Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Réseaux - 27/04/2018

Toujours plus de dépôts de bilan chez les taxis et les auto-écoles

Au cours du trimestre, 144 entreprises de taxis et plus de 90 auto-écoles ont déposé le bilan, un record après des chiffres déjà alarmants constatés un an plus tôt. Les défaillances de distributeurs automobiles ont également augmenté de 24%, touchant 239 entreprises.

Au premier trimestre, selon les chiffres publiés par Altares, le nombre de défaillances d’entreprise s’est réduit de 8,7% en France, à 14 302, dont 9 965 liquidations judiciaires directes (-7,7%), 4 055 redressements judiciaires (-10%) et 282 procédures de sauvegarde (-21%). La santé des entreprises s’améliore dans toutes les régions, à l’exception de l’Ile-de-France où l’on constate une stabilité (à 3 200 ouvertures de procédures). Hors Ile-de-France, la baisse des défaillances est de 10% en France.
Le nombre d’emplois menacés n'est plus que de 44 000 (soit 400 de moins qu’au premier trimestre 2017 et 22 000 de moins qu’au premier trimestre 2015).

La sinistralité dans le secteur du transport routier de personnes augmente en revanche de 71%, avec 205 défaillances, dont 158 liquidations (+84%). Les taxis, toujours plus concurrencés par les plateformes internet de VTC, représentent à eux seuls 144 défaillances, soit le double de l’année dernière (73 au premier trimestre) qui constituait déjà un triplement par rapport à 2014 (27 défaillances au premier trimestre).
La situation est aussi alarmante pour les auto-écoles : Plus de 90 professionnels ont défailli ce premier trimestre, en hausse de 26% après une hausse de 37% un an plus tôt. Pour eux, c’est la concurrence des formations sur internet qui pose problème.
La situation des professionnels du transport routier de marchandises va mieux en revanche avec une baisse de 17% des défaillances (280), dont 200 liquidations directes (-18%).
Dans le commerce et la réparation de véhicules, 551 défaillances, dont 401 liquidations (-1,5%) sont à déplorer, un niveau stable mais qui cache des écarts : le commerce de véhicules est en forte dégradation, avec 239 entreprises défaillantes (+24%), après une baisse de 18% un an plus tôt, tandis que l’entretien et la réparation automobile se porte mieux (-15% à 218 défaillances) après la forte hausse (+17%) de 2017.
Pour les professionnels de la moto, après avoir atteint un record au premier trimestre 2014, à 55 défaillances, la situation s’est améliorée en 2017 (à 29) mais se dégrade de nouveau ce trimestre (à 32).
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Pas brillant le constat et l'interdiction de circulation ne và rien arranger
alain boise, Le vendredi 27 avril 2018

1. Le permis de conduire devrait être un programme scolaire.
2. Faillite des taxis ? Après tout il n'y a plus de porteurs d'eau, de livreurs de glace et d'écrivains publiques...
;0)
Lucos, Le vendredi 27 avril 2018

Eh oui Lucos mets dans le mille...permis de conduire dans le programme scolaire...comme chez les ricains ou presque !
Les taxis sont devenus aimables sur Paris et bougent même leur cul pour t'aider à charger les bagages ...miracle de la Saine Vierge !
Jo Duchene, Le vendredi 27 avril 2018

On doit se désintoxiquer de la bagnole, c'est pas le moment de mettre le permis au programme scolaire. Les profs ont déjà assez à faire comme ca.
Arnaud C., Le vendredi 27 avril 2018

On a tous voté MACRON l'an dernier... Oo constate les dégats colatéraux.
Jurisimo, Le dimanche 10 juin 2018



articles connexes

Réparateur agréé : Le tribunal de commerce de Paris confirme la liberté "de ne pas agréer un candidat"
Thibault Paland succède à François Guionnet à la direction générale de la Diac



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017