Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 20/03/2017

Renault devrait bénéficier en 2017 des mêmes ingrédients qui ont fait son succès en 2016

Renault envisage la poursuite de la croissance de ses volumes en 2017 grâce au déploiement complet de sa gamme et le développement de ses volumes à l’international.

Le groupe Renault peut-il enregistrer une croissance de ses volumes de plus de 300 000 unités en 2017 après les 370 000 gagnés en 2016 avec un volume global de 3,18 millions de véhicules ?
"Nous ne donnons pas nos objectifs mais nous pensons avoir en 2017 les mêmes ingrédients que ceux que nous avons eu en 2016", nous a dit Thierry Koskas, directeur commercial monde de Renault.
Ainsi, les gains de 2016 ont été faits en partie en Europe sur un marché dynamique (+7%) et avec une hausse de la part de marché du groupe Renault (marques Dacia et Renault) de 0,5 point à 10,6%, grâce à une croissance supérieure au marché (+11,8%).
Pour 2017, le groupe Renault anticipe un ralentissement en Europe avec un marché automobile à +2% selon ses prévisions qu’il n’a pas révisé malgré une hausse de +6% à fin février. "Nous allons être comparés dans les mois qui viennent à des bases plus hautes et nous restons prudents", nous a dit Thierry Koskas.
Le constructeur y envisage toujours une croissance de ses volumes : "Nous aurons une année pleine sur Mégane Estate et Scénic que nous n’avons eu qu’en fin d’année et nous avons le lancement de Koleos et Alaskan cette année", souligne Thierry Koskas.

La Chine et le Brésil, les deux principales sources de croissance pour 2017
L’autre partie de la croissance a été faite à l’international et les perspectives restent positives sur les principaux marchés qui y ont contribuée et notamment l’Iran (57 000 voitures de plus en 2016 à 108 000) où Renault annonce une capacité de production de 200 000 unités.
La Chine devrait également y contribuer avec une offre en production locale de deux SUV dans le cœur du marché, Kadjar et Koleos auxquels s'ajoute le Captur en importation. "Le travail d’image que nous avons fait en Chine et le développement du réseau commencent à donner des résultats et nous donnent confiance", nous a dit Thierry Koskas. Après 35 278 ventes en 2016, la production locale a permis de passer à un rythme supérieur avec 7 021 ventes en janvier et 4 182 en février, qui est "un demi-mois en Chine", souligne le dirigeant. Le challenge de Renault sera de disposer d'un réseau suffisamment fort pour atteindre les 150 000 unités annuelles qui correspondent à la capacité de production de l'usine.
A cela s’ajoutent les perspectives de reprise au Brésil qui avait été le deuxième marché de Renault en 2014 (avec 237 000 unités cette année-là contre 150 000 unités en 2016) et où le groupe bénéficiera du lancement de la gamme SUV avec Captur et Koleos ainsi que l’arrivée de la version brésilienne de la Kwid, petit véhicule à bas coût qui a fait son succès en Inde. Sa part de marché y a atteint 7,2% en hausse de 0,2 point, soit sa meilleure performance relative dans le pays.
Enfin, c’est peut-être en Russie que le groupe Renault possède l’un des réservoirs de croissance les plus importants. Sa part de marché y est de 8,2% sur un marché au plus bas à 1,3 million d’unités alors que son potentiel est estimé autour de 3 millions d’unités par an à terme.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Bien vu Mme et le jour ou la Russie redémarre ca va exploser les compteurs,Opel aussi profitera chapeau les Carlos,patience.....
alain boise, Le lundi 20 mars 2017



articles connexes

Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Quels sera le choix des constructeurs pour l'eCall en France : TPS ou eCall 112 ?



Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017