Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Equipementiers - 07/03/2019

Vincent Rousset-Rouvière, directeur première monte Michelin : "Améliorer une performance sans jamais dégrader les autres"

Dans la révolution qui secoue l’industrie automobile, le pneu joue un rôle de premier plan et Michelin investit dans tous les domaines en étroite coopération avec les constructeurs. Nous avons rencontré Vincent Rousset-Rouvière, qui nous a donné un éclairage sur les défis en cours.

La nouvelle gamme de pneu Pilot Sport 4 SUV que Michelin présente cette semaine au salon de Genève est un exemple des défis auxquels le manufacturier apporte des réponses. Cette nouveauté est en effet un pneu sportif pour SUV premium, ce qui pourrait paraître antinomique. Déjà disponible en première monte chez Mercedes, Porsche, BMW, Audi, Jaguar, Land Rover (et quelques autres), il est désormais disponible en remplacement.

Cette génération apporte des performances inédites sur ce segment car conçue sur la base d’un pneu sportif adapté aux exigences d’un SUV, et non l’inverse. "C’est une gamme qui marque une rupture sur les performances de freinage, bruits, résistance au roulement et sécurité", résume Vincent Rousset-Rouvière, directeur première monte Michelin.
Lors de tests réalisés par l’organisme indépendant TÜV SÜD, en Allemagne, ce pneu Pilot Sport 4 SUV a surpassé ses six concurrents notamment en freinage sur sol sec (1,8 m de moins que la moyenne des 6) et sur sol mouillé (3,15 mètres de moins); il est aussi plus rapide (2,88 secondes de moins que la moyenne de ses concurrents sur une piste de 1 050 m) et il dure plus longtemps (9 100 km de plus que la moyenne des 6 autres).
La tendance SUV est l’une de celles auxquels les manufacturiers doivent s’adapter et malgré les exigences de réduction de CO2 imposées en Europe, Vincent Rousset-Rouvière la voit se poursuivre dans les projets de développement des constructeurs.

Les gains de CO2 sont-ils possibles pour ces véhicules via les pneus qui représentent en moyenne 20% de la consommation de carburant  ? "La baisse de la résistance au roulement est un enjeu majeur et nous y contribuons sur ce pneu. Nous avons sur ces sujets des projets d’innovation en préparation en co-développement avec les constructeurs", explique Vincent Rousset-Rouvière.
Une des voies d’amélioration est l’allègement du pneumatique. "La masse a une importance sur la quantité de matière que l’on met et sur le comportement du véhicule. Nous sommes sur une courbe d’amélioration permanente et nous avons l’ambition sur les 5 prochaines années de réduire la masse entre 5% et 7% à performances maintenues pour l’ensemble de la gamme tourisme et camionnettes", nous a précisé le dirigeant. Les gains se font sur les matériaux, l’architecture, les composants.

Avec l’arrivée des véhicules électriques, des véhicules autonomes, les angles de recherches et d’expérimentations de multiplient. Sur le véhicule électrique, les priorités sont l’amélioration de la résistance au roulement et la baisse du bruit. "Nous travaillons beaucoup sur ces deux aspects, la masse ayant un impact positif sur la résistance au roulement et négatif sur le bruit. Il faut donc des innovations pour réduire à la fois la masse et le bruit", souligne Vincent Rousset-Rouvière. "Le véritable enjeu est d’améliorer une performance sans jamais en dégrader une autre."

Pour mener ces recherches, Michelin travaille de plus en plus en amont avec des constructeurs sur des outils de simulations, y compris pour les performances du pneumatique.
Les travaux de développement se font sur de multiples projets avec également d’autres acteurs comme les villes, les gestionnaires de données, les entreprises de mobilités partagées. En Chine, par exemple, Michelin travaille sur un projet de taxi collectif avec Didi (concurrent d’Uber) dont l’enjeu est de circuler 23h/24 en embarquant 6 personnes en mobilité partagée.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Bonjour,
Il me semble aussi que c'est la réduction de la masse qui a un impact positif sur la résistance au roulement (dans le sens de la baisser) et négatif sur le bruit (dans le sens de l'augmenter).
Bien à vous
Le rat des champs, Le jeudi 07 mars 2019

À le Rat des champs,
Merci pour votre précision. C'est en effet comme cela qu'il faut comprendre la citation.
Florence LAGARDE, Le jeudi 07 mars 2019



MEETDEAL, transformez vos leads en business !
Le groupe Delieuvin reprend la distribution de Nissan à Marseille



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017