Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 14/03/2019

Plus d’investissements et moins d’employés au programme de la marque Volkswagen

Mercredi 13 mars, lors de sa conférence de presse annuelle, la marque Volkswagen a annoncé un plan de 5 000 à 7 000 réductions de postes pour financer 8 milliards d’euros d’investissements supplémentaires dans l’électrification de sa gamme et la "digitalisation" d’ici 2023.

Au lendemain de la présentation par Volkswagen AG des résultats financiers des différentes marques du groupe, Volkswagen (la marque) a annoncé une nouvelle vague de suppressions de postes qui s’ajoute au plan actuellement en cours. Ce plan additionnel doit dégager les fonds nécessaires au financement de deux types de dépenses : l’électrification de la gamme et la digitalisation des activités administratives.
Quand nous avons conclu le pacte pour le futur en 2016, nous supposions que nous aurions besoin de 7 milliards d’euros pour financer nos investissements dans l’électrification et la digitalisation. Nous visons désormais 19 milliards d’euros pour ces deux sujets”, a dit Ralf Brandstätter, COO de la marque Volkswagen.
Entre ces deux dates, les plans d’investissements ont donc considérablement été revus à la hausse, et singulièrement depuis fin 2018. Ainsi, en novembre dernier, la marque avait encore inscrit un plan d’investissement de 11 milliards d’euros. Cinq mois plus tard, la révision du plan ajoute 8 milliards d’euros pour les 5 prochaines années (l2019 à 2023). On peut penser (même si les dirigeants de VW ne l’ont pas dit explicitement) que cette hausse est le résultat de la sévérisation de la réglementation européenne de limitation des émissions de CO2, adoptée fin 2018. Des objectifs de réduction qui nécessitent un programme d’électrification de la gamme plus ambitieux.

Pour financer ces investissements, la marque devra dégager une rentabilité nettement supérieure à celles des dernières années (3,8% de marge opérationnelle en 2018, 3,2 milliards d’euros). Le groupe vise ainsi une marge opérationnelle de 6% en 2023, soit à cette date un résultat opérationnel de 5,9 milliards d’euros.
La réduction des effectifs est le principal levier annoncé pour cette amélioration de la rentabilité de la marque. Ce plan de réduction des effectifs complète un plan déjà en cours. En 2016, la marque avait annoncé un “pacte pour le futur” comprenant 23 000 suppressions de postes sur 4 ans (2017 à 2020) dont plus de 18 000 ont déjà été réalisées avec la suppression de 9 350 postes en 2017 et plus de 9 000 en 2018.  En même temps, ce plan prévoyait 9 000 créations de postes dont déjà 2 700 déjà réalisées.

Le nouveau plan comporte lui aussi des créations d’emploi avec 2 000 postes dans le développement technique sur des fonctions architecture électronique et software. Il compte aussi la suppression de 15% des effectifs administratifs. Ces suppressions de postes auront lieu sur les années 2021, 2022 et 2023 (puisque le plan précédent s’achèvera en 2020), elles ont été chiffrées entre 5 000 et 7 000 postes et pourront être réalisées grâce aux non remplacements de départs à la retraite. La pyramide des âges au sein de la marque fait que 11 000 personnes seront éligibles au départ à la retraite sur cette période.
Les dirigeants de VW ont annoncé que les discussions avaient démarré avec le comité d’entreprise et qu’elles se déroulaient dans un climat "constructif".

Ralf Brandstätter, Jürgen Stackmann (directeur ventes, marketing et après-vente) et Arno Antlitz (directeur financier) ont tous les trois insisté sur la nécessité de dégager la rentabilité nécessaire pour financer par ces économies le plan de développement de la gamme de véhicules électriques et aussi la "digitalisation" de l’entreprise. Sur les deux sujets, les montants d’investissement pour les 5 prochaines années se répartissent équitablement puisque l’electromobilité représente 9 milliards d’euros.
La digitalisation est un chantier gigantesque puisqu’elle concerne aussi bien l’amélioration de l’efficacité du fonctionnement interne (services généraux et administratifs, par exemple) et aussi les véhicules et les moyens de communications avec les clients. "Notre activité principale restera "hardware", c’est-à-dire la voiture. Mais la différenciation concurrentielle sera également obtenue par le biais de software, à savoir par la connectivité et les applications, ainsi que par un écosystème de marque cohérent. Nous devons donc investir massivement pour que notre vision devienne réalité. Et bien sûr, nous devons d'abord gagner cet argent", a dit Jürgen Stackmann.

La marque Volkswagen qui emploie aujourd’hui un peu moins de 200 000 personnes (195 878 à fin 2018) n’en a sans doute pas fini avec les réductions d’effectifs. Comme l’a rappelé la veille le patron du groupe, Herbert Diess, la production de véhicules électriques nécessite moins de personnel dans les usines. Des réductions qui ne sont pas encore à l’ordre du jour puisque que les suppressions de postes annoncées ne concernent pas les ouvriers. Volkswagen souligne également qu’il n’y a pas de licenciement et qu'elle a donné à ses employés une garantie de la sécurité de l'emploi au moins jusqu'à 2025.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

L’electrification Tue l’emploi.....et si les clients n’en voulaient pas?
Quand je vois ce que cela coûte aux États ,et comment faire mon commerce,Renault donne tout pour recomercialiser ses reprises.
Que va faire M Diess,qu’en pensent les distributeurs?
Tavares un homme du passé?un système obsolète?rendez vous dans deux trois ans
alain boise, Le jeudi 14 mars 2019

l'électrification tue l'emploi par son efficience, en effet

Continuer les "usines à gaz" (ou à pétrole & diesel) d'aujourd'hui, plus complexes et moins efficientes, permettraient de maintenir de l'emploi, c'est certain.

Est-ce pour autant raisonnable? J'en doute
SH, Le jeudi 14 mars 2019

Les fabricants de batteries européens vont bientôt embaucher en masse puisqu'il faut maintenant totalement créer cette industrie.
;0)
Lucos, Le jeudi 14 mars 2019

Perte de 10% des effectifs dans le groupe JLR, 3,5% chez VW, l'électrique va faire des dégâts dans l'industrie du secteur dans els prochaines années…
S. Meunier en parle clairement dans l'édito de l'Automobile Magazine. La marche forcée imposée par l'Europe pour les objectifs de rejets de CO2 à l'industrie automobile pour les 10 prochaines années est sans précédent. Et 10 ans pour le secteur, c'est très court (1 génération 1/2 de véhicule)…
;-(
clerion, Le jeudi 14 mars 2019

Le vrai visage de Lucos
alain boise, Le jeudi 14 mars 2019



Un tiers des ventes de Kia sera électrifié en 2020
José Luis Valls, Président de Nissan Amérique du Nord et Guy Rodriguez, Président de Nissan Amérique Latine



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017