Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 28/10/2019

Renault : la baisse des ventes aux partenaires pèse sur son chiffre d’affaires

Clotilde Delbos, DG par intérim et Olivier Murguet DGA de Renault ont présenté les résultats financiers de ce troisième trimestre. La baisse du chiffre d’affaires du troisième trimestre (-1,6%) à 11,3 milliards d’euros s’explique principalement par la baisse des ventes de moteurs Diesel à Nissan et Daimler et la baisse des ventes de véhicules (VUL et Micra) aux partenaires.

Les ventes du groupe Renault ont baissé de -4,4% au troisième trimestre avec 852 000 unités (soit 40 000 véhicules de moins). Ce recul a lieu dans toutes les régions, sauf l’Eurasie grâce à Avtovaz (Lada) et au lancement du Renault Arkana en Russie.
La baisse est de 15 000 véhicules en Europe, à l’international elle est essentiellement imputable à l’arrêt de l’activité en Iran (23 649 unités au troisième trimestre 2018).
Le chiffre d’affaires du groupe a été de 11,3 milliards sur ce trimestre (-1,6%) dont 9,6 milliards d’euros pour l’activité automobile (-3,9%), 791 millions d’euros pour Avtovaz (+26,2%) et 843 millions pour RCI Banque (+5,4%).
Le principal effet négatif sur le chiffre d’affaires automobile (- 395 millions d’euros) ne vient pas de la baisse des volumes (qui explique un recul de 85 millions d’euros) mais de la baisse des ventes aux partenaires avec une perte de 553 millions d’euros. Clotilde Delbos a précisé que ce recul concernait à 40% l’assemblage de véhicules, 40% les ventes en CKD et 20% la baisse des ventes de moteurs Diesel. La baisse des ventes de véhicules aux partenaires est liée "au marché ou à des véhicules en fin de vie", a dit Clotilde Delbos citant la Micra qui n’a pas les performances attendues en Europe, le Rogue en fin de vie, le déclin de la demande de Daimler et le déclin sur les VUL. Cette tendance sera du même niveau au quatrième trimestre et en 2020, a-t-elle précisé. "Nous discutons avec les partenaires pour réalimenter le "pipe" et cela prend du temps." 
La baisse des ventes de moteurs Diesel à Nissan et Mercedes est le résultat de la baisse de la demande pas d’un changement de fournisseurs, a dit la dirigeante. Elle a précisé que la baisse des ventes aux partenaires avait contribué au "profit warning" de la semaine précédente puisque "la baisse a été supérieure à ce qu’on avait prévu fin juin", a-t-elle dit.
Effet prix positif 
L’autre élément important de ce trimestre est la contribution de la politique prix au chiffre d’affaires avec un effet positif de 215 millions d’euros. Olivier Murguet a précisé que la Clio 5 avait été lancée avec une discipline stricte dans la définition du prix qui sera appliquée à tous les lancements futurs. "La nouvelle Clio a un prix au même niveau que ses principaux compétiteurs en Europe, ce qui n’était pas le cas", a-t-il dit.
Cette discipline prix a déjà eu des effets positifs sur le troisième trimestre tandis que les effets de change, notamment en Argentine, ont été plus que compensés par la hausse des prix. "Nous travaillons activement sur l’effet prix", a dit Olivier Murguet qui a précisé que cette tendance allait se maintenir au quatrième trimestre.
Le groupe Renault a révisé à la baisse ses prévisions pour le marché automobile qu’il anticipe désormais à -4% pour le monde (au lieu de -3%), jusque -1% en Europe (au lieu de stable), -3% en Russie (au lieu de -2% à -3%) et +7% au Brésil (au lieu de +8%).
Depuis le 17 octobre, le groupe a également révisé à la baisse ses objectifs financiers pour l’année avec désormais une prévision de chiffre d’affaires en baisse de 3 % à 4 % (au lieu de "proche de l’an dernier à taux de change et périmètre constant"), une marge opérationnelle de l’ordre de 5% (au lieu de 6%) et un free cash-flow opérationnel de l’automobile positif au second semestre mais pas suffisant pour compenser le premier semestre qui avait été négatif à hauteur de -716 millions d’euros.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Ce "debrifing" analytique après le profit warning confirme l'impression "fugitive" que Thierry Bolloré fût démissionné pour tout un tas de raisons autres que la seule lecture des indicateurs de performance de Renault. ... Me semble-t-il !
;0)
ADEAIRIX, Le lundi 28 octobre 2019

Moins Renault vend et plus RCI gagne....en route pour le Miliard même avec des taux négatifs,vive la bagnole... euh non vive la banque
alain boise, Le lundi 28 octobre 2019

Attention il y a du "power" dans le moulin d’analyse d'Alain ce matin !
Il commence à comprendre que le rouleau compresseur "pognon" écrase tout sur son passage !
Jo Duchene, Le lundi 28 octobre 2019

super !
;0)
Luc Os, Le lundi 28 octobre 2019



Le marché moto en hausse de 5,2% en septembre
Les trottinettes électriques entrent dans le code de la route



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017