Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 06/12/2018

PSA lance des versions "chantier" et "rouleur" sur les Partner et Berlingo pour maximiser les VR

La nouvelle génération des fourgonnettes PSA, Peugeot Partner et Citroën Berlingo, inaugure sur ce segment une définition marketing inédite avec deux versions spécifiques, "chantier" et "rouleur", pour améliorer la valeur résiduelle des modèles. Les explications de Philippe Narbeburu, directeur de la business unit VUL de PSA.

Deux ans après les fourgons compacts (Peugeot Expert et Citroën Jumpy) PSA renouvelle les fourgonnettes (Peugeot Partner, Citroën Berlingo) et espère en tirer les mêmes bénéfices. 
Il s’agit comme c’était le cas à l’époque d’apporter des améliorations et de nouvelles fonctionnalités grâce à l’utilisation de la plateforme EMP2. "La partie avant du véhicule a été développée sur la plateforme EMP2 et nous avons conservé la plateforme actuelle pour la partie arrière", explique Philippe Narbeburu, le directeur de la business unit VUL du groupe PSA. L’utilisation de cette plateforme moderne a permis d’améliorer le confort de conduite, de contenir le poids et d’embarquer toute la panoplie des aides à la conduite disponible dans le groupe (une vingtaine au total).
L’enjeu est important sur cette catégorie qui est une spécialité du groupe PSA qui représente 26,2% de ce segment en Europe (avec 77 000 Partner et 72 921 Berlingo vendus en 2017 en Europe) alors que les deux véhicules remplacés ont fait leurs meilleurs résultats dans leur dernière année de commercialisation.
Nous sommes les seuls du marché à avoir une nouvelle offre sur une nouvelle plateforme ce qui nous permet une meilleure efficacité en conception, en architecture et en consommation”, nous a dit Philippe Narbeburu, directeur de la business unit VUL de PSA. Deux innovations (“jamais vues sur des VUL”) sont disponibles : un indicateur de surcharge qui signale le dépassement du poids autorisé (“une première mondiale”) et un rétroviseur intérieur qui restitue grâce à une caméra la vision arrière pour les versions tôlées (ce qui permet "de rendre la vue à un aveugle”, souligne Philippe Narbeburu).

Des versions pré-configurées en fonction de deux usages spécifiques
L’autre nouveauté majeure tient à la définition de deux offres distinctes en fonction de l’usage des clients. “Ce qui nous a guidé dans le développement ce sont les usages clients et la valorisation de l’usage. Nous avons affiné la connaissance des besoins clients et nous sommes allés au bout de la logique en faisant deux définitions produits spécifiques”, explique Philippe Narbeburu. Cette valorisation se fait à travers la segmentation de la gamme qui comporte une version de base (dont les appellations commerciales sont Pro chez Citroën et Control chez Peugeot) et deux versions opposées une pour un usage chantier (Worker chez Citroën, Grip chez Peugeot) et une autre pour un usage logistique (Driver chez Citroën, Asphalt chez Peugeot) et enfin une version haut de gamme (Club pour Citroën, Premium pour Peugeot).
Cette architecture de gamme a pour avantage de permettre de valoriser le produit non seulement à la vente mais aussi à la revente, ce qui permet une meilleure appréciation de la valeur résiduelle et participe donc à la compétitivité du produit, nous a expliqué Philippe Narbeburu. “Entre l’usage chantier ou rouleur, les véhicules sont équipés différemment et nous avons décidé d’en faire des versions pour que les équipements soient bien valorisés. Les options sont difficiles à suivre dans les systèmes et ne sont pas prises en compte dans la valeur résiduelle”, précise le dirigeant.
Ainsi, la possibilité de suivre les versions “chantier” et “rouleur” dans les systèmes de cotation devrait supprimer “une déperdition de la valeur” que le dirigeant estime à “2 à 3 points au-delà de la version socle”.

Simplification à la vente et en usine
Plus efficace pour les vendeurs, cette approche favorise également la gestion des stocks. “Il y a une très grande diversité dans les véhicules utilitaires et l’identification des flux majeurs va faciliter le travail des vendeurs. C’est la première fois que nous le faisons et nous allons l’étendre en 2019 aux Jumpy et Expert”, nous a précisé Philippe Narbeburu.
Côté constructeur, cette stratégie permet également de réduire la diversité en se concentrant sur les versions vendables.  
Le véhicule est disponible en deux longueurs (4,40 m et 4,75 m) avec deux empattements (dans la version précédente, la version longue avait le même empattement), trois moteurs Diesel 1,6l BlueHdi, 75 ch, 100 ch et 130 ch dont la version 130 ch est disponible avec la boîte auto 8 rapport EAT8. Côté charge utile, le véhicule s’est mis à niveau du marché avec deux offres 650 kg ou 1 tonne (800 kg pour la génération précédente), ce qui est un standard sur le segment. Même chose pour les trois places cabines qui n’étaient pas disponibles avant.
Ce projet était l’un des trois qui faisait partie de la phase de coopération entre GM et PSA avant l’acquisition d’Opel par le constructeur français. L’Opel Combo bénéficie donc également de cette nouvelle architecture. Les trois modèles ont été plébiscités par les journaux spécialisés qui leur ont décerné le prix du “Van of the Year“. “Ce prix international est décerné par 25 journalistes qui sont de vrais spécialistes du véhicule utilitaire. Il récompense le travail remarquable des équipes d’ingénierie et des usines de Vigo et Mangualde”, nous a dit Philippe Narbeburu. Ce n’est pas une garantie de succès commercial, mais c’est assurément un bon départ.
Les prix démarrent à 17 450 euros HT pour Citroën et 17 850 euros HT pour Peugeot en BlueHdi 75 ch. Le groupe PSA ne donne pas d’objectif de vente mais annonce “l’ambition de faire mieux que la génération précédente”. “Nous avons 370 000 auto en capacitaire pour les van et les VP et nous serons contraints par les capacités installées”, pronostique Philippe Narbeburu. Pour le mois de lancement, Peugeot France annonce déjà une hausse de 20% des commandes du Partner en novembre.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

On sait le travail exécuté sur les VUL récents voire très récents de la gamme PSA …
- Dotation en équipements (GPS, connectivité, clim, radar ou écran de recul, boite auto, grip control (si si), palettes au volant qui « berlinise » au maximum « l’expérience de conduite ».
- Adaptation des caractéristiques techniques (capacité CU, dimensions et ouvertures de portes, longueur utile, seuil du plancher, cabine 3 places…)
- Calibration de l’offre des motorisations, des transmissions ou des empattements correspondants à des usages très différents (entre le 75 et le 130 ch, c’est plus le même «univers » …)
- « Première technique » (indicateur de surcharge du poids autorisé et rétroviseur intérieur « télévisée » )
Du coup, sans changer radicalement de « look » cà « change la vie » des utilisateurs et c’est bien …

Concernant la détermination des pré configurations « rouleur » et « chantier » tout dépend de leur contenu respectif dont on ne sait pas grand-chose, finalement … Exemple : la version « chantier » est dotée de série du grip control quand la version « rouleur » ne le serait pas
Mais si Philippe Narbeburu, directeur de la business unit VUL de PSA affirme que ce travail sur les préconfigurartions facilitent la « gestion du stock » et le travail des « preneurs de commandes » ont peut lui faire confiance …
Maintenant 17 450 euros HT pour Citroën et 17 850 euros HT pour Peugeot en BlueHdi 75ch, çà paraît un peu velu comme prix pour une fourgonnette un peu équipée … Que dire de la version VP (le ludospace) qui avec le HDI 130 doté de la BVA8 dépasse les 30K€ … C’est cas de le dire on dépasse des sommets …
Quand même la base technique se retrouve dans trois gammes (Peugeot, Citroên et Opel), bientôt quatre avec Toyota … A priori cela devrait permettre d’atteindre des volumes de nature à abaisser le prix de revient de ces bestiaux (Rifter, Berlingo, Combo et Toy) ? … Pour le prix de vente c’est autre chose et J’ai l’impression que les « prayeceurs » de PSA ont décidé de conserver « jalousement » la marge !!! …
Certeurs les acteurs du CAC 40 ou les ETI en fonction de leur flotte (éventuellement paneuropéenne) parviendront à négocier des remises significatives … Je suis beaucoup plus « dubitatif » s’agissant des TPE qui représentent une fraction de clientèle justement importante … Ah un moment où le pouvoir d’achats est sous les projecteurs, c’est très « intrépide » de la part de PSA … Comme l’offre sur ce segment de marché est assez réduite (en gros PSA, Renault/Dacia, Vw voire Ford ) on compte sur les braves petits entrepreneurs pour « casser leur tirelire » …
Une façon de voir qui semble ne plus être dans l’air du temps … ( ?)
Le patron de la B.U. de PSA a bien fait de faire travailler ses équipes sur le critère « valeur résidulelle » … Au fait + 2/3% de VR , quelle méthodologie ?

PS : à propos de « l’air du temps » par ailleurs, a-t-on des nouvelles d’une version elec un peu « costaude » … L’ancienne version était un peu juste Côté autonomie … (?)

ADEAIRIX, Le jeudi 06 décembre 2018

Pardon pour le "lapsus" du Rifter … En réalité il faut lire "Partner" … Vous aviez fait l'ajustement, j'en suis sûr !
ADEAIRIX, Le jeudi 06 décembre 2018

Pourquoi tant d’Anglicissme?
alain boise, Le jeudi 06 décembre 2018

Alain …Partisan d'unité d'affaires pour qualifier le périmètre de Philippe Narbeburu, et du Peugeot "Partenaire" si je comprends bien ?
C'est la "vanne de l'année" pas élu par les 25 journalistes qui sont de vrais spécialistes du véhicule utilitaire !
;0)
J'agrippe le contrôle ?
ADEAIRIX , Le jeudi 06 décembre 2018

Pas élue la vanne …
ADEAIRIX, Le jeudi 06 décembre 2018

Je l’on garde les termes Anglais pour l’export ok ...mais pas chez nous
alain boise, Le jeudi 06 décembre 2018

Et en Breton et en Serbo-Croate tant qu'on y est...
Pff..
;0)
Lucos, Le jeudi 06 décembre 2018

Mais vous vous rendez compte comme nous sommes injustes envers le GÉNIE national, alors que Peugeot change la vie et rends même la vue aux aveugles. La plus belle tôle pliée du monde en mode chantier-rouleur diesel.
Qu'attend la direction de PSA pour doubler le le salaire de Philippe Nareburu ?
Diminuons le salaire des "preneurs de commandes" car PSA n'a plus besoin de commerciaux ...
PSA le premier constructeur au monde "click de souris" avant de passer à la commande automatique autonome !
Chez Mercedes ils ne tiennent jamais compte de ma rancune envers eux, mais de ma fausse déclaration de revenus entre 500/800000 euros annuels lors d'un "survey" (je me la pète aussi en anglais) durant le salon de l'Auto.
Pour des pince-fesses à champagne chez eux je reçoit toujours une invitation.
Une Mercedes SLS GT électrique (portes papillon) va sortir et je n'aurai aucun mal à sortir 400000 euros pour l'acheter. Musk est un enfant de cœur aux petit revenu.
Bruxelles est en train de concocter le passage des produits pour les consommateurs européens de deux ans de garantie contractuelle à un an seulement. Le progrès est en marche.


Jo Duchene, Le jeudi 06 décembre 2018

Duchene … Quand vous n'avez rien à dire sur le sujet, ce qui est le cas, n'hésitez pas à passer votre tour … Y a pas de déshonneur à ...
;0)

ADEAIRIX, Le jeudi 06 décembre 2018

Ah le spécialiste, j'ai commis l'erreur de ne pas vous féliciter par la performance de votre post ci-dessus, et il est bon....mais votre course toujours le nez dans le guidon est toujours positif...et endors!
Je vais vous expliquer.
Il est normal aujourd'hui, et heureusement, que chez nous nos constructeurs sachent faire des véhicules avec des équipements modernes et pratiques et en plus avec une bonne présentation.
Le problème c'est qu'ils n'ont plus le droit de pédaler mou ou s'endormir car la concurrence ne laisse pas de répit.
Regardez les prix de FIAT ( donnez vous la peine de regarder les prix cassés et ceci depuis 10 ans du gros van de Fiat le Ducato) et même en Allemagne...
Prenez de la hauteur et nous serons encore plus admiratifs de votre spécialité !
Jo Duchene, Le jeudi 06 décembre 2018

Allez pour comparer jetez un coup d’œil au Doblo de FIAT et les différentes capacités, plus rapport/qualité prix, et ceci depuis quelques années !
Continuer de dormir les petits...
Jo Duchene, Le jeudi 06 décembre 2018

Ben Duchene … voilà un angle intéressant la comparaison avec le prix et la gamme du Doblo de Fiat …
De la surévaluation du prix j'en parlai … M'a-t-il semblé ...

Que dire du Docker de Dacia dont le premier prix est à TTC 9 650 € en motorisation essence en version VP qui plus est …
Il n'a certes pas les atouts du Partner/Berlingo/Combo mais quasiment 2 pour le prix d'1 …

Au fait, Duchene, être "positif" ou bienveillant c'est pas un défaut … !
;0)
ADEAIRIX , Le jeudi 06 décembre 2018



Organigrammes des constructeurs : Pour savoir "qui fait quoi ?"
Les dernières évolutions dans les réseaux de vente et d'après-vente



Copyright © 2131 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017