Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Autour de l'auto - 15/02/2019

Métallurgie : la CGT attaque en justice la suppression du délai de carence dans la branche

(AFP) - La CGT va demander mardi au tribunal de grande instance (TGI) de Paris l'annulation d'un accord de la branche métallurgie qui "supprime le délai de carence" entre deux contrats pour les CDD ouvriers et les intérimaires, a-t-elle indiqué jeudi.

"L'objectif de l'UIMM (la fédération patronale de la métallurgie, ndlr) est de pouvoir user et abuser de la précarité", a dénoncé auprès de l'AFP Alain Hébert, chargé des négociations avec l'UIMM pour la CGT. "Cet accord ouvre la porte d'un recours plus massif" au "salariat précaire", a renchéri Laetitia Gomez, de la CGT intérim.
Attaqué par la fédération CGT de la métallurgie et la CGT de l'intérim, cet accord de branche a été signé en juin 2018 par les syndicats CFDT, FO et CFE-CGC. Il est entré en vigueur après la publication d'un arrêté au Journal officiel en décembre dernier. Outre son action devant le TGI de Paris, la CGT a "aussi saisi le Conseil d'État" pour obtenir "l'annulation" de cet arrêté, a indiqué Me Marie-Laure Castets, avocate de la CGT métallurgie.
Avec cet "accord scélérat", le délai de carence est "supprimé sauf dans un cas qui concerne uniquement les cadres", a précisé Me Castets. "Dans les entreprises, en particulier dans l'automobile, les employeurs usent et abusent de la précarité", en employant des CDD ou intérimaires sur "des postes permanents destinés à l'activité normale de l'entreprise", a-t-elle souligné.
Or le délai de carence était "un frein considérable pour les employeurs", a-t-elle ajouté.
"Cet accord est extrêmement grave" car "il permet non seulement de supprimer le délai de carence" mais aussi "de faire sauter toute limite au renouvellement" des CDD et missions d'intérim, a critiqué Me Flavien Jorquera, avocat de la CGT intérim. Le patronat "veut engager plus longtemps des salariés par le biais de contrats précaires" et "les empêcher d'accéder au CDI dans les meilleurs délais", a-t-il dénoncé.
Concernant les intérimaires, avec cet accord, "on fragilise encore plus des salariés déjà extrêmement fragilisés", confrontés à "des difficultés d'accès au logement, au crédit, à des accidents du travail plus fréquents", a expliqué Me Jorquera. 
AFP

Partagez cet article :

Réactions

La précarité fléau de la France
alain boise, Le vendredi 15 février 2019

Hors sujet...
;0)
Lucos, Le vendredi 15 février 2019

… Et l'intérimaire ou le CDDéiste qui voit son renouvellement se terminer sans la possibilité de rempiler en Cdi car l'entreprise ne s'y résout pas pour différentes raisons … il est pas dans la précarité un peu beaucoup ….
Concernant la possibilité d'accès au logement ou au crédit … il faut que la société évolue … Les ETT se sont organisées et visent à trouver des solutions pour leurs personnels (les plus "sédentarisés" en tous cas)

Quant au dogmatisme de la CGT … Faudrait arrêter d'arrêter ...
ADEAIRIX , Le vendredi 15 février 2019

Lucos regardez sur le clavier y’a plein de lettres autres que le h le s le u le j le o ,le t,vous verrez un effort vous y arriverez.comment faites vous au fait comme cela)))))))))))
alain boise, Le vendredi 15 février 2019

Pétard la danse des mots !
Mondino...
;0)
Lucos, Le vendredi 15 février 2019



Première prestation convaincante pour Thierry Bolloré dans son rôle de DG
Selon Washington, les voitures importées menacent la sécurité nationale



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017