Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 12/02/2019

Michelin maintient sa marge opérationnelle grâce à une discipline prix rigoureuse

Jean-Dominique Senard présentait ses derniers résultats financiers en tant que président de Michelin et ils sont bons. Le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 22,03 milliards d’euros et son résultat net à 1,66 milliard d’euros en 2018.

Jean-Dominique Senard a fini la conférence de présentation des résultats financiers de Michelin ce lundi 11 février sous les applaudissements des analystes et membres du groupe Michelin. Un enthousiasme plutôt rare dans ce genre de circonstances. Il faut dire que la situation n’était pas ordinaire.
Outre qu’il laisse à son successeur Florent Menegaux, dans le cadre d’une passation de pouvoir parfaitement maîtrisée, une entreprise florissante et en croissance, Jean-Dominique Senard ne quitte pas tout à fait les affaires puisqu’il prend dès cette semaine en main la présidence de Renault fragilisée depuis trois mois par l’incarcération de Carlos Ghosn. Il y avait donc une émotion palpable qui n’est pas habituelle à ce type de conférence.

Hausse du mix/prix dans le chiffre d'affaires et la marge
Le manufacturier a réalisé une bonne année 2018 en parvenant à compenser par une discipline rigoureuse la hausse des prix des matières premières et un effet devises négatif.
"La discipline en termes de prix est un point clé de notre stratégie", a rappelé Jean-Dominique Senard. "Nous ne pouvons pas chasser les volumes au détriment des prix", a renchéri Florent Menegaux.
Le chiffre d’affaires de Michelin a légèrement augmenté (+0,3%) à 22,03 milliards d’euros alors que les parités ont représenté un fort effet négatif de 838 millions d’euros. A taux de change constant, la hausse du chiffre d’affaires aurait été de 4,1%.
Le groupe a donc compensé cet effet devises dans son chiffre d’affaires par la croissance liée à des acquisitions (267 millions de plus), une croissance organique des volumes (195 millions d’euros) et une hausse de son mix/prix (444 millions d’euros de plus).
On retrouve la conséquence de ces mêmes éléments sur l’évolution de sa marge opérationnelle (résultat opérationnel des secteurs, ROS) qui progresse de 1,2% à 2 775 millions d’euros.
Deux éléments ont eu un impact positif : la réduction des coûts grâce à un plan de compétitivité (qui a permis un gain de 317 millions d’euros) et la hausse prix/mix (444 millions d’euros de gain). A l’inverse, les matières premières (-158 millions d’euros), l’inflation (-317 millions) et les devises (-271 millions) ont pesé sur le résultat.

Interrogé sur la décision de fermeture du site de Dundee au Royaume-Uni annoncée en novembre dernier, Jean-Dominique Senard a dit qu’elle n’avait rien à voir avec le Brexit. "Nous avons toujours fait notre possible pour moderniser les usines pour qu’elles restent compétitives. Il y a des décisions difficiles quand un site ne peut plus être compétitif car cela nécessiterait des investissements énormes. Tout doit être fait pour avoir une base compétitive en Europe", a-t-il dit.

Une équipe "transparente et loyale"
Le résultat net a été de 1 660 millions d’euros, soit une légère érosion du résultat net par action (9,30 euros par action, au lieu de 9,39 euros en 2017) ce qui n’empêche pas une hausse du dividende qui sera de 3,70 euros par action (contre 3,55 euros en 2017). "Cela représente un taux de distribution qui est de 36,4% qui je pense est une bonne façon de remercier nos actionnaires", a dit Marc Henry, directeur financier du groupe Michelin.

"Nous sommes en train de vivre un moment très spécial", a souligné Florent Menegaux qui s’est dit "très fier" des bons résultats de Michelin qui sont, a-t-il dit, "un témoignage très fort du leadership de Jean-Dominique Senard".
Ce à quoi, Jean-Dominique Senard  a répondu : "Tout ceci n’aurait pas été possible sans cette équipe très forte." Une équipe "transparente et loyale", a-t-il ajouté.
Pour 2019, Florent Menegaux a annoncé "une guidance très comparable à celle de 2018". "Nous pensons que le marché va être très volatil et incertain", a-t-il dit.
Le groupe vise une croissance de ses volumes en ligne avec les marchés en 2019 et prévoit une hausse des matières premières alors que les devises devraient avoir un effet inverse (légèrement positif).
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Très belle action qu’il faut avoir en portefeuille,jamais déçu depuis vingt ans et un bon rendement,bravo
alain boise, Le mardi 12 février 2019

Très belle quasi conclusion de parcours pour Jean Dominique SENARD …
Que de chemin parcouru par lui depuis 10 ans … Du "daf de l'année" chez Saint Gobain à la présidence de Michelin …
Très belle réussite pour ce profil qui n'était pas du "sérail" et ne possédait pas un background d'ingénieur de production …
Comme quoi, si il y avait un doute, dès lors que l'ouverture au "business" est là, un profil finances gestion peut très bien mené une entreprise industrielle … La succession semble se passer au mieux aussi … L'indice d'un bon sinon d'un "grand" patron
ADEAIRIX, Le mardi 12 février 2019



Réparateur agréé : la cour d’appel de Paris valide un refus d’agrément "sous condition"
Mitsubishi présentera son nouveau SUV compact à Genève



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017