Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 14/01/2020

Quelles sont les marques qui ont dépassé leur moyenne de CO2 en décembre ?

Pour beaucoup de constructeurs, à l'exception notable des français, le mois de décembre a été l'occasion d'immatriculer des véhicules à fort niveau de CO2.  Pour certains, comme Mitsubishi, Smart ou Ford, le niveau de CO2 de décembre est supérieur de plus de 10 g à leur moyenne annuelle, pour des raisons diverses.

Le mois de décembre a été marqué par un volume très élevé d’immatriculations de véhicules de démonstration, volume représentant 24% des immatriculations totales, contre 18,5% sur l’ensemble de l’année. Une partie des constructeurs ont en effet immatriculé des véhicules fortement émetteurs de CO2 avant d’entamer l’année 2020, synonyme de malus plus élevé et d'objectif de CO2 à 95 g en moyenne.
Grâce aux données traitées par Autoways, nous avons pu comparer le niveau de CO2 des modèles immatriculés en décembre 2019 à leur moyenne sur l’année, tous canaux confondus. Finalement, il s’avère que l’écart moyen n’est pas très élevé : 112,8 g en décembre contre 111,5 g sur l’année. Mais le niveau de décembre aurait été bien plus important (à 119 g sur le mois) sans les constructeurs français qui ont été quasiment les seuls à réduire leur CO2 moyen au cours du mois.
Peugeot est ainsi à 100,6 g contre 105,1 g sur l’année ; Citroën est 103,3 g en décembre contre 104,8 g sur l’année ; Opel, qui a fait un mois de décembre atypique, avec seulement 1,5% de part de marché (contre 3% sur l’année) est à 104,7 g en décembre contre 118,8 g sur l’année. Même Renault, qui a pourtant immatriculé plus de 26% de VD en décembre (mais surtout des Clio, Captur et Twingo) est également en dessous de sa moyenne annuelle, à 108 g contre 110. Cette baisse s’explique en partie par la surreprésentation d’électriques dans ses ventes de décembre (5,3% de son mix, contre 4,6% sur l’année). En essence, Renault est à 114,5 g en décembre, et en Diesel, elle est à 113,4 g. Enfin, Dacia est à 117,7 g contre 119,4 g sur l’année.

18 g de CO2 de plus pour Mitsubishi en décembre
Parmi les marques qui ont dépassé leur moyenne annuelle, Mitsubishi atteint un record, à 102 g en décembre contre 84 g sur l’année. La marque a immatriculé seulement 30% de PHEV en décembre, contre 43% sur l’année, et donc 70% de modèles essence à 129,5 g en moyenne faisant exploser ses émissions de CO2 du mois.
Smart, qui a fait 87% de ses immatriculations du mois en essence (contre 79% sur l'année), essentiellement sur stock, est à 100,4 g contre 89,4 g. A partir de 2020, Smart est à 100% en électrique.
Suzuki qui a également immatriculé sur stock plus de 900 Vitara essence, soit 80% de ses immatriculations de Vitara du mois, a bondi à 123,2 g, contre 113,6 g sur l’année.
Ford qui a vendu un volume très élevé de Kuga flexfuel (1 550 unités sur les 6 356 vendus en 6 mois de commercialisation), modèle affichant 178 g de CO2, a aussi bondi à 135,5 g en décembre, contre 123 sur l’année.
Chez les premium, BMW est dans sa moyenne (122 g), tandis que Mercedes est 4,5 g au-dessus (à 132,5 g) avec notamment une surreprésentation de modèles essence (à 141 g en moyenne). A 131,6 g, Audi est 6,6 g au-dessus de sa moyenne, avec un volume très élevé de mild-hybrides (33% de ses ventes) qui émettent 146,2 g en moyenne (Q3, A6, A4 et Q7 essentiellement).  Alfa Romeo, qui a immatriculé sur stock 59% des Giulietta et Stelvio du mois, est à 144,8 g (4 g au-dessus de sa moyenne). Land Rover est à 148,8 g (8,4 g au-dessus), avec 58,3% de mild-hybrides à 150,4 g et 4,5% d’essence (identique à son mix annuel) à 248 g.
A noter pour finir que Porsche, Maserati, Ferrari et Lamborghini sont en dessous de leur niveau annuel de CO2 en décembre.
Xavier Champagne et Farida Sacha

(*) La production du Kuga est maintenant arrêtée pour laisser place au nouveau en avril prochain. Il sera doté d'un trois cylindres, plus économique que le 4 cylindres qui était proposé en bicarburation essence/superéthanol E85. Les ingénieurs de Ford travaillent à l'adaptation du 3 cylindres à l'E85, mais rien n'est encore officiel concernant le futur Kuga.

Lire le détail de la moyenne CO2 des immatriculations VP neufs par marque en France décembre 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail de la moyenne CO2 des immatriculations VP neufs par marque et par énergie en France décembre 2019 - Source : Autoways (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

Dommage pour ford qui paye là le succès de sa politique commerciale à l'écoute d'un marché français ou le PRK guide l'achat.
J'espère que cela ne remettra pas en cause l'adaptation du reste de sa gamme à la bicarburation, et en particulier pour le nouveau Kuga autrement plus attrayant.
Grumly Ours, Le mardi 14 janvier 2020



articles connexes

270 groupes référencés dans l'Annuaire des groupes de distribution
Le véhicule connecté face au droit de la concurrence



Copyright © 2020 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017