Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Salons - 02/10/2019

Mini caravanes cherchent petit coin de paradis

(AFP) - L'urgence climatique pousse une nouvelle génération de vacanciers à privilégier des camping-cars et caravanes plus petits pour mieux jouir de la nature, une tendance visible au salon du véhicule de loisirs, au Bourget (Seine-Saint-Denis) jusqu'à dimanche.

Une mini-caravane au style rétro accroche le regard, au bout d'un alignement de grands véhicules blancs qui se ressemblent tous. Elle évoque une maison de poupée, réduite à ses fonctions essentielles.
Un lit deux places occupe tout l'habitacle. On n'y tient pas debout, mais le nid semble douillet. Une petite porte de chaque côté y donne accès. A l'extérieur, un panneau coulisse pour dévoiler un évier et un réchaud. Sur le côté, une prise d'eau pour la douche.
"C'est minimaliste et carrément écolo", s'exclame Corine Pheulpin, venue avec son mari pour passer commande. Ce couple de quinquagénaires, dont les quatre enfants adultes ont quitté le foyer, rêve de partir à travers l'Europe "trouver des endroits magiques".
Le créateur de l'objet, Alain Sauvager, a fondé sa société TipTop, il y a cinq ans, dans le Morbihan. Il produit seulement deux caravanes par mois, mais perçoit un engouement. "Cette année, je sens une bascule. On voit une logique de diminution. Les gens recherchent cette liberté de dormir en pleine nature, avec juste l'essentiel", explique-t-il.
Lors de son premier salon, en 2014, des visiteurs le moquaient: "c'est sympa ça, c'est pour mettre un chien?"
Désormais, le concept attire des concurrents, comme AstusCab, dont le premier prototype de caravane en polyester monobloc est exposé sur le stand d'à côté. Silhouette aérodynamique, moins de 340 kg tout équipée, la remorque habitable, dont la production sera lancée en décembre, peut être tractée par une citadine et augmente la consommation de seulement 1 litre au 100 km, promet le fondateur Jean-Hubert Pommois.
"C'est le bivouac nomade", résume-t-il, "en 10 minutes, on l'accroche et on part".

"Vivre dehors"
Dans son fourgon aménagé, garé sur le parking du salon, Samuel Marie, incarne une nouvelle génération de voyageurs amoureux de la nature. Après un long périple en Amérique du Nord et un autre en Chine, cet ancien moniteur de ski et charpentier de 32 ans, tétraplégique, s'apprête à faire le tour de l'Amérique du Sud pendant un an, avec sa compagne Lise.
Il raconte son parcours dans l'ouvrage "Avance, bordel!", paru le 11 septembre. Se définissant comme "très écolo", il regrette de devoir se déplacer avec un moteur diesel et opterait pour un mode de transport plus doux, comme la marche ou le vélo, si son handicap ne l'en empêchait.
Lui aussi constate une tendance vers les petits véhicules, et un mode de vie plus respectueux de l'environnement, notamment chez les plus jeunes. Il utilise des toilettes sèches, des produits ménagers biodégradables, et veille à trier ses déchets...
A l'intérieur de son véhicule, pas de table et juste le minimum pour assurer le quotidien : "c'est fait pour vivre dehors".
Pour François Feuillet, directeur général de Trigano, leader européen du camping-car (marques Chausson et Challenger), l'essor des petits véhicules de type vans est un "phénomène structurant" qui tire le marché, avec des progressions à deux chiffres en France depuis deux ans.
Selon lui, ils sont prisés par de jeunes couples sans enfants "qui veulent pouvoir partir le week-end ou vivre une vie de bohème avant d'entrer dans la norme", alors que les clients classiques de camping-cars sont des couples de "plus de 57 ans", ayant souvent plus de temps et de moyens financiers.
"Il y a une vraie tendance vers le plus compact et le plus économique", constate aussi Patrick Guilloux, président du directoire du groupe Pilote, troisième marque française de camping-car.
"Le client, qui veut vivre en autonomie dans la nature, doit gérer ses consommations d'électricité, de gaz et d'eau, donc il devient écolo", assure-t-il, en soulignant les progrès des véhicules. Il cite en exemple les kits de panneaux solaires dont l'utilisation s'est généralisée, les gains de poids grâce à de meilleurs matériaux, et surtout les motorisations moins polluantes sous la pression des nouvelles normes européennes.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Cette nouvelle tendance générale s'appelle le Frugalisme.
St François d'Assise avait finalement raison ?
;0))
Lucos, Le mercredi 02 octobre 2019

Ya aussi la tente.
Moins chère et tu peux la rouler et la mettre dans la sacoche en toile de ton vélo, lui-même bien moins cher que la chtite bagnole qui tire la chtite caravane.
Bruno HAAS, Le mercredi 02 octobre 2019



Autoways révèle les marques les mieux et les moins bien placées dans la grille 2020 du malus NEDC
USA : le coût de la grève chez GM atteint le milliard de dollars



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017