue du président du groupe Michelin Florent Ménégaux : "Nous, on n'a pas besoin de réponses de la direction de l'usine, nous, on veut avoir F. Ménégaux en face et qu'il vienne le dire aux salariés, les yeux dans les yeux", explique Anthony Guilloteau, délégué CGT du site.
"Les salariés en ont tellement ras le bol qu'ils ont arrêté le boulot pour avoir des réponses", a ajouté A. Guilloteau.
Les syndicats devaient se réunir en intersyndicale dans l'après-midi pour décider de la suite. La production devait reprendre avec l'arrivée de l'équipe de 13H00.
Il y a une semaine, le 25 septembre, le président de Michelin Florent Ménégaux avait confirmé les craintes des syndicats concernant l'avenir de l'usine de La Roche-sur-Yon, en la jugeant "dans une situation très préoccupante".
Une délégation d'élus locaux, dont la présidente de la région Pays de la Loire Christelle Morançais, doit rencontrer le patron du groupe Michelin jeudi.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Je pense que nous allons assister à un véritable massacre sur l'emploi "Automobile" ces prochaines années.
Nous en sommes qu'au tout début.
Bruno HAAS, Le lundi 07 octobre 2019

La lucidité de Bruno ...est effrayante.
Paradoxe...si tous les petits gars ce mettent à faire des économies, car il va falloir ce serrer la ceinture dans un avenir proche... cela va faire comme la hausse des petits degrés dans le réchauffement climatique...tout va s'emballer (pour les pauvres et même les classes moyenes) dans le partir en vrille ou en couille...et pas question que l'assertion Chirac marche...une va bien sentir que l'autre est mal barré !!
L'économiste (de mes deux) Picketti a tort...car faire tourner la propriété ne sers à rien...quand la propriété ne vaut plus rien, ou est fortement dévaluée.
Vous êtes les mecs toujours en retard des bonnes lectures!
Rigolez un p(n)eu, et admirez la cohérence de l'économiste, quand le journaliste lui demande s'il est d'accord de payer 90% d'impôts sur les millions qu'il a touché de son éditeur, pour ses livres pensum qu'il a écrit.
Réponse affirmative du malin.
Il n'est pas traumatisé par le boulot qu'il a fait, il n'était pas a la mine et il peut se payer du confort, mais ce n'est pas surement un gars à mettre son pognon dans une caisse allemande...
Vous savez je suis anti caisses allemandes...mais enfin faites ce que vous voulez, car il se peut que vous soyez tombé sur un riche con qui a jeté la sienne pour une bouchée de pain.
Mentez toujours, dites que vous l'avez payé comptant.
Jo Duchene, Le lundi 07 octobre 2019

Ou pneus PL chinois moins chers qu'un rechapage ?
;0)
Luc Os, Le lundi 07 octobre 2019



Autoways révèle les marques les mieux et les moins bien placées dans la grille 2020 du malus NEDC
Grève chez General Motors aux Etats-Unis : les négociations "tournent mal"



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017