Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 07/11/2016

Renault propose de diviser par deux le nombre d’intérimaires en fabrication

Dans le cadre des négociations en cours avec les organisations syndicales, Renault annonce un objectif de 3 000 embauches en CDI dont 1 500 en fabrication. Le constructeur s’engage aussi à réduire de 50% le nombre d’intérimaires en fabrication d’ici 2019.

Il était question d’emploi lors de la réunion de ce vendredi 4 novembre, la cinquième dans le cadre du nouveau cycle de négociation de Renault avec les organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CGT et FO).
Renault s’engagerait sur les 3 ans de l’accord (2017 à 2019) à recruter 3 000 personnes dont 1 500 en fabrication et 1 500 dans les autres fonctions (ingénierie et tertiaire). Les intérimaires seraient privilégiés dans ces recrutements.
A cela s’ajouteraient 6 000 contrats jeunes, alternants et stagiaires répartis à raison de 2 000 par an et qui permettraient d’alimenter une partie des recrutements en CDI (40% des jeunes recrutés).
La baisse du nombre d’intérimaires sur chaîne est une des revendications des organisations syndicales et les embauches promises devraient permettre de le ramener à un taux de 25% en fabrication.
Une partie de cette baisse du nombre d’intérimaires pourrait aussi être la conséquence d’une plus grande flexibilité du temps de travail selon la demande de Renault lors d'une précédente réunion de faire varier le temps de travail en fonction des besoins du marché jusqu’à 42h par semaine en période haute (pendant un maximum de 6 mois par an).
Le constructeur propose également de faire évoluer les "principes du management" pour "promouvoir un management responsabilisant et participatif". Dans ce projet les salariés auraient "plus de latitude" sur leur travail ce qui permettrait "d’engager la résolution des problèmes au plus près du terrain", explique le constructeur.
Les discussions se poursuivent et la prochaine réunion aura lieu le 15 novembre
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Un peu étonnant (voire navrant) en cette année 2016 de lire : " Dans ce projet les salariés auraient "plus de latitude" sur leur travail ce qui permettrait "d’engager la résolution des problèmes au plus près du terrain", explique le constructeur"

Evidemment, il faut savoir ce qui se cache derrière cette agrégat de mots ... Mais l'on pouvait raisonnablement imaginer que ce genre d'approche après les boités à idées (des années 70 ?) était déjà largement en vigueur sur les sites de production...
Sans être un progressiste échevelé (?) "on" pouvait présumer que l'on avait quelque peu dépassé Zola et les maitres de forges...
Le bonheur au travail çà n'est pas qu'une formule ... Et de surcroît la prise en compte de la parole du "terrain" çà permet le cas échéant d'améliorer la profitabilité des boîtes ... C'est vrai que pour l'encadrement intermédiaire c'est plus compliqué ... Tout une approche à revoir ... Me semble-t-il ... Les générations Y ou Z vont y inciter, sans même envisager la révolution des processus industriels en cours ...
Dans un autre genre VW est en train de payer chèrement le prix de cette gestion de la ressource humaine centralisée et communiquant seulement sur le mode "descendant"... Mathias Müller semble s'atteler à ces changements de type de management ...
ADEAIRIX, Le lundi 07 novembre 2016



articles connexes

Autoactu.com vous souhaite de bonnes vacances
La dynamique des marchés européens plus favorables aux constructeurs français d'ici 2023



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017